Mon AlloCiné
Kedi - Des chats et des hommes
note moyenne
3,8
297 notes dont 54 critiques
26% (14 critiques)
31% (17 critiques)
28% (15 critiques)
7% (4 critiques)
2% (1 critique)
6% (3 critiques)
Votre avis sur Kedi - Des chats et des hommes ?

54 critiques spectateurs

Géraldine D.

Suivre son activité Lire sa critique

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 27/12/2017

Très beau documentaire ! Merci à la réalisatrice d'avoir si bien su capter la magie de nos félins à 4 pattes !

René G.

Suivre son activité Lire ses 8 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 28/12/2017

J'ai découvert ce très beau film en famille pendant les fêtes. Quel émerveillement pour nous tous. Le film est à la fois drôle et tendre. Avec des beaux portraits de chats plein de caractère mais aussi des habitants d'Istanbul qui les recueillent, les nourrissent et les soignent. Courrez-y tous, KEDI fait chaud au cœur et par ce temps hivernal ce serait dommage de s'en priver.

dominique P.

Suivre son activité 255 abonnés Lire ses 1 613 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 27/12/2017

C'est un magnifique documentaire sur des chats errants à Istanbul. C'est à la fois un réel dépaysement car on voit la ville d'Istanbul et surtout c'est un enchantement car nous voyons plusieurs chats errants dont s'occupe différentes personnes (des habitants, des commerçants), notamment un monsieur qui était en grande dépression et qui a retrouvé le goût de vivre rien qu'en s'occupant de plusieurs chats. Ce documentaire est très pertinent, très bien réalisé, attendrissant, amusant. Egalement c'est une excellente idée de l'avoir fait. Si on aime les animaux et surtout les chats, il ne faut pas manquer ce documentaire remarquable.

Hako-niwa

Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 86 critiques

4,5Excellent
Publiée le 11/12/2017

Née à Istanbul, Ceyda Torun passe ses plus jeunes années au milieu des chats errants. Lorsque sa famille a quitté le pays, quand elle avait 11 ans, Ceyda a vécu en Jordanie puis à New-York où elle a passé son adolescence sans rencontrer un seul chat de gouttière. Elle a étudié l’anthropologie à l’Université de Boston avant de retourner à Istanbul pour être l’assistante du réalisateur Reha Erdem. Elle est retournée aux Etats-Unis et a cofondé Termite Films avec le directeur de photographie Charlie Wuppermann avec qui elle a réalisé Kedi, son premier long-métrage documentaire. J'avais un sourire niais tout du long. On ressent parfaitement tout l'amour de la réalisatrice et des habitants d'Istanbul pour ces boules de poils. Ici, elle se penche plus particulièrement sur les chats des rues. Ceux qui débarquent chez vous un main et qui ne repartent plus. Pas ceux qu'on va chercher chez un éleveur, mais plutôt celui qui vous choisi parce que vous avez été assez sympa à leurs yeux pour mériter de vivre avec eux. La réalisatrice brosse le portrait de plusieurs chats dans différents quartier d’Istanbul. Sari, duman,Bengü, Aslan Parçasi, Gamsiz, Psikopat (la chatte psychopathe) ou encore Deniz sont les héros et héroïnes de cette fantastique ville qu'est Istanbul.  Surplombé par de la tour Galata la ville se découvre à nos yeux, belles et élégante. Ses habitants se dévoilent au travers de l'histoire de leurs chats. Une ville en plein changement où personne ne sait si les chats auront toujours leur place. Kedi : Des Chats et des Hommes est un vrai coup de cœur.

Pascal R.

Suivre son activité Lire ses 3 critiques

4,0Très bien
Publiée le 14/01/2018

J’ai hésité entre bien et très bien. Nous avons passé devant ce film un très agréable moment. Je suis assez d’accord avec ce qui a été dit, c’est un documentaire sans prétention. Et justement, n’allez pas le prendre pour ce qu’il n’est pas : ce n’est pas un documentaire animalier ; ce n’est pas non plus une étude sociétale ; c’est encore moins un « dépliant » touristique. En fait, ici, les chats servent à la fois de sujet et de prétexte. Ils servent la symbolique de la liberté (qui est un mot qui résonne en Turquie assurément différemment qu’il ne le fait chez nous), permettent l’énoncé non pas d’un discours mais plutôt d’un « état » philosophique, la mise en exergue d’une sagesse que tout un chacun, visiblement, possède ; et le moins qu'on puisse dire, c'est que, sur cet aspect philosophique, voire ésotérique, chaque stambouliote interrogé y va de sa propre petite définition ! En fait, c’est une manière de véritablement « rencontrer » les habitants d'Istanbul comme aucune autre approche ne pourrait le faire. En effet, les « interviewés », très différents les uns des autres, évoquent un peu (beaucoup ?) de leur propre vie, de leur propre histoire, au travers de celles des chats ; l'aspect tendre, poétique et philosophique (inoffensif ?) du sujet leur permet de s'exprimer davantage et mieux sans doute que si on leur avait posé des questions beaucoup plus « directes » sur leur vie et leur condition dans la société turque. Certes, la futilité de certains propos est de mise, mais leurs yeux, leurs attitudes, leur environnement parlent également et nous donnent à voir des visages, entendre des mots et être témoins de comportements que des interviews plus orientées politiquement ou socialement auraient freinés, voire empêchés. Ici, l'humanité fait rimer "kedi" (chat) avec des adjectifs comme "respectueux", "secourable", "bienveillant" et "touchant". Et on se prend à penser que si les hommes agissaient entre eux comme ils agissent ici avec les "kedi", le monde tournerait plus rond ! Cela ne nous empêche bien évidemment pas de rester lucides, mais cela fait du bien ! En conclusion, c’est un film qui tient donc autant du documentaire qu’il tient de la fable. Et, de ce point de vue, c’est tout à fait réussi.

Adelme d'Otrante

Suivre son activité 9 abonnés Lire ses 85 critiques

3,0Pas mal
Publiée le 07/01/2018

À Istanbul les chats sont en libre-service, des milliers arpentent les rues à la recherche de nourriture et d’un peu d’attention. Ce documentaire raconte leurs vies, leurs différences, les relations qu’ils ont nouées avec les hommes, ces derniers en parlant toujours avec affection et prévenance. Évitant la mièvrerie, peut être un poil long, ce film est un joli portrait d’Istanbul et de ses habitants, qu’ils soient à 2 ou 4 pattes.

Lari Starque

Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 77 critiques

3,5Bien
Publiée le 21/11/2017

Pas facile à résumer, c’est un documentaire sans prétention qui montre les relations qu’entretiennent les habitants d’une grande ville avec la multitude de chats qui s’y baladent. C’est clairement pas le documentaire du siècle mais il y a quelque chose de touchant dans celui-ci, qu’on aime les chats ou pas. Ma critique complète sur mon blog --> Critique du dimanche

Véronique P.

Suivre son activité Lire sa critique

3,5Bien
Publiée le 27/12/2017

Moment agréable, pour celles et ceux qui adorent les chats ce documentaire est à découvrir. Des témoignages poignants étonnants et insolites.

angelo F.

Suivre son activité 23 abonnés Lire ses 111 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 28/12/2017

Comme je suis très proche des animaux, je ne pouvais pas manquer ce joli docu concernant des chats errants. C'est à la fois didactique, amusant, plein d'émotions et si vrai. Merci à la réalisatrice pour ce joli moment au cinéma.

missfanfan

Suivre son activité 25 abonnés Lire ses 620 critiques

4,5Excellent
Publiée le 28/12/2017

Franchement il ne me serait pas venue à l'idée de faire un film sur les chats et je dois dire que l'idée est ingénieuse Istanbul se révèle toujours aussi majestueuse , et que nos amis à 4 pattes sont attachants un superbe moment de cinéma plein d'originalité

Jean-luc G

Suivre son activité 6 abonnés Lire ses 259 critiques

3,5Bien
Publiée le 06/01/2018

Un documentaire indispensable pour tous qui aiment la fascinante ville d'Istanbul et/ou les chats. Une belle révision au ras du bitume des charmes millénaires de cette cité située au carrefour des civilisations. Quelques phrases sybillines laissent percer une résistance au pouvoir en place, "les chats sont libres et font ceux qu'ils veulent" ou "ils nous aident à ne pas perdre notre joie de vivre". A bon entendeur, salut! GE1 - janvier 2018

Bruno François-Boucher

Suivre son activité 61 abonnés Lire ses 114 critiques

4,5Excellent
Publiée le 29/12/2017

Enfin un film qui réconcilie l’animal et l’être humain, qui nous parle de femmes et d’hommes se préoccupant de leur sort et dans lequel la caméra prend la place ici…des chats. Le chat, animal doté de pouvoirs mystérieux qui a tenu déjà une importance de premier ordre au cours de l’Histoire. Chez les Egyptiens qui l’admiraient il était le symbole de la fécondité et de l’amour maternel. Le chat représentait également une image positive dans l’islam, Mahomet ayant été sauvé par lui de la morsure d’un serpent. Ici, de la première à la dernière image, hommage est rendu au félin à travers un voyage insolite au cœur d’Istambul, ville dans laquelle le félin s’est progressivement installé depuis des siècles. A l’époque de l’empire Ottoman, les chats rendaient service aux navires marchands, chassant les rats qui se trouvaient à bord. Venus de partout en Europe et notamment de Norvège, les chats demeurés à quai après le départ des bateaux ont ainsi progressivement élu domicile dans la ville turque. Une ville peuplée de couleurs et de mystères dans laquelle le chat est devenu l’un de ses principaux citoyens, aimé et respecté. Istambul est une ville de chats. Ils y vivent en totale liberté et ce sont les habitants qui s’en occupent. Ils les soignent, les nourrissent et entretiennent avec eux une communication au-delà des mots, comme si les hommes et les félins se comprenaient, s’accordaient sur un même mode de pensée tout à fait hors normes. Le film de la jeune réalisatrice turque Ceyda Torun est une véritable enquête au cœur de la communauté animale où elle a planté sa caméra. Empruntant la forme du documentaire, l’œuvre est aussi l’histoire de plusieurs personnages clé dans la vie des chats Stambouliotes. On y apprend notamment qu’ils peuvent être doués de pouvoirs de guérison et qu’ils apaisent les humains des vicissitudes du monde. C’est comme si l’homme renaissait en lui-même au contact de l’animal. La balade est insolite, peuplée d’émotions inattendues et l’on est littéralement fasciné et absorbé au cours de la projection qui est un véritable enchantement. Un film qui élève l'âme en prenant une dimension spirituelle, au-delà des mots, et où musique et images contribuent à l'éblouissement. Le talent de la réalisatrice est d’avoir su rendre universel un propos et une approche de l’animal qui dépasse le cadre du simple documentaire. Par ces temps de division où les êtres en quête d’eux-mêmes et de leurs identités se déchirent de part et d’autre, le film est une ode à la réconciliation. Remarqué dans de nombreux festivals à travers le monde, le film est déjà un grand succès au Canada et aux Etats-Unis. Souhaitons que sa sortie en France lui fasse un connaître chez nous un succès largement mérité. Un mot pour conclure « allez le voir », vous ne serez pas déçu du voyage. Sans oublier une mention particulière pour la superbe et envoûtante bande originale de la compositrice de musique de film Kira Fontana.

janus72

Suivre son activité 23 abonnés Lire ses 151 critiques

3,5Bien
Publiée le 28/12/2017

Ce film est remarquable, car superbement mis en image - restant factuel sans les sempiternelles mièvreries et le pathos qui enrobent souvent ce type de documentaire. Drôle - étonnant et au final attachant, ce film nous donne surtout une irrésistible envie d'Istamboul et de ses chats ;-)

Brady20

Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 101 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 28/12/2017

Un petit documentaire sans prétention qui a le mérite de nous faire pénétrer intelligemment dans l'univers des chats. Kedi a été tournée en Turquie, et au delà du côté exotique c'est un film dépaysant et même attendrissant ... Pas besoin d'être fan de chat pour le voir ! Ca change des documentaire TV ... J'y retourne avec ma faille ce week-end ! J'adore !

weihnachtsmann

Suivre son activité 58 abonnés Lire ses 2 497 critiques

3,5Bien
Publiée le 27/12/2017

La réalisatrice prend le poumon de la ville en caractérisant les chats comme les habitants qui y vivent. Il y a les timides, les prétentieux, les sang-gêne et les bien élevés..... C’est aussi le témoignage d’une relation d’amour et de respect entre les animaux et les hommes. C’est même plus que ça car certains disent que les chats améliorent le comportement des humains par l’intérêt qu’ils portent aux autres. C’est un peu leur Agnès Varda à eux. Elle offre un regard tellement plein d’humanité sur un monde parfois si dur. Très beau.

Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top