Notez des films
Mon AlloCiné
    La Horde sauvage
    note moyenne
    4,1
    1838 notes dont 195 critiques
    répartition des 195 critiques par note
    68 critiques
    70 critiques
    27 critiques
    16 critiques
    10 critiques
    4 critiques
    Votre avis sur La Horde sauvage ?

    195 critiques spectateurs

    Truman.
    Truman.

    Suivre son activité 144 abonnés Lire ses 1 364 critiques

    3,0
    Publiée le 26 août 2013
    Considéré comme l'un des meilleurs western ou encore un film qui donna lieux a un tournant dans le genre je dois dire que j'en ressors très déçu, un arrière gout amer de déception face a toutes ces bonnes notes et critiques. La Horde sauvage n'est évidemment pas un mauvais film, il a ses qualités comme des acteurs correct qui font leur boulot et arrivent a être convainquant, une mise en scène excellente avec un bon générique d'entrée et des fusillades vraiment bonnes . La mise en scène se dévoile énergique et intense lors des fusillades, même si ces scènes semblent souvent un peu rallongés, des scènes de combat qui sont dynamique et prenante, c'est bien ici qu'est la vraie force du film car en dehors de ça le film flanche totalement . Dans ce western poussiéreux on s'ennuie donc beaucoup, quand il n'y a pas de fusillades, par exemple ça bavarde beaucoup pour ne pas dire grand chose, remplit de dialogues creux et fade qui intensifie la lourdeur de ce scénario plat et banal. Un scénario qui n'a pas grand chose d'original qui avance sans vraiment savoir ou aller en nous trimbalant bien a droite et a gauche . 2h20 qui semblent longue . Pas un mauvais film certes mais a mes yeux bien loin de ce a quoi je m'attendais au vu de sa réputation .
    ElAurens
    ElAurens

    Suivre son activité 41 abonnés Lire ses 585 critiques

    4,0
    Publiée le 2 décembre 2010
    Un western à la sauce spaghetti, décrié à sa sortie, aujourd'hui considéré comme l'un des plus grands films du cinéma, à juste titre pour ma part. Les personnages principaux sont des mercenaires, ce n'est pas la première fois, dans Vera Cruz ou d'autres ils le sont aussi, mais ils sont traités comme des héros, l'a pas une seule minute. Pour jouer ses brutes, Peckinpah prend des acteurs avec une vraie gueule à l'image d'Ernest Borgnine ou de Warren Oates, loin de Charlton Heston utilisé dans Major Dundee quelques années avant la sortie de ce film. Le scénario est classique, les codes utilisés ne le sont pas, ici il y a de la place que pour la violence, les femmes et les enfants meurent (et oui on n'a pas un spectacle niais américain comme il en existe en pagaille). Avec La Horde Sauvage, Sam Peckinpah signe son film le plus célèbre, son chef-d'œuvre, à ne surtout pas louper.
    Marceau G.
    Marceau G.

    Suivre son activité 295 abonnés Lire ses 365 critiques

    4,5
    Publiée le 8 février 2014
    "La Horde sauvage" est un très bon western, très violent, et très con ! Un film qui allie sans complexes du John Ford et du Sergio Leone... Bon, le réalisateur du film, Sam Peckinpah, est certes un très bon metteur en scène mais, il faut l'avouer, a un grain... Le film est un exemple de mise en scène et de virtuosité, le montre en particulier les fusillades, parfaitement filmées mais très brutales... Les acteurs principaux sont tous aux tops de leurs formes mais leurs personnages sont tous des ordures finies, poutant, auxquels on s'attache quand même... spoiler: On en vient à regretter leurs morts... La morale est néanmoins très douteuse et très étonnante pour un western Hollywoodien qui a pour habitude de mettre en scène des héros et non pas des enflures... Mais ce film reste quand même une pure pépite cinématographique...
    anonyme
    Un visiteur
    4,5
    Publiée le 7 juillet 2014
    Sam Peckinpah est un habitué des films violents (Les chiens de paille, Major Dundee entre autres), mais avec « La horde sauvage », il atteint les sommets de la boucherie. Le film fut très controversé à sa sortie mais il demeure aujourd’hui une référence. Le scénario est bien ficelé et les acteurs jouent avec conviction. Au début, le spectateur va naturellement haïr le gang qui dévalise le bureau du chemin de fer et provoque un carnage dans la petite ville du Texas. Puis, petit à petit, le groupe survivant gagne notre sympathie. Le massacre final des soldats mexicains est d’une extrême brutalité. En revanche, la scène finale du film apporte une petite touche pathétique. Les jeux de caméra sont remarquables avec des ralentis chocs ou des gros plans sur les acteurs. William Holden et Ernest Borgnine dominent le film par leur présence, leur humour et leur interprétation. Cependant, je mettrais un bémol pour Robert Ryan qui n’amène pas grand-chose au scénario et dont on se demande ce qu’il est venu faire dans ce film. A noter, le symbole des scorpions brûlés par les enfants au tout début qui prédestine l’hécatombe finale.
    Benjamin A
    Benjamin A

    Suivre son activité 356 abonnés Lire ses 1 901 critiques

    4,0
    Publiée le 9 mars 2014
    Réputé pour sa violence et ses torrents d'hémoglobine, il serait bête de résumer "The Wild Bunch" de Sam Peckinpah à cela. Ce western viril et pessimiste, à l'introduction aussi sanglante et barbare que le final, sait parfaitement oscillé moment violent et moment calme, et passe souvent de l'un à l'autre de manière assez rapide grâce à un montage haché. L'histoire est intéréssante, bien écrite et bien mise en scène, notamment pour ce qui est de l'action où Peckinpah fait techniquement des merveilles. Il multiplie les symboles et casse les codes du genre, que ce soit avec les gamins observant et imitant les adultes jusqu'à réellement participer à l'action, tout comme les femmes et son film est même par moment lyrique et le sens de l'honneur est défendu jusqu'à la mort. L'atmosphère à la fois poussiéreuse et fascinante est superbe, la réussite du film tient aussi en ses interprètes, que ce soit un grand William Holden ou encore Ernest Borgnine. Certaines scènes sont mémorable, que ce soit celle violente ou même des plus calme où un coté humain ressort alors que l'on ne trouve pas vraiment de héros... Un très bon western, à la fois violent et beau, captivant mais surtout fascinant. Une belle œuvre.
    Estonius
    Estonius

    Suivre son activité 271 abonnés Lire ses 3 417 critiques

    4,5
    Publiée le 24 décembre 2013
    Un grand western, sans héros et dans lequel les pires crapules sont partout, mais aussi où les crapules ne le sont pas toujours tant que ça (Holden, mais aussi Borgnine, de façon beaucoup plus inattendue). Le film se fait un malin plaisir de défier les codes du genre, les gosses et les femmes tuent et se font tuer, les chevaux tombent (et meurent ?) aussi. A retenir la longue et stupéfiante scène d'ouverture avec le défilé de la ligue pour l'abstinence, et bien sûr la scène finale, improbable boucherie parfaitement maîtrisée. Dommage que l'on s'interroge parfois sur certains aspects du scénario, sinon ce film aurait été un chef d'œuvre.
    TTNOUGAT
    TTNOUGAT

    Suivre son activité 185 abonnés Lire ses 2 522 critiques

    2,5
    Publiée le 5 février 2010
    Cela reste un mystère pour moi de constater la réputation de ce metteur en scène car en dehors de quelques séquences réussies qui arrivent d’ailleurs sans cohérence avec le fil de l’histoire,il n’y a rien.Aucune émotion,aucune créativité sauf dans quelques scènes de violence et aucun talent.Les 2 étoiles sont pour les acteurs, que j’aime beaucoup mieux ailleurs.Quant à la mise en scène ,elle est détestable.Les mouvements de caméra se font à la hache ,les zooms abondent et les gros plans nous envahissent à tel point que les extérieurs pourtant beaux sont massacrés.Je ne parle même pas des ralentis tellement ils sont bassement racoleurs.Une honte pour un homme reconnu comme un grand.Tous les films de Peckinpah sont en fait quasiment comme celui ci et il faudra du temps pour qu’il intègre une place dans les profondeurs du classement des grands cinéastes.
    cylon86
    cylon86

    Suivre son activité 557 abonnés Lire ses 4 430 critiques

    5,0
    Publiée le 4 septembre 2015
    Western crépusculaire par excellence, "La Horde sauvage" est et restera le plus célèbre des films de son cinéaste. Avec ce film, Sam Peckinpah réalise le chant du cygne d'un genre et s'entoure pour l'occasion de célèbres trognes du cinéma dont celles, fatiguées et vieillissantes, de William Holden et Robert Ryan. Violent et sans concession, "La Horde sauvage" regroupe tous les thèmes favoris de son auteur et on y retrouve le même goût prononcé pour la violence (la scène de la fusillade finale est d'anthologie) et les marginaux qui n'appartiennent plus vraiment à l'époque dans laquelle ils vivent. On pourrait d'ailleurs passer des heures à disserter sur l'ensemble des thèmes brassés ici, qui vont de la camaraderie virile (les scènes de rire entre les personnages sont nombreuses) à la fin d'une époque. Un western magnifique, bien crade et qui suinte la mort, bénéficiant d'une distribution de qualité.
    Julien D
    Julien D

    Suivre son activité 405 abonnés Lire ses 3 461 critiques

    4,5
    Publiée le 28 juillet 2013
    La folle course-poursuite à laquelle se livrent, entre le Texas et le Mexique, la troupe de Pike Bishop et celle de Robert Ryan a permis à Sam Peckinpah de réaliser un western crépusculaire mythique. S’il a ainsi su faire de La horde sauvage une référence incontournable c’est non seulement grâce à la virtuosité avec laquelle est filmé la violence exacerbée, et en en particulier ses fusillades d'anthologie qui ouvrent et ferment le film, mais aussi grâce à sa mise en scène qui sait astucieusement se réapproprier certains codes scénaristique du western-spaghettis afin de donner un dernier souffle au western américain qui semblait ne pouvoir renaitre de ses cendres qu’à travers cette approche pessimiste en opposition totale à l’idéalisation de la conquête de l’ouest faite par les classiques du genre. Rarement la brutalité de ses personnages n’a été aussi stylisée que dans cette œuvre culte qui évite tout manichéisme ou jugement moral.
     Kurosawa
    Kurosawa

    Suivre son activité 250 abonnés Lire ses 1 353 critiques

    4,0
    Publiée le 19 février 2015
    Avec "La Horde sauvage", Sam Peckinpah signe un western singulier et violent, marqué par une distorsion du rythme et par la fracture entre les personnages principaux et l'époque à laquelle ils vivent. Le film se partage entre une course poursuite; des moments de respiration qui servent en même temps à suspendre l'action et à présenter des lieux d'une extrême pauvreté et des êtres moralement détestables; enfin des scènes de fusillades absolument magistrales. Un film où le mal est constamment présent, d'abord sous-jacent avant de se manifester dans ces scènes d'action remarquablement découpées, aux plans brefs mais précis et comportant pour certains d'entre eux des ralentis sidérants et un taux d'hémoglobine particulièrement élevé. Tout, ou presque, relève du désespoir, comme les personnages sans grande ambition de Pike Bishop (William Holden) et Deke Thornton (Robert Ryan), dont on comprend très vite que leur supposé duel n'en est finalement pas un. Parce que ce sont les êtres les plus vils, ceux qui s'acharnent le plus, qui ont le dernier mot dans un monde sans lumière, où les grands espaces ne peuvent plus être filmés et où le schéma du western classique éclate pour laisser place à une construction plus complexe.
    ClashDoherty
    ClashDoherty

    Suivre son activité 159 abonnés Lire ses 716 critiques

    5,0
    Publiée le 17 décembre 2006
    Que dire devant un tel film ? "La Horde Sauvage", en plus d'être un des trois plus grands westerns du cinéma (les deux autres sont "Il était une fois dans l'Ouest" et "Little Big Man" - trois westerns de trois styles différents, au fait), est un monument du 7ème art. Tout simplement. Une scène ultra violente en ouverture, un autres encore plus violente en clôture, mais le reste est plutôt nonchalant. Bref, les amateurs de films ultra-violents à la "Kill Bill" (dont le volume 2 puise légèrement dans le style, il me semble) seront un peu déçus au départ. Le film n'est pas aussi violent que ça. Enfin, si, mais c'est plus une brutalité de tous les instants, une amoralité profonde, un machisme brutal, propre à Peckinpah ("Apportez-moi la tête d'Alfredo Garcia" ira plus loin dans le registre). Impossible de ne pas avoir envie de revoir le film une fois le générique de fin achevé.
    Sergio-Leone
    Sergio-Leone

    Suivre son activité 121 abonnés Lire ses 1 093 critiques

    4,0
    Publiée le 20 juillet 2010
    Un western qui sent la poudre et le sang à plein nez ! Une scène d'ouverture qui tourne au massacre tout comme la scène de clôture d'ailleurs... une photographie digne des plus grands westerns et une épopée gravée dans les légendes du cinéma. La horde sauvage est définitivement un grand western à classer très près des Sergio Leone bien que Peckinpah ne soit pas expert des dialogues cultes. Un voyage torride et violent à travers l'ouest sauvage, mémorable...
    anonyme
    Un visiteur
    2,5
    Publiée le 21 mai 2013
    Le réalisateur attaque fort et s'ouvre des horizons intéressants sur le plan du scénario et des images. il reprend ses thèmes habituels de l'amitié et sa trahison allongés sur une tranche d'ultra violence, hélas il manque clairement de maîtrise. Le film devient brouillon et finit par manquer de force malgré des scènes spectaculaires. Déçu
    Davidhem
    Davidhem

    Suivre son activité 63 abonnés Lire ses 336 critiques

    5,0
    Publiée le 22 janvier 2008
    Quatre ans après avoir tourné un film dans des conditions désastreuses nommé Major Dundee, Sam Peckinpah se relève finalement de cet échec cuisant et délivre un western absolument époustouflant qui révolutionne le genre et le cinéma tout entier. Ce film maîtrisé, la horde sauvage sorti dans les salles obscures en 1969 donne au cinéma de nouvelles lettres de noblesse dans la manière de filmer des fusillades et qui vaudront au réalisateur d'être appelé le peintre de la violence. Le réalisateur s'entoure de vieux routiers qui connaissent leur métier à l'image de William Holden et de Warren Oates, ce dernier retrouvera Peckinpah en 1974 où il interprêtera le premier rôle dans Apportez-moi la tête d'Alfredo Garcia. Ce film somptueux et jouissif relate l'histoire d'un groupe de criminels qui vont être pris dans un guet-apens sanglant alors qu'ils attaquent une banque et où ils se rendront compte par la suite qu'ils furent piégés à tous les niveaux. Les hommes décident alors de poursuivre leur chemin sinueux pour décrocher un contrat avec des Mexicains qui les engagent pour récupérer un gros stock d'armes. Sam Peckinpah oriente son scénario en insérant des dialogues très crus et ne permet jamais au spectateur de s'ennuyer un instant, Peckinpah délivrant de très nombreuses fusillades au cours du film où il utilise abondamment le ralenti, l'une de ses innovations pour insister sur les impacts de balles. Le réalisateur ne chôme pas et se débrouille pour rendre son intrigue très dense comme à son habitude, ne laissant aucun détail passer dans ce scénario tortueux et torturé qui génère de vives émotions incluant le rire, la peur, les larmes, la pitié, le dégoût et bien sûr une certaine jouissance face à des scènes explosives. Le film reste célèbre évidemment pour le final apocalyptique qu'il propose, la fusillade se révélant très intense, très violente qu'on se doute que le grand Sam a véritablement impressionné et marqué son temps. Peckinpah élabore un western unique! Bravo!
    Incertitudes
    Incertitudes

    Suivre son activité 49 abonnés Lire ses 1 908 critiques

    4,0
    Publiée le 10 juin 2015
    Sam Peckinpah est mon réalisateur préféré bien que je n'aime pas toute sa filmographie. Et j'adore les westerns. Conclusion : La Horde sauvage, en plus d'être le meilleur film de son auteur, son plus célèbre aussi, est un des plus grands westerns jamais tournés. Un mélange entre tradition et modernité. Tradition dès le générique avec ces personnages figés en noir et blanc qui évoquent de lointains souvenirs. Un passé. Un vieil album de photos. Modernité dans sa manière de filmer l'action avec des ralentis, des changements d'angles. Modernité dans l'utilisation de la violence et plus spécifiquement une violence décomplexée comme tant de films américains de l'époque tel qu'Orange Mécanique ou Les Chiens de paille. Le film avait été pointé du doigt à sa sortie avant d'être réhabilité dans les années 90. La boucherie finale, qui rappelle celle d'Apportez-moi la tête d'Alfredo Garcia, est un moment d'anthologie. La violence est partout. Chez les animaux. Même chez les enfants qui au début s'amusent avec un scorpion en train de se faire tuer par des fourmis rouges avant que les enfants n'y mettent le feu.Plus tard, on en verra d'autres mimer une fusillade...Mais Peckinpah arrive à rendre attachants la fameuse bande de Pike Bishop qui ne sont pourtant que des hors-la-loi. De quoi désarçonner le public surtout à l'époque. Le film a inspiré bon nombre de réalisateurs actuels et pas les moindres : Kathryn Bigelow, John Woo, Bertrand Tavernier qui en voue un culte. S'il y avait un seul western à voir et un seul, ce serait bien celui-là.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top