Notez des films
Mon AlloCiné
    Amazon Prime : cinq films qui ont marqué l'Histoire du cinéma à voir absolument
    Par Olivier Pallaruelo (@Olivepal) — 26 mai 2020 à 08:00
    FBwhatsapp facebook Tweet

    La plateforme Amazon Prime récèle fort heureusement, pour le grand bonheur des cinéphiles et autres curieux, de nombreux films qui ont marqué l'histoire du cinéma, à des degrés différents. En voici cinq.

    Carlotta Films

    Le catalogue de la plateforme peut évoluer, aussi certains contenus proposés dans cet article sont susceptibles de ne plus être disponibles au moment de votre lecture. Merci pour votre compréhension.

    Le catalogue Amazon Prime recèle, pour le plus grand plaisir des cinéphiles avertis et des curieux, de nombreux chefs-d'oeuvre du cinéma; certains ayant marqué de leur empreinte, à des degrés divers, l'Histoire du cinéma. En voici cinq.

    JFK (1991)

    Suite à l'assassinat du président John F. Kennedy le 22 novembre 1963, le procureur de la Nouvelle Orléans, Jim Garrison, remet en cause le rapport du commissaire Warren. Ce dernier avait clôturé l'affaire en trouvant le parfait coupable, Lee Harvey Oswald. Pourtant, avant d’être abattu à son tour par un tireur isolé, le suspect avait toujours nié sa culpabilité. Pour Garrison, il est impossible que l’homme ait agi seul...

    A sa sortie en 1991, JFK d'Oliver Stone suscite une vive polémique. On a beaucoup reproché au cinéaste d’avoir intentionnellement rajouté des faits, et malmené les faits historiques. Il faut dire que la thèse défendue par lui et d'autres théoriciens du complot est pour le moins provoquante : JFK a en fait été victime d’un coup d’état, dans lequel le Vice-président, Lyndon B. Johnson, aurait trempé, dans le but avoué d’avoir les mains libres pour déclencher la guerre du Viêtnam. Pour tenter de se disculper de ces accusations, Stone a d’ailleurs publié peu après la sortie du film une version annotée de son scénario, où il justifie tous ses rajouts.

    En décembre 1991, Stone projeta son film aux membres du Congrès. Poussé par une opinion publique réveillée par le succès retentissant du film, le Congrès réclama la publication de tous les dossiers sur l'affaire demeurés secrets. Le 27 octobre 1992, à quelques jours de l'élection présidentielle, George Bush signe une loi autorisant l'examen et la publication d'archives sur l'affaire Kennedy : l’Assassination Materials Disclosure Act. Il est rarissime qu'un film ait un impact aussi important, qui plus est politique. Porté par une fantastique brochette de comédiens au milieu desquels Kevin Costner campe un impérial Jim Garrison, JFk est un chef-d'oeuvre de film conspirationniste. Et on a jamais fait mieux depuis.

    JFK
    JFK
    Sortie le 29 janvier 1992 | 3h 09min
    De Oliver Stone
    Avec Kevin Costner, Tommy Lee Jones, Laurie Metcalf, Gary Oldman, Michael Rooker
    Presse
    3,8
    Spectateurs
    4,0
    Noter ce film

    JFK Bande-annonce VO
    La Porte du Paradis (1980)

    En 1979, Michael Cimino est l'homme le plus courtisé d'Hollywood, après la moisson d'Oscars effectuée par son chef-d'oeuvre absolu, Voyage au bout de l'Enfer. A peine deux ans plus tard, il devient un véritable paria. Que s'est-il passé entre les deux ? La Porte du Paradis. Pour tout dire, certains ne pardonnent toujours pas à Cimino cette cruelle démystification de l'Ouest américain, ni d'avoir provoqué la faillite de la United Artists, le mythique studio fondé par Charles ChaplinD.W. Griffith et Mary Pickford, en raison de ses multiples dépassements de budget. Tout au long du tournage, Michael Cimino a fait preuve d'un perfectionnisme frisant la folie ou la mégalomanie. 50 prises d'une même scène, réfection des espacements entre les édifices d'une rue parce leurs écarts n'était pas le bon, prairie carrément repeinte car jugée pas assez verte... Entre réalité et rumeurs les plus folles, le tournage du film a logiquement alimenté toutes les spéculations.

    Le montage fut tout aussi épique puisque Cimino, possédant le "Final cut", posta un garde armé devant la salle de montage qui avait pour ordre de ne laisser entrer aucune personne en provenance d'United Artists. Le studio fut horrifié lorsqu'il découvrit le tout premier montage du film, issu de 220h de rush, d'une durée de 5h25. Une durée évidemment inexploitable, contraignant Cimino à ramener sous la contrainte le montage à 219 min. Ce montage ne fut projeté qu'une fois à l'occasion de la première à New York le 19 novembre 1980. Assassiné par la critique, le film ressorti en salle six mois plus tard, dans un montage de 149 minutes. Mais le mal était déjà fait : la mauvaise publicité et les critiques assassines de la première avaient déjà ruiné la carrière du film. Archétype du film maudit qui a littéralement tué la carrière du cinéaste -même s'il a pu se remettre en selle avec l'extraordinaire Année du dragon-, La Porte du Paradis reste à ce jour un des plus grand films de l'Histoire du cinéma américain et même du cinéma tout court, d'une beauté et d'une mélancolie absolument écrasante. Et si vous avez la chance de pouvoir l'apprécier sur un grand écran, c'est encore mieux, histoire de profiter des paysages du Wyoming où fut tourné le film, beaux à pleurer.

    La Porte du paradis
    La Porte du paradis
    3h 39min
    De Michael Cimino
    Avec Kris Kristofferson, Christopher Walken, John Hurt, Sam Waterston, Brad Dourif
    Presse
    4,9
    Spectateurs
    3,9
    Noter ce film

    La Liste de Schindler (1994)

    Parmi ces films qui ont marqué l'Histoire du cinéma, La Liste de Schindler occupe incontestablement une place de choix; figurant même dans le top 100 des meilleurs films de tous les temps, selon la bible hollywoodienne qu'est le Hollywood Reporter. En 1982. Steven Spielberg triomphe au Box Office mondial avec E.T. C'est aussi cette année là qu'il découvre un ouvrage d'un auteur australien, Thomas Keneally : La Liste de Schindler, traduit en France en 1984. L'histoire d'Oskar Schindler, industriel nazi convaincu, qui sauvera finalement de la déportation quelques 1300 juifs en engloutissant sa fortune. Une histoire qui le bouleverse et qu'il souhaite adapter au cinéma;  mais "ne se sentant pas prêt émotionnellement" -comme il le dira lui-même-, il a longtemps cherché à confier le projet de film à d'autres réalisateurs, avant de se raviser.

    Quand Spielberg annonca officiellement qu’il allait réaliser un film sur la Shoah, un grand nombre de gens réagirent avec indignation. Tel le Congrès Juif Mondial, qui lui interdit carrément de tourner à Auschwitz. C’est qu’au début des années 90, l’image de Spielberg est alors trop marquée par les Blockbusters qu’il enchaîne depuis plusieurs années. Un film sur la Shoah par le réalisateur d’E.T. et d’Indiana Jones ? Impossible de le prendre au sérieux. "S’il est impossible de raconter l’Holocauste, c’eût été un péché de ne pas essayer" dira Spielberg au moment de la sortie du film sur les écrans américains en décembre 1993. Et d'ajouter : "23% des lycéens américains n’ont jamais entendu parler de l’Holocauste". En mars 1994 à sa sortie en France, le film sera au coeur d'un intense et violent débat entre intellectuels sur la représentation ou non de l'Holocauste à l'écran, mais aussi sur la Mémoire collective, la notion de témoignage et la pédagogie à l'égard des jeunes générations.

    Au-delà de ces polémiques franco-françaises, finalement un peu vaines, le film a été couronné par sept oscars, dont celui du Meilleur réalisateur et du Meilleur film. Porté par l'incarnation habitée d'un formidable Liam Neeson dans le rôle-titre (et même disons-le tout net le rôle de sa vie), et soutenu notamment par l'extraordinaire composition de Ralph Fiennes, absolument terrifiant dans son rôle du commandant de camp Amon Goeth, La Liste de Schindler est le film le plus adulte et mature de Spielberg; le plus dur aussi, bien sûr, porteur d'une charge émotive à fendre les pierres en deux. Mais sans jamais tomber dans le piège de la manipulation émotionnelle. Une oeuvre qui a en tout cas permis de créer la Fondation de l'Histoire Visuelle des Survivants de la Shoah, une organisation à but non lucratif qui a pour fonction de rassembler des archives de témoignages filmés des survivants de l'Holocauste. Elle est à ce jour une des plus importantes au monde. Une portée historique et salutaire donc, pour une oeuvre immense.

    La Liste de Schindler
    La Liste de Schindler
    3h 15min
    De Steven Spielberg
    Avec Liam Neeson, Ben Kingsley, Ralph Fiennes, Caroline Goodall, Jonathan Sagall
    Presse
    4,2
    Spectateurs
    4,5
    Noter ce film

    Le Dernier empereur (1987)

    En 1981, Bernardo Bertolucci essuie un gros échec avec son film La Tragédie d'un homme ridicule; une oeuvre qui avait pourtant valu au grand comédien Ugo Tognazzi un prix au festival Cannes. Echaudé, le cinéaste part aux Etats-Unis, où il tente dans un premier temps d'adapter La Moisson rouge, une oeuvre de Dashiel Hammett. C'est là qu'il tombe finalement sur l'autobiographie d'Aisin Gioro Puyi, monté sur le trône à l'âge de 3 ans, ultime représentant d'une dynastie régnant sur la Chine de 1644 à 1912, année où il fut renversé par un coup d'Etat faisant de la Chine une République. Et qui terminera sa vie comme simple jardinier, avant de mourir dans l'indifférence générale en 1967. Une histoire à la fois grandiose, tragique et épique.

    D'une mini-série de dix heures, le projet est finalement adapté au format d'un long métrage. Première oeuvre occidentale à avoir reçu la pleine et entière collaboration des autorités chinoises depuis 1949, Le Dernier empereur aussi le premier film à avoir été tourné dans la Cité Interdite; c'est dire la portée symbolique. Porté par une sublime musique de Ryuichi Sakamoto, couronné par 9 Oscars, dont ceux des Meilleur film et Meilleur réalisateur, du César du Meilleur film étranger, 19 000 figurants et 9000 costumes, Le Dernier empereur est, encore à ce jour, une des plus grandes fresques jamais réalisées au cinéma. On peut même dire qu'après ce film, Bertolucci ne retrouva jamais plus cet état de grâce qu'il a connu, avec un triomphe pas loin d'être planétaire.

    Le Dernier empereur
    Le Dernier empereur
    2h 25min
    De Bernardo Bertolucci
    Avec John Lone, Joan Chen, Peter O'Toole, Ruocheng Ying, Victor Wong
    Spectateurs
    3,8
    Noter ce film

    Les Dents de la mer (1975)

    Dans la chaleur estivale d'une nuit d'été, des adolescents s'enivrent et s'amusent ensemble autour d'un feu de camp, sur la plage. Pendant que son petit ami, ivre mort, dort sur le sable, la jeune Chrissie décide de prendre un bain de minuit. Après tout, que peut-il arriver, si elle ne s'éloigne guère de la plage ? Le lendemain, son corps est recraché par la mer, atrocement mutilé par un requin. Un monstre aux yeux noirs et morts qui s'élève des profondeurs...

    Sorti au beau milieu de la saison estivale en 1975, Les Dents de la mer ont littéralement tétanisé plus d'un spectateur sur son fauteuil, tout en déclenchant aussi un mouvement d'inquiétude dans les stations balnéaires. "Cet été, vous n'irez pas vous baigner" proclamait une des catchlines terriblement efficaces des affiches publicitaires du film... Spielberg disait avoir eu la sensation sur le tournage de pouvoir mener les futurs spectateurs à coups d'électrochocs. Un pari largement tenu, aidé par une brillante mise en scène, mais surtout épaulé par une extraordinaire bande-son, incroyablement suggestive, qui fait effectivement monter la tension chez le spectateur. A mi chemin entre le thriller et le film d'horreur, Les Dents de la mer est entré dans l'Histoire du cinéma pour avoir pulvérisé les records au Box Office, en devenant le premier à franchir la barre symbolique des 100 millions $ de recettes sur le territoire américain, et plus de 460 millions $ au total dans le monde. Une nouvelle ère s'ouvrait alors. Il faudra attendre 1977 et un certain Star Wars pour que "Bruce", le surnom affectueux donné par la production au faux requin du film, soit enfin déboulonné de son piédestal. 45 ans après sa sortie, la marque du film est toujours aussi forte et indélébile, pas même altérée par les multiples rediffusions TV.

    Les Dents de la Mer
    Les Dents de la Mer
    2h 04min
    De Steven Spielberg
    Avec Roy Scheider, Robert Shaw, Richard Dreyfuss, Lorraine Gary, Murray Hamilton
    Presse
    3,2
    Spectateurs
    3,9
    Noter ce film

    Comment trouver le film ou la série qui vous correspond ? Découvrez le score d'affinités d'AlloCiné - Cliquez ici pour en savoir plus

    Tous les films à voir en mai sur sur Amazon
    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    • Amazon Prime : 8 films pour cultiver votre veine écolo à voir sur la plateforme
    • Amazon Prime : 5 séries policières à consommer sans modération pendant le confinement
    • Amazon Prime : 5 films d'aventure à voir en famille pendant le confinement
    Commentaires
    • CreedTime
      Et voilà quand on n'est pas d'accord avec vous, on est un ignare, qui ne connait rien et qui n'a rien vu... Et vous vous étonnez que je ne vous donne pas légitimité à donner votre opinion publiquement sur le travail des autres ? Vous êtes tellement supérieur aux autres, cela saute aux yeux !En ce qui concerne les propos de Lanzmann, vous n'arrivez visiblement pas vous même à utilisez votre sens du jugement pour ne pas avaler bêtement tout ce que disent les autres comme des vérités indiscutables. Il l'a dit alors c'est vrai ! Bienvenu dans le monde des Bisounours ! Ca demande un peu de jugeote, c'est dur, je sais. Mais vous savez le faire sur ce que vous n'aimez pas mais pas sur ce que vous aimez. Appelons cela de l'hypocrisie...Je me moque que personne ne me demande mon avis, je le donne si je veux. Et c'est bien cela le problème, particulièrement en France ! Tout le monde se croit légitime à donner son avis ! Elle est là la débilité en fait.Combien de drame et de comédie pour 1 film gore ou 1 film historique (qui n'est pas genre soit dit en passant) en France ? Ce n'est parce que vous citez 10 réalisateurs qu'ils font foncièrement des films aux antipodes les uns des autres. A défaut de vous renseignez, faites un travail d'analyse, ou ouvrez simplement les yeux... Et quand bien même je vous donnez raison (ce qui n'est pas le cas), 10 films sur des centaines de films produits. Voilà voilà quoi... Diversité tout tout ça... Puisque que vous êtes adepte de cette source ridicule d'informations fiables qu'est Wikipedia, regardez dessus la liste des films français sortis en 2019. Et dites-moi combien de comédie/drame sortis pour combien de film fantastique ou policier ?! CQFD sur la diversité ! On a un film fantastique, un film policier, et 163 comédies. Tout va bien on a un cinéma pluriel et riche.Votre débat sur la rentabilité m'intéresse peu Donc on n'a le droit de parler que de ce vous voulez ? Je comprend mieux votre définition de la variété dans le cinéma français...Mais puisque vous avez besoin de vous rassurez sur le bien fondé de votre vision des choses: Ooouuuuiiii vous avez raison... Allez au revoir !
    • Cyphre14
      Encore une fois, la critique ne vous apporte rien, tant pis pour vous, ce n'est pas le cas de tout le monde.Ensuite, c'est bien vous qui avez écrit :Allez dire à Lanzmann que Shoah est une oeuvre d'art, et il vous dira que vous êtes totalement passer à côté de son documentaire. Quand je vous mets face aux propos de celui-ci vous me reprochez de ne pas prendre de recul sur ce qu'il dit...Je ne pense que vous n'avez pas compris ou pas vu Shoah sinon vous ne diriez pas de telles énormités. Encore une fois, Lanzmann met en scène les témoignages qu'il recueille par exemple en demandant au témoin de rejouer ce qu'ils ont vécu, soit en piégeant les bourreaux. Pour vous la scène du coiffeur de Treblinka, ce n'est pas de la mise en scène? Vous avez une vision complètement naïve du film et très limitée du cinéma.Je me moque que personne ne me demande mon avis, je le donne si je veux. Et encore une fois je ne vais pas me priver parce que je suis français et que les cinéastes français ne font pas ceci ou cela, c'est complètement débile comme argument.Sur la variété du cinéma français, je vous renvoie à ces cinéastes : Dumont, De Peretti, Ducournau, Desplechin, Dupieux, Harari, Triet, Kechiche, Zlotowski, Noé, RAZ, Sciamma, Gonzalez...Ces cinéastes font du cinéma policier, gore, dramatique, comique, historique, absurde et j'en passe. Renseignez-vous. Votre débat sur la rentabilité m'intéresse peu, le cinéma n'est pas qu'une industrie.
    • Cyphre14
      J'avais écrit un long commentaire qui a été effacé par le site depuis...Je considère que la critique et plus généralement toute forme de réflexion (la sienne ou celle des autres) sur une oeuvre permettent d'enrichir sa réception, c'est une façon de prolonger l'oeuvre. Pas vous, tant pis pour vous.Sur le débat critique autour de la Liste de Schindler, encore une fois renseignez-vous. Consulter par exemple la page wikipédia (en français et en anglais), vous y trouverez des références. Vous y lirez que le critique Louis Skorecki reproche à Spielberg d'avoir transformé la Shoah en spectacle et de filmer les déportés juifs traqués par les nazis comme il filmait les nageuses attaquées par le requin dans les Dents de la mer ou les enfants pourchassés par les dinosaures dans Jurassic Park. Certes, il ne mentionne pas Avengers, ce qui aurait été difficile puisque ce film n'était pas sorti à l'époque de sa critique. Je vous invite aussi à lire ce qu'en dit Michael Haneke.Evidemment qu'on a beaucoup de mise en scène dans Shoah de Lanzmann. Je vous invite là aussi à lire les propos du cinéaste qui parle d'investigations policières et de western pour qualifier certaines parties du film. Il explique aussi qu'il voulait absolument faire rejouer certains moments par les protagonistes. Je vous renvoie ainsi à la scène où un des rescapés chante sur une barque en rejouant une scène de son enfance (je cite de mémoire). Et pour vous ce n'est pas de la mise en scène? Mais la mise en scène ce n'est pas des mouvements de caméra et des effets spéciaux. Et je ne vois pas pourquoi Lanzmann réfuterait la notion d'oeuvre d'art pour son film... les documentaires sont des oeuvres d'art.Je ne vois pas pourquoi l'absence de film français très grand public de qualité sur la Shoah devrait m'interdire d'exprimer un point de vue, je ne suis pas lié parce que font tous mes compatriotes que je n'ai pas choisis.Sur le cinéma français, je vous parle de variété et de richesse de l'offre, vous me répondez que les films ne sont pas rentables.... Le cinéma français se porte plutôt bien par rapport au reste des pays européens.
    • CreedTime
      Vous m'avez renvoyer vers un dictionnaire car vous avez décidé de jouer l'idiot alors que vous saviez très bien de quoi je parlais. Et me faire la morale sur le caractère affligeant de mon commentaire juste derrière, c'est nager dans l'hypocrisie complète !La critique, c'est cela qui est grotesque. Voyez-vous l'Art c'est personnel, cela parle à chacun de manière différente. Alors émettre une critique et avoir besoin d'une critique pour se faire une opinion, c'est d'une profonde idiotie. Le jugement d'une oeuvre c'est personnel. En faire étalage, c'est faire montre d'un besoin de reconnaissance malsain. Ou grotesque pour reprendre votre qualificatif, bien trop doux.Trouver-moi un débat critique qui tire des traits de similarités entre les ficelles de Schindler's List et Avengers et après on pourra reparler du film de Spielberg comme d'un vulgaire divertissement. C'est bien vous qui dites n'importe quel divertissement hollywoodien ? Je n'ai pas rêvé, si ?Le film de Lanzmann, beaucoup de mise en scène ? Si l'absence quasi-totale de mise en scène est de la mise en scène, alors oui... Mais là non, ne parlons pas de mise en scène, car cette notion même anéanti la démarche qu'à entreprise Lanzmann avec ce documentaire. Vous allez me dire que dès qu'il y a montage, il y a mise en scène... Mais non, c'est bien plus que cela la mise en scène. Allez dire à Lanzmann que Shoah est une oeuvre d'art, et il vous dira que vous êtes totalement passer à côté de son documentaire.le film de Spielberg est grand public mais il est tellement grossier Encore une fois, donnez-moi un exemple de film français grand public qui traite de la Shoah et votre opinion je la jugerais peut-être sérieusement légitime. En attendant...A peine 10% de fiilms français rentables, libre à vous d'appeler cela une industrie florissante... Du moment que vous ne craignez pas le ridicule.
    • Cyphre14
      Je vous ai renvoyé au dictionnaire non pas pour l'orthographe mais pour vérifier le sens du mot film que vous me reprochiez à tort de méconnaître.qui suis-je pour juger? Avec ce genre de fausse sagesse, on tire un trait sur la possibilité même de critiquer un film, ce que je trouve grotesque.Non, je ne suis pas le seul à penser que le film utilise les mêmes ficelles dramatiques que n'importe quel divertissement hollywoodien, c'était même le début de mon message qui renvoyait aux débats critiques à la sortie du film. Encore une fois, renseignez-vous.Le film de Lanzmann est certes âpre, dénué d'effets grossiers, mais c'est évidemment une oeuvre d'art, avec beaucoup de mise en scène, ce qui a frappé tous les spectateurs du documentaire. Ce n'est pas un vulgaire documentaire de 50 minutes d'Arte où l'on voit des historiens parler face caméra sur un fond noir. Dire que ce n'est pas de l'art n'a aucun sens.Certes le film de Spielberg est grand public mais il est tellement grossier qu'il présente un vision inexacte et problématique de la Shoah, qui n'a donc que peu d'intérêt.PS : la production française est tout sauf moribonde, elle est au contraire très riche si on a la curiosité de voir autre chose que les films de Dany Boon.
    • Cyphre14
      Evitez de faire des remarques sur le français pour une coquille dans mon message quand vous écrivez deux messages plus hauts connaissais-vous et cela vous éviteras. Et je ne vois pas en quoi un film de fiction est plus ambitieux qu'un documentaire surtout quand le documentaire fait plus de 9h, fruit d'un travail de plusieurs années. Donc je ne vois pas comment on peut sous-entendre, comme vous le faites, que les ambitions artistiques de Spielberg seraient supérieures à celles de Lanzmann.Et si votre propos (qui semble varier de message en message) est de dire qu'on ne peut comparer les deux car ils appartiennent à des genres différents avec des fonctions qui leur sont propres (pour divertir/ pour informer), je vous répondrai que c'est bien la coeur du problème avec le film de Spielberg : faire de la Shoah un spectacle qui utilise les mêmes ressorts dramatiques que n'importe quel film de divertissement.
    • CreedTime
      Non content d'être déjà bien enlisé dedans, vous décidez de vouloir vous enfoncer dans le ridicule jusqu'au cou !? Ok...L'art de changer de sujet quand on a tort ! L'art de la mauvaise foi aussi ! Car quand je parle de film, vous savez très bien à quoi je fais référence. Vous utilisez souvent les termes film documentaire pour parler d'un documentaire, et film de fiction pour parler d'un film ? Faites-moi plaisir et dites moi oui, histoire de bien l'étaler encore plus partout votre mauvaise foi...C'est tout ce qui vous a interpellé dans ma réponse ? Vraiment ? Ou vous n'avez juste rien de plus à objecter qu'un point de sémantique outrageusement passé à travers le prisme de la mauvaise foi ?Puis 2 conseils: si vous demandez aux gens d'ouvrir un dictionnaire, ne pointez pas, vous, un lien Wikipédia. C'est risible. Et faites des phrases en français parce que cette première phrase de votre réponse, elle pique sérieusement les yeux. Doublement risible !Affligeant dites-vous !? Cela vous sied bien mieux qu'à moi ! Vraiment !
    • Cyphre14
      Je ne crois que je n'ai jamais lu une réponse aussi affligeante. Evidemment que Shoah est un film car tout documentaire filmé l'est...Ce n'est pas parce qu'un documentaire n'est pas de la fiction qu'il n'est pas un film.Ouvrez un dictionnaire. https://fr.wikipedia.org/wi...
    • CreedTime
      Merci bien, je connais Shoah et l'ai bien entendu vu. Connaissais vous la définition du mot film ? Je pense pourtant que ce mot est assez univoque. Donc de là à dire que Shoah ça a l'ambition d'un Spielberg, je dirais que c'est vous qui écrivez n'importe quoi. Un documentaire et un film de fiction par définition n'ont pas les mêmes fonctions. Renseignez-vous donc ! Ou descendez de vos grands chevaux cela vous éviteras le ridicule !
    • Cyphre14
      Claude Lanzmann, cinéaste français, a réalisé un documentaire de 9h sur la Shoah, considéré comme une référence en la matière. Renseignez-vous donc avant d'écrire n'importe quoi.
    • CreedTime
      Quand nous francais(e)s sortiront des films ayant les mêmes ambitions artistiques que celles de Spielberg, on aura le droit de critiquer, d’ici là... Taisons nous ! Tellement facile de critiquer les autres quand on ne fait soi-même rien ! Ras le bol de cette attitude stupidement bien française !
    • QSG-OMDR M
      mouais y'as quand même plus culte que ça
    • Might Guy
      Je sais. Il était passé en version intégrale au cinéma de minuit de fr3, il y a plus de 30 ans. Souvenir de jeunesse .
    • Guillaume B.
      Pure merveille, faut pas hésiter.
    • Cyphre14
      sans jamais tomber dans la manipulation émotionnelle est-il écrit concernant la Liste de Schindler. Lisant une telle énormité, je comprends mieux comment l'auteur de l'article peut balayer avec mépris ces polémiques franco-françaises, finalement un peu vaines autour de la représentation hollywoodienne de la Shoah. Je rappelle ainsi que dans l'une des scènes du film, on voit des prisonnières du camp de concentration être conduites aux douches en craignant d'être à cette occasion gazées. Spielberg ne trouve rien de mieux à faire à ce moment-là que de mettre en scène un petit suspense crapoteux : que va-t-il sortir de la douche, de l'eau ou du gaz? Mourra, mourra pas? Ouf de l'eau, soulagement des prisonnières. La Shoah selon Spielberg.Je rappelle en outre que le film a été beaucoup critiqué par nombre d'historiens et qu'il ne constitue en rien une référence dans ce domaine. Mais bon, il a gagné beaucoup d'Oscar, c'est le principal....
    • Might Guy
      Rhaaa, la porte du paradis, ca fait des années que j'ai le director's cut en dvd mais j'ai pas encore eu le temps de le regarder...
    Voir les commentaires
    Back to Top