Mon AlloCiné
Avatar
note moyenne
4,3
88580 notes dont 10884 critiques
55% (5997 critiques)
22% (2355 critiques)
7% (778 critiques)
7% (780 critiques)
4% (426 critiques)
5% (548 critiques)
Votre avis sur Avatar ?

10884 critiques spectateurs

Tonto94

Suivre son activité 16 abonnés Lire ses 62 critiques

4,5Excellent
Publiée le 01/02/2016

Il faut vraiment être James Cameron pour réussir un tel tour de force. Compiler en un seul film tous les clichés dont raffole le cinéma hollywoodien, réunir un casting ne comptant aucune vraie star reconnue (hormis Sigourney Weaver, aperçue dans "Alien"), écrire un scénario sans grand intérêt, et pourtant réaliser un film aussi réussi ! Le coup de génie de Cameron est dans le fait d’avoir su faire passer tous ces éléments au second plan, pour nous offrir un film aux images absolument stupéfiantes, qui en font un enchantement de tous les instants, et qui nous rappellent que le cinéma est un art (et pas des moindres !). Le scénario constituant un traité écologiste finalement assez naïf, qui nous offre une vision panthéiste de la nature plutôt discutable (les scènes de cérémonie religieuse auprès de l’Arbre des Âmes sont des scènes d’anthologie en matière de comique involontaire !), on évitera de s'étendre dessus. De même, on pourra regretter des personnages réduits à des stéréotypes vivants : les bons scientifiques voulant sauver un gentil peuple qui vit en communion avec la nature, et s’opposant aux méchants militaires et industriels qui ne veulent sauver que les richesses minières de la planète, dont ils pourront tirer un tas d’argent… Quelques réflexions intéressantes viennent tout de même légèrement tempérer le propos, notamment sur la vanité du projet de Jake qui pense pouvoir empêcher la guerre qui se prépare (« J’étais un guerrier qui rêvait qu’il pouvait apporter la paix, mais tôt ou tard, il faut se réveiller. »). A propos du fond, toutes les interprétations sont possibles, et on choisira celle qu’on veut en fonction de notre degré d’immersion dans le film, selon lequel on y est plus ou moins favorable. On pourra préférer se focaliser sur la critique de l'homme colonisateur qui écrase tout sur son passage, animé par son seul profit, ou bien se distancier du peuple indigène, en le voyant rejeter l'un des leurs, sous le seul prétexte qu'il est nouveau dans la communauté et qu'il apporte des mauvaises nouvelles, voire adopter les deux positions... Au choix. Quoiqu'il en soit, le film de James Cameron reste un véritable chef-d’œuvre, épique et particulièrement immersif grâce à mille détails qui rendent le monde de Pandora incroyablement vrai, et à la qualité des effets spéciaux, éblouissants (même si certains images sentent un peu trop la synthèse). Et lorsqu’on sort de ce divertissement haut de gamme, on a vraiment du mal à reposer les pieds sur terre…

kenny06150

Suivre son activité 24 abonnés Lire ses 25 critiques

4,5Excellent
Publiée le 31/01/2016

Un très bon film : Trop belles images. En plus j'ai craqué sur Neytiri sous sa forme bleue lol. C'est beau le cinéma. Bref excellent. Un seul petit truc c'est qu'il est un peu long

StanWNC

Suivre son activité 11 abonnés Lire ses 18 critiques

3,5Bien
Publiée le 29/01/2016

Avatar, le nouveau film de James Cameron qui a suscité un grand engouement lors de sa sortie n'est pas un échec. Il y a de nombreux points positifs. Tout d'abord j'ai bien aimé les acteurs, je trouve qu'ils jouent bien et j'ai particulièrement aimé Sigourney Weaver. Ensuite, c'est vrai que les effets spéciaux sont vraiment très, très réussis. Cependant, je trouve que le scénario est un peu banal et laisse une impression de "déjà vu". Je ne dirais donc pas de ce film que c'est un chef-d'oeuvre car il n'est finalement pas très original. Toutefois, une suite est annoncée et c'est avec plaisir que j'irai la voir. Un bon film dans l'ensemble.

Schiele

Suivre son activité 1 abonné Lire ses 10 critiques

0,5Nul
Publiée le 29/01/2016

Un Pocahontas à la sauce futuriste. je ne comprends pas comment un film pareil peut avoir une si bonne note... le scénario manque cruellement de fond, et l'ensemble (bien que graphiquement somptueux) est vide de créativité ! pour avoir des poneys de l'espace on leur rajoute 2 pattes, pareil pour les chats, les chiens... - Ah il nous faut un truc qui vole les mecs! - Facile! on prend un ptérodactyle, ça fera plus authentique, et on lui colle 2 ailes en plus ?! - BINGO !!! et les personnages sont juste affligeants de caricature !

SpeckOps

Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 48 critiques

4,5Excellent
Publiée le 26/01/2016

Considéré comme un chef d'oeuvre pour beaucoup de monde (dont moi), Avatar joue sur l'originalité, James Cameron (Aliens : Le Retour, Terminator 2) a réalisé un film qui mérite d'être culte, voir devenir un classique dans quelques années. Tout est excellent dans ce film, les acteurs/actrices (Sigourney Weaver !!), l'univers, la bande son, les musiques, l'univers, les effets spéciaux, la façon de filmer reste classique mais reste bonne. Quant au scénario ... il est très bon mise à part qu'il soit un peu facile entre le conflit des Na' Vi et des humains, l'histoire du héros principale est juste magnifique par contre. Un film auquel vous êtes obligés d'avoir vus au moins une fois dans votre vie !

Yoan B.

Suivre son activité Lire ses 5 critiques

4,5Excellent
Publiée le 20/01/2016

Que dire de plus sur ce superbe film. Si James Cameron avait mis un scénario beaucoup plus travaillé, ce film aurait était un chef- d'oeuvre. Alors oui c'est vrai que son scénario n'est pas terrible mais le but d'avatar n'a jamais était de proposer une super histoire. Juste de montrer des effets spéciaux magnifique. Pas pour rien que ce film est premier du box office. Mais il faut regarder la version qui dure 3h00.

David Bensoussan

Suivre son activité 9 abonnés Lire ses 11 critiques

4,0Très bien
Publiée le 19/01/2016

Très bon film. Très bonne créativité de James Cameron mais cela ne vaut pas un chef-d’œuvre. Ce film a eu un succès inexplicable. Il reste tout de même très bon, j'ai aimé découvrir ce nouveau monde. D'ailleurs hormis cela, l'histoire reste simple et prévisible.

Saquet 666

Suivre son activité Lire ses 21 critiques

3,0Pas mal
Publiée le 14/01/2016

Vous prenez un hero classique, une histoire d'amour cliché que vous mettez dans une histoire déjàs vu, le tout dans un univers très bau visuellement et vous obtenez Avatar. Visuellement, le film est très réussit. Pour le jeu d'acteur, Sygourney Weaver et Stephen Lang sont fabuleux. Je dirais que le film souffre d'un manque d'originalité du scénario. Le film reste néamoin très sympas a regarder.

Kylo Gram

Suivre son activité Lire ses 4 critiques

2,5Moyen
Publiée le 14/01/2016

Visuellement très bon. Je donne cette note de 2,5 7 ans après sa sortie. La 3D n'était pas terrible et l'histoire comme dit des centaines de fois pas très originale. C'est un bon film en lui même mais clairement pas à la hauteur du tapage médiatique qui a été fait autour.

Venavem

Suivre son activité Lire ses 41 critiques

3,0Pas mal
Publiée le 13/01/2016

Lorsque Eiffel 65 avait sortie son célèbre titre, je suppose que devenir bleu était devenu cool. Avec ce film, être bleu c'est encore plus cool, on nous emmène dans un monde où on peut chevaucher des créatures volantes de plus en plus fantastiques et où la végétation est la plus luxuriante. Le seul défaut de Pandora serait peut-être le manque de réseau lorsqu'on approche d'un sanctuaire. Mais le film ne résumera peut-être qu'aux différentes couleurs, Spoiler: c'est peut-être réducteur mais on se lasse un peu de l'histoire avec l'histoire d'amour, le soldat qui devient sensible et connaisseur ainsi que le fils du chef qui n'aime pas le héros mais en fait si à la fin. Quoiqu'il en soit il s'agit d'un des films les plus spectaculaires et divertissant des années 2000 à voir pour le plaisir si c'est pas déjà fait.

Bastien L.

Suivre son activité Lire ses 8 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 09/01/2016

Avatar, ou le film à regarder au moins une fois dans sa vie ! Les effets spéciaux sont tout juste bluffants, il y a de l'action (voir beaucoup). Des années et des années à produire ce film, et je ne suis pas déçu. C'est l'un des meilleurs films qui puisse exister, je trouve ! Une vraie légende, et un chef d'oeuvre.

Icevinc

Suivre son activité 8 abonnés Lire ses 66 critiques

3,5Bien
Publiée le 07/01/2016

Bravo au réalisateur pour son imagination mais au delà de la magie qu'insuffle l'univers de Pandora, Avatar demeure néanmoins moins idéaliste qu'il ne peut paraître dans un premier temps, la faute à une part trop belle donnée à la violence sociétale. Film grand spectacle et divertissement efficace rendant gloire aux nouvelles technologies, Avatar n'est donc cependant pas aussi profond que ce qu'il paraît... En espérant que les prochains épisodes parviendront à modifier ma perception.

Empereur Palpoutine

Suivre son activité 57 abonnés Lire ses 194 critiques

3,0Pas mal
Publiée le 06/01/2016

Que dire d'Avatar ... Vu par des milliards de spectateurs à travers la planète, l'oeuvre de Sir James Cameron (que l'on ne présente plus) met en scène un monde unique en son genre : Pandora. Pandora dont le bestiaire, faune et flore, feraient pâlir le Seigneur des Anneaux ou encore World of Warcraft. Avatar est desservi par un casting de stars xxl mené par Sam Worthington. On y retrouve avec joie Sigourney Weaver, plus connue pour son rôle de Ripley dans Alien. Avec Avatar, James Cameron a voulu créer son propre Starwars next gen, à coup de renforts d'effets spéciaux jamais vus dans le monde du cinéma. Spoiler: Néanmoins, Avatar souffre de son scénario loin d'être original, décrié, souvent accusé de plagiat. Il reste plat, fade, et prévisible à souhait. Cette version alternative n'est rien de moins qu'un Poncahontas ou un Danse avec les loups en version SF dopé aux CGI à n'en plus finir. Avatar mérite t-il deux autres suites ? J'en doute.

Mathilde T.

Suivre son activité 22 abonnés Lire ses 59 critiques

4,0Très bien
Publiée le 01/01/2016

Un scénario sans réelle originalité : l'histoire d'un homme qui quitte la Terre après l'apocalypse, pour partir à la découverte d'un nouveau monde. Très plaisant quand même, ne serait-ce que pour les graphismes et l'ambiance.

flolepee

Suivre son activité 16 abonnés Lire ses 8 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 30/12/2015

Mes opinions pèle mêle et répétitives d'Avatar - 30 décembre 2009. Bon, alors, attention, ce qui va suivre est TRES long, TRES subjectif, avec beaucoup de spoilers, pompé sur pas mal d'autres critiques positives lues ça et là, pas bien du tout sur la forme, pas structuré, chaotique, passionné, tranchant, énervant, piquant pour certain(e)s, répétitif, ayant pour objectif d'argumenter le plus possible sur le fond et le scénario du film même si les deux sont intimement liés et qu'en plus, pour Avatar, il est quasi impossible de ne pas parler de la forme, qui est pour une bonne partie du plaisir du film, mais je vais essayer de prouver que ce n'est pas tout... ça rebute einh ? - Bon, pour faire comme une amie très chère, je commence par les deux critiques que j'ai sélectionnées (biensûr parmi celles qui sont POUR le film einh forcément) et qui décrivent parfaitement ce que j'ai vu / analysé / ressenti en voyant Avatar : - celle de filmsactu, un peu longue mais vraiment bien écrite : --> http://www.filmsactu.com/critique-cinema-avatar-8378.htm tout d'abord - et en deuxième celle de Première, qui franchement, est un modèle de concision (pas comme moi) et pourtant résume parfaitement presque tout ce que je pense du film : --> http://www.premiere.fr/film/Avatar/(affichage)/press#critique_1 - Ensuite, hey bien, je vais essayer de vous décrire ce que j'en pense, dans le désordre et sous forme de liste de pensées, de métaphores, de descriptions sans queue ni tête, telles qu'elles me viennent à l'esprit et après après valeur ajoutée des critiques que j'ai lues ainsi que la REvision de la bande annonce afin de me remémorer les moments clés du film : - Un handicapé qui retrouve l'usage de ses jambes, et résoud donc un de ses gros démons psychologiques, mais comment, par la fuite de son propre monde (plus plus loin - Une métaphore de la drogue : c'est très très bon, rend fou (quand le héros court partout au début après être rentré dans la peau de son avatar, et casse tout), plus on prend, plus on en veut, sans penser parfois à revenir à la réalité (manger un morceau pour vivre dans la réalité), et vouloir retourner à sa drogue, sa fuite. - La fusion homme/machine/image de synthèse : parfait, accomplissement total de plusieurs ersatzs n'ayant jamais réussi à atteindre, sur la forme comme sur le fond, le niveau de perfection de ce film - L'émotion dégagée par les êtres de synthèse, qui ont une expression d'une infinie richesse sur leur visage, jamais obtenue auparavant, en comparaison à l'image de l'homme, qui, lui, est de manière générale, façonné par l'infinie bêtise (notre fameux Sarge)- Perte des repères : jamais le faux n'a été si vrai et le vrai si faux. - Fusion donc partout : - Entre l'homme et la nature : écologie profonde et positive, lien rappelant le cordon ombilical entre les arbres et les avatar, entre les animaux et les avatars, énergie visualisée à l'écran par tous ces jeux de lumière multicolores, qui font écho biensûr à un rêve, un monde virtuel, ou un monde de fuite de la réalité, prise de LSD en prime... Ou qui font aussi penser à du Asimov, dans Fondation, sur la planète Gaïa... - Fusion du réel et du virtuel : le réel devient de plus en plus virtuel et le fond et la forme sont extrêmement liés ! Le film s'ouvre sur les pupilles éteintes d'un humain et se clôt sur le regard vivant de son avatar... Mutation achevée (ce n'est pas de moi, vous vous en doutez - Histoire d'amour de toute beauté.. (j'en ai vraiment pleuré, mais bon, oui, je suis fleur bleue, sensible, idéaliste... etc) mais ce n'est pas surjoué ou pathétique, tout résonne ici avec une infinie justesse, un rythme implacable, on se prend au jeu et on n'a pas le temps d'essayer de deviner ce qui va se passer ensuite tellement ça va vite (ceux qui le font perdent toute l'essence de "l'ici et maintenant" qui est tellement plus important selon moi que l'analyse, pessimiste bien souvent, et surtout très conditionnée, pendant que le film se déroule sous nos yeux : on manque selon moi plein de petits détails important qui font le tout. - Monde très cohérent, très inventif, même si biensûr forcément un peu calqué sur certains films classiques maintenant. Aujourd'hui, au cinéma, tout (ou presque on va dire) a été dit psychologiquement parlant ou scénaristiquement parlant au cinéma, c'est la manière dont les choses sont abordées qui priment... - Langage créé pour l'occasion... Flore, faune, mythologie, monde, histoires... Tout y est... Et il ne suffit pas d'un seul film, même de deux heures 40, pour en mettre plus. La base est posée, le potentiel est déjà énorme et beaucoup d'autres plaisirs cinématographiques spnt présents pour prendre son pied sur ce film. - 12 ans d'écritures et de recherche pour la perfection, et pas que formelle : la forme a pour but de mieux servir le fond... - Film sombre mine de rien... aucune porte de sortie pour nous : une morale d'un pessimisme et d'une noirceur que seule l'efficacité du spectacle parvient à adoucir... - Plusieurs références, en prenant le meilleur de chacunes, et non des "resucées" complètes, du pompage ou du déjà vu, juste des influences : Avatar est pour moi un film somme, fleuve, terminal, apogistique, mais non "du réchauffé" ou du "déjà vu" - Plusieurs niveaux de lecture s'offrent à nous, et selon développés tout au long du film : - Avatar est bien sûr une métaphore forte des jeux vidéos actuels : que ce soit dans les scènes d'action ou les prises de vues, et biensûr l'utilisation de la 3d stéréoscopique afin de se croire dedans un peu comme on se croit dans un jeu vidéo en se mouvant de notre propre chef dans l'univers qui se trouve sous nos yeux. - Mais aussi et surtout le côté No life de notre héros, qui va dans l'esprit de son Avatar comme il irait dans un jeu vidéo à la World of Warcraf (d'ailleurs, on en est pas trop loin en terme d'univers et de couleurs chatoyantes)... - Ce côté "No Life" est un angle pessimiste du scénatio car il signifie que l'homme, petit à petit, s'eloigne de la réalité au point de ne plus vivre que dans le virtuel... Réel qui devient virtuel, fusion entre les deux... Jamais on ne nous avait montré cela de cette manière, aussi profondément, d'une manière aussi ressentie - Comme je l'ai dit à ma bonne amie dont je parle au début, biensûr, cela fait appel à beaucoupp de choses qu'on a déjà vues dans d'autres films auparavant mais rarement autant d'un coup, avec cette perfection dans le rythme, le détail, la qualité de l'image. - Et mine de rien, le schéma scénaristique est peut-être classique mais à son apogée (un peu selon comme celui de notre ami Clint Eastwood, tellement classique, mais tellement bon : contexte : "classicisme de la narration, du rythme de narration etc" - Cinéma américain dans ce qu'il fait de mieux... une sorte de feu d'artifice de tout ce que j'aime dans beaucoup de films rassemblés dans un seul, et en plus avec tous les points originaux dont je parle tout au long de l'explication de mon point de vue. - Film moderne aussi, marquant son temps d'une croix. Il s'inscrit dans notre temps effectivement, mais cela ne veut pas dire qu'il sera oublié dans 10 ans, bien au contraire selon moi. - Non, cela n'utilise pas les thèmes de nos temps modernes juste comme ça, pour plaire au plus grand nombre (écologie, images de synthèses, fusion homme / machine, guerre, capitalisme, crise énergétique sur Terre...etc) : ce film les transcende, les met en forme et fait le tour de force de pouvoir faire passer la pilule au plus grand nombre (un peu comme mon "Muse" si favori le fait pour la Musique Rock selon moi - Aube d'une nouvelle ère pour le cinéma bien sûr, carrément même, balbutiement je dirais même, mais avant gardiste dans l'utilisation si bonne de la stéréoscopie. Cela fait pourtant un bout de temps que cela existe mais jamais on avait atteint un si bon équilibre dans l'utilisation qu'on en fait au service du fond - Quand j'entends ma bonne amie parler de Star Wars ou du seigneur des Anneaux, qui n'ont rien à voir et sont autrement plus profonds selon elle, alors qu'Avatar sera vite oublié, pur produit de consommation vite maché et vite jeté, pourquoi ces deux films ont-ils autant marqué leur temps si ce n'est pour en forte partie pour leurs effets de dingues pour l'époque, en plus bien sûr de leur univers riche... - Mais selon moi, Avatar montre aussi un univers très riche, des fruits sans nom, des bestioles dont les détails sont saisissants de réalisme, même si effectivement ces bêtes sont un peu reconnaissables : c'est selon moi afin de mieux identifier et donc de faire vibrer encore un peu plus nos sens. - Le film raconte selon moi des histoires intemporelles (qui seront longtemps vraies car basées sur la nature même de l'être humain, qui met tellement de temps à changer...) qui, dès qu’elles sont portées à notre connaissance, font écho aux débats du moment.... - En effet, il y a des références politiques à gogo aussi... Juste la citation encore une fois de notre ami Sarge : "On va répondre à la terreur, par la terreur", cité par Bush à l'époque... Comment aussi ne pas penser, lorsque l'énorme arbre central de Pandora est détruit, aux Twin Towers de New York... Sauf que là, ce sont les petits soldats naméricains qui sont aux commandes, sacré pied de nez... un rien ironique... Et en plus ceux ci détruisent la nature... Qui nous a permis d'exister... d'où le lien avec l'écologie, et forcément la destruction / la pollution de notre environnement, qui mène à notre perte. Tout est lié, même si, ici, je répète, c'est subjectif, et n'est que imagé et interprété à ma sauce. - Une rébellion d'un seul homme à la base, notre fameux handicapé, contre tout un peuple, le peuple humain ici formé par les militaires, pour changer les choses... confronté à un putain de mur, la société, capitaliste, envahissante, destructrice. Qui finalement trouve son salut dans son monde virtuel, une fuite.... Ca, c'est un angle pessimiste du scénario. Mais si on tourne un peu le prisme, on pourrait interpréter cela comme un seul homme qui arrive par son charisme et son jusquauboutisme à réveiller un peuple presque mort, ce coup-ci, celui des Na'vi, pour se battre à ses côtés et changer les choses ! Un seul homme mais pas assez téméraire ou charismatique pour bouger les choses, et d'autres qui comprenaient mais ne faisaient que suivre). Comme dans la vie quand une personne ne veut pas se fondre dans la masse alors que celle ci est puissante et arrive à force à bouger les choses, par conviction, force, passion... Ca, c'était l'angle positif. - Il y a plusieurs images de la destruction de la nature par l'homme comme je l'ai déjà dit... - ... mais il y a aussi fusion avec la nature : morale écolo peut-être, mais aussi mis à l'image grâce à des images de synthèses de ouf, faites par des machines, toujours plus puissantes, chères, polluantes etc etc... à l'encontre donc de cette fameuse morale... Toujours pour montrer les divers angles d'analyse du film. - Métaphores à gogo : la fusion se retrouve partout comme je l'ai dit plusieurs fois déjà : - arbre avec avatar (trop belle scène...) - être humain avec avatar (relié par l'ADN de l'un et de l'autre, mais aussi par l'esprit, et sous deux angles différents mais reliés) - avatar mi humain mi Na'vi avec pure Na'vi - machine avec être humain (Sarge dans son robot commandé, biensûr du déjà vu, mais pas si réaliste et si intégré dans le contexte) - animaux dont ptérodactyles aliens et avatars (mon dieu quelles scènes... - Enorme métaphore cinématographique du combat de l'être humain contre les images de synthèse, qui ne faisaient précédemment que réellement simuler la réalité, alors qu'Avatar crée une propre "viréalité". Il lutte donc contre le numérique et c'est le numérique qui l'emporte à la fin... Pourtant la fin est un happy end sur le plan formel, alors qu'en fait, l'homme / l'humanité ne fait que disparaitre au final, sacré tour de force... - Un peu comme certaines très bonnes chansons rythmées, marquant l'oreille mais de qualité formelle savent si bien diffuser des textes sombres, et un fond au final très travaillé, histoire de faire mieux passer la pilule (et elle passe) et de toucher un peu plus l'inconscient, le cerveau droit plutôt que le gauche. - Un peu encore comme des images subliminales en fait, mais qui durent 2h40... - Comme si on s'était fait duper par la forme positive alors qu'au final le fond est si pessimiste et profond (ça doit avoir un nom j'imagine en littérature ou autre mais bon - Ces avatars sont en fait créés génétiquement à partir de l'ADN d'un autochtone et d'un véritable humain, il y a déjà fusion dans le réel, et l'esprit de cet avatar est manipulé par le véritable humain qui au final se sent plutôt bien dedans, même si un peu bizarre au premier abord... Encore un lien avec les jeux vidéos ("les Sims", "les Mii" que beaucoup aiment tant dans la Wii, comme ma bonne amie - etc etc etc... C'est pas du scénario ça ?? Si ce n'est pas une idée scénaristique je ne comprends pas... - Mais biensûr que la forme emporte tout sur son passage dans ce film, au point biensûr de faire oublier tout ça. Mais tout ce fond est bien là, et pas qu'un peu, tout est énormément travaillé et distillé du début à la fin, de manière cohérente - Un angle de vue ou un fil de pensée est toujours traité jusqu'au bout dans ce film. C'est juste que, comme l'étoffe des films cultes, il faut le voir plusieurs fois pour en découvrir toutes les subtilités. Et je ne pense pas être "prétentieux" en prétextant cela... Je pense avoir assez argumenté le fond, et j'ai pas fini :- - Mais je ne laisserais pas dire qu'une idée n'a été qu'une simple ébauche et a été délaissée au passage. Il y en a tellement à dire dans ce film, ou dans cet univers. - J'imagine qu'il y aura forcément un 2 et même un 3 tellement l'univers est riche et justement cela explique pourquoi certains points sont moins travaillés que d'autres - 5 types de bestioles seulement ? Et alors ? Il y a tellement d'autres angles d'analyse que la richesse de la simple faune à voir... - Les autres bestioles existent sûrement dans l'univers de Pandora (ayé, j'en parle comme si cette planète existait lol). En mettre plus servirait à quoi d'autre qu'à créer des longueurs là où 2h40 passent ici comme 1h30... - On est dans un film, pas dans un livre, même s'il y a largement assez matière à créer des histoires autour du monde d'Avatar, autant que pour "Star Wars" ou "le Seigneur des Anneaux", c'est juste que là on compare un seul film à deux trilogies... - The fountain, mon film culte, autrement plus profond, disait ma bonne amie ?? Il y a autant de trames narratives, c'est juste qu'elles sont condensées en 1h30 (ce que je kiffe d'ailleurs, mais d'une autre manière). - Là où je préfèrerais peut-être The Fountain c'est qu'elle est du type de ce que je recherche dans une oeuvre d'art. Le ressenti émotionnel, la prise de plaisir, la diffusion dans le corps de l'endorphine ou de l'adrénaline, la recherche de vrais frissons pouvant être expliqués physiologiquement et créés par le cerveau, comme pourrait le faire toute drogue, tout orgasme sexuel ou même dans une moindre mesure le sport, le chocolat pour certaines personnes etc... Bref ce que je kiffe c'est quand ce plaisir est tout en montée progressive jusqu'à l'explosion orgasmique / transcendante, alors que les ressentis dans Avatar sont en vague, en montée, en descente... etc. Mais bon, le surf est tellement bons et les pics tellement élevés... - Référence à la religion : Dieu, la nature, la création (quand les Na'vi chantent tous en coeur pour que l'esprit de l'être humain passe dans celui de l'avatar, comme s'ils imploraient leur dieu, la nature, de Créer... Et ce fameux cordon ombilical qui est imagé tout au long du film, comme si une naissance était imagée au niveau du film, mot naissance qui fait écho un peu partout, naissance d'un nouveau cinéma par exemple selon moi, naissance d'un monde peut-être meilleur, plus en rapport avec la nature, naissance d'un amour pur...... etc. - Divinité aussi que ce fameux dragon, sorte de représentation de leur Dieu (Dieu réel ne se voit pas et l'homme a besoin d'une image pour y croire - Divinités, foi en quelque chose de fort, d'autre que le côté purement scientifique des choses. - Film qui parle au cerveau droit plus qu'au cerveau gauche (je sais, déjà dit, mais tout est tellement relié - Film qui fait parler les émotions plutôt que le rationnel... Et franchement, ce n'est pas que formel, vous me connaissez assez pour savoir ce que je pense du fond et de la forme... - La forme effectivement aujourd'hui nous pourrit dans tous les sens. - Divinité : référence à Gaïa, la planète qui vit, et les être vivants sont englobés dans cette existence en tant que "Tout" vivant et si une partie est détruite, chaque chose faisant partie du "Tout" le ressent. - Un bon film c'est aussi des scènes cultes... Que dire de la bataille finale, de la fusion entre les arbres et notre héros, la nuit, la première fois, ou entre l'homme et le dragon rouge de ouf, ou encore le premier vol de notre héros et les chevauchées qui suivent avec les autres autochtones... Mais il y en a plein d'autres... - Des archétypes ? ben oui mais c'est ça qu'est bouen aussi !! Il y a de tout et on peut se retrouver un peu dans au moins un des personnages malgré tout. - La jalousie entre l'avatar frère de la belle Na'Vi et notre héros, image du combat fraternel - L'amour classique mais tellement pur entre notre héros et notre autochtone si mignonne : encore une fois, c'est l'amour qui fait le ciment entre l'être humain et l'autochtone, et donc finalement entre l'être humain et le numérique (un autre angle de vision que ceux un peu plus pessimistes précédemment cités), une sorte de "Shakespeare Roméo et Juliette", bien sûr, combat de deux êtres de deux peuples différents pour le bien de leur amour. Classique mais tellement bien intégré. - Dans la première minute du film, le plan où les voyageurs sortent de leur capsules de sommeil me hantera encore longtemps, ce plan spatial étant sans doute l'un des plus beaux depuis 2001 de Kubrick (ce n'est pas de moi mais je le pense tellement et le dit car ma bonne amie aime bien Kubrick... - Les personnages sont attachants et l'empathie est immédiate pour ceux-ci même si ceux ci ne sont peut-être pas autant travaillés que dans d'autres films, mais comme vous l'aurez déjà compris, l'intérêt est tout ailleurs, et au pire, on pourrait écrire des bouquins ou faire un deux pour travailler un peu plus la psychologie des personnages. - Bien sûr que si on ne concentre son plaisir cinématographique que sur certains points du scénario et qu'on ne les a pas, on ne peut pas aimer, mais le plaisir que l'on a avec un film réside d'une alchimie comme le dit si bien un ami de ma bonne amie sur son profil... - Fusion jusque dans les mots : ancien Marine (faisant penser à la Navy) et Na'vi... Le sens du détail et de la perfection est partout et sur tous les points encore une fois selon moi formels et scénaristiques... - Fusion dans le nom du processus utilisé par James cameron pour filmer ses acteurs, spécialement créées pour le film - Du déjà vu ? Je trouve que ce qui est déjà vu dans ce film est ce que le cinéma américain a de meilleurs... Et il a pour lui en plus tellement d'autres choses. - On ne prône pas ici la guerre, on ne prône pas ici le capitalisme à outrance, on ne prône pas ici le drapeau américain (vous en avez vu un vous ?), tout est beaucoup plus vu de haut, profond. Ce film n'est pas nombriliste, il est compassionné, empathique... - L'environnement est totalement imaginaire et créé de toute pièce, de A à Z, même si bien sûr comme tout réalisateur il a été fortement influencé par plusieurs matériaux artistiques passés dans le monde du cinéma, des jeux vidéo, de la musique, le littérature de science fiction mais en aucun cas c'est de la resucée et au contraire cela constitue une de ses richesses... - Animisme, tiens, ce mot pompé est pas mal : remettre au goût du jour cette idée est franchement une bonne idée et pas exploitée dans tant de films que cela selon moi... - Fusion aussi de tous les films de Cameron, apogée encore... pour ne retenir que le meilleur de son cinéma, les Aliens biensûr / les avatar, Terminator / Sarge qui est increvable, Abyss (Lien avec quelque chose de plus fort, fusion entre l'image de synthèse formant de l'eau et dessinant un véritable visage humain (dans terminator aussi, cette vision de l'image de synthèse fusionnant avec l'être humain)), une terre dévastée dans Terminator comme dans Avatar, Titanic pour l'amour pur entre les deux personnages principaux, le côté shakespearien "Romé et Juliette" classique maintenant... etc etc. - Mais tout cela encore une fois, en prenant ce qu'il y a de meilleur, sans jamais, selon moi, tomber dans le surfait, le pathétique ou autre. - Si le trait est parfois grossi, c'est selon moi voulu et nécessaire pour le scénario (exemple : stupidité de notre bon Sarge, objectif : supériorité du monde des Na'vi, infiniment plus subtile) - Lien entre tout ça pour former un Tout ultra cohérent, une bombe cinématographique... Et pour une fois, je ne suis pas le seul à le pense, et ça fait plaisir... Cf. les deux critiques au début... - Image de la guerre du Vietnam aussi pour bien rappeler les bons vieux fantômes et aussi faire échos aux différentes guerres en cours en Afghanistan, Irak et plus globalement contre le terrorisme, les islamistes radicaux etc..). Effectivement, des marines qui se croient les plus forts, vont tout défoncer dans une nature luxuriante et au final se faire défoncer par plus faible technologiquement mais par un nombre plus conséquent d'êtres vivants. C'est presque anti américain là, je trouve... - Sorte d'iliade : économie, écologie et ethnologie sont mélés à l'épique : Avatar, première iliade du 21ème siècle (bon, ok, pas de moi - On ne s'en souviendra pas comme Star Wars ou Le seigneur des Anneaux ?? Mais purée ! Que faut il ? - "Avatar est bien un space opéra à la fibre farouchement écolo. Son monde se redécouvre à la nuit tombée, illuminée d'une nature phosphorescente qui laisse sans voix. Et c'est peut-être là un des plus grands accomplissements de James Cameron. Au-delà de l'incroyable révolution technologique que représente son film, il a enfanté un nouveau monde renversant avec ses trésors de faune et de flore, créé tout une mythologie autour de ces indigènes guerriers. Un travail comparable à celui de toute une vie, à l'image de celle que Tolkien avait consacré à sa Terre du Milieu." - Oui au plaisir à court terme, pop corn, grand spectacle que procure ce film mais un encore plus gros oui en ce qui concerne tous les angles d'analyse possibles de ce film, comme j'ai voulu le dire tout au long ici. - Certaines personnes n'ont pas du bien lire les critiques (ma bonne amie, toujours elle)... ou alors juste les "headers" des critiques Allociné... Bien sûr, elles font l'exergue sur la forme et c'est bien normal mais la plupart disent aussi que c'est pour mieux servir le fond. Sinon, les critiques auraient été moins bonnes de la part de ptits français tous jaloux de ce qu'apporte parfois le cinéma américain, nombrilistes, individualistes, égocentriques (je me mets dedans einh... - Les critiques s'en foutent clairement qu'un film soit beau à l'excès si le scénario ne leur plait pas. Le film sera descendu, point barre, si l'histoire ou l'univers et les détails et la cohérence de celui-ci ne sont pas bétons, et même si cela fait 12 ans qu'il est en gestation, que c'est l'oeuvre d'une vie ou qu'il y a des millions, voir des milliards de sousous ou des milliers d'heures de travail d'hommes / machines passionnés et relié uniquement par un seul but, mettre en forme ce qu'il y a dans la tête d'un seul homme. Il serait descendu comme énormément de grosses productions américaines, et je suis bien souvent d'accord avec celles-ci... - Mais je suis aussi d'accord avec certaines ici qui disent qu'Avatar est un chef d'oeuvre... - "Sigourney Weaver n’est pas simplement là pour nous rappeler que les Aliens, en l’espèce, c’est nous. L’actrice semble aussi jouer un rôle de conscience agitée délégué par Cameron, dont la présence, en tant que cinéaste alpha, est à la fois puissante et d’une fausse discrétion. Elle imbibe en douceur mais en profondeur tout le dispositif." - C'était pas de moi, ça, mais c'est tellement vrai : il y avait aussi Sigourney qui était un peu d'accord avec notre héros et sa vision des choses (notre héros n'était pas le seul être humain comme je l'ai dit précédemment mais encore une fois tout n'est qu'une question d'angle de vision). - Elle était un peu comme une métaphore à l'intérieur du film de notre James Cameron, directrice elle même un peu des opérations, comme s'il y avait plusieurs niveaux de narration (sans oublier la voix off), faisant rappeler les fameux films à tiroirs, tellements jouissifs. - L'utilisation de la voix off, justement, pour conter une histoire, donner un caractère très littéraire, épique, initiatique... que ce soit encore une fois sur le fond comme sur la forme en ce qui concerne le voyage initiatique et rappelant énormément d'autres films effectivement, mais pour le meilleur. - Je n'avais pas lu ça quand j'avais écrit mon texte précédemment : - "Avatar est une histoire autonome, il s'agissait de créer les fondations pour des histoires à venir". C'est James Cameron lui même qui le dit. - Deux suites étaient déjà dans sa tête avant même de finir celui là, prêtes à être écrites. Mais il faut déjà que celui-ci marche... - Et il marche déjà et c'est tant mieux. Espérons que les suites ne fassent pas plouf comme les suites de Matrix l'ont fait en leur temps (lien de comparaison : "science fiction", pour ceux qui diraient encore : "mais arrête de comparer !" - Moi perso, l'état léthargique que j'ai effectivement ressenti à la fin du film, déjà, je l'ai aussi ressenti pour The Fountain, mais ce n'est pas parce que je n'ai pris du plaisir qu'instantanné, mais bien parce que j'ai pris une bonne grosse claque cinématographique, qui va faire date dans le top 10 de mes petits films, et que je vais revoir plusieurs fois, même sans les lunettes car la beauté du film ET du scénario suffisent déjà, n'en déplaise à mademoiselle... et tant pis si ça l'énerve lol - Avatar, LE film qui donne envie d'aller au cinéma, et qu'on ne verra comme ça qu'au cinéma, mais aussi LE film qui me fera peut-être acheter un écran full hd de ouf spécialement conçu pour faire tourner en 3D avec les lunettes polarisantes, Avatar, en Blu Ray, l'année prochaine... - Bien sûr, on pourrait prendre certains points de mon discours qui sont pour moi des arguments positifs et qui m'ont personnellement procuré du plaisir et dire que ce sont des points négatifs... C'est là où il est important de parler de subjectivité et j'aimerais que mon amie le comprenne une bonne fois pour toute :- - Sorry, chuis fou, mais voilà quoi, ma bonne amie se sent passionnée ? ben moi aussi, lol

Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top