Mon AlloCiné
    Lumière 2018 - Thierry Frémaux : "Quand on est cinéphile, il faut toujours aller voir ce qu'on n'est pas sûr d'aimer"
    Par Léa Bodin, propos recueillis à Lyon le 17 octobre 2018 — 23 oct. 2018 à 18:45
    facebook Tweet

    Le festival Lumière s'est achevé se dimanche. L'occasion de faire le bilan de cette dixième édition et de parler un peu cinéphilie avec Thierry Frémaux, délégué général du festival.

    Marcel Hartmann

    AlloCiné : On fête cette année la dixième édition du festival Lumière. Quelles évolutions avez-vous pu constater au cours de ces dix ans ?

    Thierry Frémaux : L'évolution n'a été que la continuité des convictions qu'on avait affichées d'emblée et en lesquelles on croyait, celles qui construisent le festival. D'abord, l'idée que le public est intact ; l'idée aussi que cette nouvelle civilisation numérique, qui permet de voir des copies restaurées rend possible un océan de programmations ; enfin, l'idée que les artistes eux-mêmes sont cinéphiles. Ce sont les vedettes elles-mêmes qui font le festival, en allant de salle en salle présenter des films. Tout ça était présent dès 2009 et n'a fait que s'accroître depuis. Tout cela avec le soutien de la ville de Lyon, qui est la ville natale du cinématographe Lumière, c’était donc ici qu’il fallait faire un festival d’histoire du cinéma. Mais ce n’est pas que de l’histoire, car il y a désormais de plus en plus d’événements qui se tiennent ici.

    Quel est votre meilleur souvenir du festival ?

    A Cannes, je dis toujours que c'est ma première montée de marches. Ici, c'est le fait que Clint Eastwood ait accepté de venir dès la première année. Et puis le moment où Catherine Deneuve reçoit le prix Lumière et qui le dédie aux agriculteur de France, c'est aussi l'un de mes meilleurs souvenirs. Cela prouve que le cinéma est à l'intérieur du monde.

    Quel est votre tout premier souvenir de spectateur ?

    Je change toujours de réponse, car je n'arrive pas à me souvenir vraiment. Il me semble que ma première présence physique en salle, c'était certainement pour un dessin animé de Walt Disney. J'ai deux souvenirs : celui d'avoir vu La Chevauchée fantastique de John Ford et de m'être dit, parce que c'était un western, que c'était sympa, mais qu'il y avait un truc en plus. Après, j'ai appris qui était John Ford, donc j'ai compris. Et après, c'est Pierrot le fou de Jean-Luc Godard qui m'a montré qu'on pouvait raconter les choses d'une autre manière. Quand on est cinéphile, il faut toujours aller contre sa nature, c'est-à-dire aller voir ce qu'on n'est pas sûr d'aimer. 

    Jane Fonda n'a pas eu peur de malmener son image, et je trouve ça beau

    Hier, vous avez projeté 2001, l'Odyssée de l’espace en 70 mm à l'Auditorium de Lyon.

    Vous savez combien de personnes il y avait à la séance ? Deux mille un. On est allés voir aux caisses, et il y avait 2001 tickets ! 

    Si 2001 avait été réalisé aujourd'hui, le film aurait-il été différent selon vous ?

    Il n’y a pas si longtemps, on a montré à l'Institut Lumière Le Vent de la plaine de John Huston, un western avec Audrey Hepburn et Burt Lancaster, dans lequel il n’y a presque pas de gros plans. A l’époque, les films étaient faits pour le grand écran, donc il n'y avait pas toujours des gros plans. Le gros plan, c'est un langage particulier et aujourd’hui, la télévision veut des gros plans. Donc 2001, en effet, aurait sûrement été très différent. 2001, c’est la mythologie et la question est maintenant de savoir quelles seront les nouvelles mythologies qui seront inventées.

    Quelques mots sur Jane Fonda, qui est donc le dixième prix Lumière ?

    D'abord, Jane Fonda une immense artiste, ce qui n'est pas assez dit. En plus de son existence de femme engagée, elle a quand même eu deux fois l'Oscar et elle a fait des choix formidables. En cette année de célébration des cinquante ans de mai 68, elle est l'exemple d'une personne prête à tout - y compris ruiner une carrière à Hollywood - pour ses convictions, tout en restant une artiste qui n'a rien renié. Elle est présente dans le combat écologique, le combat féministe, le combat anti-raciste. Elle est aussi égérie L'Oréal et elle se sert de cela pour faire des choses. Si certaines stars ont peur d'abîmer leur image, on peut dire qu'elle, elle n'a pas eu peur de la malmener, et je trouve ça beau. Cet hommage permet aussi de montrer de nombreux films et, bien sûr, de ne pas honorer que des hommes.

    Et pour les dix ans, l'année prochaine, de quoi vous avez envie ?

    Avec Bernard Lavilliers [invité du festival cette année, ndr], on se disait que ce serait chouette de venir Bruce Springsteen, mais on n'arrive déjà pas à le faire venir à Cannes alors… (Rires)

    Merci à Tanguy Colon, avec qui cet entretien a été réalisé.

    2001, L'Odyssée de l'espace, "c'est la mythologie" :

    2001 : l'odyssée de l'espace Bande-annonce VO 50ème anniversaire

     

    facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    • Hunnam29
      Merci Sherlock. Effectivement, être cinéphile c'est être curieux, c'est aller voir des films et parfois sortir déçu. C'est voir des classiques et parfois ne pas les aimer. Mais... Dans la limite du raisonnable évidemment. Ça ne veut pas du tout dire de sauter voir le dernier Dany Boon...
    • vincking83
      J'ai vu Alad'2 au ciné alors que c'était contre-nature, suis-je un grand cinéphile ??
    • BestPseudoEver
      Effectivement il a raison (le titre de cette news) mais il parle de classiques du Cinéma et il le prouve avec les deux exemples de films cités.
    • BestPseudoEver
      Ahahah :)
    • MickDenfer
      il a vu tous les Saw ?
    Voir les commentaires
    Suivez-nous sur Facebook
    Top Bandes-annonces
    Hors Normes Bande-annonce VF
    Doctor Sleep Bande-annonce VO
    Sponsorisé
    Terminator: Dark Fate Bande-annonce VO
    Koko-di Koko-da Bande-annonce VO
    Vivre et chanter Bande-annonce VO
    J'accuse Bande-annonce VF
    Bandes-annonces à ne pas manquer
    Actus ciné Festivals
    The Irishman sur Netflix : on a vu le film de Martin Scorsese
    NEWS - Festivals
    mercredi 16 octobre 2019
    The Irishman sur Netflix : on a vu le film de Martin Scorsese
    Doctor Sleep : la bande-annonce finale de la suite de Shining par le réalisateur de Haunting of Hill House
    NEWS - Vu sur le web
    lundi 9 septembre 2019
    Doctor Sleep : la bande-annonce finale de la suite de Shining par le réalisateur de Haunting of Hill House
    Sponsorisé
    Dernières actus ciné Festivals
    Meilleurs films à l'affiche
    Joker
    Joker
    4,6
    De Todd Phillips
    Avec Joaquin Phoenix, Robert De Niro, Zazie Beetz
    Bande-annonce
    Toy Story 4
    Toy Story 4
    4,3
    De Josh Cooley
    Bande-annonce
    Camille
    Camille
    4,3
    De Boris Lojkine
    Avec Nina Meurisse, Fiacre Bindala, Bruno Todeschini
    Bande-annonce
    Donne-moi des ailes
    4,3
    De Nicolas Vanier
    Avec Jean-Paul Rouve, Mélanie Doutey, Louis Vazquez
    Bande-annonce
    Fahim
    4,2
    De Pierre-François Martin-Laval
    Avec Assad Ahmed, Gérard Depardieu, Isabelle Nanty
    Bande-annonce
    Pour Sama
    4,2
    De Waad al-Kateab, Edward Watts
    Bande-annonce
    Tous les meilleurs films au ciné
    Back to Top