Notez des films
Mon AlloCiné
    Sullivan Stapleton : mais qui est le héros du nouveau "300" ?
    4 mars 2014 à 22:00
    FBwhatsapp facebook Tweet

    Exit Gerard Butler, le héros de "300 : La Naissance d'un empire" s'appelle Sullivan Stapleton ! Alors que le film de Noam Murro sort sur nos écrans, apprenez-en un peu plus sur cet Australien.

    Repoussé d'août 2013 à mars 2014, 300 : La Naissance d'un empire n'en finit plus de se faire attendre. Heureusement, une première bande-annonce a enfin fait son apparition, histoire d'aider les fans à patienter. Si ces premières images ont permis de constater que les deux volets de la saga seront raccord sur le plan visuel, elles aident aussi à nous familiariser avec le successeur de Gerard Butler : Sullivan Stapleton.

    Ne le 14 juin 1977 à Melbourne, cet Australien s'apprête donc à fêter ses 36 ans et exploser à la face du grand public, un peu moins de 20 ans après ses grands débuts sur la télévision de son pays natal, le temps du film Baby Bath Massacre. S'ensuivent quelques années creuses où, en parallèle de ses études d'art dramatique et d'apparitions dans quelques séries, Sullivan Stapleton a aussi bien nettoyé des cages dans une animalerie qu'exercé en tant que mannequin, jusqu'en 1998. Car c'est à ce moment-là que les choses sérieuses commencent pour lui, lorsqu'il décroche un rôle dans la série Les Voisins.

    Le petit écran qu'il ne quittera que très peu dans l'immédiat, réussissant même à apparaître dans trois saisons d'affilée (et autant de rôles différents) de Blue Heelers, avant de s'illustrer dans Nos vies secrètes à partir de 2003. Cette même année, Sullivan Stapleton tente une légère incursion à Hollywood grâce à Nuits de terreur, film d'horreur australo-américain de Jonathan Liebesman dans lequel il ne tient qu'un petit rôle, celui d'un flic. Aussi courte soit-elle, cette prestation sur grand écran en appelle pourtant d'autres. Celles-ci mettront certes un peu de temps à arriver (quatre ans pour être précis), mais il enchaîne, coup-sur-coup, le bourrin Les Condamnés puis le drame December Boys, face à Daniel Radcliffe.

    Peut-on voir dans cette année 2007 le vrai départ de Sullivan Stapleton ? Sans doute oui, car il décroche, dans la foulée, l'un des rôles principaux de la saison 2 de Satisfaction (le Maison close australien, pour schématiser), mais surtout celui qui va vraiment le faire connaître dans le monde entier. Car si beaucoup ne retiennent que Guy Pearce, Joel Edgerton, Jacki Weaver, James Frecheville ou Ben Mendelsohn du casting d'Animal Kingdom (2009), il ne faut pas oublier Sullivan Stapleton et la folie qui habite son personnage de Craig Cody, sans cesse au bord de l'implosion.

    Présenté (et récompensé) dans divers festivals du monde entier, le film de David Michôd offre une poignée de révélations au milieu du cinéma, qui ne se prive pas de mettre le grappin dessus. Et tandis que Ben Mendelsohn s'illustre dans The Dark Knight Rises, The Place Beyond the Pines ou Perfect Mothers (avec aussi James Frecheville), et que Jacki Weaver décroche une deuxième nomination à l'Oscar avec Happiness Therapy, Sullivan Stapleton reste d'abord sur le petit écran, où il s'accapare la tête du casting de Strike Back à partir de la saison 2.

    Une série qui le pousse d'ailleurs à refuser les avances de la Warner, lorsque les producteurs lui proposent d'être le héros de 300 : La naissance d'un empire. Ces derniers se tournent alors vers l'un de ses partenaires d'Animal Kingdom, Joel Edgerton... qui passe lui aussi la main. Il faut alors croire que le rôle principal, celui du général athénien Thémistocle, héros de la bataille de Marathon, ne pouvait que revenir à Sullivan Stapleton, que le studio retourne voir avant d'officialiser son engagement en février 2012.

    Vite rejoint par Eva Green et Rodrigo Santoro (de retour en Xerxès), l'acteur pourrait ainsi exploser de la même façon que Gerard Butler, avec lequel il partage le fait d'avoir un peu ramé avant de se retrouver en slip de cuir au premier plan. La batterie de casseroles en moins vu que l'Ecossais avait déjà Dracula 2000, Prisonniers du temps et Le Fantôme de l'Opéra sur son CV au moment de la sortie de 300, qui ressemblait à sa dernière chance de percer une bonne fois pour toutes. Pas de ça, à priori pour Sullivan Stapleton, qui semble avoir plus de marge de manoeuvre. Aperçu cette année dans Gangster Squad (en pote de Ryan Gosling victime de Sean Penn), on lui souhaite toutefois de faire aussi forte impression que Gerard Butler avec ce nouveau 300... et de retomber beaucoup moins vite.

    Maximilien Pierrette

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Commentaires
    • OdyseeCinema
      aucun charisme, n'arrive pas à la cheville de Gerard Butler.> http://odysseeducinema.wordpre...
    • nicosii
      Thémistocle n'est pas du tout le héros de la bataille de Marathon. Il est le héros de Salamine victoire navale décisive des Grecs sur les Perses.
    • Badaask
      Bah tu peux pas savoir tu n'as pas vu le film.
    • Badaask
      Vous l'aviez fait déjà je crois cet article. Pas sûr ...
    • pasquadrien
      Ca ne vaudra pas Butler.
    • Cl?ment S.
      Vraiment content, très bon choix je l'espère.
    • Cuderoy
      Bon bah j'crois que Léonidas perd la tête x)
    Voir les commentaires
    Back to Top