Mon AlloCiné
Les Chiens errants
Anecdotes, potins, actus, voire secrets inavouables autour de "Les Chiens errants" et de son tournage !

Titre confondant

La traduction française du titre du film, Les Chiens errants, vient de la version internationale du titre, en anglais, "Stray Dogs", à ne pas confondre avec "Straw Dogs" (Les Chiens de paille en VF), de Sam Peckinpah. Le véritable nom du film est "Jiao you", ce qui pourrait se traduire par "Rencontres", et qui se rapproche alors plus de la volonté de Tsai Ming Liang à ne pas simplement raconter une histoire, mais d'illustrer des interactions sociales. Cependant, il y a bien une scène dans le film où une femme s'occupe de nourrir les chiens errants du quartier.

Reconnaissance

Récompensé du Grand prix du jury à la Mostra de Venise 2013, le film est aussi remarqué au festival du film de New York où il était notamment en compétition avec A Touch of Sin, du Chinois Jia Zhangke. Au festival des trois continents de Nantes de cette même année, il est sélectionné dans la catégorie hors compétition.

Acteur fétiche

Lee Kang-sheng a grandi devant la caméra de Tsai Ming Liang. Il a 21 ans lorsqu'il obtient son premier rôle, dans ce qui est également la première réalisation du cinéaste, le téléfilm "All the Corners of the World" (1989). Il joue par la suite dans tous les films de ce dernier, uniquement, à l'exception du rôle qu'il tient dans "Ordinary Heroes", de Ann Hui. Les Chiens errants marque sa treizième collaboration avec le réalisateur taïwanais.

Retour au bercail

Les Chiens errants ramène leur réalisateur à la ville de ses débuts, Taipei. Il y avait tourné Les Reblles du dieu néon, Vive l'amour, "La Rivière" et The Hole et se rattache de nouveau dans son dernier film à traduire la cinématographie de cette métropole, en jouant sur l'architecture et les hommes.

Influence philosophique

Le cinéaste dit avoir souvent pensé à cette phrase de Lao Tseu pendant le tournage de son film : "le ciel et la terre n'ont point d'affection particulière. Ils regardent toutes les créatures comme le chien de paille du sacrifice." (Tao Te King, chapitre 5). Les chiens de paille de Jaio You, ce sont ces abandonnés de la société, un père et ses deux enfants perdus qui doivent malgré tout tenter de vivre.

Les enfants abandonnés

Charles Tesson, historien du cinéma spécialisé dans la production chinoise, remarque dans une interview avec le réalisateur à quel point certains passages du film peuvent faire penser à La Nuit du chasseur, de Charles Laughton, avec Robert Mitchum. Seulement, les places seraient inversées, sans présence maternelle et le père tentant de protéger et non de détruire les enfants. Tsai Ming Liang acquiesce et ajoute qu'il s'agit d'un de ses films préférés du fait de l'attention portée à sa cinématographie.

Broadway attitude

Contrairement à ces derniers films, comme Visage, qui incluaient quelques chansons classiques chinoises ou des numéros chantés et dansés pour décharger l'atmosphère ambiante, le cinéaste n'ajoute aucune touche joyeuse et lyrique dans Les Chiens errants et se concentre sur le visage de son acteur Lee Kang-sheng.

Street art

La fresque paysagère dessinée au charbon sur un mur fatigué dans le film est un vrai dessin que découvrit le réalisateur pendant ses repérages pour les lieux de tournage. Les deux scènes filmées devant cette fresque sont les plus longues du film alors même qu'elles n'étaient pas prévues dans le scénario.

Acteurs premiers âges

Lee Yi-Cheng et Lee Yi-Chieh, les deux enfants du film, sont les neveux du personnage principal Lee Kang-sheng. Le cinéaste les connaissait déjà mais travaillait pour la première fois avec des acteurs aussi jeunes. La petite fille, qui n'avait jamais joué, eu un peu de mal à s'y mettre mais on la laissa finalement s'ébattre naturellement devant la caméra pour plus de réalisme. Ce sont en partie les acteurs, enfants et adultes, qui ont contrôlé la durée des prises de vues, selon leurs capacités et volontés de jeu.

Les sons ont du talent

Tu Duu-Chih, qui a conçu la bande sonore du film, a enregistré tous les sons qui la composent en extérieur. C'est un technicien chevronné, connu pour ses travaux avec les cinéastes de la Nouvelle Vague taïwanaise comme Edward Yang et Hou Hsiao Hsien. On le retrouve également aux génériques de I Don't Want to Sleep Alone, "Un nuage au bord du ciel" et Good Bye, Dragon Inn (entres autres), toutes des réalisations de Tsai Ming Liang.

Vers la source du cinéma chinois

Un prochain film de Tsai Ming Liang serait déjà en cours de production. Il s'agirait d'une nouvelle adaptation du célèbre "Voyage en Occident" écrit par Wu Cheng'en, récit le plus adapté du cinéma chinois. Lee Kang-sheng y tiendrait le rôle d'un moine et le titre en version original se nommerait "Xi You". Amusant, puisque cette année sort une autre adaptation du même roman, Journey to the West, de Stephen Chow et Chi-kin Kwok.

Les secrets de tournage des films les plus populaires lors des 30 derniers jours
  • Dumbo (2019)
  • Us (2019)
  • Shazam! (2019)
  • Rebelles (2018)
  • Walter (2018)
  • Barbecue (2014)
  • Dragon Ball Super: Broly (2018)
  • Captain Marvel (2019)
  • Le Chant du loup (2018)
  • Mon Bébé (2018)
  • Le Mystère Henri Pick (2019)
  • Ma vie avec John F. Donovan (2018)
  • Green Book : Sur les routes du sud (2018)
  • Dernier amour (2018)
  • Qui m'aime me suive! (2018)
  • Let’s Dance (2018)
  • Jack Reacher : Never Go Back (2016)
  • Grâce à Dieu (2019)
  • C'est ça l'amour (2018)
  • Tanguy, le retour (2018)
Back to Top