Notez des films
Mon AlloCiné
    Le Mans 66
    note moyenne
    4,4
    2815 notes dont 383 critiques
    répartition des 383 critiques par note
    137 critiques
    174 critiques
    55 critiques
    12 critiques
    4 critiques
    1 critique
    Votre avis sur Le Mans 66 ?

    383 critiques spectateurs

    H@N_SOL0
    H@N_SOL0

    Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 2 critiques

    5,0
    Publiée le 15 novembre 2019
    Un film somptueux, magnifique, prodigieux qui colle au siège, réconcilie avec le cinéma et fait défiler 2h30 de votre vie au rythme d'une Ford GT40 lancée à +300km/h dans la ligne droite des Hunaudières !! Un hommage vibrant et émouvant au concepteur de moteurs Carroll Shelby et au fantastique pilote Ken Miles... A voir par tous les amateurs de courses de voitures mais aussi par celles et ceux qui sont amateurs de films riches en sensations fortes (Ford lol) et en émotions humaines. Au moins aussi bon que le bouleversant "Rush"
    Ragnar38
    Ragnar38

    Suivre son activité 41 abonnés Lire sa critique

    5,0
    Publiée le 13 novembre 2019
    Un Véritable Uppercut. Après le somptueux Logan, James Mangold livre une magistrale leçon de cinéma avec Biopic Virtuose et Immersif dont on ressort totalement conquis. Pour Commencer la Réalisation est Élégante et Énergisante avec une reconstitution fidèle et réaliste des années 60 qui est servi par une BO Détonante de Marco Beltrami qui apporte du peps au long métrage. Ensuite le Scénario est Passionnant de bout en bout tout en retraçant ce événement historique qui a marqué le monde du Sport Automobile ainsi qu'en montrant l'envers du Décors entourant la rivalité impitoyable entre Ford et Ferrari ainsi les étapes franchis pour aboutir a cette célèbre course du Mans dont le Rythme ne s'affaiblit jamais pendant 2h32, Ajouter a cela des Morceaux de Bravoures hallucinants de réalismes grâce a des Séquences de Courses Vibrantes et Saisissante qui nous coupe le souffle sans oublier une pincée d'Humour et D’Émotion qui contribue énormément au récit. Pour Finir le Casting est Parfait avec en tete d'affiche un Duo D'Acteurs D'Exception qui n'a rien a prouver avec notamment le talentueux Christian Bale qui trouve un rôle a la mesure de son talent en campant le rôle de Ken Miles un Mécanicien Passionnée et Investis dont l'acteur parvient a livrer une interprétation de haut niveau,a ces cotés on retrouve Matt Damon qui est excellent dans la peau de Carroll Shelby un ancien pilote devenu un Chef D'Entreprise Déterminée et Visionnaire dont l'alchimie entre nos deux protagonistes parvient a faire de véritables étincelles a l'écran sans oublier une galerie de Seconds Rôles impliquer composer de Caitriona Balfe,Jon Bernthal,Tracy Letts,Josh Lucas et Noah Jup qui apportent leur édifice au long métrage. En Conclusion, Le Mans 66 est un Formidable Moment de Cinéma comme n'en a plus vu depuis l'excellent Rush de Ron Howard qui montre le savoir-faire hors normes de James Mangold qui livre ici un film a la fois Captivant,Prenant,Spectaculaire et Émouvant qui rentre indéniablement au rang des Films Indispensables des Années 2010 et qui est amener a devenir un Futur Classique du Septième Art.
    benoitG80
    benoitG80

    Suivre son activité 2457 abonnés Lire ses 648 critiques

    3,0
    Publiée le 20 novembre 2019
    « Le Mans 66 » relate bien plus que cette course mythique, rien que par la complexité des divers et nombreux enjeux dont nous fait part ce film, en étant inspirée d’une histoire vraie... Après un « Rush » passionnant et royal de Ron Howard, James Mangold n’a certes pas la même démarche dans ce qu’il cherche à aborder et à montrer. Son film s’articule ainsi à partir de différents combats, dont celui des deux constructeurs automobiles Ford et Ferrari qui seront en partie les grands acteurs, mais également le combat des hommes dans la recherche de leurs intérêts personnels, qu’ils soient commerciaux, ingénieurs, mécaniciens ou pilotes au sein de cette aventure. Dans la complexité de cette démarche, le cinéaste va essayer avec une certaine pédagogie, de nous brosser un tableau le plus exhaustif possible des attentes et des difficultés de chacun. De Henry Ford II à Ken Miles, tous n’ont en effet pas les mêmes problèmes ! Si l’un a des soucis de logique commerciale et de recherche d’une image de marque sur le plan mondial, l’autre a plus le besoin de boucler ses fins de mois... Afin de tisser au mieux son canevas dans ce sens, James Mangold nous plonge donc dans un système de relations à « rivalité variable », intéressant mais un peu longuet et fastidieux au demeurant dans son cheminement, au point de ne pas rendre d’emblée les rôles de Carroll Shelby et Ken Miles clairs et évidents. De plus le traitement très Hollywoodien de cette réalisation n’épure pas son propos, loin de là. La suite, qui va nous faire presque respirer le cambouis et le bitume, va se révéler d’un autre genre avec de l’intensité, de l’action, de la fièvre à tous les instants ! Avec l’ambiance de la course automobile et des circuits, on ressent en effet le stress, le vent, la pluie, on entend le rugissement des moteurs, le crissement des pneus. On s’y croirait comme on l’était dans le fabuleux « Rush » ! Ça fume, ça vrombit, ça tremble à tout va avec le chrono en main ! Alors après une première partie au message en partie politique et donc évidemment économique, sur la stratégie de l’empire Ford vis à vis de celle plus « philosophique » (!) de Ferrari, la deuxième devient en comparaison, le véritable intérêt du film par sa dimension humaine évidente, en se révélant bien plus palpitante et lisible dans les émotions, les dangers, les peurs et les joies. Le duo Matt Damon et Christian Bale fonctionne plutôt bien dans sa relation un peu tordue, et quelques rôles secondaires sont plutôt assez touchants, et on ne dira évidemment rien du rebondissement final qui fait son petit effet en étant riche d’enseignement ! Il n’en reste pas moins qu’en voulant prendre en compte le maximum de tenants et d’aboutissants, afin de renseigner au mieux le spectateur sur le dessous des cartes, le cinéaste se perd un peu dans les virages, avant d’entamer ensuite sa vraie ligne droite à un rythme enfin digne de celui des 24 heures du Mans...
    Kevin dioles
    Kevin dioles

    Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 20 critiques

    5,0
    Publiée le 26 novembre 2019
    Attention, accrochez vos ceintures, ça démarre, les montés d'adrénalines opèrent, les moteurs crachent, et soudain l'œil de la caméra s'ouvre et nous propulse à l'intérieur d'un bolide roulant à pleine vitesse. Le top départ est donné. Devant nous, la vivacité des courses est si redoutable, que nous les vivons au plus près des pilotes. Les mouvements des caméras, multipliant les prises de vues dynamiques, nous font ressentir les vibrations que peuvent apporter cette discipline aux pratiquants. Cette réalisation remplie d'énergie, nous fait revivre l'histoire vraie du préparateur Caroll Shelly (MATT DAMON), et le pilote Britannique Ken Milles (CHRISTIAN BALE), engagés par FORD pour détrôner FERRARI au 24 Heures du Mans, à l'époque une course assez sauvage. Ce sport de luxe, nous montre des compétitions faîtes de tentions et de prises de risques que peuvent endurer les pilotes. Une passion très dangereuse, pouvant les mener à la mort. LE MANS 66, est aussi un film à caractère politique, qui nous apprend que derrière ce spectacle se déroulent des bras de fer d'hommes sans scrupules, manipulateurs, assoiffés par l'image, le gain, profitant des victoires pour faire passer des messages publicitaires au détriment de l'humain. Nos deux comédiens: le majestueux MATT DAMON en patron toujours dans la tourmente, et le magnifique CHRISTIAN BALE en grand technicien de course, nous ancre à cette histoire par une belle amitié qui n'est pas toujours sans failles. Ce long-métrage de JAMES MANGOLD, rend un bel hommage à tous ces coureurs mordus de la vitesse. Une réalisation passionnante, efficace, jouissive, prenante, sans aucune minute d'ennuie. A VOIR ABSOLUMENT; Dans le même genre. LE MANS, RUSH, JOURS DE TONNERRE, DRIVEN
    Le cinéphile
    Le cinéphile

    Suivre son activité 113 abonnés Lire ses 715 critiques

    4,0
    Publiée le 27 novembre 2019
    Le Mans 66 est une véritable réussite. Plongée historique passionnante dans le combat qui opposait deux géants de l'automobile. James Mangold offre une réalisation précise, magnifiée par un duo ultra efficace. Le rythme garde son entrain durant les 2h30. https://youtu.be/P5oJ0v2nIJ4 http://www.lavisqteam.fr/?p=45012 https://www.cineserie.com/dossiers/toplist/top-des-meilleurs-films-de-courses-de-voitures-2918124/
    Margot L.
    Margot L.

    Suivre son activité Lire ses 3 critiques

    5,0
    Publiée le 15 novembre 2019
    Très beau film, acteurs géniaux, voitures magnifiques. Film à voir que vous soyez amateurs de voitures ou non
    Naughty Dog
    Naughty Dog

    Suivre son activité 389 abonnés Lire ses 153 critiques

    4,0
    Publiée le 13 novembre 2019
    2 ans après Logan, voilà le retour de James Mangold, pour un film centré sur la lutte Ford v Ferrari (d'où le titre original) afin de gagner le Mans 66 en construisant la voiture la plus rapide du monde. Très vite, on se rend compte que le cœur du film n'est pas tant l'affrontement entre les 2 fameuses firmes que celle de 2 idéologies pour parvenir à ces fins. En effet, le film est avant tout centré sur le duo Carroll Shelby (ex-pilote qui révolutionnera la conception de la Ford GT) et Ken Miles (mécanicien qui vit pour la course automobile), 2 êtres fondamentalement opposés néanmoins liés par l'amour du circuit, de l'adrénaline et l'amitié qui en découlera. Mangold met l'humain et la passion jusqu'au-boutiste de ces 2 hommes au premier plan (dès l'intro du film, où un Caroll à cran refuse d'arrêter de piloter malgré sa veste enflammée) en opposition aux cols blancs et pontes de la hiérarchie industrielle, mettant en avant cette dichotomie "macro-micro" de cet affrontement idéologique (telle une Guerre Froide entre 2 blocs). Le spectateur qui s'attend donc à un "film de course" (à l'instar de l'excellent Rush de Ron Howard) sera peut-être surpris de l'approche, via une première partie arrivant à très bien balancer les scènes de bureau, d'essai de prototypes à toute berzingue voire de séquences plus calmes avec la famille de Ken Miles (on pourra sans doute reprocher le manque de scènes signifiantes de Caitriona Balfe et Noah Jupe, pourtant très bons, mais peu vecteurs d'émotion). Pour ce qui est de la dernière ligne droite, le film ne lâche jamais le spectateur lors des 24h de Daytona et du Mans, véritables moments de bravoure où la caméra de James Mangold semble enfin exister et se dépasser, boostés par un montage des plus énergiques. Car oui c'est bien sur la piste que la mécanique bien huilée de Le Mans 66 s'emballe, sublimée par une bande-son à la rythmique plutôt rock’n’roll et pêchue de Marco Beltrami (Logan , Sans un Bruit), ainsi qu'une photographie précise de Phedon Papamichael (Alaska , Downsizing). Comment ne pas parler des 2 têtes d'affiche : Christian Bale, ayant perdu 30 kilos après Vice, y est excellent en tête brûlée fou du volant et au tempérament sanguin. Un rôle inédit pour un acteur qu'on ne présente plus, dont le jeu intense ou comique, et l'accent british volontairement accentué, sont un délice. Matt Damon livre un beau contre-poids, en homme mesuré et passionné, principal narrateur des enjeux du film. En conclusion, si le film ne dévie jamais réellement de sa route, Le Mans 66 demeure un film engageant, rythmé, doté d'une énergie communicative qui ne peut qu'embarquer le spectateur (même un non converti au sport automobile) en plaçant l'humain au premier plan. Jamais trop didactique ou pontifiant, bénéficiant d'une reconstitution d'époque exemplaire (les stands du Mans semblent tout droit sorti du passé), d'une fabrication maîtrisée et d'un casting talentueux, James Mangold nous gratifie d'un nouveau pari réussi.
    Paulandre19
    Paulandre19

    Suivre son activité

    2,5
    Publiée le 14 novembre 2019
    Le titre est un peu trompeur : l'épreuve des 24 Heures du Mans de 1966 n'est traitée que dans la dernière partie du film. La plus grande partie de l'histoire est consacrée aux relations entre les deux pilotes régleurs de la GT 40 et leurs rapports avec le constructeur Ford. Les courses sont correctement filmées, mais sans surprise de mise en scène. Finalement, les travelling embarqués de John Frankenheimer dans "Grand-Prix" (1966) restent à ce jour inégalés (mais je n'ai pas vu tous les films de course automobile). Il y a aussi une question que je me pose : est-ce qu'un pilote s'amuse à tourner la tête pour regarder son concurrent dans les yeux alors qu'ils se tirent la bourre ? Je trouve ce genre de plans artificiels. En conclusion j'ai eu le plaisir de voir au cinéma la Ford GT 40, la plus belle voiture de course jamais dessinée, à mon avis.
    Benoit R.
    Benoit R.

    Suivre son activité 52 abonnés Lire ses 11 critiques

    2,0
    Publiée le 16 novembre 2019
    Déçu par Le Mans 66, film dans lequel je n'ai vu qu'une banale histoire de rivalité, pleine de testostérone, de vroum vroum et de "c’est qui meilleur" ? Certes les voitures sont belles, la reconstitution d’époque est réussie, mais l’histoire est bien trop linéaire et longuette (2h30) et finit par lasser, sans parler des lourdeurs de mise en scène, notamment dans la manière bien caricaturale de filmer la femme et le fils de Ken Miles (C. Bale). Il manque à ce film trop sérieux, trop sage et trop académique, une forme de second degré, une touche Scorsienne, pour cette histoire de rivalité entre des capitalistes bornés et les as du volant, Il manque ce côté "pop" qui aurait pu rendre ce récit plus digeste, qui aurait pu donner un peu d’envergure à des personnages assez peu charismatiques en plus mal servis par les dialogues dignes par moment (et surtout durant les courses) d’Olive et Tom. Reste la virtuosité de la caméra et du montage, le savoir-faire de James Mangold, mais dans le genre j’ai largement préféré Rush, le film sur le duel James Hunt et Niki Lauda sorti en 2013.
    selenie
    selenie

    Suivre son activité 478 abonnés Lire ses 3 538 critiques

    4,0
    Publiée le 14 novembre 2019
    On a donc la grande et grosse frustration de ne pas pouvoir croire à fond à cette histoire tant la fiction a pris le pas sur les faits relatés dans le livre. Ainsi on prendra plusieurs séquences avec des pincettes comme la rencontre entre le staff de Ford avec Enzo Ferrari ou l'acharnement de Leo Beebe envers Ken Miles... Ce décalage entre réalité et fiction reste le gros défaut du film, car s'il n'est pas rédhibitoire on ressent trop ces prises de liberté pour qu'on puisse se laisser aller franchement. Le duo Bale/Damon est parfait, les bolides recréent un univers fantasmé idéal, c'est fascinant parfois, intéressant souvent avec assez d'émotion pour passer un très bon moment. Site : Selenie
    Cinemadourg
    Cinemadourg

    Suivre son activité 104 abonnés Lire ses 11 critiques

    4,0
    Publiée le 14 novembre 2019
    Les 24 heures du Mans 1966 : une course légendaire pour un film qui décoiffe ! La rivalité Ford (USA) - Ferrari (Italie) est intense dans les années 1960 : Ford fabrique de la voiture de masse pour monsieur Tout-le-Monde quand Ferrari fait rêver les foules en gagnant des courses... Henry Ford II tente alors l'inconcevable : construire une automobile capable de rivaliser avec les meilleurs bolides du moment et surtout, susceptible de battre Enzo Ferrari dans l'épreuve mythique des 24 heures du Mans. Christian Bale (Ken Miles) et Matt Damon (Carroll Shelby) forment un duo extraordinaire de complémentarité et de complicité à l'écran dans cette entreprise sportive un peu dingue. Le rythme est haletant, immersif et intense ! Même sans vraiment aimer au départ les sports mécaniques, je dois reconnaître que cette réalisation parvient à ses fins : nous divertir et nous faire vibrer. Du très bon spectacle, foncez ! Site www.cinemadourg.free.fr
    chrischambers86
    chrischambers86

    Suivre son activité 1575 abonnés Lire ses 8 738 critiques

    4,0
    Publiée le 23 novembre 2019
    Peut-être l'une des meilleures surprises de l'annèe 2019! Entre drame et feel good movie, c'est 152 minutes d'histoire riche, contemplative et passionnante à suivre! Pas besoin d'avoir recours aux artifices du rècit pour suggèrer le rêve de remporter les 24 heures du Mans puisqu'il est là, visible sur l'ècran! Ressusciter Ken Miles pour un duel au sommet entre Ford et Ferrari, c'est dèsormais possible grâce à James Mangold qui a rèussi à rivaliser d'efficacitè pour rendre ses courses haletantes! Basè sur une histoire vraie, le rèalisateur, d'une camèra attentive, montre Carroll Shelby et Ken Miles face à cette course mythique! Tour à tour, le courage et la peur, l'obèissance et la rèvolte, l'hèroïsme vrai et celui qui relève de l'humour et l'èmotion passent sous nos yeux! Le casting est parfait jusqu'aux seconds rôles! Christian Bale est un Ken Miles très plausible et ses rapports avec sa femme et son fils nous donnent de bien jolies choses! A ses côtès, Matt Damon est un convaincant Carroll Shelby! La complicitè entre les deux acteurs est èvidente et il est rare de voir une entente aussi profonde à l'ècran! En plus d'une reconstitution èlègante et d'une B.O entraînante, le film de Mangold arrive à faire aussi bien que "Rush" qui ètait dans le même esprit! Prèparez les drapeaux à damier, c'est du beau cinèma comme on aimerait en voir plus souvent où les sensations fortes sont garanties...
    Yetcha
    Yetcha

    Suivre son activité 123 abonnés Lire ses 2 049 critiques

    4,5
    Publiée le 6 décembre 2019
    Un film au cœur de la course, on vit, on vibre, notre cœur bat au rythme des pistons, les bruits de moteurs sont jouissifs et très très réalistes, on se croirait à côté des voitures. Les plans dynamiques sont puissants et l'interprétation de Damon et Bale parfaites. L'ambiance musicale est comme un rythme cardiaque qui nous entraîne dans les tourments de la course automobile. De plus, cette volonté de Ford de gagner Le Mans en battant Ferrari est intéressant et historique. D'ailleurs, cette Ford GT 40 MKII reste encore aujourd'hui la seul voiture états-unienne a avoir gagner Le Mans en 66, 67, 68 et 69. Un histoire mythique pour un grand film de course. Seul bémol, le côté un peu tricheur et menteur des états-uniens qui sont, si c'est vrai, plutôt pitoyable.
    Louis DCiné
    Louis DCiné

    Suivre son activité 105 abonnés Lire ses 430 critiques

    4,0
    Publiée le 17 novembre 2019
    Encore un film américain qui n’est pas un gros blockbuster et que j’ai bien aimé ! L’histoire, le casting, les images (et les bandes annonces étaient très convaincantes) m’ont facilement poussé à aller voir « Le Mans 66 », et ça valait le coup de payer une place. D’abord, je trouve que le titre français est plus pertinent que celui de la version originale, « Ford V Ferrari », parce que l’arc narratif en lien avec Ferrari est mis plus au second plan que ce que j’imaginais. On suit surtout ces américains qui veulent se préparer au mieux pour espérer franchir la ligne d’arrivée en premier à cette fameuse course prestigieuse mondiale. Je ne crois pas m’être ennuyé durant le visionnage. Les deux heures et demie sont consistantes et bien remplies. Le long métrage prend son temps pour bien tout raconter et travailler les personnages. James Mangold avait déjà donné cette impression avec « Logan ». On sent qu’il ne veut pas aller trop vite et il aime faire en sorte que le spectateur suive l’évolution de ces protagonistes sans pour autant trouver le temps long. Le duo Bale/Damon est super. Le personnage de Matt Damon a la classe en tant qu’ingénieur pour Ford. Christian Bale fait un pilote automobile naturel et déterminé. Leur relation est saisissante en étant amicale alors que les deux ont des caractères différents mais sont reliés par la même passion. On s’attache vite aux personnages et on a envie qu’ils réussissent. Dans les rôles secondaires, nous avons un Jon Bernthal qui va enrichir les prouesses et les performances d’acteurs. Il sera, en revanche, quasi absent de l’écran à la deuxième moitié du film, ce qui est assez dommage mais cela peut se comprendre si l’on se fie à l’avancée du scénario. Du point de vue visuel, c’est terriblement efficace ! Les scènes de voitures sont filmées sous tous les plans possibles, que ce soit depuis l’intérieur de la voiture, au plus près des pilotes, ou depuis l’extérieur avec une vue large sur plusieurs bolides qui foncent sur la piste. C’est assez impressionnant et je n’avais pas envie que la course se termine. Le troisième acte va être très intense. On est à fond dans l’atmosphère de la compétition. D’ailleurs, il serait regrettable, avant de voir le film, de connaître ou d’aller se renseigner sur Wikipédia par exemple pour connaître les résultats de cette course pour cette année de 1966. Enfin, la bande son est cool, dynamique, et nous aide à nous plonger davantage dans cette ambiance et cette immersion dans les années 60. Bref, c’est très bien fait et c’est fait avec amour. « Le Mans 66 » fait partie des films que je retiendrai le plus de 2019. J’ai hâte de le revoir pour savoir s’il fera partie de mon top de fin d’année.
    Cinephille
    Cinephille

    Suivre son activité 67 abonnés Lire ses 404 critiques

    4,0
    Publiée le 16 novembre 2019
    Les films sur la course automobile sont rares, les bons films sur le sujet sont très rares. Celui-ci en est un. On ne voit pas les 2h30 passer, on est rivé à son siège tant dans les scènes de rivalité entre les personnages que dans les scènes de course. Le film introduit un personnage féminin moderne par son allure et par son caractère. Mais à part ce "détail" Le Mans 66 a tout du bon film à l'ancienne, efficace, bien joué, bien réalisé.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top