Mon AlloCiné
    Le Hobbit : un voyage inattendu
    note moyenne
    4,2
    38752 notes dont 3688 critiques
    29% (1063 critiques)
    36% (1310 critiques)
    18% (656 critiques)
    11% (395 critiques)
    4% (139 critiques)
    3% (125 critiques)
    Votre avis sur Le Hobbit : un voyage inattendu ?

    3688 critiques spectateurs

    chrischambers86
    chrischambers86

    Suivre son activité 1471 abonnés Lire ses 8 623 critiques

    4,0
    Globalement très satisfaisant, ce premier opus du prequel de "The Lord of the Rings" suit le Hobbit Bilbon Sacquet! On retrouve dans ce volet l'ambiance èpique et poètique de la saga! Une dècennie après, un autre roman de Tolkien que Peter Jackson dècide d'adapter au cinèma...et en 3D! Des Hobbits, des magiciens, des Nains, des Elfes, ces personnages sont familiers, ils peuplent la Terre du Milieu, le monde imaginaire qui sert de cadre au rècit de "The Lord of the Rings". Ce classique littèraire est devenu une trilogie cinèmatographique à succès que l'on connaît. "Bilbo le Hobbit" est tirè d'un autre roman de l'auteur anglais, situè dans la même univers! Nous sommes donc en terrain connu où l'intrigue se dèroule soixante ans avant celle de "The Lord of the Rings". Après une première partie soporifique qui traîne en longueurs, on y suit avec des yeux d'enfants l'odyssèe de treize Nains à la recherche d'un trèsor gardè par un dragon! Un univers plein de crèatures magiques, surprenantes et dangereuses, avec des images de synthèse qui vous èblouissent la rètine! La prèsence quasi inexistante d'humains permet une immersion totale dans ce monde fèérique dont Peter Jackson a le secret! Dans le rôle titre, Martin Freeman (connu des tèlèspectateurs pour être l’interprète de Watson dans la sèrie « Sherlock ») est convaincant! D'autres personnages de "The Lord of the Rings" sont aussi de retour: le magicien Gandalf alias Ian McKellen (l'affiche du film où on le voit marcher sur un chemin campagnard avec son cèlèbre bâton qui coïncide avec l'apparition du soleil, est juste sublime), l'Elfe Elrond (Hugo Weaving), la crèature Gollum (l'inègalable Andy Serkis). Par un astucieux tour de passe-passe scènaristique, l'èquipe de Jackson est aussi allèe piocher de la matière dans d'autres ècrits de Tolkien, afin de faire revenir des personnages qui n'apparaissent pourtant pas dans le livre "Bilbo le Hobbit": Frodon Sacquet (Elijah Wood), les Elfes Galadriel (Cate Blanchett) et Legolas (Orlando Bloom) ainsi que le magicien Saroumane (l'immense Christopher Lee). Les auteurs ont même carrèment inventè de toutes pièces une Elfe! Quand est-il de ce premier volet ? Un poil trop long dans sa première heure mais dans son ensemble, les paysages paradisiaques nèo-zèlandais, la qualitè monstrueuse des effets spèciaux et la magie de ce monde crèè par Tolkien l'emporte largement! On n'attend donc avec impatience la seconde partie "La dèsolation de Smaug" en dècembre 2013 (suivie par la troisième, "Histoire d'un aller et retour", en dècembre 2014). Dès maintenant, la dèferlante Hobbit arrive! En espèrant qu'elle monte crescendo et qu’elle nous en mette plein la vue pour finir en apothèose dans sa dernière partie! Attendons...
    tony-76
    tony-76

    Suivre son activité 675 abonnés Lire ses 611 critiques

    4,0
    Peter Jackson arrive encore à nous séduire dans cet épisode " Le Hobbit : un voyage innatendue ", 60 ans en arrière dans cette nouvelle trilogie pré-Seigneurs des Anneaux. Des décors et des images sublimes, de l'action époustouflant et une touche d'humour. Ces nains sont très attachants ainsi que Bilbot, Gandhalf et Gollum ! J'attends la suite avec impatience !
    Sylvain. V
    Sylvain. V

    Suivre son activité 73 abonnés Lire ses 88 critiques

    4,5
    Peter Jackson se surpasse et réalise un chef d'œuvre, une pur merveille, en revenant avant l'histoire de la trilogie " Le seigneur des Anneaux ". Un très bon casting, une mise en scène incroyable, même époustouflante. De superbe scènes s'actions spectaculaires et des effets spéciaux bluffants, même a coupé le souffle. On retrouve Andy Serkis dans le rôle de l'impitoyable Gollum. Un film a voir en 3D. 4,5/5
    Leon9000
    Leon9000

    Suivre son activité 43 abonnés Lire ses 121 critiques

    4,5
    Lors de la sortie du Seigneur des Anneaux, Peter Jackson avait encore tout à prouver. Dix ans plus tard il est devenu l'un des cinéastes les plus appréciés au monde pour avoir donner autant de rêve à une génération de cinéphiles devenus adultes aujourd'hui, pour avoir témoigné d'une générosité sans limites au fil de sa filmographie sans jamais avoir délaissé l'humanité de ses œuvres ou tout simplement pour la sympathie instinctive que dégage ce réalisateur. Parfaitement conscient qu'il aurait du mal à réaliser The Hobbit sans souffrir de la comparaison avec sa trilogie initiale sur l’œuvre de Tolkien, Peter Jackson refusa pendant longtemps de prendre en charge le projet préférant placer sa confiance en Guillermo Del Toro. Toutefois suite au désistement à contre cœur de ce dernier et à l’enlisement de la production, ce n'est que la confirmation de Jackson en tant que réalisateur qui permit à l'adaptation du Hobbit de prendre un envol devenu presque inespéré. Quitte à créer un paradoxe étrange avec sa réticence initiale, Peter Jackson annonça presque au dernier moment que le Hobbit ferait l'objet d'une trilogie, une gourmandise assez disproportionnée qui trouve déjà écho dans ce premier volet. Mais avant d'aborder ce dernier point, il est important de comprendre que le Hobbit répond assez vite à la préoccupation première des fans : Peter Jackson allait t-il réussir à se renouveler après la trilogie du Seigneur des Anneaux ? Du point de vue de la forme, la réponse est non et était honnêtement prévisible. Le refus du cinéaste de prendre en charge l'adaptation de Bilbo était en effet assez explicite sur sa crainte de ne pas pouvoir offrir de l'innovation au spectateur. Maintenant capitaine sur le navire, Jackson choisit au contraire d'assumer jusqu'au bout sa proximité avec le Seigneur des Anneaux : même direction artistique, même acteurs et même style de mise en scène allant parfois jusqu'à reprendre les plans les plus célèbres de l'ancienne trilogie. La répétition de la réalisation n'est malheureusement pas équilibrée avec l'usage de la 3D qui reste assez secondaire voir grossière. La composition musicale d'Howard Shore renforce également cette impression de déjà vu en recyclant énormément de thèmes déjà exploités dans les films précédents mais se rattrape avec un thème principal qui restera longtemps dans les mémoires. La scène d'introduction dépeignant une conversation entre Bilbo âgé et Frodon semble même n'exister que pour mettre en avant cette proximité assumée avec le Seigneur des Anneaux. L'impact est ainsi à double tranchant, le film dégage une familiarité presque touchante et nostalgique en replongeant le spectateur dans un terrain connu mais dans le même temps, difficile de ne pas penser à ce qu'aurait pu donner l'univers de Tolkien avec la sensibilité nouvelle de Guillermo Del Toro. Si cette continuité visuelle avec le Seigneur des Anneaux est à l'origine des multiples critiques actuelles envers le film, il est étrange de voir que la dimension comique du film est également souvent reprochée alors qu'il s'agit d'un élément salvateur pour le Hobbit. Fidèle à l'esprit de l’œuvre de Tolkien qui s'adressait à un plus jeune public que le Seigneur des Anneaux, le film se révèle ainsi beaucoup plus léger, décomplexé et humoristique que l'ancienne trilogie. Ce changement d'atmosphère, beaucoup moins grave qu'autrefois, permet ainsi d'insuffler au film une véritable personnalité qui lui faisait défaut sur le plan visuel, la réussite de l'ambiance devant énormément au travail des comédiens menés par un Ian Mckellen décidément formidable et un Martin Freeman qui, quitte à faire dans le cliché, était vraiment fait pour ce rôle. Ce constat sur le manque d'originalité visuelle du film découle bien logiquement sur sa principale lacune : sa surenchère. Il est courant de donner davantage au spectateur quand tu n'as rien d'original à montrer et si Jackson a souvent été à la limite de l’excès dans ses films, la frontière a peut être été franchie dans The Hobbit. Bien sûr, il est amusant de voir un déluge de créatures et de décors plus improbables les uns que les autres, d'autant que l'héroic fantasy est souvent assimilé à une surenchère d'éléments épiques. Toutefois, le Hobbit tombe dans le piège que le Seigneur des Anneaux parvenait à éviter : utiliser les effets spéciaux numériques quand il n'y en avait pas besoin. Pourquoi donc avoir abandonné les incroyables maquillages qui avaient donnés vie aux créatures ténébreuses de la Terre du Milieu durant l'ancienne trilogie ? Tout cela au profit d'une invasion de créatures numériques forcément moins crédibles. Un peu à l'image de King Kong qui souffrait de la même inégalité visuelle, les effets spéciaux de The Hobbit alternent en plus le grandiose comme le médiocre, témoignant une fois de plus de l'inquiétant aveuglement des réalisateurs Hollywoodiens sur les promesses des mondes numériques, ne réalisant pas à quel point ces techniques vieillissent à une vitesse alarmante et maintenant démocratisées à un tel point qu'elles en sont de plus en plus difficilement convaincantes. On se consolera néanmoins avec un Gollum plus expressif et humain que jamais au cœur de la scène la plus réussie du film. Cette surenchère visuelle se reporte également sur la narration où abandonnant le regard individuel de Bilbo adopté dans le livre de Tolkien, le film multiplie les points de vue à travers des rajouts parfois enthousiasmants ou complètement inutiles pour d'autres, la scène du Conseil Blanc constituant à ce titre un moment franchement laborieux. De nombreuses lacunes donc, qui seront difficiles à pardonner aux yeux de beaucoup. Toutefois malgré ses défaillances, The Hobbit parvient pourtant à renouer avec la véritable réussite du Seigneur des Anneaux en son temps. Malgré les innombrables excès dans lesquels il s'est plongé, Peter Jackson demeure pourtant fidèle à ses principes et ne délaisse jamais ni ses personnages ni l'émotion de son histoire. La folie visuelle du film est à nouveau entrecoupée de scènes beaucoup plus posées et intimistes conférant au récit une lenteur qui aurait effrayée maints réalisateurs. Ceux qui s'étaient ennuyés devant le Seigneur des Anneaux s'ennuieront ainsi à nouveau devant The Hobbit, mais cette lenteur est néanmoins nécessaire, comme c'était le cas à l'époque, pour conférer à cette quête épique une humanité dont beaucoup de productions Hollywoodiennes n'oseraient même pas rêver. Peu importent les trolls, loups et gobelins en images de synthèse, au bout du compte ce sont les personnages humains qui restent en mémoire. Si vous avez ressenti de l'attachement pour ce minuscule héros plongé dans une quête qui le dépasse, de la compassion pour ces nains qui voulaient retrouver leur foyer et de la sympathie pour ce magicien grognon et imprévisible, alors c'est que The Hobbit aura réussi son véritable objectif. Dans le cas contraire, nul doute que vous ne manquerez pas de raisons de détester ce film. Pourtant peu de blockbusters peuvent se vanter de posséder une âme véritable parvenant à engendrer une telle immersion. En réalité c'est bien depuis le Seigneur des Anneaux qu'un film n'avait pas véhiculé un tel émerveillement qu'il en était difficile de fermer l’œil après avoir été plongé non pas seulement dans un monde fantastique mais au côté de personnages si humains et attachants. Il est parfois bon de mettre son cynisme de côté quand une belle aventure, certes imparfaite mais sincère et attachante, se déroule sous vos yeux. C'est indéniablement le cas de The Hobbit et toutes les critiques du monde ne devraient dissuader personne de lui laisser sa chance. Pour ma part, je n'ai pas envie d'être cynique aujourd'hui, Peter Jackson m'a à nouveau fait rêver bien plus que dans tous les blockbusters de ces dernières années, et je n'avais pas ressenti une telle hâte de connaître la suite d'un film depuis...le Seigneur des Anneaux. Et fort heureusement l'aventure ne fait que commencer.
    Marc T.
    Marc T.

    Suivre son activité 109 abonnés Lire ses 131 critiques

    4,5
    On retrouve bien la patte de Peter Jackson tout au long du film, la même mise en scène, les mêmes cadrages, et le même traitement de l'histoire que dans le Seigneur des Anneaux (les clins d’œil y sont d'ailleurs nombreux). Seul (tout) petit bémol : on sent bien que Peter Jackson fait durer le récit afin de remplir une trilogie. Mais malgré ça, les 2H45 passent incroyablement vite. Je ne peux pas lui mettre 5/5 car il manque ce petit quelque chose qui a fait du SdA un chef d’œuvre à mes yeux.
    anonyme
    Un visiteur
    5,0
    Un Préquel Incontournable. Aprés la trilogie du Seigneur Des Annneaux, le réalisateur Néo-Zélandais Peter Jakcson revient au Terre du Millieu avec ce film qui se déroule avant la saga commencé en 2001 en rancontant les aventures de Bilbo Sacquet dans sa jeunesse. Pour Commencer on retrouve avec plaisir les personnages phares du Seigneur Des Anneaux comme le magicien Gandalf incarner par le grand acteur Ian Mckellen ou encore les acteurs Hugo Weaving,Cate Blanchett,Christopher Lee et l'inoubliable Andy Serkis qui reprend a merveille le rôle du perfide Gollum lors d'une séquence clé du coté des nouveaux arrivants le comédien Martin Freeman incarne parfaitement le rôle de Bilbon Sacquet Jeune en s'avérant un personnage qui évolue tout au long du film pour devenir celui que l'on connait, ensuite les personnages des Nains sont attachants dont le charismatique chef de la troupe des nains en la personne de Thorin jouer par Richard Armitage. Les Effets Spéciaux de l'équipe WETA Digital sont très spectaculaires avec de nombreux morceau de bravoure a vous couper le souffle ainsi qu'une galerie de créatures très bien réaliser, les décors sont d'une pure beauté en étant un vrai régal pour les yeux accompagné de la sublime musique de Howard Shore pour plonger dans cette univers captivante et riche en péripéties. Enfin le film est assez fidèle au roman grâce a une Histoire Passionnante pendant ces 2h40 avec une bonne touche d'humour,d'aventure et étant un petit moins sombre que la trilogie Résumer,Le Hobbit-Un Voyage Inattendu est une belle réussite digne de la saga de JRR Tolkien en promettant une future Trilogie Épique et Dantesque dont on a hâte de découvrir la suite prévu en décembre ainsi que le troisième et ultime volet pour décembre 2014.
    Alex T
    Alex T

    Suivre son activité 25 abonnés Lire ses 32 critiques

    2,0
    Alors pour le coup, je n'ai absolument pas compris la démarche de Jackson pour ce film.. Les effets spéciaux sont certes bien fait, mais ne correspondent en aucun cas à ce qu'il nous a habitué à nous montrer ! Quand on voit la trilogie du S-D-A, ou même KingKong et après on se tape: Le Hobbit, on a tendance à rigoler, tellement l'ambiance est enfantine: on se croirait dans Narnia voire pire.. (bien que Narnia reste un bon film "familiale"). Moi qui avait adoré le S-D-A, et la majeure partie des films de Jackson (même Lovely Bones) je peux dire que je n'ai pas retrouvé le style du réalisateur à travers ce film !
    landofshit0
    landofshit0

    Suivre son activité 148 abonnés Lire ses 1 353 critiques

    2,5
    A trop vouloir être épique Peter Jackson ne fait qu'enchainer dans un flot quasi ininterrompu les scènes de batailles.Il ne laisse ni à ses personnages ni au spectateur le temps de reprendre son souffle,il déroule tout ça avec un mécanisme qui n'a pas une once de naturel,tout ici sent le préfabriqué,des blagues en passant par les combats.Le schémas est toujours le même,un ennemi,un combat,la menace écartée une nouvelle menace arrive et tout recommence. Peter Jackson adore les vues d’hélicoptère et il en abuse à tel point qu'il ma donner l'impression de faire le remake de la terre vue ciel de Yann Arthus Bertrand.Jackson semble avec ce film tirer sur la code de la machine à sous,car il prévoit de compter cette histoire en trois volets,on se demande comment il va tenir le rythme sur trois épisodes vu l'étirement du premier et la pauvreté scénaristique qui l'habite.C'est avec des gros sabots bien crottés qu'il clôture son film et amène le prochain.
    Guimzy
    Guimzy

    Suivre son activité 137 abonnés Lire ses 319 critiques

    2,5
    Peter Jackson réalise ici un film adapté du conte Bilbon le Hobbit, soit une nouvelle trilogie précédant chronologiquement celle du Seigneur des Anneaux réalisée par le même réalisateur. Il est clair que si on arrive dans la salle en s'attendant à voir un film sombre et plein de péripéties, en outre, que l'on pense passer un merveilleux moment et s'attendre à un film digne du Seigneur des Anneaux, il est sûr que l'on est très vite déçu. En effet, Le hobbit: un voyage inattendu est une adaptation d'un conte pour enfants, ce qui signifie que l'univers est beaucoup joyeux et moins sombre que la précédent trilogie. Il y a beaucoup plus d'humour, et le voyage se laisse regarder sans beaucoup de frissons, mais le film est magnifique en matière de paysages et d'effets spéciaux, c'est une vraie claque visuelle. Après le scénario est sans surprises, les personnages manquent de charisme - excepté Bilbon, Gandhalf et quelques nains - et les orcs sont beaucoup moins effrayants que dans Le Seigneur des Anneaux - je n'ai vraiment pas aimé le personnage de l'orc blanc qui a un bras métallique, j'ai trouvé qu'il manquait cruellement de crédibilité - De plus, certaines scènes sont vraiment ridicules, censées être émouvants, mais au final nous fait plus rire qu'autre chose spoiler: - je pense à la scène finale où Thorin fait croire qu'il engueule Bilbon alors qu'en fait non, drôle de blague - Il n'empêche que Le Hobbit se laisse regarder surtout grâce aux effets spéciaux qui rendent le film vraiment magnifique visuellement. Mais il ne faut pas s'attendre à un monument du cinéma fantastique, c'est un film sympa à voir avec ses enfants, surtout que le scénario est niais, et n'est absolument pas compliqué à comprendre. Un film donc pas trop mal.
    Edgar L.
    Edgar L.

    Suivre son activité 155 abonnés Lire ses 175 critiques

    4,0
    "Le Hobbit" est le film attendu par des millions de fans de la Terre du Milieu, célèbre grâce à la trilogie du "Seigneur des Anneaux". Pourtant, nous n'avons pas à faire ici à une suite mais à une sorte de "préquelle", c'est-à-dire que ce film précède dans la frise chronologique de Tolkien (l'auteur des livres "Le seigneur des anneaux" et "Le hobbit"), l'histoire posée dans "Le seigneur des anneaux". Peter Jackson se replonge donc dans une trilogie héroïco-fantastique, et va tenter de nous prouver que, loin d'avoir perdu la main, il sait toujours faire rêver ses spectateurs. [...] Au final, l'oeuvre est tout à fait réussie même si l'histoire n'est pas forcément la plus originale ni la plus prenante. On n'est pas dans le chef d’œuvre qu'on attendait tous (peut être a t'on trop attendu ce film), mais les petites déceptions sont gommées par le plaisir de découvrir cette nouvelle saga. On est pris dans ce film visuellement proche de la perfection, et tout à fait fantastique. Jackson fait ici une adaptation pure du roman de Tolkien, et nous prouve qu'il est encore l'un des maîtres du cinéma fantastique.
    yenapa84
    yenapa84

    Suivre son activité Lire sa critique

    1,0
    C'est long,y a pas d'atmosphère, c'est trop net, c'est trop propre, il ne se passe rien. Autant j'ai adoré SDA, autant là j'ai regretté d'être allé au ciné. Comme dirait Gandalf : " Fuyez, pauvres fous!!!"
    lhomme-grenouille
    lhomme-grenouille

    Suivre son activité 1101 abonnés Lire ses 2 461 critiques

    1,0
    Bon... Autant le reconnaître tout de suite : je ne suis pas un grand fan d'heroic fantasy et la trilogie du "Seigneur des Anneaux" a été pour moi un long supplice vers l’ennui. « Pourquoi allez voir cet "Hobbit" ? » me diriez-vous alors. « Pourquoi pas ! » vous répondrai-je. « Chaque film, chaque trilogie, a le droit à son identité » aurais-je même pu enchaîner. Oui, j'aurais pu... Sauf que depuis j'ai vu le "Hobbit" en question et la démarche du film a au moins le mérite d’être claire à ce sujet : on reprend les mêmes et on refait la même chose ! La même intro qui met l’eau à la bouche, suivie de la même incroyable séquence de plus d’une demi-heure dans la Comté qui ne sert à RIEN. Et puis on est partis pour une autre heure de marche interminable qui est interrompue de temps en temps par des évènements assez saugrenus tels que : des nains qui chantent comme dans Blanche-Neige (deux fois) ; un minipouce sur un traîneau de lapins qui se balade avec du guano séché sur la moitié de la gueule mais sans que ça choque personne, des montagnes qui se battent en duel (je déconne pas : c’est bien foutu je le reconnais, mais WHAT THE FUCK !) ; il y a aussi des trolls qui débattent pendant dix minutes de cuisine et surtout il y a ce caméo surprise de Voldemore qui exécute un Orque en citant Bioman. Je suis désolé, mais il y a des moments où je ne comprends vraiment pas ceux qui arrivent à s'extasier devant ça... Mais le pire dans tout cela, c'est qu'au fond j'arriverais presque à l'accepter s'il n'y avait pas cette ultime plaie pour le film qu'est ce rythme anesthésiant. Si encore cela permettait de déployer un univers ou de creuser des personnages, mais même pas. Comme pour le SDA, Jackson reprend cette logique de lecture superficielle qui n'entend pas adapter la narration au cinéma mais juste illustrer celle du roman original. Désolé, mais moi, même si c'est beau à l'écran, ça m'assomme. Je ne vous cache pas d'ailleurs que je suis parti au bout de plus d'une heure et demie (bref à la fin de l'introduction ^^), non pas que je trouve le spectacle irritant de mauvais goût, mais juste parce que c'est foutrement lent et prévisible de bout en bout... comme le "Seigneur des Anneaux" quoi. Alors après, c'est un gars qui n'a pas été touché par la grâce du SDA qui vous dit ça, du coup vous comprendrez que j'ai vu ce film comme un athée visite une église un jour de messe : j'ai satisfait ma curiosité en admirant l'édifice dix minutes, mais j'ai vite quitté la cérémonie religieuse qui me barbait puissamment. Mais bon, je suppose qu'un fidèle, lui, sera aux anges face à cette copie conforme de l'objet de culte original. Donc chacun saura faire son choix face à ce "Hobbit" : les croyants ont de quoi faire de ce film une nouvelle icône à idolâtrer, mais les mécréants comme moi, ont tout intérêt à passer à côté...
    EricDebarnot
    EricDebarnot

    Suivre son activité 125 abonnés Lire ses 910 critiques

    2,5
    Il est indiscutable que "The Hobbit" offre à son spectateur de jolis moments de divertissement, mais - malheureusement - jamais pour des raisons purement cinématographiques. Non, à l'inverse de la réussite tout-à-fait honorable du "Seigneur des Anneaux", Peter Jackson n'a pas réalisé ici un film, mais l'un de ces objets non identifiés, mi-jeu vidéo, mi-attraction foraine, vaguement régressifs au demeurant, qui se subsituent chaque fois plus au cinéma... Et cela, c'est une vraie déception tant Jackson avait jusqu'alors conservé sa vision de "réalisateur traditionnel" même au sein des projets les plus gigantesques, et potentiellement anonymes. Ici, rien ne fonctionne vraiment au plan "cinéma pur" : le scénario, particulièrement infantile, est catastrophique, souffrant de la dilution de l'histoire - assez simple - de Tolkien dans la mythologie du monde de l'Anneau, à la fois pour étendre la durée du film, et pour - ce qui est honorable pour les fans de Tolkien - couvrir plus de "terrain" ; les acteurs n'ont rien à jouer ou le jouent mal, à l'exception notable de l'excellent Martin Freeman - qui est bien plus un Hobbit que ne l'était le pauvre Elijah Wood -, et surtout de Andy Sarkis, qui nous offre avec Gollum les seuls moments de tension psychologique, d'émotion humaine, en 170 minutes (quand même !) ; la mise en scène perd son ampleur épique pour adopter fréquemment le rythme frénétique qu'aiment les ados d'aujourd'hui, déréalisant dramatiquement les scènes de combat, au point de les rendre totalement vaines ; enfin, la systématisation des effets digitaux pour les personnages monstrueux comme pour les décors joue complètement contre la crédébilité de l'ensemble, nous laissant complètement indifférents devant les dangers "digitaux" menaçant des héros sans essence, dont on se fiche pas mal. Pour les amoureux de "Vrai Cinéma" (j'insiste...), signalons deux infractions curieuses - et rassurantes - aux règles du spectacle vidéo-ludique triomphant : l'introduction, assez magnifique, où Jackson refuse de nous montrer quoi que ce soit de significatif de son grand dragon, et la scène, également suggestive, des araignées géantes. Ce sont ces quelques moments qui nous permettent de garder l'espoir d'un ressaisissement dans les prochains volets de la trilogie.
    blononor
    blononor

    Suivre son activité Lire sa critique

    1,0
    Dépité. Fan absolu de la trilogie du Seigneur des anneaux, je me suis profondément ennuyé pendant ce film. Personnages fades au possible, sans humour ni charisme , nains grotesques qui chantent et jonglent avec la vaisselle comme dans un dessin animé de Disney, des plans filmés de trop près (certainement pour la 3D) qui donnent l'impression qu'on assiste à une attraction ou au making-of du film. Cette impression bizarre ne m'a pas lâché de tout le film. Certes on voit les bons effets spéciaux mais aussi les mauvais, et ça ne pardonne pas. On a l'impression d'être au milieu d'un décor de Disneyland. Sans compter sur ces lunettes 3D actives lourdes et inconfortables qui assombrissent l'image. Je n'ai jamais été autant déçu. Je m'attendais à un film du niveau du SdA, pas plus, mais put... que je tombe de haut !
    fyrosand
    fyrosand

    Suivre son activité 85 abonnés Lire ses 160 critiques

    4,5
    Et oui , Le Hobbit est un film qui nous replonge dans ce magnifique univers de Tolkien et dans lequel on retrouve la nostalgie des 3 seigneur des anneaux ... Le film est une vitrine visuelle absolument splendide , doté de décors époustouflants et d'effets visuels bluffants ( à ce niveau là , ça ne s'éloigne pas trop de la trilogie Lord of the rings ) ! On prend plaisir à découvrir les nouveaux personnages ( les nains , le magicien de la nature ... ) ainsi que les anciens ( Gollum , Galadriel ... ) mais aussi des décors familiers . Ce préquel est donc très réussi à une chose près : je ne me souviens pas avoir regardé l'heure quand j'ai été voir les "seigneur des anneaux" ( et oui , certains passages sont tirés en longueur et auraient été "zappés" volontier ) ! Cela dit , ça reste quand même un excellent film .
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top