Notez des films
Mon AlloCiné
    Star Wars - Les Derniers Jedi
    note moyenne
    2,9
    31170 notes dont 5590 critiques
    répartition des 5590 critiques par note
    814 critiques
    788 critiques
    511 critiques
    725 critiques
    905 critiques
    1847 critiques
    Votre avis sur Star Wars - Les Derniers Jedi ?

    5590 critiques spectateurs

    Eclesis
    Eclesis

    Suivre son activité 90 abonnés Lire ses 9 critiques

    0,5
    Publiée le 23 décembre 2017
    Avant d’entrer dans le vif du sujet, j’aimerai apporter un peu de contexte à cette critique. Je suis un fan de Star Wars. J’ai vu tous les films. Je ne suis pas un détracteur de la prélogie même si je reconnais qu’elle a de nombreux défauts, en particulier l’épisode 1, la Menace fantôme, qui était jusqu’à présent le plus mauvais Star Wars à mon goût. J’ai aimé l’épisode VII, Le Réveil de la Force, un très bon épisode relais, malgré son manque d’originalité et certaines incohérences de son scénario. Mais j’espérais que l’épisode VIII apporterait les réponses et l’originalité qui manquait à son prédécesseur. La première partie de cette critique est très légère en termes de spoilers dans le sens où j’évoque les personnages et certaines scènes majeures du film juste pour donner mon ressenti, sans jamais décrire les évènements. Dans la deuxième partie, mes critiques sont spécifiques à des scènes et des personnages particuliers et je ne peux éviter les spoilers. Soyons directs, Les Derniers Jedi ne répond strictement à aucune attente. C’est le plus mauvais film de la saga Star Wars. On en vient presque à se demander si le nommer Le Dernier Star Wars n’aurait pas été plus approprié, c’était d’ailleurs peut-être inconsciemment ce qu’avaient en tête Rian Johnson, Kathleen Kennedy et JJ Abrams. Car les jedi ne sont-ils pas au cœur de l’identité de Star Wars ? Se drapant dans une posture prétendument originale, Les Derniers Jedi ne parvient à se démarquer que par sa médiocrité, son manque d’ambition et son manque de goût. Il n’a rien de ce qu’on aime voir dans un film Star Wars, une série dont l’identité est pourtant bien définie. Cet échec est parfois volontaire et se retrouve dans des choix d’écritures très discutables qui sous une façade de nouveauté cachent un énorme problème de cohérence. Mais il est aussi souvent involontaire, le fruit d’une incompétence étonnante à mettre en scène des évènements dramatiques et engageants pour le spectateur. Loin d’être original, Les Derniers Jedi suit la structure narrative de L’Empire contre-attaque (c’est annoncé dès le début du film et je dois avouer que ma mâchoire s’est décrochée quand j’ai lu cette sinistre déclaration d’intention à l’encre jaune) tout en y ajoutant une des scènes clés du Retour du Jedi. Les trois quart du film sont donc du déjà-vu. Si cela était acceptable pour l’épisode précédent qui se voulait un relais générationnel, on était en droit d’attendre autre chose du second épisode de la postlogie. Le reste du film est original dans sa médiocrité. Ainsi la principale situation dramatique du film est très mal mise en scène. Ça n’a absolument aucun sens malgré toutes les élucubrations du scénario pour tenter de justifier les évènements. Le film souffre aussi d’incohérences d’écriture et ce à quelques minutes d’intervalle. Deux scènes successives entre le général Hux et le leader suprême Snoke viennent à l’esprit. Du côté du scénario de la trilogie, Les Derniers Jedi n’apporte aucune réponse. Rien n’est expliqué. Oubliez toutes les théories que vous pouviez avoir, elles seront balayées par le vide cosmique de cet opus. Et dans le cas d’un personnage, le film va encore plus loin en insistant lourdement sur le fait que rien n’est à expliquer. La mythologie entourant la Force est à peine évoquée et aucun apport n’y est fait. Tout ce qui a été esquissé dans l’épisode précédent est presque totalement ignoré. Il apparaît évident que le scénario des trois épisodes n’a pas été écrit en même temps et qu’aucune cohérence avec l’univers de Star Wars n’est assurée. De mon humble avis, c’est un gigantesque bras d’honneur aux fans de la saga et dans une moindre mesure aux personnes qui aime les scénarios bien écrits. On ne peut d’ailleurs parler de la saga Star Wars, sans mentionner le personnage de Luke Skywalker, son héros principal. Ce dernier est malheureusement anéanti par Les Derniers Jedi. Son caractère n’est pas respecté, ses choix invraisemblables. On ne peut qu’éprouver de la compassion envers Mark Hamill qui se retrouve le complice de cette farce. Il se trouve que l’acteur avait évoqué dans la presse son désaccord total avec les scénaristes quant aux choix faits pour son personnage. On comprend quand on voit le massacre à l’écran. Les Derniers Jedi souffre aussi d’un humour lourd et à côté de la plaque. On y retrouve le mal du temps : cet humour parodique qui empoisonne tous les films Marvel. Il se révèle ici particulièrement nocif vu qu’il détruit toute création de tension et de dramatisation. Sans ces deux éléments, il est très difficile de s’intéresser à ce qui se produit à l’écran. Le film abuse aussi des gags pas drôles et caricaturaux. Ainsi les antagonistes secondaires, Hux et Phasma, sont ridicules, et le premier est un véritable bouffon. On est très loin de l’humour fin, caractéristique des anciens Star Wars que l’épisode 7 avait pourtant su recréer. Le film introduit de nouveaux personnages. Ces derniers n’apportent rien de très intéressant et se révèlent être des caricatures de personnages gentils ou roublards. Le rôle d’un de ces personnages est de donner des leçons de morale dont la profondeur ne dépasse pas la portée du « l’esclavage, c’est pas bien », « la guerre c’est mal et les vendeur d’armes sont méchants ». On reconnaît là la patte Disney à l’action. Au final, on ne parvient pas à s’attacher à ces personnages creux et qui ont un côté presque « fast food ». Pour ce qui est des personnages principaux, il n’y a pas grand-chose à dire. Finn est rétrogradé au rôle de personnage secondaire et de ressort comique. Poe reste dans la caricature du pilote d’élite. On a vraiment du mal à être captivé par ces deux personnages. Rey reste égal à elle-même et ça en devient lassant. Il est étonnant de voir aussi peu de progression dans un personnage principal. Au niveau de ses pouvoirs, le film poursuit dans les erreurs du Réveil de la Force. Kylo Ren est le seul personnage qui évolue. C’est loin d’être original mais c’est à noter. Il reste néanmoins un « méchant » raté qui pâlit à la comparaison avec Darth Vader. Justement, un des problèmes majeurs de cette trilogie est le niveau faible de crédibilité et d’adversité de ses antagonistes. On a le sentiment d’avoir à faire à des méchants de seconde zone et cela contribue à affaiblir les enjeux du film. Encore une fois, Phasma et Hux sont des méchants de pacotille Au niveau des anciens personnages de la saga, malgré un rôle difficile, Mark Hamill assure une performance plus qu’honorable. C’est d’autant plus triste quand on voir à quel point il est desservi par l’écriture de son rôle. C3PO, R2D2 et Chewie sont anecdotiques, ce qui est bien dommage. Carrie Fisher est sans plus mais là encore cela est dû au scénario qui lui retire du temps de présence au profit d’un personnage secondaire totalement inintéressant. Un point qui ressort de cet opus est qu’il s’agit sans doute du film le plus influencé par Disney et cela se voit à l’omniprésence du marketing. Le film présente lourdement les nouveaux accessoires et figurines qui ne manqueront pas d’apparaître sur les étals des magasins Disney. Plusieurs scènes avec des enfants sont à cet égard particulièrement insupportables. Enfin, Les Derniers Jedi ne parvient pas à élever le niveau d’enjeux et d’’adversité. Fort au contraire, il parvient à diminuer ces derniers et ainsi à affaiblir son successeur. On ressort de la salle avec une idée assez précise de ce que sera l’épisode 9. C’est du jamais vu dans une trilogie (Star Wars ou autre) où le rôle d’un second épisode est d’amener les évènements à un point de tension maximale avant leur résolution dans l’épisode final. A partir de maintenant, on entre en mode pur spoilers et je vais plus ou moins suivre le déroulement du film. Le premier drame survient alors que le petit pitch d’intro apparaît en lettres jaunes. Je dois avouer que mon visage s’est décomposé quand j’ai lu que la résistance devait évacuer sa base pour fuir le premier ordre. Exactement la même situation de départ que L’Empire contre-attaque. Vive l’originalité ! Puis le film s’ouvre avec une scène de gaga entre Poe Dameron et le général Hux. Au début, ça fait sourire et on se dit que ça va partir sur autre chose mais le gag continue et continue et continue… Hux est un véritable bouffon. Ce personnage devrait être démis de son poste de commandement. Je ne comprends pas comment il peut rester à la tête des armées vu son manque de charisme et son ridicule. Enfin cette scène marche à contre-emploi et ne construit aucune tension pour la suite qui est une bataille spatiale. Et là on a le droit à une des premières incohérences du film, Poe détruit les canons de défense des vaisseaux du premier ordre sans qu’aucun chasseur TIE ne soit lancé à sa poursuite. Ça n’a strictement aucun sens… S’en suit une scène avec des « bombardiers » de l’espace. Là aussi, on est dans du grand n’importe quoi. Ces bombardiers sont super lents et de taille moyenne. Or dans Star Wars, si on met les navires amiraux de côté, la vitesse est la clé de la réussite et de la survie. Le fait que ces bombardiers soient considérés comme un moyen efficace de combattre est juste stupide. Au passage, on a le droit à un faux moment d’émotion autour d’un personnage anonyme, ce qui nous rend totalement indifférent à son sacrifice. Peu après, deux scènes extrêmement mal pensées dans leur enchaînement voient le général Hux se faire réprimander à coup de force push par Snoke pour son incompétence puis un peu plus tard féliciter par Snoke pour son « ingéniosité » à pourchasser la résistance. Ça n’a pas beaucoup de sens car Hux n’a rien fait pour mériter ces félicitations quand on sait que le premier ordre utilise juste une nouvelle technologie de traque. De plus, le contraste entre la menace de mort de la première scène et les louanges de la deuxième est frappant. Au mieux, Snoke aurait dû juste rappeler à Hux qu’il n’est pas passé loin de l’exécution. Parmi les autres moments d’humour lourd, on notera le réveil de Finn avec ses tuyaux d’eau, les bouffonneries du Général Hux qui passe son temps à pousser des cris de fasciste d’opérette ainsi que la cruauté caricaturale de Phasma. Dans la catégorie humour nuisible à l’enchaînement des scènes, on retiendra l’entraînement de Rey par Luke où le coup de la feuille pour chatouiller les mains est juste digne d’une sitcom. De la même manière, les retrouvailles entre Luke et Leia qui s’ouvrent dans un climat de tension maximale, sont vite ruinées par la blague débile de Leia sur sa coupe de cheveux. Mais le summum revient à la scène d’ouverture de l’arc Luke/Rey. Cette scène commence là où Abrams avait arrêté le film précédent dans un échange de regards plein de tension et d’émotion et une envolée musicale enivrante. Malheureusement Johnson anéantit cette scène en nous présentant un Luke soudainement aigri et nonchalant qui jette le sabre laser derrière lui. En plus de ne pas être du tout cohérent avec le film précédent, ce n’est juste pas drôle. Ce sabre symbolise toute la saga et cela avait été très bien rappelé dans le film précédent lorsque Rey entendait les voix de presque tous les jedi importants des 6 premiers épisodes. Ce geste est déplacé et fait figure de premier bras d’honneur aux fans. Il sera le premier d’une longue liste… Le personnage de Rey est inintéressant pendant tous les évènements se déroulant sur l’île. Elle répète en continue les mêmes paroles à Luke : « La résistance a besoin de vous ». L’entraînement de Rey est une farce. Luke ne lui enseigne rien. Elle apprend à manier un sabre laser toute seule car c’est clairement trop facile. Luke n’évoque même pas le côté obscur et son danger. D’ailleurs le côté obscur se résume à un trou dans cet opus. Loin de développer les mystères du premier temple jedi (quel potentiel gâché !) et de la présence de Luke en ces lieux, le film élude complètement ces mystères et n’apporte rien. Rey est juste déclarée comme étant super puissante et on reste dans le délire d’un personnage qui apprend à manier la force toute seule depuis l’épisode 7, sans aucun entraînement. C’est du grand n’importe quoi. Quand on compare à la progression maîtrisée de Luke qui utilise la force instinctivement dans Un nouvel espoir tout en étant entraîné par ObiWan, puis utilise la force consciemment dans L’Empire contre-attaque mais ne parvient pas à faire voler des rochers et est entraîné par Yoda, et enfin est capable d’utiliser la force décemment dans Le Retour du Jedi. De même dans la prélogie, Anakin, le jedi de la prophétie, est juste capable d’utiliser la force instinctivement dans son film d’ouverture. Encore une fois, il est bien mentionné que sans entraînement, on ne peut maîtriser la force. Or sans aucun entrainement, Rey parvient à battre à deux reprises Kylo Ren, qui lui a été entraîné depuis son plus jeune âge dans les arts de la Force. C’est un des cas où Les Derniers Jedi déconstruit complètement la saga et l’univers Star Wars, au mépris de toute cohérence. Ce genre de procédé d’écriture relève de la fainéantise et de l’irrespect. C’est absolument nul. Que les origines de Rey passent à la trappe, malgré le flashback de l’épisode précédent, on pourrait comprendre. Mais qu’il n’y ait rien pour expliquer sa capacité à utiliser la Force sans l’aide de personne, c’est juste nul. En plus d’être inexistant, l’entraînement de Rey parvient à contredire toute la mythologie de Star Wars. Luke lui dit d’accéder à la force en utilisant ses sentiments… Or s’il y a bien une chose que les jedi n’utilisent pas, c’est leurs sentiments. C’est ce qui fait toute la différence entre jedi et sith. Un tel niveau d’exactitude est navrant et on reconnaît dans toute cette séquence le deuxième bras d’honneur à l’égard de l’univers et des fans. Quant à Luke Skywalker, je pense n’avoir jamais vu une destruction aussi absolue de tout ce qui fait l’essence d’un personnage. Là où le Han Solo de l’épisode VII était un chef d’œuvre de fidélité, Luke est aux antipodes de tout ce qu’il incarnait dans la première trilogie. Au premier chef, on doit avaler le fait qu’il ait considéré l’idée de tuer son neveu Kylo Ren. Ce dernier n’avait encore commis aucun acte mauvais et n’était même pas tombé du côté obscur de la force. Vous n’avez pas rêvé, on parle de Luke, le gars qui dans la première trilogie était prêt à donner une chance à son père, le plus grand meurtrier de la galaxie, allant jusqu’à subir une longue torture aux mains de l’empereur pour pousser son père à repasser du côté lumineux. On a du mal à concevoir un tel niveau d’incohérence. Mais ça ne s’arrête pas là. Luke refuse d’aider sa sœur alors que cette dernière l’appelle à l’aide et qu’Han Solo est mort. Là, on demeure muet de stupeur. Où est passé le héros qui mettait ses amis et sa famille au-dessus de tout. Le massacre ne s’arrête malheureusement pas là. Dans un grand moment d’originalité, Johnson décide de tuer Luke. Ce n’est pas comme si on n’avait pas vu tous les maîtres jedi précédents mourir dans Star Wars. Cette fausse bonne idée est suffisamment mauvaise en elle-même mais cela pâlit face à la manière dont elle est mise en scène. Alors que l’affrontement à coup de projection entre Luke et Kylo Ren était plutôt bien pensé et malin, tout laissait à croire que Luke survivrait à cette « rencontre ». Mais non, il s’effondre ensuite sur son petit rocher et meurt car sa « batterie » est déchargée. Quelle mort antihéroïque. C’est la mort la plus nulle du cinéma. Avec son traitement du personnage de Luke Sywalker, Johnson fait son troisième bras d’honneur aux fans de la saga. Mais ce n’est pas terminé car les muses de la médiocrité s’étaient toutes données rendez-vous pour ce Star Wars. Intéressons-nous maintenant à Snoke. Il faut reconnaître que ce dernier est plutôt bien présenté et mis en valeur au début du film, que ce soit dans son traitement de ses sbires : Hux et Kylo Ren (la pique sur le masque est vraiment de bon goût) ou sa petite leçon de force à Rey. Mais tout d’un coup, Johnson décide d’être original et nous offre un copier-coller raté de l’affrontement de fin du Retour du Jedi. Et là on se demande où on est. Comment un être aussi puissant que Snoke peut ne pas voir venir la trahison de Kylo Ren. En plus d’être un faux rebondissement, la mort de Snoke reitre au film et à la postlogie tout adversité et enjeux. Car Snoke était le seul qui avait une stature de grand méchant. Kylo Ren est un méchant d’opérettes qui ne fait pas peur et a déjà été vaincu deux fois par Super Rey car en plus d’être une championne de sabre laser, elle est maintenant devenu une spécialiste de la force. En tuant Snoke, le film se débarrasse donc du seul méchant qui faisait peur au profit d’un adolescent ridicule et looser. Comment une telle décision a-t-elle pu être validée ? Qu’on est loin de l’adversité redoutable de Darth Vader et l’empereur, le premier ayant défait Luke avec aisance lors de L’Empire contre-attaque de la trilogie originelle. On passera sur le combat qui suit contre les experts d’arts de mêlée asiatiques, tous droits sortis d’un film de Bruce Lee. Ces personnages sans noms, ne possèdent pas la force et ne constituent donc aucun challenge pour Super Rey et Kylo. Et là, le film décide d’innover en nous montrant le caractère fairplay de Kylo Ren qui décide de ne pas utiliser la force pendant presque tout le combat. Alors que deux forces push et trois lancers de sabre auraient réglé l’affaire. On est à des années lumières de l’incroyable scène de combat de Rogue One. Si la garde prétorienne de Snoke avait été remplacé par les chevaliers de Ren, tous utilisateurs de la Force, cela aurait donné un combat dramatique et à l’issue incertaine. Mais si ces choix débiles ne constituent qu’une preuve d’incompétence, ils ne nous font pas oublier le manque total de réponses quant aux origines de Snoke. Comment un utilisateur de la force aussi puissant est-il parvenu à se cacher aux yeux de l’empereur. La réponse est évidente : les scénaristes n’avaient aucune explication et se sont donc débarrassés de Snoke pour ne pas avoir répondre à cette question. Cela constitue le quatrième bras d’honneur aux fans de la saga. De plus, l’épisode VII nous avait promis la fin de l’apprentissage de Kylo Ren (lorsque Snoke dit à Hux qu’il est temps de terminer l’entraînement de Kylo) et on aurait pu espérer voir un entraînement version côté obscure qui aurait constitué un contraste intéressant à l’entrainement de Rey. Cela aurait été aussi l’occasion de découvrir les chevaliers de Ren et leurs traditions. D’ailleurs on remarquera que les chevaliers de Ren ont juste disparu… sans doute encore un moyen de ne pas expliquer/détailler quelque chose qui aurait pu être intéressant. Pour revenir sur la prétendue originalité du film, ce dernier adopte une structure narrative constitué de 4 arcs : •l’introduction du film qui commence par une scène d’ouverture grandement inspirée de L’Empire contre-attaque (l’évacuation de la base rebelle et la « course-poursuite »), •le développement de l’intrigue des personnages principaux et secondaires. C’est le seul moment où le film sera original, que ce soit l’aventure au casino de Finn et Rose, la mutinerie de Poe, le match de Rey et Kylo sur Tinder et le non entraînement de Rey. Ces scènes sont médiocres et originales…Excepté le non-entraînement de Rey qui est un copier-coller raté de l’entraînement de Luke avec Yoda. •la confrontation entre les protagonistes et les antagonistes. Là on a le droit à un pompage du Retour du Jedi. Rey joue le rôle de Luke, Kylo est Darth Vader, Snoke est l’empereur. Cela va de la torture de Rey à la loupe pour montrer la flotte rebelle en train d’être détruite. La conclusion de cette scène est la trahison de Kylo… Que c’est original !!! Cela s’enchaîne avec le désaccord entre Rey et Kylo qui ressemble énormément au non de Luke à Darth Vader à la fin de L’Empire contre-attaque. Quelque chose de bien plus original aurait été de faire un « switch » entre Rey et Kylo Ren. Avoir ce dernier retourner du côté lumineux et Rey passé du côté obscur, ça aurait été surprenant et aurait donné un troisième film bourré de tension… •La conclusion du film est à nouveau un copier-coller de L’Empire contre-attaque. Il est d’ailleurs particulièrement intéressant de voir que le film sent le besoin de préciser que c’est une planète de sel et pas de glace, tentative vaine de se distancer de la bataille de Hoth. Mais il faut rendre à César ce qui est à César. Le film innove avec les « force sms » entre Rey et Kylo. Cela donne lieu à des scènes inintéressantes et la naissance d’une espèce d’idylle entre les 2 personnages. On a le droit à une petite scène érotique gratuite, nous offrant à nouveau la chance de contempler l’humour débile de cet opus avec la remarque stupide de Rey. Bon, je crois qu’il n’y a pas de mots pour décrire ces scènes. De plus, il n’y a rien d’organique entre l’intérêt soudain que se portent Rey et Kylo. Ça ne paraît absolument pas crédible au vu de leurs interactions passées. J’espère maintenant juste qu’on aura une scène de sexe dans le prochain épisode pour au moins récompenser ceux qui auront eu le courage de le regarder. Pour ce qui est de Kylo Ren, ce denier est moins « emo » et inintéressant que dans l’opus précédent. Mais il ne parvient pas à nous faire peur et son accession au statut de grand méchant est une erreur. On sait qu’il va juste se prendre une troisième raclée et cela tue toute envie d’aller voir le film suivant dont l’issue est déjà connue. Les Derniers Jedi parvient à décevoir dans d’autres biens d’autres domaines. On notera le cinquième bras d’honneur aux fans que constitue la mort hors écran de l’amiral Ackbar. Plutôt que de tuer ce personnage secondaire, adoré par les fans, il aurait mieux valu nous épargner l’insipide Vice-Amiral Holdo. Ce personnage sorti de nulle part, n’apporte rien d’intéressant si ce n’est des discours convenus et une stratégie de communication en-dessous de tout. Sa mort ne suscite aucune émotion car on n’a pas le temps de s’attacher en 30 minutes à un perso sorti de nulle part. Il aurait été préférable que son rôle soit joué par Ackbar, au moins il serait mort avec plus de panache. D’ailleurs le vice-amiral est un personnage délirant. On doit gober qu’elle se balade en robe alors que tous les autres militaires sont en uniforme ? C’est du beau délire. Il est évident qu’elle sert de « plot device » pour créer une fausse tension entre elle et Poe qui n’a pour but que de nous faire croire que Poe fait quelque chose durant cet épisode. L’utilisation de la vitesse-lumière comme arme de destruction massive est du grand n’importe quoi. Si c’est facile, pourquoi ne pas l’avoir utilisé plus tôt contre la flotte de Hux, ou contre l’arme « Starkiller », ou contre l’étoile de la mort. Cela constitue une incohérence majeure au niveau de la saga. Dans un autre registre, introduire la capacité de traquer les vaisseaux lorsqu’ils sont en vitesse lumière est encore une fausse bonne idée. Tout le principe de la rébellion des épisodes précédents reposent sur le fait qu’il n’est pas possible de traquer un vaisseau une fois qu’il est en vitesse lumière d’où le développement des rayons tracteurs empêchant de passer en vitesse lumière où l’utilisation de mouchards (cf. précédents Star wars). Mais là encore, il fallait inventer une trame pour Finn et Rose afin que ces derniers ne donnent pas l’impression de servir à rien… et au final ils ne servent d’ailleurs à rien. Je ne reviendrai pas sur le personnage de Rose qui est manichéenne à en crever. On retiendra juste qu’elle arrive même à saboter la mort héroïque de Finn qui aurait été le seul moment fort de ce personnage. Finn et Rose nous offrent d’ailleurs l’un des chapitres les plus inoubliables de cet épisode. Le monde casino est une gigantesque pub marketing pour les futurs jouets de Disney et tous les passages avec les enfants sont à gerber (la scène avec les montures est horrible). On ignorera aussi le hacker d’un Del Toro complètement en roue libre. D’ailleurs tout cela nous fait oublier que le point de tension majeur du film est que la flotte de la résistance est en train d’être détruite par le premier ordre dans une scène totalement invraisemblable par sa durée. On ne comprend pas pourquoi le premier ordre n’envoie pas juste tous ses chasseurs pour régler ça illico presto. On passera aussi le fait qu’il est visiblement facile de rater l’aller-retour du vaisseau de Finn/rose alors que ce dernier ne profite d’aucune diversion pour quitter puis rejoindre la flotte. D’autres scènes irréalistes viennent à l’esprit dont la scène de bataille sur la planète de sel. C’est un cas d’école du syndrome consistant à faire du beau pour du beau en dépit de toute logique. Il faut reconnaître que la traînée rouge sur fonds blanc des « speeders » est très jolie mais si on met ça de côté, ça n’a strictement aucun sens militaire de charger des AT&T. Ils n’arrivent même pas à en détruire ou en ralentir un seul. Le film a beau copier L’Empire contre-attaque, il ne parvient même pas à l’égaler. Par ailleurs, on applaudira au passage l’inutilité de Phasma. Ce personnage ne fait pas peur, ne gagne jamais, est vraiment très méchant… Pauvre Gwendolyne Christie. On espère juste que le personnage est enfin mort. Les personnages iconiques de Star Wars sont anecdotiques, ce qui est bien dommage car c’est eux qui véhiculent en général l’humour de Star Wars. On appréciera juste la petite scène de chantage moral de R2D2 qui est l’un des temps forts du film. Pour ce qui est de BB8, il passe de ressort comique sympathique dans l’opus précédent à deux ex machina dans cet épisode. Il est drôle par moments mais il y a trop de choses à jeter. Loin de se contenter de maltraiter les vivants, Johnson décide aussi de troubler le repos des morts, en la personne de Yoda. Dans un autre contexte, j’aurai applaudi mais là il y a trop de déchets pour tomber dans le piège de cette manipulation nostalgique. Et au passage, on a le droit à une première lorsque Yoda parvient à interagir avec le monde matériel pour faire tomber la foudre. Du jamais vu dans la saga… Pour finir, la dernière scène du film est consternante de nullité. On y reconnaît l’horrible patte marketing de Disney qui utilise un enfant pour vendre aux enfants des « lamas » de course et des bagues de la résistance. Et horreur absolue, un gamin de 8 ans peut utiliser la force consciemment sans entraînement. C’est juste lamentable et cela constitue le dernier bras d’honneur aux fans.
    zeta2reticuli
    zeta2reticuli

    Suivre son activité 16 abonnés Lire ses 29 critiques

    0,5
    Publiée le 18 janvier 2018
    Critique la tête froide, en ayant laissé décanter. Il faut essayer de comprendre pourquoi le film est mauvais. Pas pourquoi il plait ou ne plait pas, mais bien pourquoi c'est mauvais. Il est mauvais en premier lieu parce que l'histoire dans sa globalité est mauvaise. Parmi toutes les histoires que l'on pouvait raconter dans Star Wars, cette idée est la plus mauvaise (Qu'on soit clairs, l'univers de SW permet absolument tout en termes d'écriture, toutes les fantaisies, les personnages, les originalités). Dans la trame générale, il ne se passe rien. C'est à dire que l'on reprend là où on s'est arrêté dans le 7, évidemment. Et... il ne se passe rien pendant les 3/4 du film. Le scénario reste comme ça, sans évoluer. spoiler: ARC NARRATIF N°1 : les rebelles, enfin la Résistance (au moins ont-ils changé le nom) fuient l'Empire, pardon le Nouvel Ordre, l'action est la suivante : la Résistance dans un vaisseau et les autres qui courent derrière. Mais ils choisissent de ni les attaquer, ni les rattraper (passer en hyperspace et revenir en sens inverse), ni envoyer des chasseurs, ils se content de les suivre. Les raisons invoquées sont WTF. Et donc il ne se passe rien. ARC NARRATIF N°2 : puisqu'il ne se passe rien dans l'arc 1, (à cause en partie de Laura Dern force violette, qui a un plan, mais qui ne veut pas le dire, on ne sait pas pourquoi), Finn et Rose vont faire une mission, où ils doivent rencontrer un personnage qu'ils ne rencontrent pas, à la place ils en rencontrent un autre qui a la même fonction (WTF ? Pourquoi ne pas rester sur l'intrigue du premier, ou en arriver au second directement ? A quoi ça sert ?), mais qui de toute manière ne va servir à rien au final, donc il ne se passe rien. ARC NARRATIF N°3 : Luke doit revenir aider la Rébellion, euh non la Résistance (décidément, c'est piégeux), sauf qu'il hésite... pendant les 3/4 du film et donc... il ne se passe rien. Et voyez, j'aurais pu enlever les balises spoiler, c'est un spoiler qui ne raconte rien puisque le film ne raconte rien. Bref. Les différents arcs sont reliés entre eux par du contenu téléchargé depuis l'Empire Contre-Attaque et le Retour du Jedi. Et c'est littéralement le cas puisque, qu'on le croie ou non, des dialogues entiers sont copiés-collés tel quels (ou presque, ils ont trouvé le moyen de mal le faire en plus, mais c'est un autre problème). Il y a également des incohérences tout le long du film, au moins une par scène. spoiler: Le bombardement de la base au début, les chasseurs qui sortent de nulle part ensuite, la séquence Laura Dern, la séquence Bénicio del Toro vers la fin, etc, il existe probablement une liste qui les répertories toutes. . Il y a également des passages qui sont... enfin... c'est n'importe quoi spoiler: La séquence superwomen de la Princesse Leia, ça n'a en plus aucun espèce d'intérêt, sauf si on voulait limiter son temps d'apparition dans le film, je ne vois que ça . Des personnages qui se servent à rien et qui sont là uniquement pour le fan service ou pour le merchandising. spoiler: C3PO, R2D2, Chewie, ces personnages n'ont absolument aucune fonction dans l'histoire . Voilà pour l'histoire. Passons aux acteurs et leurs personnages. Les personnages sont vides. Ce sont les coquilles vides entrevues dans l'ep 7. L'ep 8 ne dit rien de plus. Il ne livre aucune réponse ou très peu, on ne sait pas qui fait quoi, qui vient d'où, pourquoi, quelles sont les motivations, qu'est-ce qu'ils représentent. Y'a rien. C'est vide. Les fiches personnages de cette saga se résument à une ligne par personnage sur une largeur de papier toilette. Du coup, je ne sais pas si c'est pour cette raison, mais les acteurs tentent de meubler, en surjouant (Boyega, Isaac qui pourtant est un acteur que j'adore), ou en ramant (Ridley, Driver que j'aime aussi beaucoup par ailleurs). Tout juste la prestation de Mark Hamill rehausse le niveau par intermittence (il faut justement attendre les 3/4 du film et donc que l'histoire se décide à lui donner quelque chose à faire). Contrairement à la vague de sympathie qu'elle a reçue pour son rôle dans ce film uniquement à titre posthume, Carrie Fisher, ma belle est bien-aimée princesse, est ca-ta-stro-phique dans ce film, pas aidée du tout par le scénario, bien sur. Bref, les personnages et les acteurs sont au niveau de l'histoire. Et la réalisation ? C'est le Star Wars le plus laid que j'ai vu. C'est très mal filmé, l'image est très mal contextualisée à chaque fois, le cadrage c'est du close-up tout le long, c'est très mal éclairé, la photographie est immonde, 2 ou 3 plans dans un films de 2h30 et 200M€, c'est la débandade. Les enchainements de plans n'ont aucun sens, on ne comprend rien à l'image, c'est un clip MTV avec une bande son insistante. Il y a une scène qui résume bien cela, mais pour cela il faut parler de l'ep 4. Dans l'ep 4, il y a une scène sur Tatouine où les héros sont chez Obi-Wan, à tailler le bout de gras. Dans cette scène, Obi-Wan expose à Luke 1) le contexte du film, l'histoire, le passé, (ce qui au passage n'est fait ni dans le 7, ni dans le 8), 2) nous apprend des choses sur Luke et son père, sa mort, ça développe le personnage de Luke (idem, toujours pas fait dans cette nouvelle Saga), 3) développe le concept de la Force brièvement et 4) introduit l'enjeu du film, le tout accompagné d'une bande son très à propos qui fait opérer la magie. Tout cela dans une seule scène, en ayant recours à une suite de plans fixes et à des dialogues limpides et évocateurs. Dans l'ep 8, il y a quelque chose de similaire entre le vieux sage et l'apprentie. spoiler: Luke raconte son histoire avec Kilo Ren . La différence étant que Ryan Johnson, qui n'a visiblement aucun talent de conteur, a besoin pour raconter quelque chose de similaire de 3 flashs backs dans 3 scènes différentes. Utilisé comme tel, le flash back est une facilité scénaristique énorme : si on ne sait pas raconter une histoire, on a recours au flash back qui le raconte à notre place. Ca n'a rien à voir avec Pulp Fiction par exemple qui est un film dont la narration repose sur le flash back. Ici, les plans Flash back est utilisé pour permettre au film d'avancer parce qu'on ne sait pas le faire autrement. Et c'est immonde en plus : spoiler: ça se passe dans une tente Quechua éclairée avec un lampadaire alors que Kilo Ren fait dodo, ça n'a aucune gueule, aucun style . C'est sensé en plus faire monter une sorte de suspense qui de toute façon est tué dans l’œuf puisque la réponse arrive comme ça, sans qu'on le demande, avant même de commencer à se poser de sérieuses questions. Ça n'a aucun intérêt. Enfin la musique, c'est idem : aucune originalité, des thèmes saccagés, des compos originales oubliées dès la sortie de la salle. Bref, qu'on ait aimé ou pas ce film, on doit se rendre à l'évidence : c'est un mauvais film. C'est du mauvais cinéma. C'est ce qu'il y a de pire que Disney pouvait faire. Là où c'est fort, c'est que Ryan Johnson, qui ne sait donc ni écrire un film, ni des personnages (responsabilité partagée avec les autres qui sont passés avant lui sur le 7), ni filmer, ni mettre en scène, ni monter (la gestion des ellipses, les transitions, les flash backs), on va lui filer une trilogie complète à faire. Je ne comprends pas.
    drlucky
    drlucky

    Suivre son activité 11 abonnés Lire ses 22 critiques

    0,5
    Publiée le 23 décembre 2017
    Avez-vous noté que, cette fois-ci, les notations des spectateurs sont plus basses que celles des critiques professionnelles ? Fait extrêmement rare concernant un blockbuster, surtout un SW. Et oui, messieurs les journalistes, nous autres consommateurs bovins, n'avons reçu aucune enveloppe ni cadeau de la part du gros Mickey !
    François P.
    François P.

    Suivre son activité 23 abonnés Lire ses 2 critiques

    1,5
    Publiée le 15 décembre 2017
    Amateur de la série, j'avais trouvé quelques excuses au moyen mais correct épisode VII, notamment le fait d'être un épisode d'introduction pour la supposée « epicness » qui devait suivre au travers, en tout cas l'espérais-je, de l'épisode VIII. Autant le dire tout de suite, le mythe Star Wars prend fin avec cet épisode. Ce qui faisait la richesse et l'identité de la saga, comparable à aucune autre, n'est plus. Passé à la moulinette Disney / Hollywood, le film n'est rien de plus qu'un blockbuster de fin d'année aux effets spéciaux plutôt bien fichus et qui reprend tous les codes actuels, pour le meilleur mais ici surtout pour le pire, du cinéma américain: - "Humour" impromptu, intempestif et pseudo-décalé: check - Mascottes à l'apparition insistante pour produits dérivés : check - Personnage inutiles et sans incidence car on s’en fout du moment qu’on a de l’action ? check spoiler: Attention ici je parle (entre autres) de Snoke dont l’identité avait fait l’objet d’intéressantes théories de la part des différentes communautés de fans… et dont l’expédition express au royaume des morts rappelle qu’il ne faut jamais surestimer les scénaristes Disney. - Situation censée créer un contexte de tension mais tellement invraisemblable que le contexte ne tient pas debout : check spoiler: La course poursuite entre les deux croiseurs qui dure quasiment tout le film est ridicule, franchement ils n’ont rien trouvé de mieux ? La pauvreté du contexte quand même… Je pourrais continuer la liste mais l’idée est là ; vous allez voir un (mauvais) Marvel qui se déroule dans l’espace. Malheureusement ce n’est pas le seul -ni le pire- défaut du film car les codes Star Wars sont systématiquement massacrés tout au long du film. Citons en vrac : spoiler: - L’absence de formation de Rey qui parvient pourtant à manipuler d’énormes rochers à la fin du film. - Le fait que Ren peine à se débarrasser des gardes impériaux alors que, pour rappel, le type a tout de même arrêté un laser grâce à la force au début de l’épisode VII. Ca n'a aucune cohérence. - Leia qui vole dans l’espace ? Yoda qui invoque la foudre ? What ? - Kylo Ren qui devient de plus en plus impulsif, tellement loin, en pouvoir et en capacités de leader de son aïeul Darth Vader ou de Palpatine. - L’humour intempestif et trop présent évoqué précédemment qui ruine inlassablement toutes les possibles montées en tension. Mais surtout, surtout, cette scène que tout amateur de la saga espère depuis 1983 : spoiler: Cette scène ou enfin Luke entre dans la danse, on s’attend à du lourd, on se dit qu’on va voir quelque chose de fantastique, une démonstration de force à la Vader à la fin de Rogue One ou le combat entre Obi-wan et Anakin à la fin de l’épisode III. Et puis en fait, non… Après une introduction ridicule toujours ponctuée de cet humour facile et insistant, le « combat » commence, puis se termine 15s plus tard… Luke était un hologramme projeté à distance par la Force… Puis ce dernier meurt de… de… d’on ne sait pas trop quoi en fait. Cette séquence est probablement la chose la plus ridicule que j’aie pu voir dans un film depuis de nombreuses années et pourtant je suis globalement bon public. Elle en serait même comique si elle ne concernait pas une scène aussi importante. Alors, je n’ai rien contre le fait de casser ces codes, pourquoi pas après tout. Mais encore faut-il le faire avec goût et surtout, pour proposer quelque chose de mieux. En l’occurrence ici, la destruction ne laisse place qu’à un gigantesque marasme où des protagonistes sans charisme ont tous l’air de se demander ce qu’ils peuvent bien faire là. Quant à moi, j’aimerais qu’on rende à Star Wars ses lettres de noblesse et surtout, j’aimerais qu’on me rende les trois heures de ma vie que j’ai perdues pour aller voir ce navet.
    Alex B.
    Alex B.

    Suivre son activité 17 abonnés Lire ses 2 critiques

    1,0
    Publiée le 17 décembre 2017
    Création de compte uniquement pour ce film particulièrement mauvais qui détruit intérieurement n'importe quelle personne normalement constituée. Je ne suis pas un fan hardcore de Star Wars, mais j'ai toujours apprécié l'univers de celui-ci. Et ce film, même en IMAX 3D, restera une daube intersidérale à jamais. Pour faire court: Magnifique à regarder, CGI à en couper le souffle, on voit qu'il y a eu du travail et je le félicite les gens qui ont fait ce boulot. Côté scénario, charisme des personnages, respect de l'univers Star Wars, on tombe dans le zéro pointé. Des ajouts comiques à droite et à gauche tout au long du film, un peu pour ce nouveau genre de Star Wars ça aurait pu aller, là ça détruit complètement toute immersion dans le film. Des incohérences, il y en a toujours eu, dans tous les films et dans les Star Wars, et ça reste tolérable en général, mais là on touche le jackpot. TOUT le film n'a vraiment aucune logique. Vous voulez des exemples ? Spoiler alert : spoiler: - Toute l'histoire tourne autour de la course poursuite entre les méchants et les gentils, avec comme argument principal "Alors on est trop rapides pour eux, du coup ils peuvent pas nous tirer dessus parce qu'on est trop loin (Alors là niveau cohérence déjà on est bien, comme si un laser perdait en intensité sur la distance), mais on peut pas passer en vitesse supralumiquexdmdr parce qu'ils arrivent à nous suivre et qu'on a bientot plus de carburant". Du coup déjà on veut frapper le rédacteur pour son incompétence notoire. - L'épisode du casino... On se gare sur la plage OKLM, personne vient te mettre ton tas de féraille à la poubelle mais t'inquiète, 2 personnes t'ont vu du coup on vient te tazer pour te dire que c'est pas bien. Standard. Puis on "sauve" tous les bons animaux en les laissant à 100 mètres de leur cage en se disant "c'est bon ils sont sauvés". Là on se sent bien. Puis évidemment, on te fait comprendre qu'en fait tout ce passage qui s'étend sur 30 minutes ne sert à rien. - Le moment où les navettes se font tirer dessus, j'ai cru que c'était le pire moment de ce film, mais non, il y en a encore 2 autres qui le battent. Là en fait, le vaisseau ennemi tire à peu près 2 fois par 5 secondes avec 100% de précision et détruit donc 2 vaisseaux par 5 secondes, on te dit qu'il y a 30 navettes de sauvetage en route, donc avec un savant calcul tout se termine en moins d'une minute trente, mais la scène dure 15 minutes avec un peu plus de la moitié des navettes encore là. - La scène du canon avec les super vaisseaux façon Fast & Furious où tout va trop vite mais en fait non ils vont à 20 km/h, où jean-edouard le héros se dit qu'il va aller se suicider pour arrêter le tir du canon, il est tout seul, devant, tout le monde décroche de la trajectoire mais lui continue, pour en fait se faire sauver in-extremis par janette qui a décroché de la trajectoire 15 secondes avant mais vu qu'elle a sorti la nitro qui n'existe pas ben elle arrive à intercepter jean-edouard pour faire une belle scène romantique sous 5 AT-AT. Puis au final tout le monde est téléporté avec les gentils parce qu'on a changé de scène, et la scène romantique s'est terminé devant les méchants et vu qu'on sait pas comment les ramener ben on coupe la scène et ils sont juste là quoi. Là déjà on approche du scénario de qualité OnMePrendPourUnMouton / 20. - La scène du combat final, où en fait la Force, ben avant on t'avait dit que les Jedi pouvaient la manipuler pour executer certaines actions spécifiques, mais là c'est pas grave, on fait des hologrammes et puis après tu disparait / meurt parce que tu comprends, utiliser la force pour faire des hologrammes à 3 années lumières ben c'est pas bon pour ta santé. Donc pour résumer, on retire son emploi à monsieur le rédacteur du scénario de ce dernier Star Wars, on en profite aussi pour insulter tous les gens du marketing pour nous faire bouffer de la pub et des produits associés pour un navet incommensurable, et on attend pas la suite parce qu'après un scénario béton comme celui-ci on sait déjà que le suivant est foutu. Pouce vert aux warriors qui ont tout lu.
    Lo Hic
    Lo Hic

    Suivre son activité 36 abonnés Lire ses 3 critiques

    0,5
    Publiée le 20 décembre 2017
    Une catastrophe ce film, à me rendre indulgent par rapport au Réveil de la force. Rian Johnson a détruit la saga en 1 film, il fallait le faire et il l'a bien fait du début à la fin. Ok le premier était un copier-coller des autres premiers des trilogies mais là qu'on soit fan hardcore ou non on ne peut qu'être perdu quand on a vu tous les autres. Les raisons pour lesquelles je descends le film : spoiler: - Le gros point noir pour moi se trouve dans le fait que l'entrainement Jedi ne sert plus à rien. Déjà dans le premier, Rey n'a pas eu besoin d'être entrainée, elle maitrisait parfaitement la force assez rapidement, ce qui est incompréhensible par rapport à Luke entrainé par Yoda ou encore Obiwan et j'en passe. Comble de trahison, même les gosses à la fin la maitrise sans savoir ce qu'elle est et comment faire (le gosse récupère le balai avec). Cela veut dire qu'on jette aux oubliettes tout ce qui a été fait avant et on l'efface même, ça n'aurait jamais du arriver. Que vont devenir les Jedis après tout ça ?! C'est une connerie sans nom... - Luke est montrée comme un vieux bougon qui s'est fermé complètement à la force, pourquoi pas mais c'est tellement dommage de le voir comme ça alors qu'il était présenté comme l'espoir à la fin du 7... sa mort est encore moins compréhensible qu'il n'a finalement servi à pas grand chose dans ce film et ne s'est même pas battu au sabre en vrai à part en ce projetant, c'est tellement frustrant que c'en est nul de l'avoir utilisé comme ça. D'ailleurs Mark Hamill le disait lui-même qu'il n'était pas d'accord avec cette lecture et on le comprend... - Les batailles dans l'espace ont beau être sympas, y'a aussi tellement d'incohérences que ça en devient ridicule. Comment les bombardiers peuvent ouvrir leurs soutes sans que personne ne soit aspiré par l'espace ?! Et comment les bombes peuvent tomber sur le destroyer du Premier Ordre sans gravité ?! N'importe quoi... Quant à l'utilisation de la vitesse lumière contre le vaisseau à la fin, pourquoi ils ne l'ont pas utilisé contre l'étoile noire dans le 6 s'ils le font maintenant ? Encore une fois ils se foutent de ce qu'il s'est passé avant. - Comment Leia peut maitriser la force dans la scène dans l'espace tellement ridicule que j'ai éclaté de rire à ce moment ?! Elle n'a pas été foutue de l'apprendre dans les 4, 5, 6 et 7 et miracle, dans le 8 elle la maitrise pour se sauver ?! Mais WTF ?!!! - Snoke, parlons-en de Snoke ! C'était censé être le méchant ultime, on attendait des révélations ou quelques infos sur lui mais rien, nada, quedal ! Il repart comme il était arrivé, c'était censé être LE méchant de cette saga comme il était présenté dans le 7, JJ Abrams l'avait présenté comme ça en tout cas mais Rian Johnson lui fait un fuck et le dézingue tellement facilement qu'on se demande à quoi il servait ! Donc au final c'est Kylo Ren qui devient le méchant de la saga alors qu'il n'a aucun charisme malgré le fait que ce soit un bon acteur. Mais son personnage est très mal écrit, chiant à suivre, on n'arrive pas à le détester, il n'y a aucune fascination pour lui non plus. Hitchcock disait qu'un grand film devait avoir un grand méchant et bien c'est raté ici. Quand on compare avec Vador qui inspirait la force, la peur, le mystère, il fascinait parce qu'on ne savait rien de lui ou pas grand chose. Quand on voit le Joker dans The Dark Night, on se dit qu'ils sont à des années lumières de ce méchant ultime qui fait trembler son monde et qu'on vénère totalement. Bref... - Finn ne sert à rien, l'arc avec l'asiat est d'un cliché au possible, c'est ridicule quand il dit qu'il balayait les endroits très secrets du vaisseau donc il sait où se trouve le traceur, trop facile à amener pour l'envoyer là-bas, ce qui au final n'aura servit à rien. D'ailleurs après la collision à la vitesse lumière, bizarrement tous les storm troopers autour sont morts mais lui et l'asiat sont encore là, wtf encore une fois. Ça devenait intéressant quand il a voulu se sacrifier sur Hoth mais encore une fois c'est tombé à l'eau avec l'autre qui a voulu le sauver en nous faisant une Marion Cotillard après l'avoir embrassé et sorti que c'était l'amour qui allait les sauver... non mais MERDE t'es attaquée c'est pas des bisous ou câlins qui vont te sauver y'a des morts dans une guerre mais on ne peut avoir d'empathie quand c'est comme ça !!! On ne peut s'identifier à des scènes aussi peu naturelle et mal foutue, des relations bancales ou creuses !!! J'évite de parler du code breaker d'ailleurs tellement il a été sous-utiliser, encore cliché avec sa trahison alors qu'il aurait pu servir un peu mieux. Bizarrement aussi, Finn et l'asiat sont mis dans la même cellule sur la planète où ils doivent le retrouver, roh bah zut alors si c'est pas une sacrée coïncidence ça ! Trop c'est trop... - Trop d'humour tue l'humour justement, on aurait dit une caricature de Star Wars, que ce soit Luke qui balance son sabre au-dessus de son épaule - tellement symbolique, ça veut dire qu'il balance tout ce qu'il s'est passé dans les précédents épisodes - ou encore quand il nettoie son épaule après avoir essuyé les lasers à la fin, on dirait une parodie putain !!! Les petites bêtes marrantes aussi, on voit bien que c'est du marketing pour vendre des peluches, ça saoule vraiment au bout d'un moment... - Une éclaircie : Poe, intéressant mais montré un peu comme le cliché du bourrin qui veut défoncer l'armée et c'est tout. Le personnage mérite des améliorations mais il a sa place et Oscar Isaac et très juste (comme toujours). Merci à lui de ne pas davantage faire sombrer le film... Voilà y'a d'autres détails encore mais ce sont les principaux. En conclusion, je peux dire que ma place de ciné pour le 9 ils peuvent se la mettre derrière l'oreille, je le téléchargerai pour leur montrer qu'ils se sont complètement planté et je me demande comment ils ont pu accepter un scénario qui renie autant les précédents. Faire un copier-coller des précédents comme pour le 7, ok on peut entendre la critique, mais est-ce une raison pour tout raser dans ce cas ?! Non, non et non, je me considère comme un bon fan, pas hardcore mais là je n'ai jamais été autant dégouté de voir ce qu'ils en ont fait... Hollywood dans ce qu'il y a de pire !!!!
    Philémon C
    Philémon C

    Suivre son activité 15 abonnés Lire ses 8 critiques

    1,5
    Publiée le 26 décembre 2017
    J'ai grandi avec la seconde trilogie que j'ai beaucoup apprécié contrairement à de nombreux fans de la saga, notamment du fait de ses intrigues politiques et des nombreux personnages impliqués qui donnaient du volume et de la profondeur à l'univers de star wars. L'épisode 7 ne m'avait pas spécialement emballé mais s'agissant d'un film de "transition" j'ai mis mes griefs de côté et tout de même passé un bon moment. Rogue one était pour moi une réussite et un modèle à suivre pour les épisodes suivants. Le dernier jedi à massacré toute la cohérence et la construction d'univers qui a été mis en place par les épisodes précédents. Les incohérences nombreuses et les scènes parachutées de nulle part sortent tout de suite le spectateur du film. L'humour n'est plus du tout dans la même veine qu'avant, même si certaines vannes font sourire elle font également perdre toute l'intensité dramatique de nombreuses scènes. Aucun personnage n'a de réelle profondeur ni de réelle évolutions, on à l'impression que tout ce petit monde se bat pour des objectifs creux et des idéologies vide de sens. Les effets spéciaux sont le seul point positif du film selon moi.
    Jordanallo
    Jordanallo

    Suivre son activité 36 abonnés Lire ses 21 critiques

    1,0
    Publiée le 27 décembre 2017
    Alors, je fais parti de la génération 2 de SW. Au début j’étais parti pour 3 étoiles, puis après avoir revu L’Empire Contre Attaque, il ne fait nul doute que 1 suffit, car il relève “un peu” le niveau du 7 que je trouve catastrophique. Malheureusement, j’ai eu le sentiment de regarder une série plus qu’un film, car l’histoire ne tourne autour que d’une seule intrigue spoiler: le gros vaisseau va t’il rattraper le petit ? Alors, il y a des scènes assez prenantes, mais bien trop souvent entrecoupées de scènes d’humour et de mignonneries inutiles signées Disney (on a compris que vous vouliez vendre un max de peluche les gars...). D’ailleurs, vous n’allez pas voir un Star Wars, mais un Marvel. Humour à la Gardien de la Galaxie, lourdeur de Iron Man et j’en passe... Où est passé l’humour subtil de Star Wars ? Car oui il y a de l’humour dans SW, mais pas celui qu’essaye de nous faire bouffer Disney. J’en passe sur le discours moralisateur et basique de spoiler: « les riches c’est des méchants, les pauvres c’est des gentils. L’argent c’est le mal ». C’était quoi ce délire sur la cause animal ??! (30 min du film quand même), alors pas que je sois contre, mais quitte à le faire, autant ne pas bâcler. Parce que libérer des animaux à 100m de leur prison, bof quoi... Rien à faire, je ne m’attache pas aux personnages, même aux anciens. L’histoire d’amour est vulgaire car basique, c’est à dire qu’on nous la jette à la figure tel un café froid. Qu’il me manque cet amour subtil, compliqué et prenant entre Han et Leia qui évolue à travers 3 épisodes, ou même cette liaison interdite entre Anakin et Padmé. Je zappe les incohérences, il faudrait un roman. spoiler: J’ai failli oublié, ce ne sont plus des Jedis mais des super-héros. Que dis-je ? Ce sont des dieux !! Capable d’invoquer la foudre après la mort, de survivre dans l’espace, etc... Rey est fantastique d’ailleurs, elle n’apprend rien, mais sait tout faire. (#GenerationY je ne fais pas d’effort). Aucune imagination dans la fiction, SW fait avant tout rêver à travers les mondes dans la galaxie, là rien. Vous aurez le droit à la mer et au désert... Les effets spéciaux ne m’ont pas vraiment impressionné non plus. Honnêtement, c’est à croire que le réalisateur n’a jamais regardé un SW avant ! C’est impossible autrement. J'ai dû mal à croire que l'on puisse mettre plus de 3 en ayant vu tous les SW. Pour conclure, j’en veux à George Lucas d’avoir vendu les droits et je renie tout film après le 6 (à part Rogue One, que je trouve excellent comme spin off). Mon avis devait être court, mais je me suis emballé. Bravo si vous avez tout lu ! :)
    Tom A
    Tom A

    Suivre son activité 38 abonnés Lire ses 8 critiques

    0,5
    Publiée le 14 décembre 2017
    Je propose que les fans de star wars se rebellent face à l'empire Disney et le seigneur Sith Mickey qui est en train de tuer,cracher,violer,balayer la République Galactique ainsi que tous les codes et les philosophies de cet univers. Pauvre YODA, pauvre Quin-gon Jinn, pauvre Obiwan, pauvre Windu. Les seigneurs Siths, de Sidious à Comte Dooku et Anakin doivent bien rigoler de voir Mickey au pouvoir de l'Empire Galactique. SI les "midichloriens" existent un fan sera créé et rétablira l'ordre dans la force et surtout dans ce nouvel univers bâcler. IL sera l'élu pour refaire la Saga Star wars et sera donc pour moi le vrai "Réveil de la Force" ! Entrons dans les détails : Le Personnage de Rey : spoiler: Elle est vendue par des parents ferrailleurs contre de l'eau ?? j’espère que j'ai mal compris, parce-qu'après 2 ans d'attentes si c'est la réponse a nos questions sur Rey ils se foutent de notre gueule ! Et Snoke : J’espère avoir mal entendu ou bien je n'ai pas écouté le film tellement j'étais déçu, spoiler: que je ne sais même pas qui c'est ! il vient d'ou ? un ancien Sith? Jedi ? c'était le maitre de Dark Sidious ? svp dites moi que j'ai mal compris le film... Et puis le comble Snoke spoiler: et sa mort ! mais j'ai regardé les gens autour de moi... j'avais envie de me barrer de la salle ! Je défendais l'épisode 7 pour dire que ce n'est qu'un film pour mettre les pions en place etc j'ai été tenté par le coté obscur de défendre cette SAGA dsl maitre Yoda d'avoir été tenté, mais je reviens dans la lumière et vais rester dans l'univers star wars de l'Ep 1 au 6 FIN.
    Merzhin Hudour
    Merzhin Hudour

    Suivre son activité 10 abonnés Lire ses 5 critiques

    1,0
    Publiée le 23 décembre 2017
    Tout d'abord je voudrais dire un grand bravo à Rian Johnson, et lui accorder une réussite magistrale : d'un inconnu du milieu cinématographique ( son seul film un peu connu étant Looper ) dont quasiment personne ne connaissait le nom, il est devenu l'homme qui a ruiné Star Wars, son univers, ses personnages, ses complexités et ses questionnements. Comment ? En tournant tout l'héritage et l'histoire des films précédents en dérision, en faisant traîner le film autour de la course-poursuite la plus insensée et la plus longue et ennuyante de l'histoire du cinéma. Dès les premières minutes, on à le sentiment d'être dans un mauvais sketch pour ado pré-pubère, avec un gag qui ferait sourire à moitié s'il n'était pas aussi peu crédible et inutile. Ensuite, on a un personnage, Poe Dameron, qui est une tête brûlée capable de descendre des dizaines de chasseurs et de turbo-laser à lui seul; et de repartir comme si de rien n'était. De nouvelles escadrilles poursuivent les rebelles tentant de s'échapper, menées par Kylo Ren, qui est un as du pilotage du jour au lendemain, mais alors qu'ils pouvaient éliminer toute la résistance en quelques assauts de chasseurs, ils sont rappelés sur leurs vaisseaux, parce que bon ce serait dommage qu'ils tuent tous les gentils quand même. Le traitement des personnages, et leur développement, que ce soit les anciens héros des précédents films ou les nouveaux personnages introduits, est totalement inexistant. On leur donne des missions sans intérêt qui ne portent jamais fruit, on donne à Luke Skywalker un texte et des scènes dans lesquelles il est aussi utile qu'il l'était durant l'épisode 7; c'est à dire qu'il ne sert à rien. On à l'impression que Rian Johnson n'avait qu'une idée en tête : détruire tout ce qui avait été bâti avant, que ce soit dans la première trilogie, dans la prélogie, ou dans l'ép.7. Et il le fait magistralement bien, en annihilant d'un coup de baguette magique les mystères liés au précédent film. Les origines de Rey ? Inexistantes, c'est une simple fille de ferrailleurs. Le Suprème Leader Snoke, surpuissant dans la Force sans que l'on sache pourquoi ni comment, se fait tuer en 2 secondes, de la façon la plus détachée et bâclée possible, ça évitera d'avoir à inventer une histoire et des motivations. Finn, qui partageait l'écran avec Rey une bonne partie du temps et avait avec elle une connexion intéressante, se retrouve ici à faire de la figuration, dans des scènes et un décor de casino qui fait plus penser au 5è élément ou à casino royale qu'à un environnement de star wars, et toute la séquence dans laquelle notre jeune balayeur part à l'aventure afin de sauver la résistance du premier ordre, se finit par une défaite critique, et au final, à la fin du film, on se rend compte que tout ce qu'auront fait les héros n'aura servi à rien. La recherche du dernier Jedi qui était la trame principale du réveil de la Force ? On s'en fiche, il s'en fiche, il ne sera pas le maître de Rey et ne lui enseignera rien, de toutes façons, elle n'en à pas besoin de formation. De gag en gag, et de scène improbable en scène mignonne et rigolote pour enfants de 3 à 12 ans, le spectateur est entraîné dans des évènements sans portée émotionnelle, sans enjeu, sans réel conflit. On le ressent, car pendant tout le film, la résistance pourrait être écrasée en 5 minutes, mais non, le Premier Ordre reste derrière eux à les regarder tenter de s'enfuir. Que ce soit Poe, Finn, Rey, Luke ou tout autre personnage, ils ne font que subir leur sort sans broncher, en tentant de se dépatouiller tant bien que mal mais sans jamais réussir à quoi que ce soit. On pourrait tout aussi bien être dans un film de Jackie Chan dans l'espace, avec des scènes d'actions sans queue ni tête qui s'enchaînent maladroitement. On a également le droit au retour de Yoda, enfin de quelque chose qui lui ressemble de loin, parce que ni son visage, ni son caractère, ni son attitude ne collent au personnage que l'on connait. Et la seule raison pour laquelle il apparaît, c'est pour dire à Luke ( qui mourra très peu de temps après, comme quoi c'était indispensable que Yoda vienne lui faire la leçon) que l'important n'est pas que sur des vieux écrits reposants dans des temples, ou quelque chose du genre. En somme, il a passé 900 ans à s'instruire, et à former des Jedi, pour rien, car il n'y à plus besoin de formation, de connaissances, ni de pratique pour être un champion de la Force et vaincre le Côté Obscur. On à l'impression que le héros de la Rébellion qui a détruit l'étoile noire, sauver Han des mains de Jabba, et souffert des éclairs de l'empereur jusqu'à ce que son père se décide à intervenir, n'est plus qu'un alcoolique terne et détaché, qui pourrait regarder des familles se faire assassiner par le premier ordre sans broncher, puis repartir traire un animal étrange afin d'avoir son lait; Et tout cela parce qu'il n'a pas réussi à former UN élève ? Obi-Wan a créé Dark Vador, et pourtant il a continué à lutter. Yoda n'a pas pu empêcher l'empereur de prendre le pouvoir, pourtant dès qu'il en à eu l'occasion il a fait tout ce qui était en son pouvoir pour réparer ses erreurs. C'est d'autant plus illogique et incompréhensible quand on part du principe que, comme on le voit dans un flashback de l'ép 7, c'est lui qui a donné à R2D2 le morceau de carte nécessaire à sa localisation. Pourquoi donner à Leia et la résistance un moyen de le retrouver, si ce n'est pas pour chercher sa rédemption en réparant ses erreurs ? Si tu veux mourir seul, coupé du monde, sans que personne ne le sache, tu ne laisses pas une carte avec écrit "je suis ici" aux personnes qui remueraient ciel et terre pour te revoir, et qui plus est ont désespérément besoin de ton aide. Ce très - trop - long film nous fais donc voir tantôt de l'incohérence, tantôt du n'importe quoi ( Leia qui survit à l'explosion de la passerelle de commandement d'un croiseur sans une égratignure, puis vole dans l'espace rejoindre un sas d'entrée), tantôt du réchauffé avec des blagues copiées directement dans un des épisodes précédents, mais en version plus lourdes, faisant grincer des dents et s'approchant parfois plus de Benny Hill qu'autre chose. Disney sait y faire avec les licences, et que ce soit Marvel ou Star Wars, l'important n'est pas d'écrire une histoire qui tient la route, ou qui fasse vibrer le spectateur, mais simplement de faire rire de tout et n'importe quoi, sans but, sans continuité entre les divers volets. En fait, quand on y réfléchit, ce film est un genre de stand-alone. Il s'affranchit de tout ce qui avait été fait, dit, ou établi auparavant, et il plaira bien plus à quelqu'un qui n'a jamais vu un star wars de sa vie qu'à n'importe quel fan, car il n'y à besoin d'aucune information pour le comprendre, ce n'est qu'un enchaînement de pitreries et de personnes luttant contre des forces contre lesquelles ils ne peuvent rien, et d'ailleurs il ne sont pas tellement sûrs de vouloir y changer quoi que ce soit, ils ont aussi peu de conviction que ce pauvre Luke, ou Kylo ren lorsqu'il tue son sombre maître. Les seules scènes émouvantes du film sont celle où Luke pénètre discrètement dans le Faucon Millenium, saluant son ami Han tué, et le même Luke en compagnie de R2D2 lui montrant un hologramme de Princesse appelant Obi-Wan Kenobi au secours. Peu importe à quelle action ou quel discours les héros prennent part, on sait qu'ils ne courent aucun danger puisqu'ils sont les personnages nouvellement introduits dont on ne sait presque rien, si ce n'est qu'ils doivent faire d'autres films et être les nouvelles têtes d'affiche, donc ils ne peuvent pas mourir. Rian Johnson est sans doute le plus grand Seigneur Sith de toute la galaxie, car en seulement 2h30 il aura détruit plus de 30 ans de rêve, d'émotion, d'aventures extraordinaires, et de symbolique. Je n'ai jamais été autant déçu en sortant d'un cinéma, et si le réalisateur et Disney cherchaient à faire de la nouveauté, il est certain que c'est en partie réussi, laissant un sentiment de vide scénaristique et émotionnel tout nouveau en effet. Star Wars représentait la lutte du bien contre le mal, la quête initiatique d'un héros, l'opposition entre l'homme et la machine, la philosophie et l'idéologie qui séparait les personnes créant de grandes choses des semeurs de chaos qui ne cherchent que le pouvoir et la destruction, mais dans les Derniers Jedi, il n'y à plus de réflexion, plus de bien et de mal, tout le monde court à droite et à gauche sans raison, sans but précis, sans finalité, sans trop savoir s'ils ont tort ou raison, pour au final effectuer des tâches toutes aussi inutiles les unes que les autres. Et, clou du spectacle, la fin du film nous offre la meilleure scène de tous les temps, dans laquelle Rey, la championne Jedi qui n'a jamais reçu de formation ni appris à utiliser la Force, sauve les 5 derniers clampins de la résistance en faisant léviter des centaines de cailloux, chose que même Luke Skywalker avait bien du mal à réaliser même avec de l'entrainement et un lien avec la Force que seule sa famille possède. Et cette joyeuse petite bande de survivants, passés de l'autre côté d'une base encerclée et sous les feux de toutes les troupes du Premier Ordre, arrive à s'échapper sans encombre de la planète, au nez et à la barbe de toute la flotte et de toutes les troupes au sol, alors que les méchants possèdent toujours une technologie sortie tout droit d'un cheat code de jeu vidéo permettant de suivre n'importe quel vaisseau dans l'hyperespace. Mais, après tout, pourquoi voudraient-ils suivre le seul vaisseau de la Résistance ayant réussi à échapper à leur assaut ? Surtout s'il à la seule personne pouvant s'opposer à Kylo Ren à son bord, ce serait dommage de le détruire ...il n'y aurait plus de quoi faire une suite !
    rogerwaters
    rogerwaters

    Suivre son activité 86 abonnés Lire ses 1 089 critiques

    1,0
    Publiée le 13 janvier 2018
    L’épisode précédent signé JJ. Abrams n’était pour mémoire qu’un copier-coller de l’épisode 4 et n’avait donc aucune espèce d’intérêt puisqu’il nous présentait de nouveaux personnages fades et sans saveur. On se disait que l’on ne pouvait pas faire pire et bien on se trompait largement. Rian Johnson, qui avait pourtant réussi son Looper, vient de nous livrer l’un des pires épisodes d’une saga décidément pas fameuse si l’on excepte les trois volets des années 70-80. Ici, le syndrome du post-modernisme vient encore de frapper. Puisque les auteurs n’ont pas l’ombre d’une idée, ils enrobent le tout dans un humour censément cool qui ferait office d’écriture. Y a-t-il encore un scénariste compétent à Hollywood ? Le film déploie pendant 2h30 une intrigue tenant sur un ticket de métro. Rien ne tient la route et l’ensemble s’évertue même à se moquer de l’univers créé par Lucas. Pire, tous les acteurs sont mauvais, nos vieilles gloires en tête. Carrie Fisher est souvent ridicule, Mark Hamill surjoue et son personnage de Luke ne sert à rien. Quant à la jeune génération, ils ont le charisme de bulots (la pire étant l’asiatique balancée là uniquement pour séduire le marché chinois). Quelques jolies séquences (celle sur la planète de sel) ne parviennent pas à sauver l’ensemble du naufrage. C’est la première fois que je m’ennuie franchement durant un film de la saga.
    NicoDino
    NicoDino

    Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 13 critiques

    0,5
    Publiée le 23 décembre 2017
    J’ai préféré laisser passer quelques jours entre ma séance et ce post. Je vois que beaucoup de quadragénaires comme moi on décidé de faire leur premier commentaire à la sortie de ce film. Donc je ne rajouterai que quelques mots : Pour moi le prochain SW9, ce sera dans mon fauteuil, devant ma télévision et pas au cinéma. Je ne donnerai pas 1€ à Disney, le fossoyeur de cette magnifique saga. J’espère que l’enfant rêveur qui est en moi ne prendra pas le dessus pour m’y traîner avec encore un espoir de voir le niveau remonter.
    Paulo W
    Paulo W

    Suivre son activité 35 abonnés Lire ses 272 critiques

    2,0
    Publiée le 13 décembre 2017
    Mes amis... mais quelle déception... et dieu sait que je suis un fan absolu de star, même quand c'est pas terrible, mais là... je ne me suis jamais autant ennuyé qu'en regardant "the last Jedi".... Je n'ai rien trouvé de bon... si, à part snoke qui est le plus réussi et le plus flippant... sinon le reste... ça vole pas haut. ça part dans tous les sens, ça va sur une situation, une autre, ça revient, ça repart, c'est bourré d'invraisemblances, d'incohérences, de non-sens, de musiques bien trop fortes et dérangeantes et enfin de longueurs qui vous font décrocher du film et penser à votre liste de course. Je suis tellement déçu. Les blagues sont téléphonées à mille kms, lourdes parfois... tellement prévisibles, et des combats où tu de demande pourquoi ils n'utilisent pas leurs pouvoir ( on est dans star Wars quand même ! ). Bref, ça a perdu de son sel, de son essence... ils ont réussis à perdre la sève d'une saga culte... je ne me suis pas senti dans l'univers star Wars. ça manquait de noirceur... de sérieux... pas crédible quoi. Pas cool.
    CaptainMCU
    CaptainMCU

    Suivre son activité 18 abonnés Lire ses 12 critiques

    2,5
    Publiée le 9 mai 2018
    Ca me fait mal de dire ça, mais j'ai pas été hyper emballé... Avis avec spoilers : spoiler: Visuellement, c'est encore une fois top, il y a des plans magnifiques (je pense à la charge des vaisseaux pourris de la Résistance vers la fin qui laissent des traînées rouges). Ensuite, je veux absolument l'espèce de petit pingouin qui vit sur l'île où Luke a trouvé refuge :) Et l'apparition de Yoda, pour le fan service et rien d'autre, m'a beaucoup plu, j'ai apprécié qu'ils aient gardé le look marionnette ! Autre chose que j'ai apprécié : comment le scénario a remballé tous les geeks qui s'étaient amusés à établir des théories pas possible sur les origines de Rey, et qui est Snoke ! Ils en avaient oublié l'essentiel : ce sont de nouveaux personnages, pas besoin d'aller chercher bien loin ! Donc là, on remballe toutes ces théories : Snoke était un vilain méchant sorti de nulle part et crève, et Rey était fille de simples ferrailleurs ! Mais le gros souci de ce film, c'est l'accumulation de faux-espoirs. Bon, je vais donner les 2 premiers qui sont personnels : nous faire croire à la mort de Finn lorsqu'il choisit de se sacrifier. La scène était très belle, et j'étais content de voir disparaître un personnage qui ne me plaisait pas. Finalement, il est sauvé in extremis par Rose, nouveau personnage qui m'a gonflé tout le long du film, c'est tout ce que je peux détester chez un personnage dans ce genre de film : cucul, niais, chiant, inutile... Donc, je me suis dit Finn n'est pas mort, mais c'est un mal pour un bien, car l'autre y est passée ! big_smile Et finalement apparemment non. Zut. Ensuite, une scène que j'ai adoré, c'est lorsque Leia subit l'explosion et se retrouve dans l'espace. Et là, j'ai clairement cru à sa mort, la scène était réussie, totalement inattendue et choquante. Et je me disais, voilà les scénaristes ont trouvé la solution pour l'épisode 9 maintenant que Carrie Fisher est décédée. Et franchement, encore une fois, ça aurait pu faire une mort très réussie ! Mais finalement non, 30s plus tard ça part en wtf, avec Leia qui réintègre le vaisseau on ne sait trop comment. Vraiment dommage. Ensuite, autre scène qui m'a agréablement surpris, c'est la mort de Snoke ! Car quand je voyais Kylo user de la force pour prendre le sabre bleu, je pensais que c'était pour le donner à Rey, et de voir que c'était finalement pour décapiter Snoke, j'ai trouvé ça surprenant et réussi. Puis, je me suis dit "du coup pour l'épisode 9, qui va être le grand méchant ?". C'est vrai, Kylo semblait avoir bien choisi son camp ! Et là encore, ça retombe à plat, c'est frustrant. Kylo ressort le speech ultra connu et déjà entendu du "ensemble nous serons plus puissants, blablabla..." Je me suis dit "tout ça pour ça ?". De plus, Kylo est un méchant manquant clairement de charisme ! Avec 36 000 retournements de situation comme ça, on croirait voir Loki dans les films Thor. Quant à l'humour très présent, ça ne m'a quasiment pas dérangé car il est bon. Disney prend l'habitude de caser de l'humour parfois quand il n'en faut pas (Thor Ragnarok)... Mais il y a un moment qui a tout gâché, c'est lorsque Rey donne le sabre à Luke pour faire suite à la fin de l'épisode 7, fin magnifique. Et avec ce gag de Luke qui jette le sabre en mode balec, ça m'a tout gâché. Je ne pourrai plus voir la fin du 7e épisode de la même façon. Mais la grande et immense déception et fausse joie reste le duel de sabres lasers. Parce qu'il se fait clairement attendre ce duel pendant tout le film qui contient parfois quelques longueurs... On commence même par ne plus y croire ! Et finalement, le moment que j'attendais depuis bien longtemps : Luke revient pour un duel au sabre laser !! Et cette entrée en scène est tellement badasse et magnifique ! Eh bien c'est finalement gâché par un duel quasiment absent, où il ne se passe rien, aucune chorégraphie, ils se donnent à peine 3 coups de sabre et point. Cependant, la façon dont Luke quitte la saga est vraiment très belle. Pour conclure, j'ai passé un bon moment, mais ce n'est pas ce que j'attends devant un Star Wars qui représente à chaque fois beaucoup d'enjeux, et là ce film m'a fait l'effet d'un pétard mouillé.
    Arnaud P.
    Arnaud P.

    Suivre son activité 10 abonnés Lire ses 7 critiques

    0,5
    Publiée le 11 avril 2019
    Il y a des fois où l'on sort déçu du cinéma, cela peut arriver mais en sortant de la projection de ce film le mot déception n'est plus de mise. Ce film est juste une aberration. Un scénario hyper bancal. Un humour mal placé. Bon sang on va voir star wars! Star Wars n'est pas une comédie!! Un rejet total de tout ce qui a été construit avant. Des passages hyper gênants. Je pense notamment à la princesse Leia en mode Mary Poppins dans l'espace. Non mais WTF!!!! Et des passages comme cela le film en est truffé... Il y a tellement de points négatifs que les quelques réussites comme la magnifique bataille d'introduction passent au second plan. Quel déception! Quel navet... Pourtant Disney m'avait comblé avec Rogue One. Une lueur d'espoir pour la suite?
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top