Mon AlloCiné
    Platoon
    note moyenne
    4,2
    13337 notes dont 516 critiques
    42% (217 critiques)
    39% (202 critiques)
    10% (50 critiques)
    6% (33 critiques)
    2% (9 critiques)
    1% (5 critiques)
    Votre avis sur Platoon ?

    516 critiques spectateurs

    MaCultureGeek
    MaCultureGeek

    Suivre son activité 788 abonnés Lire ses 582 critiques

    5,0
    Publiée le 19 juillet 2014
    Le pauvre soldat abandonné, délaissé et trahit s'enfuit sans réel but ni objectif, si ce n'est celui de survivre encore quelques minutes, une trentaine de viets à ses traces, à moins de cinq mètres, tous plus armés les uns que les autres. L'homme seul, désespéré, titube, tombe, se reprend et rechute au sol. Au dessus, l'hélicoptère de ses troupes, avec autant de ses amis et que de ses ennemis, qui tente de se poser, et, sans ne pouvoir rien faire d'autre, mitraille la foule de viets-congs amassée juste derrière le soldat. L'homme se redresse une ultime et dernière fois, le temps d'un unique adieu à ses hommes et à la vie, les bras levés vers le ciel, comme en prière au saint créateur, le visage tordu de douleur, avec désespoir et tristesse. Il s'écroule, le plan de caméra change, l'hélico s'en va, l'abandonne définitivement, le laissant seul au sol, seulement entouré des cadavres des viets abattus par les soldats postés dans les airs. Et là, les larmes aux yeux et le souffle court, on comprend directement qu'on vient d'assister à l'une des plus belles scènes et des plus émouvantes que le cinéma compte depuis sa création. Fort d'une intensité inégalable et d'une émotion bouleversante, la mort de ce pauvre homme restera gravée à jamais dans l'esprit des spectateurs et cinéphiles du monde entier. Musique magnifique, plans géniaux, ralentis précis et impressionnants, fort d'une mise en scène aussi géniale que l'instant est fort et dramatique, ce passage est clairement le meilleur de tout le film, et, personnellement, c'est celui que je préfère de tous les films sur la guerre du viet-nam, encore plus intense que la roulette-russe de "Voyage au bout de l'enfer". Et pour cela, je pense que "Platoon" est clairement mon film de guerre préféré, encore plus réaliste qu'un "Il faut sauver le soldat Ryan" et beaucoup moins patriote que "We were soldiers", "Platoon" est le film de guerre parfait selon moi, qui remet les pendules à l'heure et vous offre une vision inédite et terriblement réaliste d'une guerre ou d'une autre, un chef-d'oeuvre de malade qui m'a complètement ému, non seulement pour la mort d'un soldat qui, sans même le savoir, est devenu le symbole des films sur le viet-nam ( ou des films de guerre en général ), à la manière des hélicos d' "Apocalypse now", autre superbe oeuvre du genre, mais également de par sa fin. Pas étonnant, vous direz-vous surement, parce que ce sont généralement les derniers instants qui perturbent le plus, mais là, c'est entre les dernières phrases de Charlie Sheen et la fin du générique façon "Predator". C'est le seul film, avec ce dernier que je viens de citer, qui m'a fait ressentir un horrible sentiment de tristesse en repensant à tout ce qui s'était passé. Je vais faire une petite reconstitution, pour que tu comprennes, cher lecteur. Phrases philosophiques passées ( j'y reviendrai ), la musique de fin se lance, le générique suit de près, les soldats se présentent en souriant sans parler, avec le nom des acteurs juste en dessous, et puis, je me dit : "merde, mais ils sont tous morts, ces mecs, quelle horreur ce film...". C'est un peu la même chose qu'avec "Le Seigneur des Anneaux", si tu veux. Quand on regarde "Platoon", vois-tu, l'ami, on se dit qu'on voit bien plus qu'un simple film de guerre, qui ne s’arrête pas au générique, va bien plus loin dans notre esprit, et y reste gravé longtemps, très longtemps, vraiment très longtemps après, sorte d'immortelle oeuvre inoubliable qui n'a pas vieillit pour un sou. Trio génial que voici : Sheen - Dafoe - Berenger, qui fait de réelles étincelles et nous gave de séquences toutes plus cultes les uns que les autres ( celle du village est monstrueuse ). Et là, je pense que personne ne pourra dire le contraire, il y vraiment performance d'acteur. Les trois héros ( ou personnages principaux,c'est la même chose ) rivalisent tout du long pour livrer un jeu encore meilleur que celui des deux autres, éclipsant le reste du casting bourré de visages connus, des seconds couteaux des années 90 tous plus connus les uns que les autres. Et personnellement, je préfère Dafoe, AKA le Bouffon-vert. La musique culte nous tiendra en haleine tout du long, bande-son reprise à de multiples reprises depuis sa date de sortie. La fin, soit les derniers mots que Sheen prononce, est carrément philosophiques, et alors, on comprendra que cet homme a perdu son innocence dans cette guerre, désormais devenu à la fois Barnes et Elias, ces deux ennemis qui se sont livré leur propre guerre. Ce film, on pourrait le résumer à la posture de l'homme abandonné, carrément légendaire et mythique. Les deux heures sont passées comme la moitié d'une seule, avec intensité et passion. Je ne pouvais qu'observer le réalisme du tout, me croyant, durant tout le temps, dans la jungle vietnamienne, au milieu des arbres et des serpents, à devoir me méfier de chaque coin d'ombre. Filmé à la manière d'un documentaire, avec réalisme et véridicité, "Platoon" est LE film, LE chef-d'oeuvre, LE métrage sur la guerre du viet-nam à voir au moins une fois dans sa vie, un véritable film de guerre pur et dur, intense et bouleversant.
    ConFucAmuS
    ConFucAmuS

    Suivre son activité 170 abonnés Lire ses 341 critiques

    5,0
    Publiée le 1 décembre 2016
    Des grands films sur la guerre du Vietnam, il y en a: Voyage au bout de l'enfer, Apocalypse now, Full Metal Jacket et Platoon. Et ce dernier nous offre peut être la plongée la plus mémorable dans l'enfer de la jungle Vietnamienne. Oliver Stone, ancien soldat ayant connu cette guerre, entamait avec Platoon sa "trilogie" sur ce conflit ayant marqué l'Amérique de cette deuxième moitié du XXè siècle. C'est aussi surement le meilleur film qu'il ait réalisé: le plus intense, le plus réaliste, le plus bouleversant aussi. Car au travers des yeux du jeune bidasse Chris Taylor, on assiste aussi à la tragédie de tout un pays qui se retrouve écartelé. Le duel opposant ses deux supérieurs, Barnes et Grodin, devient rapidement la métaphore d'une Amérique scindée en deux. On peut aussi voir le soldat Taylor (Charlie Sheen, juste parfait) comme un enfant devant deux figures paternelles opposées (ses deux sergents), soit deux visions contraires du monde. Barnes est un soldat expérimenté, véritable guerrier proche de la psychopathie, alors que Grodin représente l'humaniste conscient de l'horreur qui l'entoure. Alors que les soldats enchaînent les épreuves dans la jungle hostile, la tension montent dans les rangs, et la division demeure inévitable. Oliver Stone ne nous épargne rien (l'enfer de la jungle, les batailles sanglantes, les exactions commises) mais le fait sans complaisance ni indulgence. C'est ce qui fait de Platoon une perle rare. C'est surement le film ayant réussi à le mieux capter l'horreur de la guerre du Vietnam. Vous n'êtes surement pas prêt d'oublier la composition de Samuel Barber (Adagio for strings) dont la musique hante tout le film et lui donne une dimension tragique incroyable. Une œuvre dure mais éternelle.
    Mosse.
    Mosse.

    Suivre son activité 67 abonnés Lire ses 445 critiques

    5,0
    Publiée le 11 février 2009
    Je m'attendais à un grand film, je n'ai pas été déçu! Ce premier épisode de la Saga "Trilogie du Viêtnam" d'Olivier Stone ( complêtée par "Né un 4 Juillet" ( 1990 ) et "Entre Ciel et Terre" ( 1994 ) ), sorti en 1987 est un véritable chef d'oeuvre! Des les premières secondes, c'est éblouissant! Le générique de début est magnifique, et la scène d'ouverture est splendide. Les acteurs sont dans leurs personnages ( cause d'un entrainement épuisant durant 2 semaines avant le tournage ), c'est magistralement filmé,... On est réellement dans la guerre. Bien sur, c'est plus simple pour Oliver Stone, lui-même vétéran du Viêtnam, de retranscrire les émotions que l'on ressent sur le terrain. Beaucoup de scènes ou de personnages sont directement tirés de ses expériences personnelles. Par exemple, le Sergent Barnes, interprété par Tom Berenger, est inspiré du Sergent qui le commandait durant la guerre. Deux scènes m'ont particulièrement marqué ; celle de l'interrogatoire dans le village, terrible, certains n'ont aucune pitié, et d'autres essayent tant bien que mal de sauver le maximum d'innocents. C'est d'ailleurs de cette scène que va partir le conflit entre Elias et Barnes. La seconde scène est bien sur celle de la mort de Elias, culte et pleine d'émotion. Parfaite! Bien qu'aucun d'eux n'aie reçu d'Oscar, le jeu des acteurs est juste superbe et la distribution est époustouflante! Willem Dafoe ( qui, comme Berenger fut nominé à l'Oscars du meilleur second rôle ), Charlie Sheen, Forest Whitaker, Johnny Depp ( pour un de ses premiers rôle ) et bien d'autres, tous meilleurs les uns que les autres! On l'a souvent dit moins bon que "Full Metal Jacket" de Kubrick, moi je pense qu'il n'y a pas vraiment de comparaison à faire. Ce sont deux films tout à fait différents, "Platoon" est beaucoup plus triste, alors que le Kubrick est violent, moins psychologique. C'est totalement différent pour moi, mais je préfère tout de même le film de Stone. Un des meilleur film de guerre que j'a
    Puce6386
    Puce6386

    Suivre son activité 414 abonnés Lire ses 908 critiques

    4,5
    Publiée le 5 juillet 2014
    Un excellent film sur la guerre du Viêtnam. La réalisation se concentre surtout sur les combats, qui sont d'ailleurs magnifiquement mis en scène, de façon très réaliste et convaincante. Une oeuvre très prenante et au final, très touchante !
    jimmyc
    jimmyc

    Suivre son activité 103 abonnés Lire ses 131 critiques

    5,0
    Publiée le 22 avril 2014
    Oliver Stone traduit ici son expérience personnelle de la guerre du Viêt-Nam, son vécu, mais aussi ses ressentis..Il s'agissait donc pour lui de faire coïncider son point de vue d'auteur avec le point de vue du personnage central, Chris Taylor. Platoon se distinguera alors des films où le spectateur connaît le point de vue des différents protagonistes.. Dans les reconstitutions historiques à l 'instar de" Le jour le plus long" "La bataille de Midway" ou "Un pont trop loin" la caméra montre successivement le quartier général des alliés, puis celui des Allemands ou des Japonais, passant ensuite les troupes en revue, les soldats se préparant à l'assaut et le retour au quartier général allié où la situation évolue.. Le spectateur a donc ainsi une vue d'ensemble .. Le parti pris volontairement subjectif du réalisateur est totalement différent dans sa mise en forme ,celui -ci lui interdit de représenter des personnages autres que Chris Taylor et les membres de sa section. L 'oeuvre survole les soldats Nord-Viêtnamiens dont le point de vue (stratégique ou simplement humain) restera totalement méconnu.. le spectateur sera incapable de prévoir les mouvements ou les actions de cet «ennemi» impénétrable et caché. Même les officiers supérieurs américains, auxquels obéit en définitive la section de Taylor, n'apparaissent jamais devant la caméra....Platoon décrit l'expérience de jeunes fantassins américains en 1968 près de la frontière cambodgienne et il est bien difficile de décider si le film représente un cas particulier ou traduit au contraire une situation générale..Voilà donc l 'originalité du film dans son ensemble .. La bande-son (Adagio for String Op 11) signée Samuel Barber reste le symbole de cette déchirure irréversible ,ce trauma imposé .. Le réalisateur profite de cette dernière pour introniser une scène culte ,celle ou Willem "Elias"Dafoe"ne parvenant à sortir indemne de la sanction appliqué par le sergent -Chef Bob Barnes (Incroyable Tom Berenger),lève les bras vers le ciel en signe de désespoir et désillusion ......Le spectacle dispose de techniques visuelles lui permettant de rendre un crédit véritable à la construction du récit .. la caméra adopte une position se confondant au regard de Charlie "Chris Taylor"Sheen pour exemple lors de l'embuscade nocturne dans la jungle, ce dernier saisit un tube d'intensification de lumière lui permettant d'observer les alentours plongés dans l'obscurité, aussitôt après, la caméra nous montre ce que voit Taylor, c'est-à-dire la jungle devenue artificiellement lumineuse... Une telle identification des points de vue ne peut cependant être constante, le cinéaste proposera alors de préférence des images «mi-subjectives»... Platoon reste un film direct et puissant ..
    Benjamin A
    Benjamin A

    Suivre son activité 346 abonnés Lire ses 1 055 critiques

    4,5
    Publiée le 18 février 2018
    Lui-même ayant été un soldat lors de cette guerre, Oliver Stone signe avec Platoon un film fort et sans concession sur le Vietnam et la fin de l'innocence américaine. C'est sur un jeune engagé volontaire qu'il va braquer sa caméra et avec qui il va découvrir l'horreur de la guerre. Alors oui, on peut trouver à Platoon quelques maladresses et même excès à l'image de la répétition musicale, mais quelle puissance ! Oliver Stone nous jette dans le bain du Vietnam avec violence et crudité pour y suivre le parcours et la désillusion d'un jeune patriote qui va découvrir ce qu'est la guerre et la face caché de l'Amérique. Se basant sur sa propre expérience de la guerre, Stone nous immerge en pleine action, nous met à la place du protagoniste pour nous faire ressentir les mêmes sensations que lui, c'est à dire la peur constante, les soupçons, la fatigue et l'horreur. En prenant comme point de départ ce jeune gamin venant d'une famille semblant plutôt aisée, un minimum instruit et donc volontaire car élevé dans l'honneur que représentait la défense des grandes USA, il va peu à peu montrer sa désillusion et perte de valeur. Stone met en avant le sacrifice de toute une génération et la folie de cette guerre où ils ont attaqué un pays qu'il ne connaissait pas et envoyé de nombreux humains à l'abattoir. Il reste tout le long aux Vietnam, montrant aussi les ravages de la guerre sur la psychologie des soldats et comment ils peuvent se diviser entre eux. Là où l'oeuvre est aussi particulièrement intéressante, c'est dans la façon dont le jeune Chris va se retrouver déchiré entre deux mentors, deux idéologies et convictions et avoir, par moments, un regard lucide sur ce qu'ils font et comment, en plus de se détruire soit-même, ils vont détruire des populations. L'écriture des personnages est clairement un des points forts où Stone met en place l'errance d'âmes meurtries qui vont se retrouver dépasser par une guerre qui n'était pas la leur. Platoon prend aux tripes comme peu de films de guerre peuvent le faire, Stone nous mettant face à la guerre et nous y immergeant en plein milieu et créant un sentiment de malaise et d'horreur. Il trouve le bon équilibre entre les scènes de guerres (remarquablement filmées, nous donnant la même impression que les protagonistes) et celles où il va plus étudier les personnages, notamment leurs évolutions, tandis qu'il évite de tomber dans le manichéisme. Les scènes marquantes et coups de poings se succèdent sans trop tomber dans la surenchère tandis que Stone dirige merveilleusement ses acteurs, chacun se fondant dans son rôle à l'image de William Dafoe, Tom Berenger ou le jeune Charlie Sheen. C'est sans concession que Stone montre la guerre du Vietnam, nous y emmenant au cœur pour mieux nous montrer l'horreur de la nature humaine, les désillusions d'un soldat et la face caché d'un pays.
    nicothrash60
    nicothrash60

    Suivre son activité 82 abonnés Lire ses 633 critiques

    4,0
    Publiée le 19 octobre 2016
    "Platoon d'Oliver Stone est sans aucun doute l'un des meilleurs film traitant de la guerre du Vietnam mais au delà de ça l'un des plus grands film de guerre tout court. Stone ayant vécu cette guerre de l'intérieur, il confère à son métrage une sorte d'implacable véracité en s'appuyant sur une bande son magnifique et sur un superbe casting qui fait s'opposer Tom Berenger et Willem Dafoe dans une lutte à mort entre le bien et le mal avant que Charlie Sheen ne prenne parti. Les affrontements sont parfaitement mis en scène et la tension de tous les instants joue avec vos nerfs jusqu'au bout. Certaines images restent gravées à jamais tout comme pour "Voyage au bout de l'enfer", "Full Metal Jacket" ou encore "Apocalypse Now", Stone met également en évidence l'inutilité totale de cette guerre dont personne ne voulait par le biais de ses personnages qui se demandent continuellement ce qu'ils font dans ce bourbier. Un grand film clairement, pas le meilleur pour moi car il souffre parfois de son rythme mais définitivement un Stone majeur.
    Attigus R. Rosh
    Attigus R. Rosh

    Suivre son activité 23 abonnés Lire ses 78 critiques

    5,0
    Publiée le 27 mars 2016
    Superbe film. N'étant pas fan de film de guerre, j'ai tout de suite accroché à ce chef-d'œuvre d'Oliver Stone. Le trio d'acteur joue très bien (Charlie Sheen, Tom Berenger et Willem Dafoe). Les plans sont magnifiques. L'adagio pour cordes de Samuel Barber (désormais culte grâce à ce film) est déchirant et accompagne magnifiquement l'atmosphère du film. Les rôles principaux sont très bien écrits. On ressent le désespoir et presque les souffrances de ces soldats. Le slogan du film à sa sortie était « The first casualty of war is innocence » (la première victime de la guerre est l'innocence) et ce slogan reflète parfaitement l'ambiance du film. spoiler: La mort du sergent Elias est magistrale et constitue peut-être la mort la plus impressionnante au cinéma. On ne peut pas demander mieux d'un film de guerre. Un must-see.
    anonyme
    Un visiteur
    5,0
    Publiée le 4 mai 2008
    Faut d'abord avouer que les films qui parlent de la guerre du Vietnam c'est pas du tout mon truc. Mais celui la est different car la ,on voit que les soldats americains etaient loins d'etre des heros. C'etait juste des jeunes gars (souvent issus de milieux pauvres) que les bureaucrates le cul bien assis dans leur fauteuil envoyaient dans un vrai merdier pour une guerre qui ne les concernait pas et surtout de laquelle ils ne comprenaient pas le but. Alors bien sur les mecs a force d'etre dans ces terribles conditions,ils petaient un cable. L'histoire c'est ca ,c'est un jeune qui s'engage volontairement car il croit au patriotisme ect .......a peine arrivé il change direct d'avis et on voit comment un mec plutot gentil et adorable devient un tueur sans aucun scrupules . Celui qui fait ce role ,c'est le jeunot CHARLIE SHEEN (sans doute son meilleur role), il est extraordinaire car on voit bien l'evolution du personnage, au debut il est choqué de ce que font les soldats et a la fin il sait plus ou il en est le pauvre. Pour ce qui est des autres acteurs, tous sont parfaits TOM BERENGER ordure integrale ,WILLEM DAFFOE qui a le malheur de s'opposer a lui et entre autres FOREST WHITAKER et meme JOHNNY DEPP dans un tout petit role. Le film est parfait , bien realisé ,bien filmé ,le genre de film qui vous prends,vous fout les boules et a la fin apres un vrai carnage (coté americain) on se dit "mais tout ca pourquoi?qu'est ce que ca a apporté de plus?" Ajoutons qu'il y a une superbe musique Pour resumer ,c'est dur a regarder, c'est triste mais c'est un film excellent(et qui a eu 4 oscars )
     Kurosawa
    Kurosawa

    Suivre son activité 232 abonnés Lire ses 364 critiques

    3,0
    Publiée le 20 mai 2015
    Le Viêtnam vu par Oliver Stone a le mérite d'être très réaliste, notamment parce que le cinéaste lui-même s'était porté volontaire pour cette guerre. Il se projette dans le personnage principal de Chris Taylor (Charlie Sheen hanté), un soldat d'abord sensible et pacifique qui va progressivement être gagné par la barbarie et devenir l'homme qu'il déteste, à savoir le sergent Bob Barnes (Tom Berenger). Alors que Taylor est le seul personnage évolutif, le film ne parvient pas à éviter un certain schématisme caractérisant les soldats, sans toutefois tomber dans le manichéisme. "Platoon" est prenant quand il étudie de près l'atmosphère du terrain, la nervosité des personnages et quand il met en œuvre des scènes d'actions aussi impressionnantes qu’esthétiquement réussies. En revanche, le film est maladroit dans des effets de mise en scène pas très heureux, avec quelques symboles lourdingues et une musique trop mélo (même si elle est superbe) qui contraste avec l'impression de réel qui parcourt l'image. Un bon film de guerre qui reste assez loin des grandes références du genre.
    anonyme
    Un visiteur
    5,0
    Publiée le 26 mars 2015
    La guerre du Vietnam a passionné plus d'un réalisateur. On peut constater que sur cette guerre n'ont été fait ni plus ni loin que 4 immenses chefs-d'œuvre : Voyage au bout de l'enfer, Full metal jackett, Apocalypse nos et Platoon. Le film s'inspire de l'expérience d'Oliver Stone, son réalisateur, qui a fait cette guerre. Et bien Platon est LE film choc sur la guerre du Vietnam, eh oui : encore plus choquant que Full metal jackett et encore plus glauque qu'Apocalypse now, il nous raconte l'histoire d'un soldat volontaire confronté à la guerre, avec d'un côté les soldats qui cèdent à la folie et abusent de leur pouvoir, et de l'autre ceux qui restent lucides et qui constatent la folie autour d'eux. L'Éternel combat entre l'immoral et le moral est donc représenté sous les traits de 2 soldats : le bon, Ellias, et le mauvais, Barnes. On sent à chaque seconde la tension qui s'instaure dans cette jungle vietnamienne, et on constate les traumatismes des soldats. Stone montre tout : drogue, exécutions, viols...( la plupart de ceux qui l'ont vu se souviennent de la scène du village ) et livre un film profondément anti-guerre et antipatriotique. Le trio d'acteurs est énorme : un Charlie Sheen excellent pour le rôle, un Willelm Dafoe rassurant et sympathique et un Tom Béranger flippant. La mise en scène est parfaite, la musique est belle et les eules choses qui ont légèrement vieilli sont les scènes de batailles. Un film choc, puissant et beau. Un chef-d'œuvre, tout simplement.
    maxime ...
    maxime ...

    Suivre son activité 41 abonnés Lire ses 885 critiques

    5,0
    Publiée le 29 juin 2015
    Platoon, comme ces acolytes - Full Métal Jacket, Apocalypse Now et Voyages au bout de l'enfer - est une plongée dans l'horreur, la paranoïa et surtout la folie qu'a pu être la Guerre du Vietnam ! J'ai cité en amont les autres films marquant sur cette période sombre et je dois dire que celui-ci est tout aussi différent et singulier que peuvent être le film de Kubrick, Coppola et Cimino. Les 4 ont un regard qui se complète plus qu'il ne s'opposent. Pour revenir au travail d'Oliver Stone, sa mise en scène est frappante à tel point qu'on n'a vraiment l'impression de faire partie intégrante de l'histoire, d’être nous aussi dans cette jungle bouffé par les insectes, rongés par la fatigue et de " vivre " avec la peur au ventre ... Il y'a plusieurs scènes d'anthologies dans ce long métrage, mais l'attaque du village est bien évidemment la plus marquante de toutes ! On sentait qu'à tout moment sa pouvait basculé tant ces hommes sont acculés et poussé dans leurs retranchement et ce moment précis est un véritable choc, terrifiant de voir ces hommes succombé pour certains ou pour d'autres laissé libre court à cette folie qui les gagnent. C'est aussi à cet instant que le conflit interne entre Barnes et Elias atteint son point de non retour et scinde le groupe en deux camps bien distinct, chacun acquis à la cause de l'un ou de l'autre. La dualité intérieur est un thème fort et primordial à cet oeuvre, car même les deux sergents on leurs doutes, ils les exprime différemment de part leurs caractères et la vision radicalement opposé qu'ils ont de cette guerre. Le duo d'acteurs Tom Berenger et Willem Dafoe livrent une des oppositions les plus marquantes de ce siècle, le premier est fascisant et ma donné des sueurs froides, ces cicatrices au visages accouplé à son stoïcisme facial est des plus effrayant et sinistre. Le second est d'apparence moins torturé, moins intriguant, plus conventionnelle ... Et pourtant Willem Dafoe est bien celui qui signe la plus grande prestation de ce film ! Sa tronche, son attitude, son charisme, tout en lui est synonyme de grâce ! D'ailleurs cette séquence ou il court assiégé par les Vietcong devant ces camarades qui le regarde de l'hélicoptère est culte. Les premières fois j'avais trouvé Charlie Sheen en dessous, cette fois-ci ce ne fut pas le cas, son personnage est plus naïf et son évolution brutale mais le cadre dans lequel il est plongé le force à ce transformé, il est tiraillé entre ces deux chefs et ne sait plus vraiment à quel saint se vouer, il en parle très bien dans les ultimes secondes ( en voix off ) qui ce trouve être une très belle scène emplie de sagesse et d'effroi. Les seconds coteaux tienne leurs rangs, Forest Whitaker, Corey Glover, Francesco Quinn, Keith David, John C. McGinley ainsi que le tout jeune Johnny Depp qui fait déjà forte impression malgré qu'il n'est que quelques lignes de textes. En parlant du texte, les dialogues sont très abrupte, physique mais très juste et significatif de ce que ces hommes sont en train de vivre. Quelques mots pour le soundtrack qui est d'une très grande qualité qui galvanise le contenu et nous permet d'écouter des bijoux comme The Tracks of my Tears, The Dock of the Bay, Hello, I Love You ... Il fut un temps ou Oliver Stone savait faire du cinéma, Platoon est assurément son travail le plus profond parmi sa filmographie.
    Nico Delpo
    Nico Delpo

    Suivre son activité 5 abonnés Lire ses 112 critiques

    4,5
    Publiée le 22 novembre 2013
    "Platoon" fait partie des mailleurs films de guerres . Oliver Stone montre l'atrocité de la guerre du Vietnam, avec brio. La fin du film est vraiment excellente et parfaitement maîtrisé, avec un casting de première classe. Culte !
    cylon86
    cylon86

    Suivre son activité 481 abonnés Lire ses 2 991 critiques

    5,0
    Publiée le 20 novembre 2012
    La guerre du Vietnam a été maintes fois filmée mais peut-être ne l'a t-elle jamais été de manière plus réaliste. Et pour cause : Oliver Stone, vétéran du Vietnam, sait de quoi il parle et puise dans son expérience l'inspiration nécessaire pour réaliser et écrire ce film (le personnage de Charlie Sheen, découvrant les horreurs de la guerre, partagé entre deux figures autoritaires différentes, c'est lui). Il y parle de la perte de l'innocence, de la fuite de l'horreur par la drogue, des règlements de compte internes dans la jungle, des assauts nocturnes sanglants avec une véracité étonnante qu'il retranscrit parfaitement à l'image (les décors sont superbes) pour plonger le spectateur dans le même enfer qu'il a vécu. "Platoon" comporte tout cela et en tire sa force, le tout avec une mise en scène qui ne s'égare jamais de son sujet (contrairement à ce que Stone pourra faire plus tard) et avec un Willem Dafoe tout simplement magistral en sergent réaliste et désabusé qui en a trop vu.
    Loskof
    Loskof

    Suivre son activité 265 abonnés Lire ses 517 critiques

    3,5
    Publiée le 19 juillet 2010
    Excellent film de guerre! Un des meilleurs du genre assurément. La réalisateur n'épargne jamais le spectateur avec des scènes d'antologies. Toute l'horreur de la guerre est montrée, sans violence gratuite mais sans pudeur non plus. Le film souffre cependant de certaines longueurs notamment vers le milieu du film. A préférer selon moi à un full metal jacket ou la Ligne rouge.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top