De bon matin
  • Séances
  • Bandes-annonces
  • Casting
  • Critiques
    • Critiques Presse
    • Critiques Spectateurs
  • Photos
  • DVD, VOD
  • Musique
  • Le saviez-vous ?
Note moyenne :   3,3 pour 830 notes dont 212 critiques  | 
  • 20 critiques     9%
  • 38 critiques     18%
  • 90 critiques     42%
  • 44 critiques     21%
  • 16 critiques     8%
  • 4 critiques     2%

212 critiques spectateurs

Trier par 
Les plus récentes
  • Critiques les plus utiles
  • Les membres ayant fait le plus de critiques
  • Membres ayant le plus d'abonnés
soniadidierkmurgia

82 abonnés | Lire ses 2136 critiques |

   3.5 - Bien

Jean-Marc Moutout s’était déjà intéressé de près à l’évolution des rapports humains dans l’entreprise avec « Violence des échanges en milieu tempéré » en 2004. Sept ans plus tard, les choses n’ayant fait qu’empirer avec le triste constat des suicides dans des grandes entreprises du CAC 40, il n’est pas étonnant de le voir approfondir le sujet en relatant le parcours d’un cadre supérieur qui n'arrivera à se sortir de la nasse qu’en tuant deux de ses responsables hiérarchiques avant de se suicider. Jean-Pierre Darroussin compagnon de route du très engagé Robert Guédiguian n’a jamais été lui non plus insensible aux répercussions des mutations sociales sur les êtres humains. Déjà dans « Rien de personnel » de Mathias Gokalp en 2009 il participait à la mise en scène d’une charrette lors d’un séminaire au sein d’une société pharmaceutique. Ici le propos aborde un autre versant du problème, celui encore plus pernicieux de la lente descente aux enfers d'un cadre supérieur qui se trouve progressivement relégué au second plan, voyant une à une ses prérogatives et les marques de reconnaissances s'envoler en fumée sans qu'aucune raison objective et réellement argumentée ne lui soit fournie. Dans ce processus, toujours un peu le même, le salarié s'il n'a pas l'instinct de préservation suffisamment développé risque de plonger dans ce que l'on appelle communément de nos jours le "burn out" et dans les cas les plus graves d'aller jusqu'à retourner la violence éprouvée contre lui-même ou plus rarement contre les auteurs des brimades. C'est le cheminement mental de Paul (Jean-Pierre Darroussin) que Moutout ausculte au plus près de manière quasi clinique et donc un peu froide pour bien nous faire ressentir l'implacable travail de sape patiemment orchestré en sourdine par l'entreprise qui trouve toujours des cadres zélés pas toujours foncièrement méchants qui sans vraiment le vouloir se transforment en petits tortionnaires. Les fréquents flashback où Paul repense aux moments heureux de sa vie intime étroitement liés à son ascension à la force du poignet nous alertent sur le risque de trop impliquer son affect dans des structures professionnelles qui désormais ne laissent plus la place à l'expression des faiblesses humaines mais exigent plutôt une soumission aveugle en échange de promotions rapides quelquefois illusoires et destructrices. Jean-Pierre Darroussin avec son visage débonnaire sait quand il le faut laisser transparaître la violence et une profonde angoisse. Il participe une fois de plus à une œuvre salutaire qui sera utile à ceux qui auront la lucidité de penser que le destin de cet homme les concerne. La conclusion du film est implacable avec un long et lent travelling sur les collègues de Paul réunis dans une de ces fameuses cellules de soutien psychologique, bonne conscience des entreprises qui organisent ces jeux de massacres où quelquefois il y a des morts. Au suivant... comme chantait autrefois Jacques Brel.

La Panaméenne

25 abonnés | Lire ses 171 critiques |

   5 - Chef d'oeuvre

C'est lundi matin, Paul Wertret se rend à son travail, à la banque où il est chargé d'affaires. Il arrive, comme à son habitude, à huit heures précises, sort un revolver et tue froidement deux de ses supérieurs. Puis il s'enferme dans son bureau. Dans l'attente des forces de l'ordre, cet homme, jusque là sans histoire, revoit des pans de sa vie et les événements qui l'on conduit à commettre son acte...Jean-Pierre Darroussin dans un rôle très inhabituel, et où on ne l'attendait pas ...Partager et comprendre le malaise de cet homme, puis se poser la question essentielle sur un sujet de Société brulant : Comment la pression au travail peut rendre fou jusqu'à en donner parfois des envies de meurtre. Très beau film. Certaines critiques lui reproche sa lenteur et certains plans qui durent sur des scènes de la vie quotidienne. cependant, cette façon (volontaire) de filmer la vie, dans ses pires et ses meilleurs moments ne font qu'accentuer le "ridicule" inhumain du monde de l'entreprise et de la finance.On relativise (un peu) les choses après avoir vu ce film. On comprend aussi mieux, comment un homme ordinaire, bon mari et bon père de famille se fait détruire peu à un peu par une culture d'entreprise violente et inhumaine. Comment on trahit et manipule insidieusement comme une maladie incurable et contagieuse.Tout ça pour le fric et la carrière ...La scène finale avec tous les employés est magnifique. Film de Jean-Marc Moutout


Guyspykiller Spykiller

6 abonnés | Lire ses 79 critiques |

   3 - Pas mal

Film français qui relate la dépression d un cadre bancaire et qui va passe a l acte dans la banque qui l emploi

Ancien utilisateur

   4.5 - Excellent

C'est lundi matin, Paul Wertret se rend à son travail, à la banque où il est chargé d'affaires. Il arrive, comme à son habitude, à huit heures précises, sort un revolver et abat deux de ses supérieurs. Puis il s'enferme dans son bureau. Dans l'attente des forces de l'ordre, cet homme, jusque là sans histoire, revoit des pans de sa vie et les évènements qui l'on conduit à commettre son acte... Jean-Pierre Darroussin dans un rôle très inhabituel, et où on ne l'attendait pas ... Partager et comprendre le malaise de cet homme, puis se poser la question essentielle sur un sujet de Société brulant : Comment la pression au travail peut rendre fou jusqu'à en donner parfois des envies de meurtre. Très beau film. Certaines critiques lui reproche sa lenteur et certains plans qui durent sur des scènes de la vie quotidienne. cependant, cette façon (volontaire) de filmer la vie, dans ses pires et ses meilleurs moments ne font qu'accentuer le "ridicule" inhumain du monde de l'entreprise et de la finance. On relativise (un peu) les choses après avoir vu ce film. On comprend aussi mieux, comment un homme ordinaire, bon mari et bon père de famille se fait détruire peu à un peu par une culture d'entreprise violente et inhumaine. Comment on trahit et manipule insidieusement comme une maladie incurable et contagieuse. Tout ça pour le fric et la carrière ... La scène finale avec tous les employés est magnifique. Ce film devrait être vu par toutes les DRH !!!

Francisco V.

32 abonnés | Lire sa critique |

   4 - Très bien

Vision assez juste du monde la banque, éloignée de l'image Rock'n roll qu'en font la plupart des auteurs. Daroussin campe un autodidacte qui est monté dans la hiérarchie sans atteindre un poste de dirigeant. Apres avoir construit sa vie sur sa carriere, il se rend compte de la vanité de son existence quand fidèle à ses valeurs il refuse d'etre l'allié de la destruction d'un de ses collègues. Il n'est plus assez maléable et se retrouve éjecté du systeme.

Backpacker

13 abonnés | Lire ses 665 critiques |

   2 - Pas terrible

Sujet intéressant sur le monde du travail et bonne interprétation de Jean-Pierre Darroussin. Malheureusement, la lenteur du film le gâche considérablement.

Ko_chang

0 abonné | Lire ses 185 critiques |

   1 - Très mauvais

Film psychologique, voilà comment résumé ce film lent, lent, très lent. Jean-Pierre Darroussin joue très bien, il a la "gueule de l'emploi", dans ce film qui raconte l'histoire d'un banquier sous pression par sa hiérarchie suite à la crise. Mais c'est tout ce qui a de bien ! Le film commence par la fin, le jour où Darroussin tue ses collègues, puis tout le reste c'est des séquences de sa vie, mais ce n'est pas intéressant, j'ai envie de dire, qu'a la limite, on s'en fout car on se doute pourquoi il en est arrivé là : crise-banque-faillite. La fin aussi est sans surprise Ce film m'a fait pensé à "Les choses de la vie" avec Michel Piccoli et Romy Schneider. Même idée d'un homme entrain de mourir qui revoie sa vie passer. Mais n'est pas Claude Sautet qui veut.

shrek-pinguin

1 abonné | Lire ses 197 critiques |

   2 - Pas terrible

Je n'ai pas compris l'intérêt de ce film. C'est triste, démoralisant, noir. Les acteurs sont franchement moyens. On félicite beaucoup Jean-Pierre Darroussin pour son interprétation mais je l'ai trouvé souvent banal et parfois mauvais.

Romanista

7 abonnés | Lire ses 159 critiques |

   3 - Pas mal

Il y a des faits divers où l'on se dit que la personne était folle, et grâce à ce film, on arrive petit petit à comprendre, à se mettre à la place de cet employé de banque qui pète un câble à cause d'un environnement de travail irascible, des supérieurs dédaigneux qui n'ont aucun respect de la personne. Certes on ne peut pas excuser son geste final mais on voit qu'un individu lambda peut en arriver à ce point là, tout simplement par manque de politesse, abus de pouvoir et pression négative. Jean-Pierre Daroussin le retranscris parfaitement et nous plonge dans son chaos quotidien.

Septième Sens

24 abonnés | Lire ses 538 critiques |

   2 - Pas terrible

En guise d'ouverture, le réalisateur Moutout choisit de montrer un robinet qui coule alors que le protagoniste se brosse les dents. Ce n'est pas tant l'image qui choque, mais le bruit surélevé des canalisations qu'on peut entendre en fond. Métaphore de la société qui engloutit tout sur son passage et ne fait aucun détail ? Probable. C'est dans une ambiance froide et sans vie que Paul, salarié dans une banque depuis 30 ans, va décider de tuer ses deux supérieurs. Avant de se donner la mort, il va repenser à tous les moments marquants qu'il a pu vivre, mais aussi ceux qui ont entraîné cette tragédie. Alors oui, le réalisme de la vie en entreprise est fidèlement représentée. Entre les stratégies de licenciement, l'hypocrisie des collègues de bureau et les entretiens d'embauche, tout est véridique. Cependant, l'atmosphère glauque du film fonctionnant sur un faux rythme laisse les spectateurs de marbre. Que le metteur en scène décide de ne pas mettre de musique, soit. Qu'il choisisse la carte du pessimisme profond, passe encore. Mais malgré tout, les multiples souvenirs de Paul sont trop courts et brouillons pour faire comprendre au public dans quelle situation il est. Un point positif est toutefois à retenir, celui de l'interprétation de Jean-Pierre Daroussin rappelant son rôle dans Feux Rouges. Même s'il peut sembler un tantinet trop froid (à l'image du film me direz vous), il montre une fois de plus qu'il est un des grands du cinéma français, et que n'importe quel personnage peut lui aller comme un gant. C'est déjà ça...

http://septieme-sens.net/

Précédente Suivante

Donnez votre avis sur ce film

Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Vidéos liées à ce film
De bon matin Bande-annonce VF
568 753 vues
Playlists
5 vidéos
LA SHORT PAUSE #17 - 5 courts métrages à déguster
5 vidéos
LA SHORT PAUSE #16 - 5 courts métrages à déguster
5 vidéos
LA SHORT PAUSE #15 - 5 courts métrages à déguster
Toutes les playlists
Tous les meilleurs films au ciné