Notez des films
Mon AlloCiné
    Amen
    note moyenne
    3,6
    4611 notes dont 191 critiques
    répartition des 191 critiques par note
    45 critiques
    66 critiques
    37 critiques
    25 critiques
    11 critiques
    7 critiques
    Votre avis sur Amen ?

    191 critiques spectateurs

    Truman.
    Truman.

    Suivre son activité 141 abonnés Lire ses 1 364 critiques

    4,0
    Publiée le 20 septembre 2013
    Costa-Gavras ne filme pas les camps de concentration, il préfère filmer les trains, ceux qui partent remplit et ceux qui reviennent vide . Il ne filme pas la guerre il film le nazisme ses actes horrible avec un homme qui essaye de lutter . Il ne filme pas la religion il filme l'inaction du Vatican et un prêtre qui essaye de faire ouvrir les yeux au autres . Costa-Gavras offre ici un film assez unique sur la seconde guerre mondiale qui dénonce haut et fort les non-réactions des grandes instances du Vatican, un pape qui fait mine de vouloir dénoncer mais qui ne le fait pas, un archevêque qui s'en fiche et pleins d'autre réactions aussi scandaleuses soit elle . Amen avait provoqué un petit buzz a l'époque aussi bien pour ses propos dénonciateur mais aussi pour son affiche qui arbore une croix gammée . Amen dénonce sans tomber dans le larmoyant, il dénonce de façon brutal et réaliste . Le film est captivant de bout en bout et ne sombre en aucun cas dans l'ennui grâce a un bon rythme soutenu et encore plus soutenu face a des images poignante . Les interprétations sont excellent et Mathieu Kassovitz signe ici son plus grand rôle ( pas bien dur faut dire ), Ulrich Tukur lui est vraiment excellent . Il manque peut etre un peu d'une mise en scène plus appuyé pour en faire un des plus grands film sur le sujet au coté de Spielberg, Polanski ou Klimov . Amen est et restera un film au sujet osé qui dénonce et le fait avec une grande fermeté. Ceux qui ferment les yeux sont ils plus horrible que les bourreaux ?
    anonyme
    Un visiteur
    4,5
    Publiée le 28 janvier 2014
    une page de l'histoire vérité de la seconde guerre mondial,les nazis malgré leur barbaries étaient très avancés dans toutes les sciences et les technologies , les inventions , comme pour purifier l'eau étaient détourner pour tuer le maximum de personnes , c'est vraiment une sale race les allemands et la pute de Merkel qui tente d'imposer l’Allemagne comme en 40
    this is my movies
    this is my movies

    Suivre son activité 163 abonnés Lire ses 1 944 critiques

    4,5
    Publiée le 13 avril 2016
    Pour s'attaquer à un sujet aussi casse-gueule, il faut être un cinéaste sûr de sa mise en scène et nanti d'un scénario béton et avec des acteurs d'exception. Foisonnant de thèmes passionnants aux questions épineuses et aux réponses complexes (le film expose très bien ses thèses ainsi que les différents points de vue avec des arguments solides, même si on sent que le cinéaste a ses propres opinions), le film a un rythme assez soutenu vu que tout se passe à travers des discussions dans des couloirs ou des pièces immenses, le tout entrecoupé de plans de trains, vides ou pleins, qui passent inlassablement. U. Tükur signe une performance remarquable et fait remarquablement ressentir les tourments de son perso, face à un U. Muhe pas encore célèbre (avec "La vie des autres" en 2006) mais déjà brillant. Au milieu, j'ai trouvé que M. Kassovitz n'était pas toujours juste, parfois un peu faux mais dans l'ensemble, une bonne performance. Quelques scènes puissantes toutefois, la marque indéniable d'un cinéaste en forme et impliqué, un script dense et fouillé pour un résultat final qui vous réservera quelques haut-le-coeur ainsi que de chaudes larmes, le tout sans (presque) jamais montré l'horreur ! Fort, très fort. D'autres critiques sur
    Black-Night
    Black-Night

    Suivre son activité 115 abonnés Lire ses 52 critiques

    4,0
    Publiée le 11 février 2016
    Amen. est un très bon film. Ma toute première découverte du cinéma du réalisateur Grec, Constantin Costa-Gavras et déjà un film qui me plaît et surtout important. Pendant la guerre, un officier SS tente d'alerter le Vatican du génocide dont les juifs sont victimes. Un pamphlet poignant avec de sacrés prestations. César du meilleur scénario 2003, important succès public et critique à sa sortie, "Amen." est un véritable choc, apparemment dans la même lignée que ces autres grands films politiques. Adapté de la pièce de Rolf Hochhuth "Le vicaire", le film dénonce la passivité de l'Église catholique et du pape Pie XII face au génocide des juifs. Pour autant, le cinéaste ne charge pas uniquement le Vatican et critique également l'attitude des puissances alliées, informées elles aussi des crimes nazis. Si les autorités religieuses l'ont accusé de fausser la réalité historique et de faire l'amalgame entre catholicisme et nazisme (en raison de l'affiche controversée du film, ornée d'un symbole mêlant croix chrétienne et croix gammée), Amen., notamment grâce à ses deux interprètes principaux, est une œuvre poignante et juste sur la lâcheté. Très bonne bande son de Armand Amar. Le réalisateur Costa-Gavras en est ici à son 16ème long métrage, et nous offre une très bonne réalisation et surtout une facilité de mise en scène très plaisante. Le casting est très bon avec Mathieu Kassovitz un peu limite au début je trouve mais qui est ensuite parfait en jésuite naïf et idéaliste, tout comme Ulrich Tukur excellent en officier SS ambigu. Face à eux, Ulrich Mühe, incarne avec subtilité un médecin directeur de camp inspiré du tristement célèbre docteur Mengele. A noter aussi les bonnes présences et prestations de Michel Duchaussoy, Marcel Iures, Sebastian Koch. Une sorte d’anatomie de la lâcheté que le film nous amène. Ma note : 8/10 !
    anonyme
    Un visiteur
    5,0
    Publiée le 29 janvier 2014
    une page de l'histoire vérité de la seconde guerre mondial,les nazis malgré leur barbaries étaient très avancés dans toutes les sciences et les technologies , les inventions , comme pour purifier l'eau étaient détourner pour tuer le maximum de personnes , c'est vraiment une sale race les allemands et la pute de Merkel qui tente d'imposer l’Allemagne comme en 40
    wolf300
    wolf300

    Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 20 critiques

    0,5
    Publiée le 25 mars 2011
    en 2001, Le grand rabbin de New York, David Dalin, déclara : « Il fut un grand ami des Juifs et mérite d'être proclamé « Juste parmi les Nations » parce qu'il a sauvé beaucoup de mes coreligionnaires [...] Selon certaines statistiques, au moins 800 000. » À propos des mêmes événements, Albert Einstein affirmait : « l'Église catholique a été la seule à élever la voix contre l'assaut mené par Hitler contre la liberté. »:au nom de quoi autorise-t-on ces films mensongers?il faudras bien un jour reconnaitre que pie xii, jean xxiii et bien d'autres ecclesiastiques ont sauvés la vie de milliers de juifs ainsi que des soldats alliers....contrairement à ce qu'on peut voir dans ce film-calomnie!
    anonyme
    Un visiteur
    4,5
    Publiée le 6 janvier 2014
    une page de l'histoire vérité de la seconde guerre mondial,les nazis malgré leur barbaries étaient très avancés dans toutes les sciences et les technologies , les inventions , comme pour purifier l'eau étaient détourner pour tuer le maximum de personnes , c'est vraiment une sale race les allemands et la pute de Merkel qui tente d'imposer l’Allemagne comme en 40
    lhomme-grenouille
    lhomme-grenouille

    Suivre son activité 1165 abonnés Lire ses 2 472 critiques

    4,0
    Publiée le 15 juillet 2014
    Des films sur la seconde guerre mondiale, on s’en est bouffé un paquet, et personnellement, je suis allé voir cet « Amen » en me disant « c’est bon, j’ai ma dose ». Et pourtant, avec le regard sans concession de Costa-Gavras, j’avoue que ce film à bien marché me concernant. Certes, c’est un peu trop didactique et moralisateur (du Costa quoi) mais le discours a une réelle pertinence et, surtout, la performance de Matthieu Kassovitz vaut vraiment le détour…
    Julien D
    Julien D

    Suivre son activité 365 abonnés Lire ses 3 097 critiques

    4,0
    Publiée le 26 novembre 2011
    Plus qu’une simple leçon d'histoire, l'intérêt premier de ce film est l'excellente mise en avant des sentiments des deux personnages principaux de cette reconstitution de la plus dure page de l’Histoire du 20ème siècle. La mise en scène pleine de finesse de Costa-Gavras et le réalisme de scènes très dures permettent de faire parfaitement profiter au public la véritable descente en enfer que traversent cet officier SS qui, découvrant l'horreur de l'Holocauste, sera tiraillé entre son patriotisme et sa morale chretienne ainsi que de ce jeune jésuite idéaliste voulant à tout pris empêcher au membres du Vatican de confondre diplomatie et lâcheté.
    Jo D
    Jo D

    Suivre son activité 24 abonnés Lire ses 132 critiques

    3,5
    Publiée le 5 août 2012
    "Amen" nous transpose l'une des histoires les plus ignobles de l'Histoire avec un grand "H" : celle de la génèse et de la création des camps de concentration et de l'extermination de la population juive durant la seconde Guerre Mondiale. Costa-Gavras nous fait suivre ici le combat de 2 hommes contre cette abomination : un jésuite (M.Kassovitz) et un Lieutenant S.S (Ulrich Tukur, exceptionnel !). Ce n'est d'ailleurs pas sans rappeler "La liste de Schindler" dans le fait qu'un homme, pourtant du côté le plus puissant de la barrière, n'hésite pas à suivre ses plus profondes convictions au péril de sa vie. Mais là ou le Chef d'Oeuvre de Spielberg nous prenait aux tripes pendant les 3 heures que durent le film, ici nous sommes sans cesse interrompu par des scènes religieuses interminables qui allourdissent trop le récit, d'autant plus qu'on sait dès le départ que ce n'est pas cet élément là qui va changer le cours de l'histoire... Il me restera pour un bon moment en mémoire ces multiples transitions avec tous ces wagons à vide et au contraire, tous ces wagons remplis de juifs se dirigeant inexorablement vers les camps de la mort. Tout cela amené par une musique qui fait froid dans le dos. Film à découvrir si ce n'est déjà fait pour ne pas oublier, et pour voir l'un des pires épisodes de l'Histoire sous un angle nouveau.
    anonyme
    Un visiteur
    4,5
    Publiée le 26 décembre 2013
    une page de l'histoire vérité de la seconde guerre mondial,les nazis malgré leur barbaries étaient très avancés dans toutes les sciences et les technologies , les inventions , comme pour purifier l'eau étaient détourner pour tuer le maximum de personnes , c'est vraiment une sale race les allemands et la pute de Merkel qui tente d'imposer l’Allemagne comme en 40 -aller les trolls essayez de suypprimer ma critique hahahahha
    francineraymonde
    francineraymonde

    Suivre son activité Lire sa critique

    0,5
    Publiée le 3 septembre 2009
    Ce film est faux de bout en bout ! Pourquoi tent de haine envers un homme, le Pape Pie XII, qui a sauvé des milliers de gens, juifs et non juifs pendant la guerre ? je vous mets la liste des juifs qui ont remercié Pie XII au lendemain de la guerre : En 1943 Chaim Weizmann, qui deviendra plus tard le premier président israélien, écrit que « le Saint-Siège prête son puissant soutien afin d'améliorer le sort de mes frères persécutés ». Lors d'une rencontre avec le Pape à la fin de la guerre, Moshe Sharett, le second Premier ministre israélien, dit « mon devoir était de leur dire merci à lui et à l'Église catholique au nom de tous les juifs pour tout ce qu'ils avaient fait dans les pays occupés ». Le Grand Rabbin d'Israël Isaac Herzog envoie un message en 1944 où il déclare que « le peuple israélien n'oubliera jamais ce que le Pape et ses délégués font pour nos malheureux frères et soeurs dans les heures les plus sombres de notre histoire. Ils sont inspirés par les principes de la religion qui sont les fondements de la vraie civilisation. C'est la preuve de l'existence de la Providence divine dans ce monde ». En septembre 1945 Léon Kubowitzy, Secrétaire général du Congrès juif mondial, remercie personnellement le Pape pour ses diverses interventions et fait don, au nom du Congrès, de 20 000 $ aux oeuvres du Vatican « en reconnaissance de l'aide apportée par le Saint-Siège aux juifs persécutés par le fascisme et le nazisme ». l'Union des Communautés juives italiennes déclare que le 17 avril sera la « Journée de la Reconnaissance » pour l'aide apportée par le Pape pendant la guerre. Le 26 mai 1955 l'Orchestre philharmonique d'Israël se rend au Vatican pour y interpréter la Septième Symphonie de Beethoven et exprimer ainsi la reconnaissance éternelle d'Israël envers le Pape pour l'aide apportée aux juifs pendant l'Holocauste.
    Gael2206
    Gael2206

    Suivre son activité Lire ses 6 critiques

    0,5
    Publiée le 2 avril 2007
    Une honte. Une aberation historique, qui n'a qu'un seule but: la propagande anti catholique. Pour mémoire, le pape Pie XII a sauvé de nombreux Juifs, à tel point qu'Hitler a envisagé de le faire assassiner. Après la guerre, il fut remercié par Israël à de nombreuses reprises, pour avoir sauvé toutes ces vies directement ou indirectement, par le fait de l'Eglise (environ 700-800 milliers de personnes sauvées).
    P.BERNARD4@wanadoo.fr
    P.BERNARD4@wanadoo.fr

    Suivre son activité Lire sa critique

    0,5
    Publiée le 29 janvier 2009
    Ce film est une escroquerie historique. Il ne reflète en rien le rôle réel joué par Pie XII et l'église catholique (protestante aussi) envers les juifs pendant la guerre. Il s'avère que dans la réalité il serait plus près d'être un "juste parmis les nations". Gavras est un falcificateur. A lire: "Quand un rabbin réhabilite Pie XII, prétendu "pape d'Hitler: Pape d'Hitler" proclamait (et titrait) John Cornwell. "Juste parmi les Nations" répond le rabbin David Dalin. L'ignorance encourage la tiédeur: David Dalin y remédie. Et si son espoir que l'on reconnaisse à Pie XII le titre de "Juste parmi les Nations" -pour le cinquantenaire de sa mort- sera vraisemblablement déçu, on peut espérer au moins un frémissement de réhabilitation. David Dalin engage le débat sans attendre, en questionnant les intentions des contempteurs de Pie XII. Il relève que les auteurs des ouvrages les plus virulents contre Pie XII se trouvent être souvent aussi les auteurs d'ouvrages anti-catholiques et/ou farouchement opposés aux positions de l'Eglise sur nombre de sujets de société, de sorte que leurs charges contre Pie XII ne paraissent pas "exclusivement" motivées par le souci scrupuleux de l'historien pour la vérité, mais "également" par la volonté de mettre à mal l'autorité morale dont pourrait bénéficier l'Eglise. Pour David Dalin, il y a là une véritable instrumentalisation de la Shoah, et "quels que soient leur sentiment vis-à-vis du catholicisme, les juifs ont le devoir de rejeter toute polémique qui s'approprie la Shoah pour l'utiliser dans une guerre des progressistes contre l'Eglise catholique." Et David Dalin multiplie les références aux auteurs juifs qui rejettent cette instrumentalisation : Cecil Roth, Pinchas Lapide, Livia Rothkirchen, Joseph L. Lichten, Jeno Levai, Michael Tagliacozzo, Richard Breitman ou encore Sir Martin Gilbert..." Lire la suite sur: http://www.rue89.com/2008/10/02/quand-un-rabbin-rehabilite-pie-xii-pretendu-pape-dhitler
    Alkhasempsest
    Alkhasempsest

    Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 44 critiques

    2,0
    Publiée le 13 février 2014
    La réalisation est un peu molle, on croirait un téléfilm. Il est vrai que j’ai vu ce film en VF et que le doublage est particulièrement mauvais. L’idée est intéressante : on est amené à réfléchir sur l’efficacité respective de l’opposition franche et de la dénonciation d’une part et de la diplomatie d’autre part. Malheureusement, les personnages sont un peu trop caricaturaux pour que le film soit vraiment réussi. Par ailleurs, le leitmotiv des trains qui passent et repassent est un peu pénible, la ficelle étant un peu grosse.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top