Mon AlloCiné
  • Mes amis
  • Mes cinémas
  • Speednoter
  • Ma Collection
  • Mon compte
  • Jeux
  • Forum
  • Déconnexion
Les Combattants
note moyenne
3,8
4964 notes dont 463 critiques
6% (27 critiques)
39% (182 critiques)
34% (158 critiques)
13% (60 critiques)
5% (23 critiques)
3% (13 critiques)
Votre avis sur Les Combattants ?

463 critiques spectateurs

islander29
islander29

Suivre son activité 271 abonnés Lire ses 1 766 critiques

4,0
Publiée le 26/08/2014
quelque chose m'a frappé, c'est l'originalité du sujet du film, son côté décalé, ainsi que celui des dialogues, où la jeunesse semble de foutre de tout, mais cherche son but, son insertion sociale......Le film est vivant et les deux jeunes acteurs (Adele haenel, provocante de charme hargneux, Kevin Azais, sensible mais clairvoyant) nous embarquent dans un scénario où ils deviennent militaires en PM , avec beaucoup de ruse et de décalage, )C'est plutôt écrit avec sincérité et dynamisme et mis en scène avec soin au niveau de la photographie et des rares musiques........Le réalisateur (Thomas Cailley) dont c'est je crois le premier film ?, montre des qualités d'imagination dans le réalisme , et fait preuve de beaucoup de maitrise dans la direction d'acteurs, le choix de sa caméra......Une douce impression de rébellion se dégage de son scénario, atténué par la force du destin, mais dieu que c'est agréablement filmé..............Je conseille......
soniadidierkmurgia
soniadidierkmurgia

Suivre son activité 194 abonnés Lire ses 3 145 critiques

4,0
Publiée le 08/02/2015
"Les combattants" premier long métrage de Thomas Caillet jeune diplômé de la FEMIS récompensé à la quinzaine des réalisateurs à Cannes est la grande révélation du cinéma français de 2014. Thomas Caillet nous démontre que quelque soit le contexte déprimé de notre société, il y aura toujours de la place pour des films d'amour. Son film qui est une vraie bonne surprise est à ranger dans la catégorie des grands films d'éclosion du sentiment amoureux tels que les réalisaient les Robert Mulligan ("Un été en Lousiane" en 1991), Lewis Gilbert ("Friends" en 1971) ou François Truffaut (" Baisers volés " en 1968). Une prestigieuse lignée qui mènera loin Thomas Caillet s'il parvient à conserver la même fraîcheur. Certes le film se moque gentiment de la discipline militaire et met en exergue à travers le personnage paroxystique de Madeleine (Adèle Haenel) les angoisses profondes qui minent la jeunesse actuelle face aux défis énormes qui se profilent suite à plus d'un siècle d'industrialisation à outrance, mais c'est bien d'amour dont Thomas Caillet nous parle. Amour qui peut rapprocher les êtres et leur faire voir la vie moins noire si ce n'est en rose. Arnaud (Kevin Azais) jeune homme tranquille a son avenir tout tracé (Antoine Laurent) dans l'entreprise familiale de menuiserie reprise par son frère suite à la mort de leur père mais la rencontre avec Madeleine jeune diplômée en macro-économie toujours sur ses gardes depuis qu'elle s'est mise en tête de l'arrivée imminente d'une catastrophe à laquelle elle doit se préparer, va bouleverser le tranquille ordonnancement des choses. Quand Cupidon frappe chez les âmes encore tendres rien ne peut les retenir dans la quête de l'être désiré. Encore plus parfois s'il vous rejette. Malheureux celui qui n'a pas connu ces élans du cœur et du corps. Arnaud lui ne se pose pas longtemps la question et suivra Madeleine au bout du monde s'il le faut. L'occasion d'un stage commando pour intégrer l'armée de terre sera le théâtre de l'amour pour les deux jeunes tourtereaux qui vont s'apprivoiser dans l'immense forêt landaise. L'histoire est connue mais elle est très simplement et joliment racontée et l'on y croit se rappelant avec nostalgie ces moments magiques mais aussi délicieusement terrifiants où il faut s'avancer vers l'autre bravant sa maladresse et ses craintes d'être rejeté. Thomas Caillet sait agrémenter ce voyage initiatique de moments forts ou drolatiques qui nous mettent en empathie avec ses personnages tous simplement humains. Un peu comme Jennifer Lawrence dans la saga "Hunger Games", Adèle Haenel petit soldat au regard d'ange contrarié est l'épicentre du film par son caractère buté et frondeur qui entraine un Arnaud sous le charme et hypnotisé par une détermination qui chez lui est encore à construire. Très beau film d'amour réalisé dans une veine naturaliste de très bonne facture qui rappelle un peu le cinéma du grand Duvivier. C'est sûr, les prochains travaux de Thomas Caillet seront à suivre avec la plus grande attention.
Christoblog
Christoblog

Suivre son activité 356 abonnés Lire ses 1 130 critiques

5,0
Publiée le 27/08/2014
Parfois, un film rescucite brutalement mon amour du cinéma, en allumant dans mon esprit une petite flamme de plaisir absolument pur. Les combattants fait partie de cette catégorie hors norme.Alors bien sûr le film n'est pas un chef d'oeuvre absolu, et il ne laissera pas dans l'histoire du cinéma une trace indélébile, mais je peux dire que son visionnage à la Quinzaine des Réalisateurs a probablement constitué le moment de bonheur le plus intense de ma quinzaine cannoise. Tout, ou presque, me ravit dans la première oeuvre de Thomas Caillez : les rôles à contre-pied du jeune garçon introverti et de la tomboy militariste, le sens de la punchline qui rend toute la première partie irrésistible de drôlerie, le mélange des genres particulièrement réussi. Le film est curieusement bâti, comme fondé sur une aporie, mélangeant toute sorte de comique (de répétition, de situation, de répliques pures), avec un sens du rythme finalement extrêmement rare dans le cinéma français.Adèle Haenel y est un parangon de vitalité irrésistible, nage de combat et sardines passées au mixeur, alors que la masculinité adolescente y est croquée avec délice, Saskatchewan et cane à pêche qui bipe. Je suis profondément admiratif devant l'instinct comique du film, présent dès sa première scène, le cercueil du père.La deuxième partie du film, si elle peut paraître plus convenue, est magnifiquement filmée et trouve un aboutissement étonnant de maîtrise dans des scènes particulièrement impressionnantes.Retrouvez un millier d'autres critiques sur Christoblog :
gimliamideselfes
gimliamideselfes

Suivre son activité 874 abonnés Lire ses 3 692 critiques

4,0
Publiée le 21/09/2014
Les combattants me faisait envie depuis sa sortie, mais malheureusement il ne passait pas dans le ciné en face de chez moi... Problématique... Premier film, pas forcément super bien distribué mais avec de vrais bons retours qui donnent envie et surtout la ravissante et très vraie Adèle Haenel que l'on avait pu découvrir dans Naissance des pieuvres et adorer dans l'Apollonide. En plus d'être quelqu'un qui rend tout ce à quoi elle peut toucher sympathique elle choisit étonnamment bien ses projets. Tant mieux ! J'aurai aimé couvrir Les Combattants de superlatif, d'ailleurs je peux, parce que j'ai vraiment aimé ce film, qui, pour un premier film possède déjà tout ce que j'aime au cinéma (en tous cas une bonne partie), des personnages très vrais, des situations qui vont amener à la tendresse et ça c'est beau. Sans parler du fait que ça soit franchement drôle, du moins pendant tout le début du film et on peut remercier William Lebghil pour ça avec des phrases comme "peut-être qu'elle n'aime pas le bois" (à voir dans son contexte). En gros c'est frais, à aucun moment ça prétend être plus que c'est réellement, c'est-à-dire une belle histoire entre un garçon et une fille. Alors oui il y a des maladresses, notamment toute la fin (sauf peut-être la dernière scène), parce qu'en fait le film aurait pu finir plus tôt, limite il en aurait été plus beau, je trouve la fin un peu inutile, ça rallonge un truc très beau alors que finir là-dessus ça aurait été magnifique. Il y a également un plan où elle lui demande de la frapper et il regarde ses seins, on aurait pu mettre ça en scène de façon plus subtile, sans carrément faire un plan dessus parce qu'on a tous compris. Bien sûr c'est du pinaillage, sauf que c'est assez symptomatique des quelques petites maladresses que peut comporter le film. Parce que j'ai vraiment cru au début que ça allait m'emporter comme un "Monsters". Après si j'en suis réduis à parler de ça c'est que globalement c'est très bon, très beau, que ça déborde d'une immense sincérité et que finalement ça parvient à être touchant malgré toutes les petites imperfections (même la fin). Et c'est ça qui compte, c'est d'avoir passé 1h40 avec deux personnages vrais et purs et ça fait juste un bien fou. Je n'irai pas jusqu'à dire que c'est un peu la fille du 14 juillet de 2014, mais même si les films sont très différents, c'est le même genre de bouffée de fraîcheur ! Un appel d'air en somme ! Il vient combler le vide en nous par sa tendresse. Voir Adèle Haenel sourire c'est tout de même foutrement beau !
Flaw 70
Flaw 70

Suivre son activité 222 abonnés Lire ses 422 critiques

4,5
Publiée le 22/08/2014
Qu'il est rare de voir des films français aussi abouti, frais et virtuose que celui-là, surtout qu'ici on a affaire à un premier film, ce qui fait que l'exploit est double. Thomas Cailley est clairement un de ses jeunes cinéastes à suivre de très près tellement il se montre prometteur et talentueux avec ce premier film, en un film on peut déjà placer beaucoup d'espoir en lui pour renouveler le cinéma français qui a tendance ses dernières années à tomber dans des productions de plus en plus calibrés et donc de moins en moins intéressantes. Ici on va suivre l'histoire de deux jeunes, Madeleine et Arnaud, il est sensible et rêveur, elle est froide et pessimiste et comme ils sont les exactes opposés l'un de l'autre, ils vont finir irrévocablement par s'attirer l'un l'autre. Leur relation sera d'ailleurs vraiment très belle, écrite avec beaucoup de sensibilité et en évitant absolument tous les clichés ou stéréotypes dans lesquels le film aurait facilement pu tomber. C'est clairement de la que viendra la fraîcheur du film dans cette absence presque maladive de figures caricaturales et stéréotypées spoiler: ( même l'instructeur de l'armée arrive à éviter certains pièges d'écriture ) tout parait authentique et travaillé avec soin. L'évolution du récit et de la relation des deux personnages principaux ce fera de façon surprenante, nous entraînant parfois vers des chemins qu'on n'aurait pas imaginer voir dans le film, ce qui montre des prises de risques judicieuses et pertinentes notamment dans son portrait très générationnel d'une jeunesse en colère, qui prend peur d'un monde qui n'a plus rien à leurs offrir et qui préfère s'isoler ou mener des vies dérisoires spoiler: ( la scène de boite de nuit est en soit très pertinente ). Mélanger le tout à un discours survivaliste est donc incroyablement intelligent surtout dans une époque ou on tente plus de survivre à défaut de pouvoir pleinement vivre et en ça le parallèle qui sera fait avec l'histoire d'amour est brillant. Car au fond un histoire d'amour est une histoire de survie, survivre avec l'autre, face à l'autre, c'est un chemin complexe parsemé d'embûches pour séduire et continuer à séduire sans jamais décevoir. C'est un combat perpétuelle éprouvant parfois on échoue mais il faut savoir remonter en selle pour redresser la situation et le parcours de ce couple en sera intéressant et bouleversant d'authenticité car on s'attache à ce jeune homme profondément bon et on tombe comme lui amoureux de cette fille inaccessible et charismatique. Malheureusement le film n'est pas parfait car la façon dont il concrétise cet amour est plutôt classique et manque de pertinence avec l'ensemble, laissé la relation dans le floue sans jamais l'explicité aurait été selon moi plus judicieux car oui au final cela satisfait le public et crée une des plus belles scènes du films mais paradoxalement ça enlève du charme au film car après cette événement on n'en reparlera pas, les personnages n'agiront pas différemment l'un envers l'autre, cela à eu lieu sans vraiment avoir eu lieu et le film aurait vraiment gagné à laisser la supposition qui aurait ajouté une couche de mystère et d'attraction autour de leur relation. Mais tout cela se rattrape néanmoins avec ce climax inattendu, du moins on se doutait qu'il se passerait quelque chose mais la forme que le climax prend est surprenant et terrible. Cailley est donc un scénariste intelligent qui manie les répliques et l'humour avec maestria ( car oui le film est très drôle ) mais aussi qui dynamise son récit en allant de surprise en surprise, il a un talent indéniable ( après tout il sort bien de la section scénario de la Fémis qui a l'habitude de pondre des cinéastes en puissance ). Mais ce qui ma vraiment plu dans ce scénario c'est que je me suis retrouvé dedans, j'aime le cinéma et j'ai pour ambition un jour de pouvoir y faire mon trou et c'est typiquement le genre de film que j'aimerais faire, c'est d'ailleurs ce que je me suis dit en voyant ce film que j'aurais très bien pu faire ( notamment une idée de mise en scène à laquelle j'avais déjà penser et qui se trouve dans le film ) ou du moins voulu faire. Pour ce qui est du casting il est excellent notamment une impériale Adèle Haenel, elle est magnifique de par sa prestance ainsi que la justesse et la fraîcheur de son jeu, elle dégage indéniablement quelque chose, elle est magnétique et charismatique, une actrice sur qui ont peut et pourra compter à l'avenir sans oublier Kévin Azaïs qui est exceptionnel dans un rôle pas si évident et il arrive à retranscrire les émotions de son personnage avec beaucoup de justesse. Pour ce qui est de la réalisation, la photographie est sublime tandis que la BO est très inspiré et accompagne le film à merveille. Le montage donne au film un très bon rythme même si il a peut être tendance à tirer en longueur sur la fin. Sinon le mise en scène de Thomas Cailley est vraiment très réussi avec notamment quelques plans séquences maîtrisé mais il se montre souvent classique mais efficace, il sera vraiment brillant dans sa façon de filmer ses acteurs notamment dans la scène que j'estime être la plus réussi malgré le faite qu'elle entraîne un rapprochement trop précipité entre les deux protagonistes, scénaristiquement cette scène me gêne mais en aucun cas dans ça façon d'être mis en scène mais elle aurait été plus pertinente en plan final. Car je ne parle pas du " rapprochement " en lui même mais bien du plan fixe qui le précède qui est absolument brillant et qui m'était déjà venu en tête lors d'un des mes potentiels projets cinématographiques ( je sais je me vante un peu trop ! ). spoiler: Ce plan fixe qui filme Arnaud jusqu'à ce que Madeleine rentre doucement dans le cadre avant de l'envahir, qui symbolise à merveille la façon dont elle rentre dans son monde et que lui s'abandonne au sien pour finalement ne faire qu'un et je maintiens qu'en plan final du film cela aurait eu encore plus de force. En conclusion Les Combattants est une perle du cinéma français, un film comme on en voit trop peu et tel que j'aimerais en faire. Une oeuvre sensible, intelligente et fraîche, un film générationnel excellent qui compose sans doute la plus belle romance depuis maintenant bien longtemps, trop longtemps même et qui pourrait bien devenir culte car non seulement il en a les épaules mais il en aurait aussi le mérite. A voir absolument !
nikko60
nikko60

Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 48 critiques

1,0
Publiée le 29/08/2014
Contentez-vous de la bande annonce, c'est nettement suffisant. Le scénario tient sur une feuille de papier à cigarette , la psychologie lourdingue, les personnages caricaturaux et les dialogues indigents plombent ce film qui devrait durer 10 minutes. La presse en fait l'éloge et parle du renouveau du cinéma français, on est mal barré.
Marceau G.
Marceau G.

Suivre son activité 272 abonnés Lire ses 365 critiques

4,0
Publiée le 01/09/2014
"Les Combattants" est le récit d'un périple initiatique, d'une aventure hors du commun pour ses personnages communs, d'une chronique pré-apocalyptique contemplative et gracieuse. Auréolé de trois prix au dernier festival de Cannes, à la Quinzaine des Réalisateurs, "Les Combattants" a justement attiré l'attention. Pour son premier long, Thomas Cailley offre une renaissance au "jeune-cinéma-d'auteur français". Tout droit sorti des bancs de la Fémis où il a d'ailleurs écrit le film, ce jeune réalisateur épate déjà. Il réalise une œuvre naturalise et enivrante qui soulève une liberté de ton ultra-réjouissante ! Il est extrêmement rare de voir un film aussi frais, original, léger, tendre, drôle et virtuose. Avec un scénario creusé et inventif, des dialogues naturels, des acteurs stupéfiants de réalisme, et une mise en scène enlevée et chevronnée qui correspond pleinement à la musique, on ne peut que crier au triomphe artistique ! Adèle Haenel est extraordinaire, elle ne fait pas que jouer son rôle, elle est son rôle ! Kevin Azaïs n'a de son côté rien à lui envier, à part sa notoriété grandissante...Ce film est franc, tout simplement, il est on ne peut plus honnête, pur et vivifiant, c'est drôle, captivant, prenant et original... Un régal pour les cinéphiles. Si "Les Combattants" n'est pas un chef-d'œuvre absolu, il reste en tout cas l'un des films les plus audacieux et libre de ces dernières années ! Premier film, premier coup de maître. Bravo !
Loskof
Loskof

Suivre son activité 240 abonnés Lire ses 688 critiques

3,0
Publiée le 06/10/2014
Je ne pensais pas aller voir ce film, puis à la vue des bonnes critiques j'ai décidé d'aller le voir. Et j'y ai cru pendant un bon moment, au chef d'oeuvre annoncé, au meilleur film français de l'année. Mais au final je ne l'ai pas vu ce meilleur film, j'ai vu tout au plus un bon film, et c'est un peu décevant. Il y avait pas mal d'ingrédients pour que ça soit génial, on voit des gens simples, des jeunes simples, surtout le personnage d'Arnaud, on est dans le film tranche de vie bien foutu, qui sonne vrai, avec une belle relation, une photographie sympa. Et puis arrive le passage à l'armée, et toute la fin du film. Et là je n'y croit plus, on est loin des préoccupations du départ, c'est même plus crédible en fait. Et tout cette 2ème partie plombe le film, parce que dans la 1ère j'ai ressenti ce que j'adore, j'étais dans la salle et je ne voulais pas que le film se termine, j'étais avec les personnages et ça pouvait durer, durer. Sauf que pour que ça dure il faut que le film continue dans le même ton, ce qui n'est pas le cas. Après c'est pas mauvais, mais c'est pas si bien que ça au final...
Pauline_R
Pauline_R

Suivre son activité 150 abonnés Lire ses 398 critiques

3,5
Publiée le 20/08/2014
Un très bon premier film même si je pense qu'il bénéficie grandement de "l'effet Cannes" car ce n'est pas non plus le film grandiose et nouveau annoncé. Même si je m'attendais à être plus transportée, il faut reconnaître que le film sort des sentiers battus et est bien écrit, souvent drôle, toujours touchant, avec deux jeunes acteurs géniaux, Adèle Haenel et Kevin Azaïs. Bref, j'en suis sortie un peu mitigée, avec le sentiment d'avoir passé un bon moment de cinéma mais un peu déçue par rapport à l'attente que j'avais de ce film largement plébiscité.
Zoé B.
Zoé B.

Suivre son activité 410 abonnés Lire ses 118 critiques

4,0
Publiée le 30/08/2014
Et si l’été servait aussi à ça ? A se rendre compte, alors que le robinet à images débite au ralenti, combien le cinéma est aussi une industrie de flux. Tous ces films déjà vus, déjà faits, par d’autres et en mieux. Toutes ces histoires familières, comédies, polars, westerns, romcoms… ces formes éprouvées dans lesquels on se love paresseusement comme un enfant retrouve son doudou. Alors quand sort enfin un film vraiment original, comment ne pas s’enthousiasmer ? "Les Combattants" est une merveille de premier long. On en ressort impressionnés et heureux, la dernière réplique en tête. Comme une résolution, notre nouveau slogan de spectateurs pas dupes pour cette année de cinéma qui s’ouvre devant nous : Rester aux aguets !
De smet M.
De smet M.

Suivre son activité 6 abonnés Lire ses 44 critiques

3,5
Publiée le 19/09/2014
Gain de quatre prix à la Quinzaine des Réalisateurs de Cannes et d'une réputation de "sensation cannoise" ; "Les Combattants", premier film de Thomas Cailley, apporte un intéressant rajeunissement au cinéma français. L'histoire de ce jeune benêt qui se prend d'amour pour une fille un peu fêlée s'apprêtant à intégrer un stage organisé par l'Armée de Terre débute de prometteuse façon : on assiste à un film générationnel franchement drôle et frais, servi par une bande-son adéquate, bien que par moments, cette camaraderie semble un peu facile et bon marché, sorte de façade qui aide le film à passer à la vitesse supérieure ; sa seconde partie, au sein donc du régiment de jeunes bleus proprement dit ... Suite sur Pours-Culture. Pours Cinéphilie.
Jean-Marc S.
Jean-Marc S.

Suivre son activité Lire sa critique

0,5
Publiée le 20/09/2014
Les seuls combattants de ce mauvais films sont les spectateurs qui combattent l'ennui! Rien mais alors rien n'est bon ni crédible. Le scenario est plus que mince et l'intrigue "si j'ose dire" est affligeante de bêtise! Les acteurs font ce qu'ils peuvent mais les pauvres ont a l'impression qu'ils jouent dans une série télévisé de seconde zone du genre "Plus combative la vie". Les situations sont improbables, les dialogues débiles, pauvres, attendus et convenus. La "rage" de la petite est juste une grosse névrose. A l'armée, elle serait immédiatement internée en temps que P4. Le petit gars est si inconsistant et si naif que ça frise le ridicule. La séquence où ils "s'échappent" de la forêt et du camp militaire n'est tout simplement pas crédible, pas plus que le fait que les militaires ne tentent même pas de les retrouver pour les punir de leur désertion... C'est quand même l'armée!!! La scéne d'amour est d'un compassé et d'un attendu à pleurer. Au passage, la scripte aurait du signaler que la petite excitée porte un soutien gorge dont les bretelles sont transparentes et comme par miracle, elle est seins nus sous son T shirt au moment propice... Sans doute la chaleur du désir qui a fait fondre les bretelles!!! Pour finir, si ce mauvais film est comme le pretend la presse l'avenir du cinéma français et bien le reste du monde peut être tranquille, le marché français est grand ouvert!!!
fxsauvage
fxsauvage

Suivre son activité 49 abonnés Lire ses 1 036 critiques

2,0
Publiée le 20/08/2014
L'idée de départ est plutôt bonne : la rencontre d'un garçon et d'une fille que tout semble séparer. Elle petite bourgeoise rêvant d'une carrière militaire. Lui, ouvrier charpentier de l'entreprise familiale, la suivant -- par défi et/ou par amour ? -- dans un stage de préparation militaire. Le film s'enlise rapidement dans ce qui globalement peut se qualifier de demi-ratage. Après un bon début situant les personnages et la rencontre des deux héros, leurs différences et leur "apprivoisement" mutuel, on arrive au "stage" proprement dit où le scénario part carrément en sucette. Suite à une nouvelle prise de bec entre eux, ils désertent leur groupe. S'en suit un long et bien improbable épisode d'errance des deux héros à travers la forêt, avec l'inévitable scène de baise sous les frondaisons. On frise carrément le ridicule quand la fille, rendue malade (par ce qu'elle a mangé -- un animal qu'ils ont piégé puis cuit au feu de bois, et que le garçon a refusé de consommer), doit être ramenée à dos d'homme vers la "civilisation", alors que se propage un gigantesque incendie de forêt. Il y a beaucoup d'incohérence dans tout cela, y compris dans certains détails (vestimentaires entre autres). Dommage, cela aurait pu faire un bon film, mais pour cela il faut un peu plus de rigueur et de cohérence. Les acteurs sont néanmoins bons et souvent très expressifs, mais cela ne suffit pas à sauver l'ensemble.
chest D.
chest D.

Suivre son activité 17 abonnés Lire ses 88 critiques

1,0
Publiée le 08/09/2014
Canal aime Les Combattants : c'est la première indication que reçoit le spectateur avant même de voir le générique. De cette chaîne déprimante, presque angoissante parfois, le film a retenu la pire des leçons d'humour : presque toutes les répliques y fonctionnent des vannes et dans chaque scène, on croit entendre les ricanements satisfaits de Yann Barthès et de ses sbires. La partie consacrée à l'armée est sans doute la plus représentative de ce mépris : Madeleine, qui est le personnage le plus diplômé du film (donc le plus intelligent, car le film établit une stricte équivalence entre les deux), ne cesse d'opposer son esprit critique à la débilité collective des bidasses obéissant comme des chiens de Pavlov aux ordres d'un sergent instructeur qui leur demande de se jeter sur des grenades. Dans ces séquences vraiment pénibles, Les Combattants ressemble à une laborieuse parodie de Full Metal Jacket et la comparaison avec Kubrick est très douloureuse car, malgré les délires verbaux du sergent Hartman, la question de la formation des Marines était traitée sérieusement dans Full Metal Jacket: les soldats croyaient en la guerre, le Vietnam était même leur raison d'être. Pourquoi, dès lors, n'avoir pas traité plus littéralement la partie consacrée au stage de survie dans le camp militaire ? Pourquoi ne pas y avoir cru, même un peu? Cela aurait donné un peu de sens au titre et à la mythologie guerrière que s'est inventée le personnage de Madeleine. Cela aurait donné aussi un peu de grandeur à l'escapade finale des deux personnages. Au lieu de faire ce choix – qui aurait pu être très fort, car l'univers militaire est rarement regardé dans le cinéma français – Thomas Cailley se contente de filmer un camp de vacances où l'on joue au paintball, où l'on blague à la cantine, où l'on se met un peu de noir sur les joues. Lorsqu'Arnaud demande à Madeleine si elle veut participer à « l'activité maquillage » (qui correspond, en réalité, à un exercice en forêt), l'écriture du film se dévoile nettement : tout y est divertissement. Voir la suite sur mon blog.
ARIF ERMURATOGLU
ARIF ERMURATOGLU

Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 39 critiques

0,5
Publiée le 26/02/2015
Je ne parviens pas à comprendre l'enthousiasme des critique professionnels (et de beaucoup de spectateurs) pour ce film. Il est passionnant d'ennui, bourré de clichés, sans scénario véritable. C'est à peine un sous-téléfilm. Et cette Adèle Haenel, dont le jeu d'actrice se limite à tirer la tronche pendant 90% du film et à être incapable d'articuler correctement la moindre réplique, a reçu le César de la meilleure actrice cette année!!!! On croit rêver....
Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top