Mon AlloCiné
    Le Hobbit : un voyage inattendu
    note moyenne
    4,2
    38756 notes dont 3687 critiques
    29% (1063 critiques)
    36% (1309 critiques)
    18% (656 critiques)
    11% (395 critiques)
    4% (139 critiques)
    3% (125 critiques)
    Votre avis sur Le Hobbit : un voyage inattendu ?

    3687 critiques spectateurs

    XENØS_ F
    XENØS_ F

    Suivre son activité 1 abonné

    4,5
    Je l ai beaucoup aimé grace a son histoire intrigante ,ses effets speciaux reussi et de bon méchant . C est un bon film que je recommande au amateur de héroic fantasy .
    Samisirus88
    Samisirus88

    Suivre son activité 1 abonné

    3,5
    Le hobbit raconte l' histoire de Bilbon Saquet rencontrant Gandalf, un magicien, qui souhaite l' embaucher comme cambrioleur afin d' aider une compagnie de 13 nains à reprndr leur montagne des griffes d' un dragons, Smaug. Il rencontreront donc de nombreuses embûches lors de leur périple, comme des trolls, de orks et des gobelins. Le film nous plonge dans sa féérie et les acteurs nous font oublier qu' ils sont des acteurs ( ils jouent bien ). Un premier problème est le film qui met un temps INCROYABLE à commencer. À coup de flashbacks, surplus de personnages et chansons, on va vous faire désespérer de voir le fameux voyage pour lequel vous avez payés ( ou pas 🤫😉). Mais une fois que le film commence ( au bout de presque 1 heure ), on est dedans. Les péripéties sont bien pensé, parfois amusante, les mimiques de Bilbon sont drôles et on se sent investis. MAIS ! ah... Le méchant. Arrêtez moi si je me trompe mais la CGI est dégueu ! Et les Deus ex Machina de tous genre, du Gandalfous ex Machina au Deus aigle Machina, ils se sont pas gêné pou ne pas écrire de scénario. Outre ces défauts, la réalisation est correct, les couleurs magnifique et les scènes d' actions très bien faites. Je vous conseille quand même ce film si vous aimez le seigneur des anneaux ou la fantaisie. À bientôt pour le 2ème.
    Céline B.
    Céline B.

    Suivre son activité

    5,0
    Super film les décor sont super réaliste et les acteurs sont vraiment dans leurs rôle et les effets spéciaux son très réussi
    Ace V
    Ace V

    Suivre son activité

    3,5
    Dans la continuité du Seigneur de Anneaux avec la surprise en moins. Certaines scènes sont vraiment biens (3 trolls) et d autres moments tirent un peu en longueur.
    Dj Prime
    Dj Prime

    Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 32 critiques

    3,5
    Diffusé hier soir Dimanche 22 Octobre 2017 sur France 2 pour une programmation étalée sur 3 dimanches, cette trilogie prequel à l'autre immense trilogie “Le seigneur des Anneaux�. Ce premier volet d’une donc nous offre énormément de paysages somptueux aussi bien en prise de vue réelles qu’en prises numériques. Énormément d'effets digne d’un feu d’artifice à la “Gardien de la Galaxie� mais un peu moins quand même. Une très bonne distribution même si je ne connaissais que ces 2 principaux héros par rapport aux secondaires m’étant plus inconnu. L’interprétation est toujours au top et l’humour y est superbement mis en scène et très bien placé. Egalement et c’est bien là l’ADN de cette ensemble, ses scènes d’actions, de visuel et ses duels verbaux entre humains, nains, hobbits, elfes, goblins, trolls, orques et autres sont toujours très bien écrits puisque le but de chacun est de se provoquer en simultanée afin de "narguer" chaque clans bien rivaux. La seule scène que je n’aurais pas suivi entièrement et sûrement par manque de compréhension, spoiler: est celle dans la forteresse des elfes entre Gandalf et les principaux intéresser. Évoquer des prénoms et autres événements par ci par là m’aura quelque peut perdu en cours de route. Car lancer autant de noms d'un seul coup pour elles et ceux n'étant pas du tout habituer, ça peut être légèrement dérangeant. Autre scène mais là tel un jeu du chat et de la souris, la rencontre mythique entre Bilbon et Golum. Une voix reconnaissable entre des milliards avec son expression culte “Mon précieux� désignant l’anneaux magique, et bien sûr la musique de ce passage, envoûtante parmi tant d'autre dans le 7ème art. spoiler: Toutes les séquences d’action furent géniales, de l’affrontement des géants de pierres à la course poursuite entre l’un des nombreux magiciens face aux orques, ou le face à face entre les nains, notre Hobbit, Gandalf et les orques en plein milieu d’une forêt mais à 2m d'un vide sidéral. Bref, voilà un premier volet sur vitaminé qui met tout de même quelques 30 bonnes minutes ou si ce n’est plus à se mettre en place. Un feu d’artifice visuel pour une action trépidante.
    anonyme
    Un visiteur
    4,5
    J'aime beaucoup plus que le Seigneur des Anneaux... Je ne suis pas fan du personnages de Bilbon mais le reste est top!
    Cinéphiles 44
    Cinéphiles 44

    Suivre son activité 180 abonnés Lire ses 89 critiques

    3,0
    C’était le film le plus attendu de cette fin d’année 2012. Peter Jackson démarre donc une nouvelle trilogie dans le pays des Hobbits. Celle-ci est plus familiale et donc moins efficace que la trilogie Le Seigneur des Anneaux. Le début du film : Les trois films se déroulent dans la Terre du Milieu soixante-dix ans avant l’époque du Seigneur des Anneaux. C’est donc un excellent choix du réalisateur de débuter avec Bilbon Sacquet âgé comme on l’a connu jusqu’à présent et une courte présence de Frodon, héros des aventures à suivre (Le Seigneur des Anneaux). L’histoire en générale : Longue, ce voyage inattendu s’annonce être un remake du Seigneur. Certes, c’est un livre à part, mais justement c’est un seul livre et non trois ! Beaucoup de dialogues inutiles, de chansons absurdes, un repas interminable et très peu de combats. Les héros doivent aller d’un point à un autre comme dans la première trilogie, mais cette fois ils le font tous ensemble. Ce qui en fait un voyage trop long et parfois peu prenant. Les personnages : On prend plaisir à revoir le grand Gandalf, mais s’il est aussi grand, pourquoi ne nous en met-il pas plein la vue avec ses pouvoirs ? Bilbon est parfait, heureusement c’est le personnage principal. Bien joué, effacé au début, prend sa place au fur et à mesure que l’histoire avance, c’est une bonne mise en valeur. Mais les nains ? Certes, Thorin fait penser à Aragorn par son caractère tenace, mais les douze autres ne sont pas attachants. Ils se suivent comme des moutons égarés et ne se mettent jamais en valeur dans leurs péripéties. HFR : Le 48 images à la seconde est révolutionnaire, cette technique remplace le standard 24 images. Le début du film surprend donc, par sa rapidité et sa fluidité tellement intense qu’on a du mal à suivre. Finalement on s’y habitue au bout d’une vingtaine de minutes. La 3D : James Cameron est le révolutionnaire de la Trois Dimensions. C’était l’un des rares à avoir compris que la nouvelle dimension se situait dans l’arrière plan et non dans ce qui peut vous arriver dans le visage. Peter Jackson a retenu la leçon et nous a présenté de magnifiques arrières plans, notamment grâce aux fabuleux paysages de la Nouvelle Zélande. La musique : Nostalgique de sa précédente trilogie, Jackson nous met sur le plateau des thèmes connus de sa saga et ça nous fait plaisir. L’ensemble soutient le film, sans jamais le dévorer. La fin du film : Le réalisateur nous offre une vie épargnée, celle de Thorin et nous fait découvrir un Bilbon courageux et vaillant, qui jusqu’à présent n’avait pas sa place dans la communauté des nains. C’est donc un bon choix. Malheureusement, le final avec le réveil de Smaug n’est pas intéressant. L’œil qui se réveille en gros plan est une image vue et revue au cinéma. Il aurait été plus impressionnant de le faire surgir des pièces d’or rapidement dans un plan d’ensemble. Conclusion : Peter Jackson ne réalisera pas de nouveaux chefs d’œuvre avec Le Hobbit. On peut lui laisser le bénéfice du doute sur les prochains, mais le premier est un spectacle visuel impressionnant, mais sans âme et sans action. Et après : Le Hobbit : la désolation de Smaug sortira le 11 décembre 2013 et Le Hobbit : histoire d’un aller et retour le 17 décembre 2014.
    Aloïs Gaspard
    Aloïs Gaspard

    Suivre son activité

    5,0
    Un souffle épique sans équivalent, une bande-son plus que dantesque et emblématique, des acteurs au sommet de leurs formes et des scènes de combat tous plus incroyables les unes que les autres.
    Salim S
    Salim S

    Suivre son activité Lire ses 2 critiques

    4,5
    Reprendre la route, retrouver des vieux amis, s'en faire des nouveaux. Le film nous ramène en terre du milieu. Ce début du voyage épique, précieux et magique, sonne comme un grand plaisir coupable.
    David G
    David G

    Suivre son activité

    4,0
    Après tout le mal dont j'en ai entendu parlé je m'attendais vraiment un film moyen. je fus surpris. Il n'est pas parfait mais il a au moins le mérite de nous divertir et tout ça en nous rappelant cette belle terre du milieu découverte il y a maintenant plus de 10 ans.
    Kalie
    Kalie

    Suivre son activité 25 abonnés Lire ses 636 critiques

    4,0
    Il m'a fallu du temps pour regarder la première trilogie du « Seigneur des anneaux » de Peter Jackson. Je reconnais que ces films assurent dans le genre. Mais pas de véritable coup de cœur pour moi, peut-être parce que le contexte fantastique, complexe et sombre, sans rapport avec le monde que nous connaissons, ne m'a pas plus ému que cela. Bien sûr, « Le Hobbit : un voyage inattendu » n'est formellement pas supérieur aux précédents films, mais il s'agit néanmoins de mon préféré. D'abord grâce à son humour, notamment avec Bilbon Sacquet, notre Hobbit très casanier. J'ai beaucoup aimé le passage où les Nains s'incrustent chez lui. Ensuite, la relative simplicité du scénario permet de se concentrer sur les personnages. Ces derniers m'ont vraiment touché (Nains compris). Sinon, le film dresse un catalogue assez exhaustif des créatures qui peuplent l'univers de J. R. R. Tolkien. Le passage avec les Trolls est amusant, celui chez les Gobelins, spectaculaire. Les Orques et leurs montures sont effrayants. Le film évite les allusions trop lourdes aux opus précédents . Ainsi ici, spoiler: l'anneau permet juste à Bilbon de devenir invisible . Enfin, pour une fois, le film peut (presque) se suffire à lui-même.
    L'ombre du 7ème art
    L'ombre du 7ème art

    Suivre son activité 13 abonnés Lire ses 13 critiques

    4,5
    Le hobbit: un voyage inattendu marque le début d'une nouvelle trilogie basée sur l'histoire de bilbon Saquet l'oncle de Freudon Saquet et cela fonctionne assez bien puisqu'on voit apparaître un changement de registre significatif puisque l'ambiance est beaucoup plus enfantine et moins sombre que la trilogie du seigneur des anneaux et celà est dû à l'histoire de l'écrivain R. R. Tolkien qui avait décidé d'écrire ce livre pour ses enfants. Ainsi on peut dire adieu au décapitation (sauf une), au sang qui sort de la bouche des orques mais plutôt place au chant au coin du feu et à des situations un peu plus comique. Ainsi ce changement d'horizon est pour ma part pas du tout désagréable et est très intéressante car cette nouvelle vision permet de créer une certaine frontière avec le seigneur des anneaux et donc d'avoir sa propre identité et ce malgré la forte ressemblance scénaristique avec la communauté de l'anneau. Ainsi on retrouve les codes du seigneur des anneaux avec sa musique mythique, les couleurs pétillantes dans la comté avec ses prairies verdâtres, le soleil et sombre dans la terre du milieu où nos nouveaux amis (les 13 nains et bilbon ainsi que grandalf) vont faire face à des ordres de gobelins, troll, orques,..... Ainsi en parlant de ces créatures, Peter Jackson a décidé de mettre en place la nouvelle technologie afin de pouvoir remplacé les cascadeurs qui joués les orques pour les remplacer par des images de synthèse et pour ma part malgré tout ce que l'on peut dire celà est une réussite, alors oui adieu au bon vieux costumes, au sang qui dégouline sur les vêtements et les faciès des orques qui étaient assez différent et bonjour à l'arrivée de clone mais j'ai envie de dire et de défendre cette idée en ajoutant que celà est dans le style de cette nouvelle trilogie qui rappelons le ce veut plus enfantine. Donc je ne comprend pas cette acharnement. Sinon pour les acteurs il n'y a strictement rien à dire sur leur prestation qui est juste remarquable. Voilà on peut donc ressortir de ce film en critiquant juste le manque de finesse dans le scénario qui est un quasi copié collé de la communauté de l'anneau. 4,5/5
    Tanguy Anglard
    Tanguy Anglard

    Suivre son activité Lire sa critique

    0,5
    Un film long, ennuyeux et immature (des nains qui rotent et qui chantent dans la maison du hobbit) qui n'est pas à la hauteur du réalisateur (contrairement au seigneur des anneaux qui était un chef-d'oeuvre).
    Bijij
    Bijij

    Suivre son activité Lire ses 19 critiques

    4,5
    Excellente adaptation de la première partie du célèbre conte de J.R.R. Tolkien, qui mêle également d'autres oeuvres. Les décors et la musique sont magnifiques.
    Ywan C
    Ywan C

    Suivre son activité 21 abonnés Lire ses 9 critiques

    2,5
    septiemeartetdemi.com - Force sera de constater que Le Hobbit ne subit pas la déliquescence qui est celle des séries. En fait, c’est le premier opus le moins bon des trois. Le film commence bien, pourtant. Les décors se surpassent, leur qualité et leur magnificence n’ont d’égales que celles de la trilogie originale. Parce que, l’argent aidant, les premiers films n’ont pas vieilli, ce qui met les deux séries au même niveau technique. L’avantage que ce film en retire, c’est l’omniprésence calme du paysage, retranscrit dans toute son inerte ineffabilité. La terre devient une chose multidimensionnelle ; la terre porte le monde, fabrique l’horizon et abrite l’étrange. Mais malgré ces atouts, l’œuvre faillit à traduire la topographie fictive de la Terre du Milieu ; les plans de paysages sont des inserts qui n’évoquent pas grand-chose des traits fascinants sur la carte. Ce qu’elle marque reste abstrait. On s’en sort presque mieux avec les effets spéciaux miraculeusement bien intégrés aux combats. L’histoire évoluant, on a l’impression d’être trop près des personnages, comme si les gros plans sur leurs visages, faillissant à trahir les imperfections des maquillages, avaient pour écho des gros plans sur leur personnalité, qui, eux, parviendraient à nous montrer leurs défauts, et par là même à nous ennuyer. Trop d’attention tuerait-elle l’affection ? C’est comme si Jackson voulait se dépêcher de nous présenter ses personnages pour pouvoir mettre d’autres choses dans son film, sauf que le film n’est guère rempli, justement. Il est même assez mou. Toutes ces failles sont bien comblées par une maîtrise de certaines choses qui n’a pas fâné depuis l’épopée de Frodon ; le casting est d’une propreté éblouissante, les retrouvailles sont millimétrées. On a déjà observé que Le Seigneur des Anneaux n’a pas vieilli ; cela permet au Hobbit de récupérer certains acteurs sans faire tâche d’huile. On retrouve Cate Blanchett et Hugo Weaving, entre autres, comme si on venait tout juste de les quitter. Cela montre le respect immense porté aux personnages, sans lequel ils auraient forcément changé. On ne sera pas non plus insensible aux clins d’œils – peu discrets pour un fan – d’un Saruman toujours digne de confiance. Là encore, il y a une grande propreté dans la fçon de prendre l’histoire à l’envers. Mention spéciale à Martin Freeman, qui est tout simplement parfait dans la peau de Bilbon ; bon par sa nature, mais aussi pour les élans qui l’en sortent. Après tout ça, on se retrouve sur un score ni brillant ni neutre. Mais la partie finale du film l’enfonce dans des sables mouvants de médiocrité desquels la saga a eu beaucoup de chance de se sortir. En effet, elle sacrifie la bonne gestion de ses personnages à une originalité vulgaire. Résultat : le roi orc. Ce truc se veut l’intermède comique, l’horreur dont on s’amuse de la mocheté, mais elle nous fait surtout nous rencogner dans notre siège devant le désastre de ses répliques et les affres d’une personnalité ridicule. Heureusement qu’on le voit peu. Mais un combat s’ensuit qui n’est guère le reflet du reste de l’œuvre. Il ressemble à un enchaînement sans créativité de chutes improbables, comme si la production était impatiente de passer à la suite. Curieusement, on entend aussi un cri Wilhelm, dont ne peut qu’espérer qu’il soit une blague. Alors qu’approche la fin, la densité des faux pas augmente, et l’on finit sur des idées qui se répètent ; citons pour l’exemple le sauvetage par les Aigles, lors duquel, par deux fois, un des membres de l’expédition est poussé dans le vide par des serres pour être rattrapé sur le dos d’un autre oiseau. Profitons d’être dans une série de griefs pour mentionner la musique originale, qui n’hérite pas de la force de celle de la première trilogie. Mais je ne vais parler en mal des films suivants.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top