Mon compte
    Bullitt
    Bande-annonce Bullitt
    17 mars 1969 en salle | 1h 53min | Action, Policier, Thriller
    De Peter Yates
    |
    Par Alan Trustman, Harry Kleiner
    Avec Steve McQueen, Jacqueline Bisset, Don Gordon
    Spectateurs
    4,0 7395 notes, 235 critiques
    Séances (2) VOD
    noter :
    0.5
    1
    1.5
    2
    2.5
    3
    3.5
    4
    4.5
    5
    Envie de voir

    Synopsis

    Bullitt, un lieutenant de police, est chargé par un politicien ambitieux de protéger Johnny Ross, un gangster dont le témoignage est capital dans un procès où est impliqué l'homme politique. Malgré les précautions prises par Bullitt et ses hommes, Ross est grièvement blessé, puis achevé sur son lit d'hôpital. Bullitt s'aperçoit alors que la victime n'était pas le vrai Ross...

    Regarder ce film

    En VOD / Blu-Ray, DVD
    Canal VOD
    Canal VOD
    Location dès 2,99 €
    Regarder
    Orange
    Orange
    Disponible en HD
    Location dès 2,99 €
    Regarder
    UniversCiné
    UniversCiné
    Location dès 2,99 €
    Regarder
    Service proposé par Service proposé par le CNC Service proposé par le ministère de la culture

    Séances

    Chercher une séance

    Bullitt Bande-annonce VO 0:32
    Bullitt Bande-annonce VO
    59 054 vues
    Bullitt Teaser VO 0:51
    5 519 vues

    Interviews, making-of et extraits

    Documentaire - La Cool Attitude 6:24
    Documentaire - La Cool Attitude
    3 608 vues
    Les films de 1969 selon les spectateurs 2:23
    Les films de 1969 selon les spectateurs
    13 247 vues

    Dernières news

    C'est l'un des meilleurs films policiers de tous les temps ! Spielberg a trouvé sa star pour un remake à venir
    News - Tournages
    Après The Fabelmans, Steven Spielberg va s'attaquer à un monument du 7ème art : Bullitt. Qui va succéder à Steve McQueen…
    vendredi 18 novembre 2022
    Spielberg : après West Side Story, il s'attaque à une légende du cinéma d'action
    News - Tournages
    Steven Spielberg, 75 ans, n'en finit plus de multiplier les projets. Cette fois, l'emblématique metteur en scène des Dents…
    jeudi 3 mars 2022
    Ces flics de cinéma sont inspirés de vrais policiers !
    News - Culture ciné
    De Frank Bullitt à Maigret, en passant par Vincent Hanna dans "Heat" ou même l'inspecteur Harry, ces flics de cinéma ont…
    samedi 26 février 2022
    A la TV jeudi 25 mars : tous les films et séries à voir ce soir
    News - Films à la TV
    Chaque jour, retrouvez le programme des films et séries à voir à la télé. Ce soir : les premiers épisodes de la série suisse…
    jeudi 25 mars 2021

    Acteurs et actrices

    Steve McQueen
    Rôle : le détective Frank Bullitt
    Jacqueline Bisset
    Rôle : Cathy
    Don Gordon
    Rôle : le détective Delgetti
    Robert Duvall
    Rôle : Weissberg

    Critiques Spectateurs : ils ont aimé

    Meilleures critiques les plus utiles
    anonyme
    Un visiteur
    5,0
    Publiée le 12 septembre 2011
    En 1968, Steve McQueen EST l’Inspecteur Bullitt. Il prend le volant de sa Ford Mustang Fastback et sème le trouble dans les rues de San Francisco. Peut-être l’une des œuvres majeures des années 60 bien qu’il en existe tant d’autres mais celle-ci se veut particulière. En effet, Yates souhaite alors clairement redéfinir l’image du polar bien traditionnel et c’est un déluge dans plans très recherchés qui nous arrive : plans ...
    Lire plus
    Cinéphiles 44
    Cinéphiles 44

    1 223 abonnés 4 034 critiques Suivre son activité

    4,5
    Publiée le 9 novembre 2016
    Nous allons passer 48 heures aux côtés de Steve McQueen dans la peau d’un flic chargé de protéger un gangster dont le témoignage est capital dans le procès d’un homme politique. Bullitt fait partie des films les plus marquants de la carrière de McQueen. Non pas parce que ses yeux couleur lagon sont mis en valeur, ni parce qu’on va assister à une excellente course de voiture dans les rues de San Francisco à bord de sa Mustang. Ce ...
    Lire plus
    Scorcm83
    Scorcm83

    91 abonnés 508 critiques Suivre son activité

    3,5
    Publiée le 27 octobre 2015
    Une course poursuite décapante dans les rues de San Francisco, un Steve MacQueen débordant de charisme en flic mentalement torturé, une mise en scène précise et efficace et une bande son jazzy; voilà ce que je retiens de ce très sympathique Bullit, film culte des sixties, encore très intéressant à regarder aujourd'hui. J'ai particulièrement aimé le fait que le film prenne le temps à plusieurs moments de décrire le quotidien et les ...
    Lire plus
    anonyme
    Un visiteur
    4,0
    Publiée le 23 octobre 2012
    Tout en étant assez simpliste et parfois maladroit,
    Bullitt n'en reste pas un excellent film et un classique dans la filmographie de Steve McQueen.
    Peter Yates fait ses débuts aux US dans lequel il nous étonne de part sa réalisation très efficace.
    Superbe photographie au passage.
    Sans oublier, bien évidemment, la célèbre course poursuite.
    Bullitt est, avec La Grande évasion et Papillon, le film de Steve McQueen que je préfère.

    Photos

    Secrets de tournage

    Adapté d'un roman de Robert L. Pike

    Bullitt est adapté d'un roman de Robert L. Pike intitulé Mute witness.

    Pourquoi Peter Yates ?

    C'est après avoir vu et apprécié Trois milliards d'un coup (1967) que Steve McQueen confia la réalisation de Bullitt à Peter Yates. Ce film allait marquer les débuts du cinéaste britannique à Hollywood.

    Les exigences de Peter Yates

    Peter Yates accepta de réaliser le film à deux conditions : que le scénario soit modifié et que le tournage se déroule dans des décors naturels. En tournant à l'extérieur, le réalisateur voulait en effet moderniser le sujet.

    Infos techniques

    Nationalité U.S.A.
    Distributeur Warner Bros. France
    Récompenses 1 prix et 7 nominations
    Année de production 1968
    Date de sortie DVD 18/11/1997
    Date de sortie Blu-ray 27/02/2007
    Date de sortie VOD 11/05/2011
    Type de film Long métrage
    Secrets de tournage 15 anecdotes
    Budget 4 500 000 USD
    Langues Anglais
    Format production -
    Couleur Couleur
    Format audio -
    Format de projection -
    N° de Visa 35268

    Si vous aimez ce film, vous pourriez aimer ...

    Pour découvrir d'autres films : Meilleurs films de l'année 1968, Meilleurs films Action, Meilleurs films Action en 1968.

    Commentaires

    • Cowboys from Hell
      Un super film. Steve McQueen excelle dans ce flic au sang froid et c'est (peut-être) son meilleur rôle. Et que dire de cette course poursuite ? Exceptionnel ! Mise à part certaines longueurs (surtout à la fin), il n'y a rien à jeter. 4/5.
    • Aiguise moi ça
      Le syndrome fastandfuriouuus !
    • Aiguise moi ça
      Quel commentaire ridicule…Ce film exceptionnel ! C’est l’un des meilleurs films policiers et toi tu sors qu’il serait tombé dans l’oubli sans la course poursuite…Je te jure… génération Fast and Furious !
    • La Liste de Heisenberg
      Une 2ème critique bien différente de la première d'un film que j'ai trouvé pas mal sans que ça soit exceptionnel à mon goût, le film se regarde un peu comme un téléfilm du dimanche après-midi quand il y a rien à faire ou que ça pisse dehors.Les points positifs : C'est que Steve McQueen porte à lui seul ce film avec sa fameuse Ford Mustang Bullit, la scène de la course poursuite reste sans aucun doute l'une des plus célèbre et plus mémorable de l'histoire du cinéma, c'était plus réaliste et plus cohérent à l'époque, rien à voir avec les course poursuite à gogo de Fast and Furious que beaucoup de monde acclamentLes point négatifs : Le scénario possède un suspense qui de tient quand même en haleine et qui de pousse l'envie de voir le fin mot de l'histoire, mais après j'ai trouvé ça trop banal par moment avec peu de rebondissement de ouf, je m'attendais à une trahison ou un complot entre certains personnages. La fin n'est pas mauvaise, mais d'un autre côté je m'attendais à mieux comme retournement de situation, même si la scène de l'aéroport reste regardable.3/5
    • RENGER
      Non, Bullitt (1969) ne se résume pas seulement à son impressionnantecourse-poursuite, qui certes, l’a fait rentrer dans l’Histoire du cinéma (avecun grand H). Le film de Peter Yates est aussi un bijou de minutie où durantprès de 120 minutes, le réalisateur aura fait l’économie de dialogue superflu.Bon nombre de séquences se déroulent en effet, sans la moindre ligne dedialogue, voir même, sans musique. L’immersion est telle, que cela ne choqueabsolument pas, loin de là.Steve McQueen nous subjugue littéralement, il nous retient duregard (impassible, stoïque) et on se laisse prendre au jeu avec une facilitédéconcertante. Le scénario est ciselé, haletant de bout en bout, de la séquencede la chambre d’hôtel à celle de l’hôpital, de la course-poursuite en voiture àcelle du tarmac de l’aéroport, pas une seule fois on décrochera, bien aucontraire.Bien évidemment, le point culminant de ce polar est la fameusecourse-poursuite, 10 minutes intenses où Steve McQueen à bord de sa FordMustang dévale les rues de San Francisco à vive allure. La mise en scène y estdémente, loin des standard habituel de notre époque (où il faut bien l’admettre,tout y est tourné en fond vert, dénué d’un quelconque réalisme ou talent). Ici,les différentes prises de vues (notamment subjectives !) nous offre uneimmersion comme rarement on a l’occasion de le vivre à travers un film. Ajoutezà cela, les crissements de pneus et les moteurs vrombissants de la Mustang etde la Dodge, clairement la mise en scène joue un rôle crucial (pas besoind’artifice comme la 4DX pour ressentir pleinement ce genre d’émotion).Le reste du casting nous offre aussi de beaux moments, entre JacquelineBisset, l’irritable Robert Vaughn et le débutant Robert Duvall. Quant à la B.O.(facilement reconnaissable) de Lalo Schifrin, elle sied à merveille au film, àson background.[http://bit.ly/CinephileNostalGeek ☆ http://twitter.com/B_Renger]
    • Henri M
      Pour le novice désireux de se faire une idée de la quintessence des 70’s, le générique de Bullitt est l’exemple parfait : travelling latéraux sur le mobilier d’un autre temps, police de caractère, attention porté aux objets, cuivres chamarrés et percussion afro cubaines de Lalo Schifrin, rien ne manque.Contrairement aux attentes qu’il peut susciter au vu de sa séminale scène de poursuite, Bullitt se distingue avant tout par sa lenteur. Porté par une mise en scène méthodique, investissant les lieux comme le fait l’enquêteur, le récit s’attache à montrer un homme au travail, qu’aucun obstacle ne fera dévier de sa route. De ce point de vue, c’est le visage sensationnel de McQueen qui fait l’essentiel du travail : concentré, marmoréen, entièrement rivé à sa tâche, il fait montre d’un professionnalisme bien loin des hystériques revanchards que les années Reagan vomiront par la suite. Incorruptible et droit dans ses bottes, le flic représente paradoxalement une école des anciens, face aux multiples détours que concèdent les politiques en place.On pense, dans cet esprit, à un certain nombre de personnages de Michael Mann, experts isolés dans un monde aux repères qui s’effritent, du Solitaire à Heat, avec qui il partage aussi ses problèmes d’un couple sacrifié à des intérêts supérieurs, ainsi que la traque finale dans un aéroport.L’intégrité du personnage n’a d’égal que celle de la mise en scène : minutieuse, professionnelle, elle est entièrement inféodée à la question de la lisibilité. C’est la raison qui fait de cette fameuse course poursuite un jalon du septième art. Dénuée de musique, tout comme de dialogue, voire d’expression faciale, elle se préoccupe de son essence, à savoir un parcours dans les rues de San Francisco. Raccords, jeu visuel sur les rétroviseurs, travail d’orfèvre sur les bruitages (vrombissement, freinages, suspension, mécanique…), immersion visuelle définissent un véritable modèle du genre, dont la descendance est infinie, de Vanishing Point à Death Proof de Tarantino.Ou comment la lenteur dans une scène de poursuite effrénée permet d’accéder à sa véritable dynamique : une leçon de cinéma.
    • C. T
      j'ai remarqué aussi, ils repassent la scène, seulement de ce temps là, ils avaient des outils complètement différents, lourds et encombrants pour faire des films. Ensuite, on peut le regarder quand même. repassé en UGC Culte sur un jeudi soir, du cinéma américain, après ça reste toujours une façon de plonger dans une autre époque, savoir ce qu'ils avaient et ce qu'ils allaient avoir ensuite. l'acteur principal, il a son charisme et se montre observateur. Coccinelle verte, les voitures toutes énormes, leur conduite automobile folle et autre. c'est La californie.
    • willycopresto
      Ce film est un échantillon parfait de ce que les US font de bon, et de pire, au cinéma ! D'abord il semble trop long alors qu'en fait il frôle les deux heures ! La faute à des scènes qu'on étire le plus longtemps possible. Puis les invraisemblances de scénario au kilo ! Pas étonnant : trois plumitifs dont chacun met sa patte ! Ensuite le stock-cars dont sont friands les amateurs de fast-food ! Et enfin, les femmes (je devrai dire la) affectées à demeure à leurs fourneaux. Dommage, Jacqueline Bisset pouvait faire mieux que la potiche... Pour faire avaler tout ça, un excellent casting et un tout aussi excellent Steve McQueen qui en tant que comédien-producteur pouvait faire avaler toutes les couleuvres qu'il voulait à la Warner ! Et puis, exit les outrances des Bond et autres 007 faits pour le fric avant tout : ici Bullit, le flic indocile, est, et reste modeste voire effacé : il n'en est que plus attachant ! Bravo Steve !
    • willycopresto
      Et c'était trop fatigant de mettre le commentaire ici ? Aucun intérêt !
    • L'Quebecois
      Sans la scène de poursuite, ce film serait tombé dans l'oubli le plus total. Et encore, la scène de poursuite possède une même scène réutilisé 2 ou 3 fois, mais pris à différent angle (regarder la coccinelle verte). Ce film est lent et ennuyant. Je n'ai pas de plaisir à le voir. 1.5/5
    • Mephiless s.
      J'espère que tu généralises.. Parce que j'ai 16 ans et je l'ai trouvé très bien. La qualité de la mise en scène et du scénario sont indéniables. Il a dû inspirer beaucoup de films d'action pour la course-poursuite
    • Tontonlo
      Synopsis Allociné beaucoup trop explicite...
    • Toad T.
      Ce film des année 60 est un de mes films préférer, McQueen et génial ! et la Mustang vraiment pas mal. Les soit disant que ce film et nul ou trop lent, sachez que tout est réel la course poursuite est sans trucage et la mustang piloter par McQueen en personne, les médecins, ou architecte sont également des personnes qui jour leur vrai role, pour donner plus de réalisme a ce film est ne sont donc pas des acteurs. Après passer 40 ans, ce film reste un classique de film policier. A voir !
    • DanySH
      Critique et analyse du film : http://fenetresurcran.blogspot...
    • Elthib7
      je suis d'accord, j'ai 23 ans et l'ai trouvé ennuyeux même si je dois reconnaitre que la course-poursuite de 7min était pas mal du tout !
    • Elthib7
      Bon tout d'abord je précise que ce film m'a attiré car j'ai entendu dire qu'il y avait une super course-poursuite dedans ! C'est vrai qu'elle était pas mal du tout, bien réalisée et assez immersive. En plus j'ai regardé elle a quand même duré 7minutes ! Belle perf.Après, honnêtement le reste du film je l'ai trouvé ennuyeux et long... Il aurait fallu condenser tout ça en enlevant au moins 20minutes dans le film...Je mets 2,5/5, sachant que la course poursuite remonte la note, sinon ça aurait été 2/5.
    • Danielle G.
      Un film fort que j'avais adoré, une musique magnifique , sans doute un des films que j'ai préféré de Steeve McQueen
    • magnon86
      Ah ah ! Au début, on voit les gros ordis des années 70, avec les noms de bureaucrates "Mr John Ross, Mr Peter Ross" (J.R est un nom repris dans Dallas...)J'ai vu au générique Robert Vaughn, apparemment aucun lien familial avec Vince Vaugh...Jacqueline Bisset a l'air d'avoir une sacrée filmographie...@cinephile221 : je ne vois pas ta critique sur ton profil...Vers le 72e minute, la course-poursuite (entre Bullit et le FBI) au travers des rues pentues de SF(rancisco) est épique & géniale. J'ai hâte d'être dans 45 minutes, pour éditer ma critique complète.Au fur et à mesure de l'apparition des barbouzes, je comprends de mieux en mieux le casting qui a présidé à "Qui a tué Pamela Rose" avec Kad et Olivier (je les ai en .ts si vous voulez, enregistré légalement sur une chaîne publique).
    • x-doll
      Une bombe!
    • isularossa
      evidemment que les plus jeunes trouveront ce classique ennuyeux par rapport a ce qui se fait maintnenant en therme de film d'action mais pour les puristes du cinema,ça restera un grand classique du policier des années 60,la classe
    Back to Top