Mon Allociné
Ma Vie De Courgette
Séances Bandes-annonces Casting Critiques spectateurs Critiques presse Photos VOD
Blu-Ray, DVD Musique Secrets de tournage Box Office Récompenses Films similaires News
note moyenne
4,5
1274 notes dont 157 critiques
33% 52 critiques
48% 75 critiques
15% 23 critiques
2% 3 critiques
1% 1 critique
2% 3 critiques

157 critiques spectateurs

Trier par
Critiques les plus utiles
velocio

Suivre son activité 207 abonnés Lire ses 1 667 critiques

4,0Très bien
• Publiée le 16/10/2016

A 43 ans, le réalisateur suisse Claude Barras n’est pas un nouveau venu dans le monde du cinéma, ayant déjà à son actif un grand nombre de court-métrages d’animation. "Ma vie de courgette" est son premier long métrage et il s’agit, bien sûr, d’un film d’animation. Réalisé en stop motion, ce film est une adaptation libre de "Autobiographie d’une courgette", roman de Gilles Paris et il a été fait appel à Céline Sciamma ("Tomboy", "Bande de filles") pour l’écriture du scénario. Alors que le roman s’adressait plutôt aux jeunes adultes et aux parents, Claude Barras a souhaité que l’adaptation en film d’animation permette d’ouvrir "Ma vie de courgette" au public enfantin. Il y a 40 ans, le psychologue et pédagogue Bruno Bettelheim avait démontré dans La psychanalyse des contes de fées, que les contes n’étaient pas qu’un simple divertissement pour les enfants et qu’ils avaient un rôle important dans leur structuration psychique, leur permettant de mieux comprendre et accepter ce que la vie peut avoir de cruel. Dans un contexte contemporain, sans roi, sans reine, sans fée, c’est également le rôle que peut jouer cette histoire d'un jeune garçon de 10 ans placé dans un foyer pour orphelins, avec l’espoir qui finit par triompher. En tout cas, parents qui cherchez un film qui vous passionnera tout autant que vos enfants, aucune raison de barguigner : allez ensemble voir "Ma vie de courgette". Et, si vous n’avez pas d’enfant à portée de la main, pas de raison de vous priver de voir ce film : allez y seul(e) ou en couple ! Ce film a reçu un accueil unanimement favorable lors de sa présentation à la Quinzaine des Réalisateurs de Cannes 2016 et il a été couronné 2 fois au Festival du film d’animation d’Annecy 2016 : par le jury et par le public.

http://www.critique-film.fr/critique-ma-vie-de-courgette/

Post-xMoVie

Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 65 critiques

4,5Excellent
• Publiée le 27/10/2016

Il ne faut pas s’arrêter à la connotation légumineuse du titre. Courgette, c’est comme ça qu’une mère appelle son fils entre deux cannettes de bière lancées au sol qu’il s’empresse de ramasser afin de faire des petites constructions. Le père est parti et n’a laissé derrière lui que l’image de ce héros fantasmé qu’on voit sur le cerf-volant de son fils. Ce cerf-volant, Icare le traîne partout d’ailleurs ; il le fait voler à deux ou trois reprises, quand l’espoir lui ouvre enfin ses portes ou qu’il réussit à s’extirper de cette enfance de malheur. Une fois sa mère « partie, au ciel », on le place dans un centre d’accueil pour enfants dont les parents ne peuvent pas s’occuper. Raymond, le policier, l’y amène et lui rend de fréquentes visites pour s’assurer que tout va bien. Les premiers temps ne sont jamais faciles : ainsi Courgette cache, derrière un mutisme persistant, son malaise et sa tristesse, se heurtant à quelques moqueries pendant ce bref temps d’intégration, après quoi il découvre les différentes manières qu’ont les autres de se protéger du désespoir. Drôle de séquence que celle où Simon, le faux caïd, la fausse grande gueule, explique au nouveau le problème de chacun. Sans s’y attarder, on découvre ces situations en étau, où l’enfant semble indésirable et plus que tout témoin de la cruauté du monde. Plutôt que d’enfoncer ses personnages, Céline Sciamma – la scénariste – les élève au rang de combattants, unis et solidaires dans la malchance, jusqu’à même atteindre les cimes du bonheur. Un message porteur d’espoir qui ne côtoie à aucun moment la niaiserie ou la facilité, bien au contraire : cette bande de gosses apprend les uns des autres dans des dialogues tendres et savoureux qui font écho à des questions d’enfant ou font rire les consciences adultes. Sans s’en apercevoir, de manière très naturelle, Claude Barras renverse complètement le schéma habituel qui place la famille comme le refuge au monde extérieur et à ses problèmes. Mine de rien, il pose des questions auxquelles la société n’a jamais vraiment répondues : la maltraitance des enfants, leur devenir et leur construction, des sujets sensibles développés ici très sobrement. Ces gamins sont « socialement » exclus mais au lieu d’utiliser cette différence comme prétexte à l’isolement, ils se retrouvent et prennent leur revanche sur ce monde qui, jusqu’à présent, ne leur avait fait aucun cadeau. Bien loin de se replier sur eux-mêmes, ils s’ouvrent pleinement, transformant leur chagrin en force et non plus en faiblesse. Quand on a la boule au ventre dès la scène d’introduction, ce n’est pas à cause du pathos ou des violons du mélodrame – il n’y a rien de tout ça. C’est parce que l’émotion vient de ce mélange de mélancolie à l’égard de son passé et d’assurance vis à vis du futur. Là où on ne sait pas quoi choisir entre les regrets et les attentes, le film nous démontre qu’on ne peut pas avancer seul sur la lande de la résistance. Cette Vie de Courgette doit également beaucoup à ses marionnettes, et à leurs grands yeux où se reflètent tour à tour le malheur, la nervosité, le courage et la joie. On considère une fois de plus la modernité de la stop motion ainsi que le résultat fascinant qu’elle donne : méticuleux dans la réalisation, généreux dans l’âme, pur dans ses expressions, ce film a de beaux jours devant lui, tout comme ses personnages…

CineSeriesMag

Suivre son activité 29 abonnés Lire ses 485 critiques

4,5Excellent
• Publiée le 25/10/2016

Ma vie de Courgette, c'est l'histoire d'Icare, un petit garçon de neuf ans qui préfère qu'on l'appelle Courgette, parce que sa maman l'appelait comme ça, qui se retrouve à l'orphelinat suite au décès de cette dernière. Il n'a pas de père, « il est parti avec sa poule » lui disait sa mère. Les adultes sont défaillants parfois, le film ne nous l'épargne pas, chacun des petits pensionnaires de l'orphelinat des Fontaines a un passé lourd et traumatique. Mais, en donnant le premier rôle à des enfants, en leur donnant la parole sans bêtifier leurs propos, en effaçant la présence des adultes qui sont davantage les témoins d'une histoire sur laquelle ils ont peu de prise que des entités omnipotentes, Ma vie de Courgette tient un discours libérateur pour les enfants en particulier. Vos choix ont de la valeur et méritent d'être écoutés et respectés, vous êtes les acteurs de votre vie. Voilà une proposition qui prend les enfants au sérieux, d'ailleurs, on voit le même film que l'on ait sept ou quarante sept ans.

https://www.cineseries-mag.fr/ma-vie-de-courgette-un-film-de-claude-barras-critique-80352/

alexandre75

Suivre son activité 8 abonnés Lire ses 104 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
• Publiée le 26/10/2016

Un petit bijou d'émotion, d'intelligence et de réalité.... J'ai pleuré, ma petite-fille a pleuré, nous avons ri et sommes sorties ravies.... Quel beau film !!!! Courez-y...

ariane o.

Suivre son activité 31 abonnés Lire ses 125 critiques

4,5Excellent
• Publiée le 20/10/2016

la dernière Quinzaine des Réalisateurs à Cannes avait créé l’émoi. Avec un titre pareil, ce film en stop-motion (adapté du roman de Gilles Paris « Autobiographie d’une courgette ») ne pouvait que m’attirer. Il ne s’agit pas des aventures d’une cucurbitacée dans un potager mais de la vie d’Icare, petit garçon orphelin, placé dans un foyer pour enfants en détresse. À 9 ans, Courgette (le surnom qu’il a adopté), apprend à (re)vivre auprès d’adultes enfin bienveillants et d’enfants dont les traumatismes s’apparentent aux siens. Cette petite communauté d’êtres en devenir, mais déjà cabossés par la vie et ses tourments, tente de se reconstruire, de reprendre confiance, de rire à nouveau et de souffler enfin. Ces petits (et ses grands) personnages sont croqués avec beaucoup de tendresse et le scénario (de Céline Sciamma, réalisatrice de « Tomboy ») décrit avec finesse et poésie les étapes de la résilience. Le ton, la fraîcheur, l’humour, le regard ne sont d’ailleurs pas sans rappeler François Truffaut, dont les films sur l’enfance blessée sont parmi les plus beaux. J’ai aussi été emportée par l’univers du cinéaste et bluffée par l’animation « en volume » de cette œuvre à part. Le casting des voix est génial, la musique mélancolique de Sophie Hunger est très belle et la fin, même si elle étreint le cœur, est porteuse d’espoir. Après les merveilleux « Tout en haut du monde » et « La Tortue rouge », sortis cette année, l’animation française mérite, plus que jamais, tous les superlatifs. À partir de 7 ans et sans limite supérieure (selon moi).

https://www.facebook.com/Le-film-dAriane-806968246044779/

rollioni

Suivre son activité 189 abonnés Lire ses 1 518 critiques

4,5Excellent
• Publiée le 20/10/2016

Franchement c'est adorable, les personnages sont à croquer, mais attention ils ont dix ans, et ils parlent de suicide, de zizi, de maman qui est morte, comme des petits de 10 ans qui ont bien des soucis, Donc peut être à éviter pour des petits bouts de quatre ou cinq ans. Question réalisation c'est jubilatoire, que ce soient les personnages, les décors, la musique et surtout les couleurs.... Le travail sur la pâte à modeler est délicat et original et l'on peut sentir ? dans ce film une influence à la Tim Burton, notamment dans certains plans... Les dialogues font souvent mouche aussi et n'eut été un scénario qui ne surprend pas, on aurait crié au chef d'œuvre, mais après tout c'est est peut être un......fortement conseillé à partir de six ans, certes, mais sans hésiter jusqu'à 90........

KAZDU

Suivre son activité 0 abonné Lire ses 13 critiques

4,5Excellent
• Publiée le 27/10/2016

Trés beau film, plein de sensibilté qui traite sans pathos la maltraitance de l'enfant. Les personnages sont geniaux avec leurs couleurs improbables et leur grands yeux. Le graphisme est magnifique. A ne pas rater. Ps il est mentionné à partir de 6 ans je pense que c'est un peu jeune. 10 ans me parait mieux pour comprendre le film.

norman06

Suivre son activité 67 abonnés Lire ses 1 110 critiques

4,5Excellent
• Publiée le 25/10/2016

Sublime animation, narration émouvante, message humaniste subtil et audacieux. Céline Sciamma et Claude Barras ont ciselé une merveille pour tous publics.

chas

Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 59 critiques

4,0Très bien
• Publiée le 19/10/2016

La vie dans un foyer pour enfants pourrait générer des stéréotypes en ribambelle, d’autant plus que les caractérisations des films d’animation ne donnent pas toujours dans la nuance. A travers une forme originale sans affèterie, cette histoire optimiste, poétique, nous intéresse aux destins de ces petits drôles et émouvants, recueillis par des professionnels aimants. Les auteurs s’adressent sans clin d’oeil à une quelconque fraction de marché, à des parents, à des enfants, pour aider à mieux nous parler, nous aimer. Ces mômes ayant connu des douleurs cruelles, en voie de résilience sous protection institutionnelle, interrogent la mère d’un enfant qui vient de naître au foyer de leur éducateur : « - Est ce que tu l’aimeras s’il fait pipi au lit, s’il ne comprend rien à l’école ? - Bien sûr ! » Musique : « je n’ai pas peur de la route. » version pastel.

L'Info Tout Court

Suivre son activité 81 abonnés Lire ses 376 critiques

4,0Très bien
• Publiée le 19/10/2016

La scénariste Céline Sciamma fait promener son petit héros aux cheveux bleus (version masculin de Coraline) dans un monde sévèrement ancré dans la réalité avec son lot d’atrocité et de misère. Ma Vie de Courgette détonne à travers son langage cru et libéré, perçant avec impudence la bulle conservatrice qui asphyxie l’animation adressée à la jeunesse.

http://linfotoutcourt.com/critique-vie-de-courgette/

Les meilleurs films de tous les temps
Back to Top