Notez des films
Mon AlloCiné
    Bullitt
    note moyenne
    4,0
    5486 notes dont 221 critiques
    répartition des 221 critiques par note
    33 critiques
    82 critiques
    63 critiques
    32 critiques
    6 critiques
    5 critiques
    Votre avis sur Bullitt ?

    221 critiques spectateurs

    septembergirl
    septembergirl

    Suivre son activité 487 abonnés Lire ses 1 069 critiques

    3,0
    Publiée le 29 avril 2014
    Un film policier américain incontournable qui, dans son ensemble, ne s'avère pas totalement convaincant, n'offrant ni rebondissements ni véritable originalité. Une réalisation qui, entre manque d’ambition et de rythme, n’est donc pas exempte de faiblesses, mais qui parvient, malgré tout, à imposer une belle atmosphère et qui bénéficie du charisme de Steve McQueen. La course-poursuite à bord de la mythique et rugissante Ford Mustang, à travers les rues de San Francisco, est, quant à elle, mémorable et mérite à elle seule d'être vue. Un film assez simpliste et parfois maladroit qui constitue un classique du polar urbain des années 1960 !
    HAL9000-Computer
    HAL9000-Computer

    Suivre son activité 9 abonnés Lire ses 270 critiques

    5,0
    Publiée le 12 septembre 2011
    En 1968, Steve McQueen EST l’Inspecteur Bullitt. Il prend le volant de sa Ford Mustang Fastback et sème le trouble dans les rues de San Francisco. Peut-être l’une des œuvres majeures des années 60 bien qu’il en existe tant d’autres mais celle-ci se veut particulière. En effet, Yates souhaite alors clairement redéfinir l’image du polar bien traditionnel et c’est un déluge dans plans très recherchés qui nous arrive : plans rapprochés pour montrer tout le charisme de Frank Bullitt, contre-plongée dans la poursuite à pied, jeu de miroirs jusqu’à la toute fin, jeu de reflets, vue subjective dans la poursuite, fameux plan du rétroviseur. Il est évident que ce film y est pour beaucoup dans la renommée de Steve McQueen et de son jeu d’acteur, le King of cool parvient même à mettre en lumière ses talents de pilote automobile (et c’est peu dire). Acteur difficile mais qui donne du cœur à l’ouvrage, il insista pour faire toutes les cascades lui-même jusqu’à débouler à 160 dans les rues de Frisco. Sans McQueen, Bullitt ne serait pas Bullitt et manquerait cruellement de charisme (un dur, un solitaire, un blasé, un justicier). Déjà connue pour avoir fait une apparition dans ‘Le Knack’ et pour avoir travaillé avec Stanley Donen ou Polanski, Jacqueline Bisset arrive à donner la réplique à un lieutenant de police plutôt refermé sur lui-même et masquant ses émotions. C’est grâce aux rares scènes de confrontation avec une femme et dans l’intimité que la nature plus profonde de Bullitt se révèle. Robert Vaughn est très convaincant et ambigu dans son rôle, notons la présence (presqu’une apparition furtive) de Robert Duvall en chauffeur de taxi et Don Gordon dont ‘Bullitt’ est un des seuls films à sauver en ce qui le concerne. Heureusement, Yates a décidé de s’inspirer de ‘Mute witness’, roman de Robert L. Pike (qui a également donné un film en 1994 du même nom), c’est-à-dire d’un vrai roman policier et tout le récit dont il est question n’est pas un simple prétexte pour réaliser la plus grande scène de course-poursuite du cinéma –longue de 10 minutes ! Au contraire, l’histoire est vraiment complexe, le suspense est haletant, les personnages cachent bien leur jeu… Avec un budget minimaliste de 4,5 millions de dollars, ce soi-disant petit film aux décors nombreux et aux extérieurs discrets s’est avéré être un triomphe dans les salles et fait toujours parler de lui aujourd’hui même si l’ambiance a un peu vieillie quand on pense aux plans dans le restaurant ou aux appareils dans l’hôpital. Cependant, grâce à un acteur merveilleux mais aussi à un réalisateur imaginatif et ambitieux, à une adaptation réussie ainsi qu’à une bande son encore cool il faut le dire ; l’effet escompté tient toujours. Un mot sur la musique de Lalo Schifrin qui est le régisseur des humeurs successives du film allant de la mélancolie au suspense très présent dans la poursuite (‘Shifting Gears’) en passant par la romance des scènes avec Jacqueline Bisset, le thème principal récurrent met le spectateur en confiance et accompagne très volontiers Frank Bullitt dans ses aventures. Le meilleur moyen de se faire une idée de la fameuse poursuite n’est pas de relater des anecdotes ou des faits (malgré quelques petits faux raccords çà et là) mais bel et bien de la voir ou de la revoir puisqu’on ne s’en lasse point. Ce polar très bien équilibré entre passion et solitude réinventa à son niveau le genre, la morale est certainement résumée par le plan final : McQueen se regarde dans le miroir de la salle de bains sans un mot, fatigué, résigné puis un autre plan coupe cette image pour montrer pistolet et balles. Peut-être est-ce parce que Bullitt voulait changer la rigueur policière (il ne sort son arme qu’à la fin après la poursuite sur la piste de l’aéroport) et la dureté de sa vie quotidienne à moitié dans la réalité du monde c’est-à-dire dans les égouts… Une réflexion utilisée de nombreuses fois plus tard car ‘Bullitt’ a été une vrai source d’inspiration quand on pense à des films comme ‘Dirty Harry’ (Eastwood s’est fait une spécialité du flic qui endure tout), la série des ‘Flics’ avec Delon ou ‘Police Python’ en France, également pour De Niro, Al Pacino, Bruce Willis… Bref un thème largement repris dans les 70’s autant aux Etats-Unis qu’en Europe.
    gimliamideselfes
    gimliamideselfes

    Suivre son activité 1816 abonnés Lire ses 3 785 critiques

    2,5
    Publiée le 27 janvier 2013
    J'avais entendu tellement de bien autour de ce film que quelque part même si je ne l'avais vu j'avais une sorte de respect pour ce film. Et le fait qu'il passe sur arte me permet de me mettre à la page. Il faut souligner qu'arte est la seule chaine à passer ce genre de films pourtant tout public et grand public. M'enfin bon, faut croire que quand ça a plus de 20 ans et que ce n'est pas un film avec Louis De Funès ça vaut pas la peine de le passer.

    Alors je dois dire que Bullitt ne m'a fait aucun effet du début à la fin. J'y ai vu un polar classique, avec une intrigue classique. Et j'ai même trouvé que l'intrigue n'était pas très plaisante à suivre, je veux dire j'ai très vite arrêté de chercher avec le héros tant ça me semblait parfois un peu téléphoné. J'ai vu un policier comme il en existe des tas d'autres… C'est quand même foutrement décevant.

    Alors oui il y a cette fameuse scène de course poursuite soit disant dantesque. Bon elle est sympa, mais je dois dire qu'on a vu et fait mieux. Mais c'est tout de même très appréciable de voir ça, je ne vais pas le nier.
    Du coup c'est le seul moment du film qui a suscité un peu mon intérêt. Mais je dois dire que je ne comprends pas ce que les gens trouvent à ce film. Ok c'est pas de la merde, mais bon, si on excepte McQueen qui est, il est vrai, un acteur charismatique ben il reste pas grand chose.
    J'ai trouvé que ça manquait de tension, de consistance, ce film c'était comme si je l'avais déjà vu en fait.

    Vraiment déçu.
    Russell_Carpenter
    Russell_Carpenter

    Suivre son activité 19 abonnés Lire ses 20 critiques

    4,0
    Publiée le 23 octobre 2012
    Tout en étant assez simpliste et parfois maladroit,
    Bullitt n'en reste pas un excellent film et un classique dans la filmographie de Steve McQueen.
    Peter Yates fait ses débuts aux US dans lequel il nous étonne de part sa réalisation très efficace.
    Superbe photographie au passage.
    Sans oublier, bien évidemment, la célèbre course poursuite.
    Bullitt est, avec La Grande évasion et Papillon, le film de Steve McQueen que je préfère.
    Caine78
    Caine78

    Suivre son activité 3459 abonnés Lire ses 7 267 critiques

    4,0
    Publiée le 9 octobre 2006
    L'un des grands classique des années 70 et on peut comprendre pourquoi. Bien qu'il faut reconnaitre que ce film soit particulièrement frois, il n'en reste pas moins très bien fait, avec un solide scénario, carré et intéressant. L'interprétation est impeccable, sobre et homogène, ou l'on peut retrouver en compagnie de Steve MCQueen la lumineuse Jacqueline Bisset et l'excellent Robert Vaughn. De plus, la fameuse course-poursuite en voitures est toujours aussi mythique aujourd'hui et la musique de Lalo Schifrin est de celle que l'on oublie pas de sitot. Un must!
    lhomme-grenouille
    lhomme-grenouille

    Suivre son activité 2196 abonnés Lire ses 3 141 critiques

    3,0
    Publiée le 13 août 2020
    On en a tous des films comme ça : des icônes qui habitent notre imaginaire alors même qu’on ne les a jamais vues. Pour ma part, « Bullitt » en faisait clairement partie…
    Alors forcément, quand lors de ce long confinement du printemps 2020, la programmation de France 5 m’a donné la possibilité de découvrir enfin cette œuvre mythique, je n’ai pas loupé l’occasion.
    Je me suis jeté dessus. J’ai vu... Et j’ai été déçu.

    Bah oui, déçu parce que franchement, « Bullitt », ça a beau avoir marqué une époque (et non sans raison), il se trouve qu’aujourd’hui, moi je trouve ça quand-même assez léger, pour ne pas dire plutôt fadasse.
    Alors certes, on retiendra certainement tous de ce film ces quelques scènes de poursuites endiablées dans les rues de San Franscisco (et qui ne sont clairement pas vilaines à regarder) de la même manière qu’on pourra toujours être séduit par l’état d’esprit de cet inspecteur à qui ce film doit le nom : un gars taciturne, usé que la politique le détourne régulièrement des fondamentaux de son métier et qui n’a clairement plus envie de prendre des gants et de laisser couler.
    Un personnage qui ne surprendra pourtant pas – et pour cause – puisqu’il s’agit aujourd’hui d’un véritable stéréotype du genre. De l’inspecteur Harry à John Spartan, ils sont désormais nombreux ces personnages de vilains flics réglos à s’inspirer de ce Frank Bullitt.

    Donc oui, « Bullitt » a ses mérites, mais cela ne lui retire pas pour autant ses faiblesses.
    En termes de dynamisme et d’entrain, « Bullitt » c’est quand-même plus proche de l’inspecteur Derrick que de l’inspecteur Harry.
    Alors loin de moi l’envie de cracher par principe sur les intrigues qui prennent leur temps, mais là, c’est clairement un parti pris au service de rien.
    Pendant toute la première moitié, le film désespère par son manque d’enjeux. Les situations posées sont d’une banalité affligeante et l’intrigue policière se limite au plus simple appareil.
    S’ajoutent en plus à cela un rythme plat plombé par des dialogues végétatifs, si bien que – forcément – lorsque survient la première scène de poursuite qui est la véritable attraction du film, on a l’impression que, par effet de contraste, le réalisateur Peter Yates a soudainement sniffé tout un parpaing de cocaïne.

    Malgré tout, « Bullitt » évite le naufrage sur sa dernière demi-heure. A partir de ce moment-là, l’intrigue révèle ENFIN une once de relief et parvient à se dynamiser suffisamment pour que le sommeil ne nous prenne pas au volant.

    Au sortir de tout, j’avoue que mon impression sur « Bullitt » est partagée.
    D’un côté l’historien aimerait valoriser le fait que ce film ait su être un tournant pour tout un genre, au point que de nombreux films majeurs s’inspirent clairement de lui.
    De l’autre le spectateur contemporain que je suis aussi ne saurait nier l’ennui qu’a suscité ce film chez moi de par sa banalité et son manque global de consistance.

    Étonnamment, en voyant « Bullitt », j’ai davantage eu l’impression de retrouver le charme suranné de « La classe américaine » de Michel Hazanavicius plutôt que le pouvoir réellement transcendant d’une œuvre mythique. Dès que soudainement Steve McQueen se mettait à s’énerver avec sa voiture, je pensais à Paul Newman dans le détournement de Canal+. Ça faisait fake, parodique, pas à sa place, en décalage avec tout le reste…

    Seulement voilà, un charme suranné n’en reste pas moins un charme malgré tout.
    Et quand bien même je n’ai globalement pas trop apprécié voir ce « Bullitt » (et le reverrai certainement jamais) je dois bien avouer que les images qui m’ont fait le voir sont restés gravés dans mon esprit.
    « Bullitt » a conservé ce « charme Bullitt », quoi qu’on en dise.
    Et ça, même si ça peut avoir des allures parodiques, ça n’est clairement pas donné à toutes les œuvres de cinéma…
    anonyme
    Un visiteur
    4,0
    Publiée le 25 janvier 2018
    « Bullitt » est un film culte en raison de la célèbre course-poursuite dans les rues de San Francisco d’une durée d’une dizaine de minutes. L’histoire, le développement, l’intrigue sont pauvres, sans saveur, et si cela se voulait novateur à la fin des années 1960, cela apparaît aujourd’hui terriblement démodé et périmé. Notre note élevée tient essentiellement de l’aspect hommage et respectueux de l’œuvre dans son texte d’origine. Un métrage qui peut néanmoins encore séduire les nostalgiques.
    Estonius
    Estonius

    Suivre son activité 823 abonnés Lire ses 3 901 critiques

    2,5
    Publiée le 6 mars 2016
    Encore un film qui ne mérite pas sa réputation car si les bons films ne vieilliront jamais, celui-là a pris un sacré coup de vieux. Son succès critique et publique fut provoqué par la poursuite en voiture, bluffante pour l'époque, depuis on a fait mieux. Quant à l'intrigue policière non seulement elle se traîne, mais elle est loin d'être terrible, débutant sur une absurdité : le protocole de protection du témoin est grotesque et se terminant. pas une autre :
    spoiler:
    pourquoi faire descendre les passagers de l'avion ?

    Il n'y avait pas moins tordu ?
    spoiler:
    Et l'autre qui est poursuivi en pleine nuit et qui se met à tirer signalant du coup sa position, passons aussi sur la confusion entre l'identité des blessés, volontaire, puisque c'est la seule "astuce" du scénar mais mal gérée.

    Tout cela fait très série B et encore, beaucoup de séries B sont supérieures à ça. Quant à Jacqueline Bisset qu'on nous explique à quoi elle sert ? Sinon l'interprétation est très correcte mais sobre. Moyen tout ça, très moyen !
    JulienAllard
    JulienAllard

    Suivre son activité 21 abonnés Lire ses 387 critiques

    4,5
    Publiée le 27 décembre 2013
    Super film policier: Steve McQueen est excellent et on assiste une course poursuite de légende !
    CH1218
    CH1218

    Suivre son activité 66 abonnés Lire ses 2 025 critiques

    3,5
    Publiée le 27 novembre 2015
    Ce classique de la fin des années 60 réalisé par Peter Yates, est totalement centré sur Steve McQueen, lequel apporte toute sa dimension à son rôle de flic intègre. Bien plus que le charisme de l’acteur, la reconnaissance de « Bullitt » tient essentiellement à sa fameuse course poursuite. Très réaliste, magnifiquement filmée et montée, elle est devenue l’une des plus cultes de l’Histoire du cinéma. Ces 10 minutes rutilantes contrastent avec le reste de l’intrigue, peu prenante et avare en péripéties. Très épurées, certaines scènes sont lentes et/ou quasiment muettes prodiguant au film un caractère et un style assez particulier qui déplairont à ceux qui sont avides de polar musclé.
    cylon86
    cylon86

    Suivre son activité 1395 abonnés Lire ses 4 430 critiques

    4,0
    Publiée le 4 janvier 2009
    Un grand classique du genre qui doit beaucoup à Steve McQueen et à la cultissime course-poursuite dans les rues de San Francisco. Car si le scénario est bien ficelé, la mise en scène de Peter Yates est assez plate. De plus, on a tellement entendu de louanges sur ce film qu'on ne peut s'empêcher d'être un petit peu déçu...
    wesleybodin
    wesleybodin

    Suivre son activité 640 abonnés Lire ses 3 864 critiques

    4,0
    Publiée le 30 octobre 2010
    Un classique inébranlable qui faisait figure de chef-d'oeuvre à l'époque grâce à sa mise en scène d'une sobriété machinale, ses "gueules" reconnaissables entre mille et ses courses-poursuites démoniaques pour l'époque. Rien n'y fait, pas même le temps, Bullitt est un modèle d'efficacité. Un polar comme il est très rare d'en voir de nos jours.
    Fabien S.
    Fabien S.

    Suivre son activité 118 abonnés Lire ses 3 143 critiques

    4,0
    Publiée le 8 mai 2020
    Un excellent film policier de Peter Yates. Steve McQueen incarnait un lieutenant de police lancé dans une folle course poursuite .
    Mathias Le Quiliec
    Mathias Le Quiliec

    Suivre son activité 29 abonnés Lire ses 378 critiques

    2,5
    Publiée le 12 janvier 2015
    Voila un classique bien sur-côté ! Bullit à mon sens ne casse pas trois pattes à un canard à part pour ses scènes de courses poursuites qui justifie vraiment sa réputation et la raison première pour laquelle on a envie de le voir. Pour le reste malheureusement c'est le gros cliché Hollywoodien, un personnage solitaire (flic de préférence) antipathique, le problème c'est peut être Steve Mc Queen que je voyais pour la première fois, et quand ton jeu et ton charisme n'atteignent que péniblement les chaussettes à Lino Ventura ou à De Niro tout perd en charme, surtout quand Jacqueline Bisset qui campe ici un pot de fleure insipide renforce encore plus cette sensation de gros cliché à l'américaine. Après rien d'étonnant que ce film soit culte, la beaufitude touche aussi des génération de spectateurs capable de se lever comme un seul homme pour défendre ou faire partager au plus jeune leurs références (on s'en serait passé !)
    C'est un peu mon coup de gueule parce que pour le reste malheureusement je ne trouve pas grand chose à dire non plus, une ambiance à la French Connection mais sans son équipe, un scénario style inspecteur Harry 70' mais sans Clint Eastwood. Bref je ne sais même pas pourquoi j'ai fait une critique aussi longue sur Bullit, peut être pour mieux vous aidez a faire demi tour et rétablir un peu la balance ...
    VodkaMartini
    VodkaMartini

    Suivre son activité 35 abonnés Lire ses 410 critiques

    5,0
    Publiée le 29 septembre 2006
    Un polar qui annonce aussi bien "L'Inspecteur Harry" que "French Connection". Entre une tension constante et une approche presque clinique par moments,"Bullitt" suit les investigations d'un flic détérminé autant que désabusé, introverti jusqu'à l'autarcie, dans un monde marqué par une corruption intégrale. Jouant la carte du réalisme autant que du manièrisme stylé, "Bullitt" reste un modèle du genre.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top