Mon AlloCiné
    Oscars 2018 : la diversité est à l’honneur dans une cérémonie garantie sans accroc
    Par Gauthier Jurgensen — 5 mars 2018 à 06:35
    facebook Tweet

    Si l’organisation avait laissé à désirer en 2017, force est de constater que la 90ème cérémonie des Oscars n’a pas fait une seule fausse note. Retour sur une soirée qui a su n’oublier personne, quitte à se montrer un peu trop sage.

    Twentieth Century Fox France / Warner Bros. France

    Les quatre heures de la 90ème cérémonie des Oscars n’ont connu aucun temps mort et pas un couac. L’efficacité des récentes mesures prises pour éviter à l’Académie la gêne qui avait conclu la précédente remise de prix est démontrée. On se souviendra effectivement longtemps de l’Oscar du meilleur film attribué par erreur à La La Land avant d’être finalement décerné à Moonlight.

    Cette année, le tandem Warren Beatty et Faye Dunaway a été réformé pour qu’il ait une chance d’effacer son erreur. Le couple a donc couronné – sans se tromper cette fois – le grand gagnant de la soirée : La Forme de l’eau, qui repart avec quatre récompenses. Meilleur film, meilleur réalisateur, meilleure musique et meilleurs décors, c’est finalement ce film, qui célèbre la diversité, que l’Académie a choisi de saluer plutôt que 3 Billboards, Les Panneaux de la vengeance, qui repart tout de même avec deux statuettes pour Frances McDormand et Sam Rockwell.

    Twentieth Century Fox France
    La Forme de l'eau, grand gagnant de la soirée avec 4 Oscars

    Sur scène, la diversité était à l’honneur pour remettre les prix et dérouler le programme. Salma Hayek, Lin-Manuel Miranda, Eugenio DerbezKumail Nanjiani ou encore Taraji P. Henson se sont succédés pour saluer et accueillir des artistes. Jordan Peele a reçu l’Oscar du meilleur scénario original pour Get OutJames Ivory celui de la meilleure adaptation, Mary J. Blige est venue interpréter la chanson nommée du film Mudbound et Frances McDormand a surpris l’assistance en demandant à toutes les femmes citées pour leur travail de se lever.

    De nombreux montages ont ponctué la cérémonie afin de célébrer l’industrie du cinéma dans toute sa diversité et rendre hommages aux soldats américains partout dans le monde. Les prix, eux aussi, témoignent de la volonté de n’oublier personne. Hormis les quatre statuettes remises à La Forme de l’eau, pas moins de quatorze longs et courts métrages ont été distingués.

    Oscars 2018 : La Forme de l'eau triomphe avec 4 statuettes, Frances McDormand et Gary Oldman récompensés

    Dunkerque repart avec trois statuettes, devenant ainsi le deuxième film le plus récompensé de la soirée (meilleurs montage, montage son et mixage son). Quatre films gagnent deux prix : 3 Billboards, CocoBlade Runner 2049 et Les heures sombres. On n’oublie pas Phantom Thread, Moi, Tonya, Get Out, Call Me By Your Name et Icarus (meilleur documentaire), tous lauréats d’un prix.

    Même les Français n’ont pas été oubliés ! Si Agnès Varda et JR passent malheureusement à côté de l’Oscar du meilleur documentaire pour Visages VillagesAlexandre Desplat repart avec un deuxième Oscar de la meilleure musique pour La Forme de l’eau. Jeanne Moreau et Danielle Darrieux étaient également présentes dans la fameuse séquence "In Memoriam" qui rend hommage aux défunts de l’an passé.

    2017 Twentieth Century Fox
    Frances McDormand a créé l'événement en demandant à toutes les femmes nommées de se lever.

    Chaque cérémonie comporte son lot de malheureux. Cette année, Pentagon PapersLady Bird et Mudbound repartent les mains vides malgré leurs nombreuses citations. The Square et Faute d'amour s'inclinent aussi par surprise devant Une femme fantastique qui remporte le prix du meilleur film en langue étrangère. 

    Seul regret dans cet océan de bienveillance : peut-être un manque de surprises, une absence de prise de risque, un ton très contrôlé, certes de circonstance mais qui n’a pas reflété les séismes qui ont secoué l’industrie cinématographique ces douze derniers mois. Jimmy Kimmel a tout de même su imaginer un sympathique happening en conduisant un cortège de grandes stars jusqu’à une salle de cinéma du voisinage, en pleine projection, où elles ont distribué des friandises.

    Pari tenu pour les Oscars qui avaient besoin, pour leur 90ème cérémonie, de faire preuve de bienséance et de diversité. Félicitations à Gary Oldman, Allison Janney, Sam Rockwell, Guillermo del Toro et Roger Deakins qui décrochent enfin un trophée bien mérité. Le spectacle, lui, n’était pas franchement au rendez-vous...

    Retrouvez tous les lauréats des Oscars 2018 dans notre diaporama

    Voir le diaporama
    Diaporama
    Oscars 2018 : La Forme de l'eau triomphe avec 4 statuettes, Frances McDormand et Gary Oldman récompensés
    12 photos
    facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    • Jay L.
      J'ai compris le film t’inquiète pas. Je trouve qu'il y a une différence entre dire que blanc=méchant et noir=gentils est stéréotypé et dire que le film porte préjudice aux blancs comme sous entendre qu'un film est misogyne selon ton exemple. Je dis bien que tous les blancs dans le film sont méchant et non d'après le film ce qui est une très grande différence, je pense que tu as cru que je disais que d'après le film tous les blancs sont méchants.
    • Jay L.
      Non mais j'ai compris le film ne t’inquiète pas et il y a une différence entre dire que le film est stéréotypé dans le sens blanc=méchant et noir=gentils et dire que le film est anti-blanc comme tu penses que je l'insinue en faisant référence au film pseudo misogyne.Je dis bien la représentation de tous les blancs qui apparaissent dans le film et non la vision des blancs d'après le film ce qui est totalement différent à mon sens.
    • zarathou
      Désolé mais mon commentaire a été supprimé (allocine je vous invite à réfléchir sur ce qui est déplacé, discriminatoire ou pas, on lit tellement d'absurdités qui passent sur votre site que supprimer mon post qui est une tenative de décryptage du film est une aberration). Alors je te le reposte ici Jay L, et j'ai bien lu toute la conversation qui était très intéressante. Donc de la même façon qu'un film qui montre des femmes pas positives n'est pas obligatoirement misogyne je pense que c'est la même chose ici. Dans Get Out on parle d'un certain regard chez certaines personnes de couleur blanche (c'est mieux allocine dit comme ça?). Le film, qu'il soit de la valeur qu'on lui accorde ou non, parle surtout d'un racisme ambivalent car positif dans le sens où on envisage la personnenoire comme quelque chose de cool, qu'on envie et qu'on souhaite consommer au détriment de lui-même: un amant, un corps, un groove etc. Je ne vois pas en quoi ça parle de toute la population blanche, surtout que le film prend le temps de désigner le type de personne dont on parle à travers les dialogues (le père, la fameuse grande réunion, etc.)
    • tueurnain
      Déjà ce n'est pas mon trump, mais il est de notoriété publique, qu'à part de rare exceptions (clint Eastwood par exemple), la majorité du show-business à Holywood à tendance à voter démocrate, la plupart de ces gens ont pris position contre la politique de Trump. Les votes reflètent ces opinions politiques....Et je n'ai jamais dit que c'était la première fois qu'un mexicain était récompensé, je dit que si Del Toro a été récompensé cette année (et je le répète, ce n'est pas son meilleur film) c'est en réaction avec la politique de Trump.Même chose pour Frances MacDormand qui dans le film se trouve confronté à des hommes blancs bas du front de l'Amérique profonde, le genre de personne qui vote Trump dans la vraie vie.les votes aux oscars sont de plus en plus politique, cette année n'a pas échappée à la tendance, ça la confirme même, libre à toi de ne pas y croire...
    • Jay L.
      Je crois que tu n'a pas l'air d'avoir suivis la conversion vu que j'essaye d'expliqué en quoi je trouve cliché et stéréotypé de faire un raccourci blanc= méchant et noir= gentils Ça parles quand même de beaucoup de blancs entre la dénonciation du racisme via le flic et la dénonciation de son contraire via la secte.
    • zarathou
      C'est pas pour être méchant mais je t'invite à prendre un peu de recul sur tes propos: tu ressembles à ces féministes qui disent qu'un film est misogyne parce qu'il y a des personnages féminins qui ne sont pas positifs dedans. Alors parce qu'un film parle d'un certain type de blanc cela voudrait dire selon lui que tous les blancs sont comme ça? Le film, qu'il soit de la valeur qu'on lui accorde ou non, parle surtout d'un racisme ambivalent car positif dans le sens où on envisage le noir comme quelque chose de cool, qu'on envie et qu'on souhaite consommer au détriment de lui-même: un amant, un corps, un groove etc. Je ne vois pas en quoi ça parle de tous les blancs.
    • Jay L.
      Si c'est politiquement correct envers les blacks vu que ça parle des sensations qu'ils éprouvent devant les blancs et que ça soit des raciste ou non les blancs sont représenter dans le film comme dangereux vis à vis des blacks. Et désolé mais si c'est stéréotypé la représentation des blancs est stéréotypé car une fois de plus qu'ils soient raciste ou antiraciste ils utilisent les blacks a leurs usages personnels qu'ils soient raciste ou supremacistes ça change pas le fait qu'ils sont représenté comme le mal dans le film alors oui c'est rarement traité de cette manière mais ça aboutit au même résultat, tu me parles également que c'est pas évident d’être black aux usa notamment au sud et je suis de ton avis mais il s'agit là de racisme pas de supremacisme. Et on le voit venir à 100 km le fait qu'ils préparent un sale coup c'est dans ce sens que c'est prévisible après la méthode n'est pas prévisible vu que c'est de la science fiction mais ça n’empêche pas que la réalisation est vraiment bonne notamment la scène d'hypnose ou encore certains plans sur les personnages.
    • felson
      Ce n'est pas stéréotypé vu que les Blancs du film sont des supremacistes - le film traite de ça, non seulement ça n'a rien de politiquement correct, mais ça reste plutôt tabou aux US. Tu ne peux donc pas t'attendre à ce que ces gens-là se conduisent gentiment du début à la fin, avec toutes les douceurs possibles, quand ils se retrouvent face à un Noir. Grime-toi en Noir et va dans le Sud des Etats-Unis, on verra comment tu t'en sortiras ^^ sinon pour l'effet de surprise, ben si il est là vu qu'on ne s'attend pas du tout à ce qui se passe, on ne sait pas ce que cette famille réserve à Chris, tu le dis toi-même.
    • Ithldin 2187
      Je n'ai pas vu The Shape Of Water, mais je me doute que ce film est très réussi ( javais adoré Le Labyrinthe de Pan)Relativement d'accord avec la distributions des prix, juste décu qu'une fois de plus Star Wars est reparti bredouille (il était nominé dans 4 catégories)
    • Jay L.
      Le film n'est pas stéréotypé mais certain élément si, je m'explique dès le début on se rend compte que la belle famille lui tend un mauvais coup on sait juste pas lequel du coup on a moins l'effet de surprise, mais ce qui me gène c'est surtout le fait de dire en gros blanc=méchant et black=gentils pas un seul blanc dans le film est gentils c'est surtout ça que je trouve stéréotypé. Après en soit le film est original et bien réalisé je trouves et plus intéressant que les autres films du genre.
    • felson
      Pas de problème gars ;) oui ce sont des pro-Obama et c'est ce qui les rend d'autant plus dangereux et imprévisibles. Donc pas trop d'accord quand tu parles de film stéréotypé - les Blancs sont gentils mais seulement en apparence.
    • Jay L.
      Dac excuse moi je me suis un peu emporté c'est parce que j'ai vu beaucoup de personnes ayant fait l'inversion et desfois ça m'énerve un peu lol
    • felson
      Oui je sais le film parle de supremacisme, pas vraiment de racisme. Mon post était humoristique
    • Jay L.
      SPOIL Sauf que non ta cru que des pro Trump aller accepter que leur fille couche avec des blacks ou encore de vivre dans des corps de black à aucun moment un mec raciste accepterai cela.C'est expliquer plusieurs fois dans le film ils veulent un corps de blacks car ils l'estiment physiquement supérieur aux corps de blancs
    • felson
      Get Out c'est des pro-Trump qui se prennent pour des pro-Obama ^^
    • felson
      D'abord sache que Del Toro est le 3ème réalisateur mexicain sacré aux Oscars en 4 ans (après Cuaron et Inarritu, et Inarritu a eu l'oscar deux fois de suite) donc l'Académie n'a pas attendu Trump pour ça, et pour les femmes fortes non plus - il me semble que c'est pas la première fois que ça se produit, Frances McDormand a été sacrée une première fois il y a 20 ans pour un rôle de femme-flic enceinte dans Fargo, par exemple. Ou encore Julia Roberts avec Erin Brokovich, un personnage de femme combative qui existe réellement. On peut ajouter Jodie Foster et son rôle de stagiaire du FBI qui trouve un effroyable tueur en série avant tout le monde, dans Le Silence des Agneaux, film sorti il y a 25 ans.Et Get Out n'est pas le premier film récompensé dans son genre - il y a 3 ans, 12 Years a Slave, film sur l'esclavage, a fait bien plus fort (3 Oscars dont meilleur film) et c'est Obama qui était au pouvoir, pas Trump.Bref t'es complètement à l'Ouest. Faut arrêter le délire, le monde ne tourne pas autour de ton Trump.
    • felson
      Pourquoi? Ce film ne se démarque pas assez. Ça ne casse rien.
    • Jay L.
      Get Out c'est des pro Obama pas des pros Trump mais bon. Après oui c'est stéréotypé le méchant blanc et gentils noir et ça fait poliquement correct.
    • speuland
      Va visionner Get out avant de donner un avis ...
    • Chocasse
      Hé maintenant Ridley Scott ne sera plus là pour lui casser les pieds, il a désormais plus de légitimités que ce dernier ...
    Voir les commentaires
    Suivez-nous sur Facebook
    Top Bandes-annonces
    Terminator: Dark Fate Bande-annonce VO
    Doctor Sleep Bande-annonce VO
    Sponsorisé
    Hors Normes Bande-annonce VF
    Koko-di Koko-da Bande-annonce VO
    Vivre et chanter Bande-annonce VO
    J'accuse Bande-annonce VF
    Bandes-annonces à ne pas manquer
    Actus ciné Festivals
    The Irishman sur Netflix : on a vu le film de Martin Scorsese
    NEWS - Festivals
    mercredi 16 octobre 2019
    The Irishman sur Netflix : on a vu le film de Martin Scorsese
    Doctor Sleep : la bande-annonce finale de la suite de Shining par le réalisateur de Haunting of Hill House
    NEWS - Vu sur le web
    lundi 9 septembre 2019
    Doctor Sleep : la bande-annonce finale de la suite de Shining par le réalisateur de Haunting of Hill House
    Sponsorisé
    Dernières actus ciné Festivals
    Meilleurs films à l'affiche
    Joker
    Joker
    4,6
    De Todd Phillips
    Avec Joaquin Phoenix, Robert De Niro, Zazie Beetz
    Bande-annonce
    Toy Story 4
    Toy Story 4
    4,3
    De Josh Cooley
    Bande-annonce
    Camille
    Camille
    4,3
    De Boris Lojkine
    Avec Nina Meurisse, Fiacre Bindala, Bruno Todeschini
    Bande-annonce
    Donne-moi des ailes
    4,3
    De Nicolas Vanier
    Avec Jean-Paul Rouve, Mélanie Doutey, Louis Vazquez
    Bande-annonce
    Fahim
    4,3
    De Pierre-François Martin-Laval
    Avec Assad Ahmed, Gérard Depardieu, Isabelle Nanty
    Bande-annonce
    Pour Sama
    4,2
    De Waad al-Kateab, Edward Watts
    Bande-annonce
    Tous les meilleurs films au ciné
    Back to Top