Mon AlloCiné
Dalida
Séances
Bandes-annonces
Casting
Critiques spectateurs
Critiques presse
Photos
VOD
Blu-Ray, DVD
Musique
Secrets de tournage
Box Office
Récompenses
Films similaires
News
note moyenne
4,2
1515 notes dont 282 critiques
28% 79 critiques
36% 101 critiques
20% 57 critiques
12% 34 critiques
3% 9 critiques
1% 2 critiques

282 critiques spectateurs

Trier par
Critiques les plus utiles
benoitG80

Suivre son activité 928 abonnés Lire ses 1 078 critiques

3,0Pas mal
• Publiée le 25/01/2017

"Dalida" de Lisa Azuelos est littéralement porté par l'actrice Sveva Alviti, véritable réincarnation du mythe de Dalida, plus le film progresse et avance... À ce niveau la performance est à découvrir car remarquable et de haut vol ! Il faut en effet la voir rayonner devant son public, et nous faire oublier l'actrice pour mieux ressusciter la fameuse chanteuse, cette diva qui savait mettre de l'or dans ses cheveux... Maintenant, au delà de cette prestation exceptionnelle, je n'ai pas ressenti l'émotion attendue pour entrer en adéquation avec ce personnage connu côté pile et inconnu côté face... Dalida, en effet connue pour ses chansons et ses mélodies, pour cette voix inimitable, pour cette présence irradiante sur scène, mais beaucoup moins (tout au moins pour moi !), pour sa vie intime et personnelle ! Mais qu'attend-on d'un chanteur ? Est-ce si important d'entrer à fond dans sa vie, de l'idolâtrer ainsi jusqu'à connaître les infimes détails de son existence et en faire un personnage glorifié, déifié ? Cette idée même me met déjà mal à l'aise et cette histoire tragique au demeurant, quand on connaît la destinée des hommes qui l'ont aimée, ne m'a donc pas plus retourné que cela et confirme donc mon impression ! La peinture de sa vie est certes très bien filmée, avec une grande féminité et une grande délicatesse, mais aucun moment ne m'a véritablement transporté, si ce n'est l'interprétation de "Je suis malade...". Sans doute les acteurs qui donnent le change à l'héroïne y sont pour quelque-chose, tant chacun défile un peu vite dans cette vie de plaisir, de luxe et de paillette, ou même l'amour, l'argent et la reconnaissance du public ne sont pas suffisants pour trouver le bonheur... Une vie de star, centrée sur soi et uniquement soi au point de "consommer" les autres ! Une tragédie dans la dorure bien triste sans doute, alors que tant d'anonymes la vivent également, mais eux dans la misère la plus totale... Si seulement tous ces êtres idolâtrés et immensément riches, pouvaient s'investir dans le sort de bien des malheureux grâce à leur fortune, peut-être que ce geste donnerait un sens à leur vie et qu'ainsi le sentiment d'être incompris, seul et abandonné serait déjà plus relatif ! À méditer !

bérénice c.

Suivre son activité 13 abonnés Lire ses 14 critiques

3,0Pas mal
• Publiée le 25/01/2017

Jolie évocation d'une chanteuse de variété à la vie tragique . Il manque une dimension universelle qui aurait donné à cette icône un peu plus d'épaisseur.

Fiers R.

Suivre son activité 11 abonnés Lire ses 37 critiques

3,5Bien
• Publiée le 20/01/2017

Les biopics français sont moins courants que les américains mais dans tous les cas c’est devenu un genre très à la mode chez nous comme dans les pays anglo-saxons, notamment dans le domaine de la musique, qui passe très bien le grand écran. Et une célébrité gravée dans les mémoires comme Dalida ne pouvait y échapper à l’instar de Claude François ou Edith Piaf pour les plus célèbres, cette dernière gardant certainement pour elle la plus grande réussite française du genre avec « La Môme » et la composition exceptionnelle de Marion Cotillard. De la même manière ici, c’est l’incarnation de l’illustre chanteuse égyptienne par l’inconnue Sveva Alviti qui retient toute l’attention. Outre la ressemblance physique bluffante, elle incarne la chanteuse de l’accent jusqu’au bout des ongles dans un exercice de mimétisme confondant et plus que probant qui devrait lui valoir quelques récompenses. C’est une carte maîtresse dans la réussite de ce sobrement titré « Dalida » qui n’est pourtant pas exempt de menus défauts. Pourtant, le film se suit avec un plaisir certain et sans une once d’ennui mais il lui manque ce je ne sais quoi pour en faire un grand film. Le problème vient peut-être que cette production soit chaperonnée par la famille de la chanteuse, ce qui ne permet pas d’en creuser les faces sombres, lissant irrémédiablement l’œuvre vers un semblant d’hagiographie. Le portrait est donc fidèle mais sélectif ce qui impacte la puissance de l’œuvre. De plus, la vie d’une telle artiste méritait peut-être un film en deux parties comme « Mesrine » tant il y avait à en dire. Deux heures c’est très court. Trop court. On a l’impression d’assister à un making-of des meilleurs moments de la vie de Dalida (surtout sentimentaux) saupoudrés de ses plus belles chansons pour les illustrer. Pas ennuyant pour un sou mais tout cela manque de cinéma et beaucoup de seconds rôles ne font que passer dans une narration redondante (amour, rupture, amour, rupture, etc). La sympathique Liza Azuelos n’était peut-être pas la meilleure réalisatrice pour mettre en scène un tel mythe. Mais pour un film régi par les ayant droits, c’est somme toute logique. Faisant fi de cette impression de roman photo en musique où certains choix de casting paraissent incongrus (notamment du côté français), on ne voit pas le temps passer et on dévore les minutes de cette vie passionnante et souvent triste. Forcément elliptique, il donne à voir les amours d’une femme blessée au talent et au charisme certain autour de laquelle la mort n’a cessé de rôder. Des belles images, de l’émotion et un répertoire qui emballe ce biopic sympathique mais manquant d’aspérités. On sort cependant de la salle avec la folle envie de réécouter la chanteuse en boucle.

https://www.facebook.com/cinemapassion4444/

bauhaus69

Suivre son activité 1 abonné Lire ses 35 critiques

2,5Moyen
• Publiée le 12/01/2017

il manque beaucoup de chose pour en faire une bonne biographie. Ce film est trop superficiel et sans réel emotion, un film sur dalida aurait nous prendre au trip, ce film est une histoire d'amour sans passion. Il manque aussi une chose essentiel dans ce film c'est comment Dalida est arrivé sur sa premier scène, rien sur son adolescence et rien sur son initiation, son développement dans la musique. Pour comprendre la musique d'une artiste, il faut avant tous comprendre ce qui la fait venir sur scène et non pas simplement faire une compilation de ses passages sur scène. la bonne note dans ce film, l'acteur qui joue Orlando est très bon, mais la réalisatrice n'a pas le savoir faire pour utilisé le casting de bonne qualité qui l'entoure, Sveva Alviti qui joue Dalida fait ce qu'elle peu mais c'est difficile avec une réalisation aussi médiocre. c'est un film très tiède, c'est dommage, mais pas étonnant, cette réalisatrice a déjà prouvé par le passé que le talent ne fait parti de ses qualités, voir le nanar "Comme t'y es belle!" pour le comprendre très rapidement. On se demande comment des producteurs peuvent mettre de l'argent avec ce type de réalisatrice. Il n'est pas nécessaire d'aller voir ce film au cinéma, un dimanche devant la télé suffira si il n'y a rien d'autre à regardé.

Elodie C.

Suivre son activité 7 abonnés Lire sa critique

2,5Moyen
• Publiée le 01/12/2016

Je suis très mitigée.. Autant en 2005, j'étais conquise et cela m'a donné envie de découvrir Dalida que je ne connaissais pas, autant aujourd'hui, en 2016, je ressors avec un goût amer.. Ne me foncez pas directement dessus, je m'explique.. Le gros point noir du film (oui, je commence par le négatif), c'est le manque d'émotion. Oui, il y en avait pour "Je suis malade", mais après ? La scène avec la mort de Luigi Tenco est insipide à mon sens, pas assez "tragique" alors que, je suis désolée, mais ton compagnon vient de se tirer une balle dans la tête, tu ne te contentes pas juste de le tenir faiblement, sa tête sur tes genoux. Or, dans le film de 2005, la scène est extrêmement difficile à regarder, insoutenable pour ma part, car elle se jette sur lui et refuse de le lâcher.. Orlando a déjà précisé à plusieurs reprises qu'ils étaient à trois ou quatre pour la faire sortir.. Dalida était une vraie passionnée, "amoureuse de la vie" comme elle le chantait.. On dirait même que Sveva se retient à certains moments.. Autre point négatif, le manque de cohérence.. Le film s'ouvre en 1967, lors de sa première tentative de suicide et on part comme ça dans sa vie sous forme de flash-back.. Heureusement, je connais l'histoire, mais imaginez un instant quelqu'un qui ne sait rien de sa vie, il a à peine le temps de comprendre, et on passe directement à autre chose ! Pas assez développé non plus.. Surtout la période 55 à 67. On ne parle même pas de son départ pour la France, ni de ses débuts au cinéma, ni de ses galères de débutante à Paris, rien, nada.. On ne va pas au bout des choses non plus concernant les différents moments importants de sa vie.. C'est, à mon sens, trop successif et on n'a pas vraiment le temps de comprendre.. Sinon dans l'ensemble, c'est un bon film qui reprend des moments intéressant, il se laisse regarder.. Mais il ne m'a pas provoqué la même émotion ressentie avec le téléfilm. Oui je sais, il durait trois heures, ici 2. Pour ma part, il aurait fallu rajouter 30 minutes de plus, afin de pouvoir aller au fond des choses.. "Cloclo" durait bien 2h30 et était très bien fait ! Je ne dis pas que je n'ai pas aimé le film, ni détester, je suis entre les deux. On montre Dalida sombre d'emblée, cela m'a fortement dérangée, mais à côté de cela, je salue la performance de Sveva et son jeu d'actrice très bon hormis la scène avec Tenco ! Après, je conseille quand même aux gens d'aller le voir car le ressenti est propre à chacun.. Voilà 😊

SRSL

Suivre son activité 55 abonnés Lire ses 405 critiques

3,0Pas mal
• Publiée le 16/01/2017

Inoubliable, intemporelle, la chanteuse égyptienne qui fît danser la France, et pas seulement, pendant trois décennies a son biopic en bonne et due forme. Et oui, même si les premières minutes laissent suggérer une narration différente à tous ces prédécesseurs, le film reprend petit à petit les codes du genre. La première partie est la plus originale dans la narration, se focalisant sur les raisons de sa première tentative de suicide où elle s'en est sortie après avoir été déclarée en mort clinique, grâce à ses proches qui racontent leurs vies avec la chanteuse à un psychiatre. La deuxième partie est beaucoup plus linéaire, comme tous les biopics et devient un peu lassante. Heureusement que les tubes s'enchainent. On peut noter aussi la volonté d'intégrer d'autres tubes d'autres chanteurs, comme Claude Francois, afin de bien situer la temporalité. Visuellement, le film est bien réalisé. Par moment, on a l'impression de voir des pubs pour des parfums mais c'est bien fait. L'actrice principale s'en sort plutôt bien, même si par moment elle manque un peu de force. Les autres acteurs s'en sortent bien. On attendait un peu plus de ce biopic, qu'il dénote un peu, surtout pour les séquences de spectacle qui sont un peu pauvre malheureusement. Il n'en reste pas moins intéressant de connaitre la vie romanesque qu'a vécu Dalida, pleine de rebondissements amoureux et tournée autour du suicide.

Didier C.

Suivre son activité 2 abonnés Lire sa critique

3,0Pas mal
• Publiée le 14/01/2017

Construit sur beaucoup de flashbacks, condens en 124 mn ( manque une demi heure comme CLOCLO : 146 mn ), trs accs sur sa vie sentimentale, moins sur sa vie publique de star. Reste un bon film tout de mme, avec tous les succs de la star chants en direct, ou en fond sonore ... Je lui prfre le film TV de Joyce Bunuel, de 2005 qui prend le temps de poser sa vie et dans l' ordre chronologique. Il est vrai que le film fait 206 mn : soit 3 H 26 !!!

Adriano33

Suivre son activité 19 abonnés Lire ses 4 critiques

2,5Moyen
• Publiée le 17/01/2017

Particulièrement fan de Dalida, et complètement sous le charme du téléfilm paru il y a quelques années, je dois admettre que la critique est plutôt aisée me concernant. Ce n'est pas un mauvais film, il n'est pas bon non plus. Et ceci est du à quelques problèmes, majeurs qui gâchent un peu le reste du film. Le premier point noir, c'est que Sveva Alviti n'est pas une actrice, c'est un mannequin. Et cela se voit à l'écran. L'émotion n'est pas toujours au rendez vous, les réactions sont parfois faussées, pas assez crédibles. Liza Azuelos a fait le choix de la ressemblance. Or, Sabrina Ferilli, dans le téléfilm de 2005, était finalement une Dalida qui nous faisait pleurer, à laquelle on s'attachait, qui nous faisait danser (car oui, Sveva Alviti danse très mal)... On ne devient pas une actrice par hasard ! Le second gros point noir, c'est le temps narratif qui ne peut pas coïncider avec le temps de l'histoire. Je m'explique ... On prétend nous présenter à l'écran 54 ans de la vie de Dalida, et tout cela en seulement deux heures. C'est tout simplement infaisable. Alors nous avons le droit à des raccourcis grossiers, à de très gros oublis... et surtout à un montage assez spécial (le flashback demande à s'accrocher, car si on ne connait pas l'histoire de Dalida, on est vite perdus). Le film présente toutefois quelques moments réussis, qui parviennent à sauver le film car ils sont poignants de vérité : la scène de la chanson "Je suis malade", ses confessions sur son sentiment de culpabilité sur fond d'un "Avec le temps" tenant la salle en haleine, et surtout l'avant scène finale (Spoiler: elle sort seule promener son chien, s'installe seule pour manger au restaurant, se maquille le dernier soir comme si elle allait sortir, sachant pertinemment ce qu'elle allait faire... qui montre bien le vide sidéral et l'immense tristesse qui définissaient Iolanda, et non Dalida. En bref, je continuerai à boire mon martini olives et à fumer mes cigarettes avec Dalida les soirs de déprime. Mais ce ne sera que très rarement devant ce film ci !

anonyme
Un visiteur
2,5Moyen
• Publiée le 14/01/2017

Etant fan de Dalida, je suis assez partagé sur ce film. Ce n'est pas parce qu'on est fan qu'on doit absolument encenser ce Biopic, alors quand je vois certains se targuer de trouver ce film magnifique fidèle à la grande Dali je dis non ou alors vous n'êtes pas réellement fan et c'est faire insulte à Dalida. Bref, l'actrice se débrouille pas trop mal sauf pour les scènes de danse, Dali savait danser elle non ! La choré de "Laissez moi danser" n'est absolument pas respectée et Sveva répète inlassablement les mêmes gestes avec les bras pour chaque chanson. Le film aurait du durer au moins 3 heures car pas mal de points de sa vie ont été supprimés. Après le suicide du Comte de Saint Germain, les 4 dernières années de Dali sont balayées en 20 mn. Son suicide arrive trop vite. Elle est censée avoir fait semblant de partir de chez elle le 2 mai au soir pour tromper ses proches et revenir en douce mais c'est complètement tronquée. Idem, on parle d'un Michel concernant son dernier amant alors qu'il s'appelait François Naudy Lorsque Dali se couche après avoir ingurgité ses somnifères, elle ne s'allonge pas mais est à demi assise avec des cousins derrière elle et revêt des lunettes noires avant d'éteindre sa lampe de chevet. Orlando qui a contribué à l'écriture du film n'a quand même pas perdu la mémoire à ce point là. Je m'attache peut être à des détails mais la réalisatrice aurait pu respecter ses points. Seuls les seconds rôles sont formidables et Sveva parvient à l'être aussi par moment. Je m'attendais à retrouver ma Dali, ses choré et ses robes somptueuses (à part 2 on ne retrouve rien) mais je reste sur ma faim.

Fontaine Eric

Suivre son activité 43 abonnés Lire ses 90 critiques

2,5Moyen
• Publiée le 14/01/2017

Aller voir ce biopic c'est remonter le temps, replonger dans l'adolescence où les images de la télé en période "Disco" laissait retentir l'échos de la Diva...Que retenir de cette époque ? Une chanteuse aux robes extravagantes ? La transparence de son allure ? Tout cela ne figure pas entièrement dans le long-métrage de Liza Azuelos par un manque évident d'émotion mise en image ! Mais aussi par le côté presque mécanique du scénario qui sectionne l'histoire : Amant Suicide chanson en rapport mal-être...Ce confère une sensation d'inachevé dans la narration qui dès lors ne construit plus la Dalida en tant que chanteuse populaire, mais instaure une chanteuse sous le pouvoir et influence d'un Orlando omniprésent. Lolanda Gigliotti interprétée par Sveva Alviti n'est explorée que par l'angle populaire et décrié par le côté showbiz de l'époque et de ses paparazzis, mais on oubli que la Diva était généreuse avec des associations caritatives et que sa vie n'était pas que constituée de ces déboires avec des amants parfois "à côté de la plaque".

http://www.cinephiletv.com

Les meilleurs films de tous les temps
Back to Top