Mon AlloCiné
  • Mes amis
  • Mes cinémas
  • Speednoter
  • Ma Collection
  • Mon compte
  • Jeux
  • Forum
  • Déconnexion
Ex Machina
note moyenne
3,9
5962 notes dont 434 critiques
9% (41 critiques)
42% (183 critiques)
33% (142 critiques)
10% (43 critiques)
4% (19 critiques)
1% (6 critiques)
Votre avis sur Ex Machina ?

434 critiques spectateurs

Marceau G.
Marceau G.

Suivre son activité 275 abonnés Lire ses 365 critiques

3,5
Publiée le 04/06/2015
Titre latin pour film de SF peu commun. Ecrit et réalisé par Alex Garland, scénariste de "La Plage" et "28 jours plus tard" notamment, "Ex Machina" traite d'intelligence artificielle et s'inscrit dans la lignée des long-métrages sur le sujet, comme "A.I.", "2001 : l'Odyssée de l'Espace", "Blade Runner" ou encore "Her". Mais le film sort des sentiers battus par le genre et se démarque des références citées plus haut grâce à un scénario des plus originaux, à une morale philosophique plutôt tacite, et à un fort parti pris esthétique. Vous me direz, "2001" fait lui aussi assez fort dans le tacite et le philosophique ! Pour bien analyser "Ex Machina", il faut dissocier la forme du fond. Commençons par le plus simple, la forme. Alex Garland situe son histoire en huis-clos. Ainsi, dès lors que le héros arrive dans le bâtiment, on se sent confiné, oppressé et surtout intrigué par tous les mystères que cachent cette baraque et son douteux propriétaire. Parce que, oui, chose importante, le récit est à la première personne (dans le sens où le regard du spectateur évolue en même temps que celui du personnage principal). La mise en scène, feutrée, va de pair avec le style, ultra-moderne, de la maison dans laquelle on est enfermé. Les cadrages, souvent parfaitement symétriques, accentuent cette impression d'idéal et d'ambivalence. Les comédiens sont excellents, et particulièrement Oscar Isaac, qui campe un personnage ô combien ambigu auquel il est impossible de s'attacher. Dans "Ex Machina", il est question, donc, d'intelligence artificielle, de machine, mais surtout de Dieu et de l'Homme. Comme dans la formule latine Deus Ex Machina ("Dieu issu de la machine") dont le titre s'est inspiré. Proverbe théâtral des plus métaphoriques (comme bon nombre de proverbes), ce groupe de mot n'a a priori rien à voir avec nous. Sauf que si, en fait. Car si Dieu a créé l'Homme (ce qu'on est en droit de remettre en question), c'est l'Homme qui a créé la Machine. Mais l'Homme ne devrait pas se prendre pour Dieu... Le propos de ce film est justement de remettre tant en question la "machine" que l'Homme lui-même. "Ex Machina" soulève quantité de questions passionnantes, de sujets d'actualités, et si on regrette parfois la simplicité des ficelles scénaristiques, ou une esthétique un poil trop mise en avant, le premier film d'Alex Garland est un métrage très séduisant.
T-rhy
T-rhy

Suivre son activité 44 abonnés Lire ses 280 critiques

5,0
Publiée le 05/06/2015
Ex machina.... L'un des 10 films que j'attendais le plus en salles cette année. Bien souvent après le visionnage d'une bande annonce, on ressent un léger frisson d'excitation dû aux sentiments confus de découverte, de surprise, et d'anticipation qu'on a ressenti durant les quelques minutes qui viennent de s'écouler. Après avoir vu le 1er trailer officiel de Ex machina il y a 7 mois, je me suis surpris à ressentir les mêmes picotements légers que j'avais connu quand pour la première fois j'ai regardé Ghost in the Shell. Je me suis dit : enfin un vrai bon nouveau film d'anticipation sur l'intelligence artificielle. Un nouveau venu qui a l'originalité d'user des règles du bon vieux thriller à huit clos pour développer les thématiques inhérentes à ce formidable concept de la science-fiction. Et quel meilleur titre que Ex machina, expression dérivée du latin Deus Ex machina, signifiant littéralement "Dieu issu de la machine". L'imagerie s'annonçait léchée et intéressante dans ses possibilités de plans fixes comme mobiles à cause des contraintes du huit clos justement. Les acteurs principaux sont loin d'être des débutants (Oscar Isaacs et Domnhall Gleeson en tête). 1er film d'Alex Garland après avoir officié en tant que scénariste des années durant auprès de la crème (dont Danny Boyle). Bref, je l'attendais ce film, et...... Quel bonheur de ne pas avoir été déçu. Ex machina est une réussite. Visuellement le film impose un ton sobre, à la fois propre et glauque. Absolument tous les plans sont pensés pour servir la narration. Une narration très lente dans laquelle on évolue en même temps que les protagonistes. Les dialogues sont excellents. Intelligents, subtils et réfléchis. Garland a vraiment bien assimilé son univers et ses enjeux. La dernière fois que la retranscription d'une réalité m'avait autant marqué, c'était dans HER. Un monde aussi cohérent qu'il est beau et troublant. La bande son est impeccable et sert merveilleusement chaque scène. Elle n'est pas mémorable, mais réussi superbement à s'imposer et faire corps avec ce qui se déroule sous nos yeux. On sait qu'un thème est réussi quand celui-ci sait se faire oublier, puis réapparaît sans que l'on en ait réellement pris conscience. Le scénario est bon et très bien écrit, surtout dans ses dialogues. Pour peu que l'on pousse plus loin la réflexion on se retrouve à trouver des répliques pour continuer chacune des discussions entre les personnages. Après avec tout autant de recul, il est facile de voir venir les twists et retournements de situations, mais ce serait occulter ce qui fait réellement la saveur de ce film. Plus que la destination, c'est le voyage qui est succulent. L'évolution des trois personnages que l'on suit dans ce huit clos. En parlant des personnages, ils sont brillamment interprétés. Oscar Isaacs est toujours aussi impressionnant. Il interprète ici un Steve Jobs alcoolique au physique de Tom Hardy et à l'intellect et psychologie bien plus intéressante. Domnhall Gleeson est tout aussi bon. Dans un registre plus en retenu, son personnage est au abords plus simple, mais se révèle tout aussi complexe et travaillé. Et Alicia Vikander explose carrément l'écran. Un jeu tout en sensibilité mais à la force impressionnante. Une vrai révélation. Bref, un coup de coeur. Ex machina n'est pas une révolution, ou une approche révolutionnaire du thème de l'intelligence artificielle, mais simplement un film diablement intelligent qui prend son temps pour divertir intelligemment son audience. J'en veux plus des films comme ça.
lhomme-grenouille
lhomme-grenouille

Suivre son activité 951 abonnés Lire ses 3 064 critiques

3,0
Publiée le 07/06/2015
Bon, au moins c’est propre, c’est sobre, c’est précis, et j’ai envie de dire que c’est déjà ça de pris. A une époque où on considère la plupart du temps la science-fiction comme un simple prétexte à un déluge d’effets numériques qui ne mérite même pas un scénario un temps soit peu vraisemblable, je dois bien avouer que j’apprécie tomber sur un « Ex machina » comme celui-là, que j’aurais presque envie d’ailleurs de qualifier de « fait à l’ancienne ». Alors certes, pour ceux qui se sont déjà risqué à voir des films qui parlent de robotique, rien de véritablement nouveau non plus. Les questionnements sont connus, les thématiques aussi : dans sa démarche et son atmosphère, le film m’a d’ailleurs souvent fait pensé au récent « Eva »… Du coup difficile de se laisser surprendre. Mais bon, l’intrigue a au moins cette intelligence de poser davantage le mystère sur les motivations des personnages humains que sur le personnage cybernétique, ce qui permet d’appuyer la faible dimension SF sur une dimension thriller plus intéressante. Et puis bon voilà : la réalisation d’Alex Garland est très sobre, les caméras bien posées, la lumière impeccable, l’ambiance bien travaillée et sophistiquée et il n’y a franchement rien à redire sur l’interprétation du trio Gleeson – Isaac (méconnaissable) – Vikander. En somme, à défaut d’avoir été capable de me transcender, et malgré quelques incohérences (spoiler: pourquoi Caleb reste-t-il bloqué à la fin alors que justement il avait débloqué toutes les portes ? Mystère... ), je trouve que cet « Ex machina » fournit un spectacle honnête, qui fait le job, sur un créneau qui en plus est, à mon goût, trop peu occupé. Donc pourquoi s’en priver ?
Boomster
Boomster

Suivre son activité 29 abonnés Lire ses 250 critiques

5,0
Publiée le 30/05/2015
Magnifique. Ex Machina a réussi à me bluffer du début à la fin sans que je ne puisse lui reprocher quoi que ce soit. On passe par l'émerveillement, le malaise, le dégoût, l'humour, le suspense, le WTF, la surprise, la tristesse, l'héroïsme et la joie. Tant d'émotions présentes envoyées au spectateur avec un tel brio qu'on ne peut rester insensible face à ce bijou cinématographique. Sans rappeler la série Black Mirror, Ex Machina pose un regard fort intéressant sur l'image que l'Homme a de la machine ; ainsi que l'image que la machine pourrait avoir de l'Homme. Moralement implacable, techniquement parfait, mené par seulement quatre acteurs au casting et riche de dialogues longs, rythmés et intelligents ; Ex Machina est un film qui vient de me marquer et qui entre directement dans la liste de mes films préférés. Foncez.
PèreVinyard
PèreVinyard

Suivre son activité 15 abonnés Lire ses 47 critiques

4,5
Publiée le 16/01/2016
: Comment ai-je pu passer à côté de ce film monstrueux ? Ex Machina raconte l’histoire de Caleb, 26 ans, employé dans l’une des plus grosses entreprises d’informatique au monde. Il gagne un concours pour passer un séjour d’une semaine dans un lieu isolé en montagne appartenant à Nathan, le PDG de l’entreprise. Le but du séjour pour Nathan est de pratiquer le test de Thuring face à une intelligence artificielle (Ava) pour déterminer si cette machine possède, ou non, une conscience. J’ai beaucoup aimé ce film pour son esthétique folle que ça soit à l’intérieur ou l’extérieur. Bien que Nathan se trouve dans un lieu sauvage magnifique, celui-ci préfère rester à l’intérieur ce qui nous prive, en tant que spectateur, d’un cadre de sérénité pour rester enfermer dans ce fameux bunker qui renforce en nous un sentiment d’inquiétude et de non-liberté. Ex-Machina est un film qui nous secoue et qui cherche à nous sortir de notre zone de confort. Nous rentrons dans le personnage de Caleb, une personne lambda ne connaissant rien à toute cette technologie, nous ressentons ces émotions et ses doutes. C’est l’un des meilleurs films de 2015 incontestablement. Les acteurs sont excellents (Oscar Isaac est vraiment inquiétant), la BO est dingue mais surtout une esthétique incroyable. Bref, un film à voir.
SRSL
SRSL

Suivre son activité 77 abonnés Lire ses 560 critiques

4,0
Publiée le 04/06/2015
L'idée de l'homme devenant Dieu en créant un être de toute pièce l'imitant à la perfection existe depuis la nuit des temps et nous en avons déjà eu maintes versions. "Ex Machina" aborde ce sujet avec la création d'un intelligence artificielle parfaite. Tout se déroule en huit-clos dans une demeure très sophistiquée en pleine nature où un jeune programmeur se voit confier la tâche de faire subir le test Turing à une machine pour savoir si elle possède une conscience et donc une intelligence artificielle. L'histoire tient debout et suit le développement classique de ce sujet. Même si on se connait les tenants et les aboutissants qui n'ont pas vraiment de surprises, certains revirements de situations sont très bien trouvés et nous font douter. Il y a beaucoup de références bibliques (les noms des personnages, la nature très présente qui peut être comparé au Jardin d'Eden) et au mythe de Prométhée, ce qui ajoute une dimension mystique au film. La réalisation est impeccable. Les superbes images sont très léchées et collent parfaitement au sujet et aux somptueux décors. Les acteurs sont très convaincants, surtout Oscar Isaac en génie alcoolique. Un film de plus qui nous pose la question : doit-on vraiment créer une intelligence artificielle ? Car à en voir chaque version, l'homme n'est jamais gagnant.
Puce6386
Puce6386

Suivre son activité 391 abonnés Lire ses 1 074 critiques

3,5
Publiée le 06/06/2015
Un film de science-fiction intrigant qui prend place dans un centre de recherche scientifique isolé. Une réalisation qui bénéficie d’une atmosphère mystérieuse et tendue, d’une mise en scène épurée, de décors modernes, froids et minimalistes, et d’un propos pertinent. Le triangle de protagonistes, quant à lui, empreint d’une troublante ambiguïté, captive. Un huit-clos intelligent, raffiné et sobre qui parvient à se démarquer malgré une thématique déjà largement abordée au cinéma !
7eme critique
7eme critique

Suivre son activité 115 abonnés Lire ses 2 774 critiques

4,0
Publiée le 20/05/2015
L'intelligence artificielle continue son ascension dans le cinéma ! Ce sujet tellement attrayant, vient de trouver avec "Ex machina", l'un de ses meilleurs traitements. Bien loin de la niaiserie du "A.I. : Intelligence artificielle" de Steven Spielberg ou encore de la facilité du "Chappie" de Neill Blomkamp, Alex Garland tente lui-aussi l'aventure technologique, avec ce premier film, et réussit haut-la-main son entrée dans le cinéma en tant que metteur en scène. Cependant, bien que les bases nous aient facilement conquis, le côté thriller à suspens ne relèvera pas d'une écriture impressionnante. En effet, la curiosité se met en route, et le doute s'installera tout naturellement face aux intentions mystérieuses de chaque parti, laissant présager une intrigue complexe et bien rodée... Tout était présent pour nous apprêter à découvrir un final bluffant, à la hauteur de son concept...Final il y aura ; bluffant, pas vraiment (n'espérez pas tomber à la renverse). Un premier film extrêmement prometteur tout de même. Le sujet, les dialogues, l'atmosphère et la prestation d'Oscar Isaac, rendront la chose captivante. On en viendra même à regretter la courte durée du film...une heure de plus n'aurait pas fait de mal.
Mapofparis
Mapofparis

Suivre son activité 18 abonnés Lire ses 351 critiques

4,0
Publiée le 08/06/2015
L'intelligence artificielle en première ligne de Ex Machina, histoire en huit clos confrontant un scientifique face à un androïd doué de pensée. Scénario brillant, mise en scène tout en lenteur, émotions diverses pour un film très réussi et pas très mis en avant.
pierrre s.
pierrre s.

Suivre son activité 39 abonnés Lire ses 2 392 critiques

4,0
Publiée le 08/06/2015
Un scénario diablement efficace, et très référencé, une mise en scène sombre et stylée, et un "message" général qui peut faire froid dans le dos. Voilà ce qu'est EX-Machina, un excellent film de S.F.
traversay1
traversay1

Suivre son activité 484 abonnés Lire ses 3 039 critiques

3,0
Publiée le 08/06/2015
Alex Garland n'est pas un inconnu. Romancier brillant, scénariste malin (La plage mais surtout Never let me go), son passage à la mise en scène était inéluctable. Ex Machina est à la fois original et infiniment prévisible dans cet univers de SF qui n'est au fond qu'une adaptation moderne et astucieuse du mythe de Frankenstein. Ecrivain, Garland n'a pu s'empêcher de truffer son film de dialogues qui, dans un contexte de huis clos, en font un film plus théorique que spectaculaire nonobstant des effets spéciaux parcimonieux. Ce n'est pas un reproche, la cérébralité d'Ex Machina est au contraire stimulante, il est simplement dommage que l'histoire devienne assez vite limpide avec son suspense un peu éventé. On imagine que le réalisateur aurait voulu donner une dimension poétique voire onirique à son récit. De ce côté là, il aurait fallu un talent supplémentaire à Garland qui est avant tout un littéraire. L'interprétation d'Oscar Isaac, largement au-dessus de ses petits camarades, déstabilise le film autant qu'elle le rehausse. C'est finalement un sentiment mitigé qui prédomine. Et si c'était l'audace qui manquait le plus à Ex Machina ?
alice025
alice025

Suivre son activité 496 abonnés Lire ses 924 critiques

4,0
Publiée le 09/06/2015
Un film sur l'intelligence artificielle mais contrairement à ce que l'on pourrait penser, celui-ci est raconté d'une manière et d'une approche très différente des films qu'on a pu déjà voir. Un scénario très intelligent et subtil, une mise en scène lente dans un lieu assez étouffant. L'homme a crée la machine, mais la machine peut parfois se rebeller contre son créateur ou devenir plus intelligente que lui. Ce film fait beaucoup réfléchir sur la place des machines dans l'avenir, est-il bon de vouloir créer une intelligence artificielle ? Le trio d'acteur est parfait, chacun est à fond dans son rôle. Et la petite scène de danse d'Oscar Isaac est culte. Mais bref, un sujet vraiment intéressant qui donne envie de débattre.
Mondocine
Mondocine

Suivre son activité 60 abonnés Lire ses 292 critiques

4,0
Publiée le 27/04/2015
Thriller captivant et drame scientifique pas loin de la fable existentialiste, comme si "Mondwest" rencontrait les origines de la série "Battlestar Galactica", "Her", "Blade Runner" et "2001 L’Odyssée de L’espace", Ex-Machina creuse avec acuité son sujet et ses possibilités, en réussissant ce tour de force impressionnant, de baigner dans un suspens maîtrisé où l’on se retrouve suspendu à chaque mot, chaque geste, à chaque échange, chaque regard, avec cette étrange sensation en prédominance, que tout peut arriver, que toutes les directions peuvent devenir une issue possible, plausible, et édifiante. En cela, Ex-Machina rappelle un autre tour de force cinématographique improbable, "The Man from Earth" de Richard Schenkman. Ou comment mettre une petite poignée de personnage dans un lieu replié sur lui-même, et de tenir en haleine le spectateur, seulement à la force des discussions qui animent et entretiennent un suspens incarné par l’atmosphère qui jaillit des affrontements psychologiques déployés par le sens né de ces conversations. De la grande SF intelligente que n'aurait pas renié Asimov. La critique complète sur Mondociné
Jean Culetat
Jean Culetat

Suivre son activité Lire ses 3 critiques

1,0
Publiée le 09/08/2015
Un film au synopsis prometteur mais très vite le film trouve son rythme mi-soporifique mi-intriguant avant de s'effondrer totalement à la fin. D'abord les clichés : le savant de génie devenu patron de multinationale et multi-milliardaire, le jeune informaticien prometteur, le super complexe de la mort ultra-sécurisé... spoiler: Ensuite il y a les moments tant attendus : les discussions avec l'intelligence artificielle. Déjà on peut se demander quel est l'intérêt de fabriquer une IA qui ressemble à l'intelligence humaine, ensuite on ne comprend rien aux explications scientifiques de la conception de l'IA et du corps artificiel, le génie s'avère en fait être un gros beauf obsédé sexuel, vulgaire et alcoolique, le jeune censé tester l'IA demeure en béatitude devant les charmes anorexiques du robot et se fait manipuler à la fois par son patron et à la fois par le robot. A un moment on croit un peu quand même au bon film : on se dit qu'il va se passer quelque chose de grand, qu'il va y avoir un rebondissement génial, et puis... non. C'est couru d'avance : le robot a envie de sortir et manipule le jeune pour pouvoir s'évader et puis tue son créateur. Fin du film. Quoi tout ça pour ça ? Au fait : le super complexe ultra-sécurisé s'avère en fait être d'une grande nullité puisqu'il suffit de voler le badge du savant pour ouvrir n'importe quelle porte et qu'il n'y a ni reconnaissance vocale ni faciale, et aussi le robot a visiblement été conçu pour être un génie en informatique ce qui est étonnant : on pensait que le projet du gars était surtout de ressembler à un être humain normal. A la fin on se dit qu'on s'est endormi et ennuyé pour rien. Le film est loin des autres sur le même sujet comme Blade Runner ou AI, très très loin des livres d'Asimov aussi, soporifique et inutile.
tixou0
tixou0

Suivre son activité 260 abonnés Lire ses 1 646 critiques

3,0
Publiée le 05/06/2015
"Nathan" (le latino Oscar Isaac) est une sorte de Howard Hugues 2.0. Ce précoce, génial et richissime concepteur du moteur de recherches le plus utilisé au monde ("Blue Book") vit en ermite (de luxe) dans une thébaïde située en pleine montagne, dans la seule compagnie d'une domestique japonaise à (vraiment) tout faire. Il y convie un de ses nombreux employés, le doué mais obscur "Caleb" - alias l'Irlandais Domhnall Gleeson, qui jouait avec son père Brendan dans "Calvary" (sous le prétexte d'un concours gagné par le jeune homme de 26 ans). Commence alors un huis-clos d'une semaine, au terme duquel Caleb devra avoir réalisé un "test de Turing" sur "Ava" (la Suédoise Alicia Vikander), un androïde féminin conçu par Nathan. Ce "Dr Frankenstein" de l'IA qu'est le fantasque milliardaire spoiler: (avec embranchement Barbe-Bleue - comme on le découvrira - même si l'ornement pileux de l'inventeur est plus conventionnel que dans le conte de Perrault, mais avec l'idée commune de pièce inaccessible...) a-t-il choisi le bon "deus ex machina", ou bien la créature Ava est-elle du genre à échapper à son créateur ? Une approche originale d'un sujet souvent traité en SF, celui de l'intelligence artificielle, que celle du Britannique Alex Garland, qui signe ici sa première réalisation (déjà, et encore, scénariste, et même romancier) ; mais un rythme sans doute exagérément lent, pour un propos philosophico-contemplatif pas toujours bien maîtrisé, gâche un peu l'agrément de cette découverte cinématographique....
Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top