Mon compte
    The Beatles: Get Back
    Critiques spectateurs
    Critiques presse
    note moyenne
    4,3
    166 notes En savoir plus sur les notes spectateurs d'AlloCiné
    Votre avis sur The Beatles: Get Back ?

    11 critiques spectateurs

    5
    3 critiques
    4
    5 critiques
    3
    2 critiques
    2
    0 critique
    1
    0 critique
    0
    1 critique
    MacDaigh
    MacDaigh

    Suivre son activité 10 abonnés Lire ses 4 critiques

    Critique de la série
    5,0
    Publiée le 12 décembre 2021
    Fabuleux. Voir les Beatles à l'oeuvre est quelque chose de fascinant. Loin des idées reçues, les voir échanger, s'engueuler, se rabibocher, se marrer, faire des blagues pourries a quelque chose d'hypnotisant. on s'aperçoit que les quatre de Liverpool n'étaient finalement que des gars normaux. l'image est tellement propre qu'on a l'impression que tout ça a été tourné la semaine dernière, ce qui renforce encore le sentiment de proximité.
    mais surtout, les voir pondre en quelques minutes certains de leurs morceaux les plus connus est véritablement miraculeux.
    sans oublier le point d'orgue qu'est le concert de la fin du troisième épisode, et on imagine sans peine le pied monumental qu'a dû prendre Peter Jackson à monter tout ça.
    Alexandre C
    Alexandre C

    Suivre son activité 15 abonnés Lire ses 5 critiques

    Critique de la série
    5,0
    Publiée le 20 décembre 2021
    Série extra !
    Pas forcement dédiée aux fans des Beatles ! Cette série met non seulement en évidence le génie des membres de ce groupe mythique mais aussi une belle histoire d'amitié avec ses frustrations , ses réconciliations et cette complicité légendaire . McCartney est sans aucun doute le Boss dans cette dernière aventure mais il gère ce statut avec beaucoup de nuances par soucis des autres . C'est définitivement un Gentleman.
    Harrison est touchant car il souffre de ne pas pouvoir exprimer sa créativité et son talent . Il subit la direction de Paul qui ne déroge pas . Malgré tout McCartney est attentif aux fragilités de son ami d'enfance.
    Lennon se métamorphose au fil des épisodes .
    Yoko Uno .... fait du Yoko Uno ! Bon c'est vrai que je ne suis pas fan du personnage .. et encore moins maintenant.
    Ringo Star est d'une humeur constante , joyeuse . Il accepte et aime se faire diriger par McCartney.
    Une belle histoire d'amitié et de complicité .
    A noter la présence du génial Billy Preston qui , comme un gosse , jubile de jouer avec les Beatles qui sont d'ailleurs très protecteurs à son égard .
    Je recommande cette série à 200 % Vive les Beatles !
    Solenne Onchalo
    Solenne Onchalo

    Suivre son activité Lire sa critique

    Critique de la série
    5,0
    Publiée le 7 décembre 2021
    je pense qu'il faut être un fan pour vraiment apprécier ce documentaire -ce que je suis- parce que certains moments peuvent être long (quand ils jouent 6, 7 ou 8 fois d'affiler le même morceau pendant 20 minutes) ou quand ils blaguent entre eux sur les toasts et le petit dèj, ou les pets de Ringo... c'est 8 heures de plongée dans une parenthèse d'un mois avec quatre hommes qui (au delà de leur talent indéniable) ne sous QUE des hommes.
    on y sent quand même la fin d'une ère. les 8 heures sont crépusculaires, prédisant la fin du groupe (la scène de l'épisode 2 où McCartney se retrouve seul avec Ringo, parce que Lennon est chez lui et Harrison a quitté le groupe... tellement touchante et prophétique) et les images sont magnifiques, les couleurs vivantes et le son, exceptionnel. il y a quelques perles et surprises (comme la conversation 'privée' entre Lennon et McCartney dans une salle, où la production avait installé un micro deux jours avants)
    BREF, si vous aimez les Beatles, ces 8 heures vous sembleront trop courtes (c'est moi cas !). Et si vous n'êtes pas un fan, c'est un regard unique sur un groupe de légende avec de la bonne musique -mais certains moments vous sembleront probablement longs.
    Cinéphiles 44
    Cinéphiles 44

    Suivre son activité 813 abonnés Lire ses 3 715 critiques

    Critique de la série
    4,5
    Publiée le 3 janvier 2022
    A la fois un documentaire musical et une série offerte par Disney Plus, “The Beatles: Get Back” est un grand et rare bijou de trois épisodes montés par Peter Jackson avec des images inédites enregistrées en janvier 1969 par Michael Lindsay-Hogg, lors des séances de répétitions et d'enregistrements des Beatles, avant leur concert sur le toit de leur immeuble. Pendant 7h et 47 minutes nous assistons à leur travail en temps record sur leur dernier album “Let It Be”, mais également à leurs moments de complicités ou de querelles. Nous sommes spectateurs de la fougue passionnée de Paul McCartney et à celle délurée de John Lennon. Nous sommes rassasiés de la présence de Yoko Ono qui fusionne avec Lennon dans chaque plan. Nous assistons avec tristesse aux doutes de George Harrison qui souhaite quitter le groupe et nous sommes charmés par la sérénité de Ringo Starr. “The Beatles: Get Back” s’adresse bien entendu à des avertis. Ce film ne séduira que ceux qui aiment et veulent passer du temps avec les Beatles. D’abord sur les plateaux de cinéma de Twickenham à Londres, puis dans le studio de la compagnie Apple Corps, les Beatles nous offriront pour conclure, un exceptionnel concert de quarante minutes, qui sera interrompu par la police.
    D'autres critiques sur notre page Facebook : Cinéphiles 44 et notre site cinephiles44.com
    Alasky
    Alasky

    Suivre son activité 205 abonnés Lire ses 2 932 critiques

    Critique de la série
    3,5
    Publiée le 15 décembre 2021
    Plaisant à voir, même si en fin de compte c'est plutôt sans surprise. Toutefois ça reste captivant et agréable de voir les membres de ce groupe mythique composer leur plus beaux morceaux, avec à la fin le célèbre concert spoiler: sur le toit
    .
    CH1218
    CH1218

    Suivre son activité 101 abonnés Lire ses 2 478 critiques

    Critique de la série
    4,5
    Publiée le 13 janvier 2022
    Comme un cadeau fait aux fans, Peter Jackson dépoussière les quelques 60 heures d’images et 150 heures audios capturées au mois de janvier 1969 par Michael Lindsay-Hogg, montrant les Beatles créer en direct de nouveaux morceaux en vue d’un nouvel LP et surtout d’un retour sur scène. Filmés dans les studios Twickenham, puis au siège d’Apple Corps, les Fab Four collaborent plutôt bien que mal sur le projet sur lequel ils n’arriveront pourtant jamais à s’accorder. Il y a tout de même quelque chose de fascinant de voir durant ces huit heures, un peu répétitives toutefois, ces 4 gars, tout ce qui a de plus normal, jouer, échanger, se déchirer, se réconcilier, s’amuser et blaguer ensemble malgré les divergences d’opinions, de vues et de personnalités, signes d’une rupture déjà présente. Quelques moments sortent du lot, comme par exemple la mise en accord presque magique de la chanson «Get Back» (épisode 1) et bien entendu les 42 minutes de ce mythique concert-surprise sur le toit de l’immeuble de Savile Row du 30 janvier 69.
    Alain D.
    Alain D.

    Suivre son activité 349 abonnés Lire ses 2 898 critiques

    Critique de la série
    4,5
    Publiée le 8 janvier 2022
    Le projet Get.Back réalisé en 1969 par Peter Jackson nous offre un excellent documentaire en 3 parties témoignant d'un mois de création, de répétitions, mixages et enregistrements.
    Le film collectionne 21 jours de travail en Studio, de conversations intéressantes, de superbes images montrant Paul McCartney avec sa fille, John Lennon avec Yoko ; les compagnes de George et de Ringo sont également présentes en studio comme au concert.

    L'Episode1: Liverpool 1956: Cet episode nous montre ; John Lennon a 16 ans, Paul McCartney a 14 ans, George Harrison 13 ; leur 1er concert en 1960 en Allemagne ; des images (en N&B) de leur port d'attache au Cavern Club en 61 … La Beatlemania des années 62-64, leurs premiers problèmes en 66. Sgt Peppers, Magical Mistery Tour en 67 ; Leur trip en Inde en 68 ...
    l'épisode se termine par le début de la Get Back Session au studio de Twickenheim Janv 69.
    L'Episode2 : Jours 8 à 15 ; Dans sa première partie, il est plus axé sur de profondes réflexions que sur la musique. Cet épisode nous propose des débats sur les objectifs, le choix entre un film, un concert et un disque. On y perçoit clairement les idées du capitaine planificateur qu'est Paul et l'humour et le réalisme de John. Jour 8 : Paul et sa femme Linda rejoignent Ringo au studio ; John est restée à l'hôtel avec Yoko, George est repartit pour 2 jours à Liverpool ; intenses échanges entre Paul et l'ingénieur, l'ambiance est maussade. Jour 9 : voire Paul travailler au piano est un vrai régal. Jour 10 au studio de Twickenheim: Oh Darling, Jour 15: On the Road To Marrakech, For You Blue, Let It Be. Les 4 garçons ont 3 chansons pour le concert.

    L'Episode3 nous montre des images adorables de Paul avec sa fille, de John avec Yoko. George Harrison et Ringo Starr créent Octopussy Garden. On assiste à l'enregistrement de Let It Be, Get Back, Twist and Shout, The Long and Winding Road, Old Brown Shoe, Don't Let Me Down, Stawberry Fields. George Harrison répète Something qu'il travaille depuis un mois.
    Cet épisode se termine le jeudi 30 janvier 1969 avec le concert, 6 chansons sur le toit de leur immeuble : Get Back, Don't Let Me Down, I got a Feeling, One After 909, Dig a Pony, God Save the Queen.
    Fabien S.
    Fabien S.

    Suivre son activité 264 abonnés Lire ses 4 042 critiques

    Critique de la série
    4,0
    Publiée le 25 octobre 2022
    Une très bonne série documentaire avec des images d'archives sur le groupe mythique The Beatles qui nous plonge dans l'ambiance de l'époque.
    JB89100
    JB89100

    Suivre son activité Lire ses 35 critiques

    Critique de la série
    4,0
    Publiée le 10 octobre 2022
    Serie tres originale par son contenu et sa forme. C'est un peu une téléréalité d'enfermement durant un mois dont les acteurs sont des ultracélébrités planétaires montrées dans la partie professionnelle de leur vie. Ceci avec une qualité audiovisuelle (image, son et réalisation) unique à ma connaissance pour l'époque. On peut chercher et trouver des défauts au projet mais je ne le ferai pas car je reverais d'avoir l'identique sur Chicago, Pink Floyd, Hendrix, Santana et plein d'autres.
    J'ai adoré voir la naissance de chansons comme Get Back, Let it Be et autres.
    J'ai aimé découvrir une partie (celle que la prod a bien voulu montrer) de la personnalité des Beatles ; ce qui a fait leur succès ama, l'amour de leur métier et la joie de le pratiquer alors que ç'est la fin du groupe qui est relatée ici et qui suivra presqu'immédiatement leur dernier concert de Saville Row.
    Suite au visionnage, j'ai ressenti un peu un coté hagiographique notamment pour Paul , ce qui m'a incité à lire le livre « Mythology » d'Ersin Leybovitch qui apporte certaines réponses et compléments. Livre que je recommande même s'il est critiquable.
    Magforce
    Magforce

    Suivre son activité 1 abonné Lire sa critique

    Critique de la série
    0,5
    Publiée le 8 décembre 2021
    Mais c'est quoi cette horreur ?
    On y voit 4 mecs défoncés les trois quart du temps, faisant de la diahrée musicale ........
    3 accords foirés sur 4, les vocaux, je t'en parle meme pas............
    Pas étonnant qu'il soit jamais sorti a l'époque ............
    Marcmaincent
    Marcmaincent

    Suivre son activité Lire sa critique

    Critique de la série
    3,5
    Publiée le 7 juin 2022
    Accords tellement foirés que le groupe et ses chansons (combien au catalogue déjà? avec seulement quatre accords?) sont complètement tombés dans l'oubli cinquante ans après...
    Louons un studio pour un mois à Magforce avec tous les instruments de musique possibles, un ingé-son et des roadies à ses petits soins.
    Écoutons le résultat et on en reparle dans cinquante ans.
    Plus sérieusement, on voit de l'intérieur ce qu'est le processus de création dans un groupe de rock.
    Cela vaudrait aussi pour le jazz et toutes les musiques de tradition orale. J'ajouterais les musiques écrites. Là aussi on remet cent fois le métier sur l'ouvrage.
    N'en déplaise à la personne sus-nommée, c'est ainsi que ça marche.
    Je lui déconseille fortement de voir One plus one de Jean-Luc Godard, Il risquerait la crise d'apoplexie.
    Là, une seul chanson des Stones (sympathy for the devil) est travaillée...
    Notons l'arrivée de Billy Preston dans le deuxième épisode je crois. Le pianiste arrive à point nommé pour rassembler le groupe tant musicalement qu'humainement. Et si on aime le fender rhodes, on est servi!
    Les longueurs dont on se serait malgré tout bien passé sont souvent celles qui ne concernent pas la musique.
    Et puis aussi lorsque Yoko Ono prend le micro!
    Back to Top