Mon AlloCiné
Barton Fink
note moyenne
3,9
3074 notes dont 253 critiques
34% (86 critiques)
30% (76 critiques)
15% (39 critiques)
14% (36 critiques)
6% (15 critiques)
0% (1 critique)
Votre avis sur Barton Fink ?

253 critiques spectateurs

Alain D.

Suivre son activité 71 abonnés Lire ses 1 640 critiques

4,5
Publiée le 15/03/2016
Une excellente comédie dramatique réalisée et scénarisée par Joël et Ethan Coen. La mise en scène, comme la prise de son, se révèlent d’une extrême précision. Comme à l’habitude, le scénario des frères Cohen est pour le moins atypique : Il démarre comme une sympathique comédie, une réflexion sur la communication avec son prochain, pour tourner ensuite au thriller noir complètement déjanté. Le décor surréaliste de l’hôtel miteux est fantastique. Le casting est somptueux avec une formidable composition de John Turturro dans le rôle de Barton Fink. Nous rencontrons dans cette histoire beaucoup de personnages très typés, campés par des acteurs talentueux : Charlie Meadows le voisin de chambre de Barton incarné par un fantastique John Goodman, Jack Lipnick le cinéaste joué par Michael Lerner, Steve Buscemi dans le rôle du liftier… Le pitch : New York 1941, L’auteur de théâtre Barton Fink, coqueluche de Broadway, est appelé à Los Angeles par Jack Lipnick pour scénariser son dernier film. Arrivé à LA ou il ne connait personne il loge dans un hôtel minable et se met au travail avec la hantise de la page blanche.
Caine78

Suivre son activité 698 abonnés Lire ses 7 180 critiques

4,0
Publiée le 27/08/2009
Nul doute que les frères Coen ont le talent de se renouveler à chaque film tout en gardant un style et une touche qui leur est propre. Ce "Barton Fink" ne déroge pas à la règle, et s'avère être particulièrement impressionnant d'un point de vue visuel, que ce soit par les couleurs, les cadrages ou encore une direction d'acteurs assez impressionnante (John Goodman et Michael Lerner sont éblouissants). Mais loin d'être une simple réussite technique, le film réussit en définitive à aller très loin dans ses obsessions et ses recherches, que ce soit les relations humaines et surtout sa vision désenchantée et désabusée de la planète Hollywood. Dommage qu'hélas au milieu de toutes ces superbes qualités l'oeuvre manque parfois un peu de pêche, d'autant plus qu'à force de vouloir nous perdre, les Coen ont une (très) légère tendance à nous désintéresser de leur film. Défauts mineurs toutefois tant le film n'en demeure pas moins d'une grande richesse mais aussi (et surtout) d'une grande intelligence. De la belle ouvrage.
Benjamin A

Suivre son activité 301 abonnés Lire ses 1 898 critiques

4,0
Publiée le 12/04/2014
Quatrième film des frères Coen (bien que Ethan ne soit pas crédité à la réalisation mais uniquement au scénario) "Barton Fink" est celui de la consécration. Sorti en 1991, il a été écrit en trois semaines, pendant que les deux frères étaient en panne d'inspiration, ils ont imaginé l'histoire d'un écrivain qui connaitrait le même problème et se verra plusieurs fois primé au festival de Cannes de 1991 avec les prix de la palme d'or, de la mise en scène et de l'interprétation masculine pour John Turturro. Il nous raconte donc l'histoire de cet écrivain qui débarque à Hollywood comme scénariste sous contrat avec un studio mais peu à peu les problèmes vont s'accumuler, que ce soit l’hôtel, son voisin, son patron ou encore cette fameuse première page. Les frères Coen nous emmène brillamment dans leur étrange univers où se trouve une fascinante galerie de personnages, que ce soit le personnage principal, qui perd peu à peu se moyen et la compréhension de la situation, son voisin, à la fois sympathique, accueillant, inquiétant, et dingue, ou les "artisans" de l'industrie du cinéma (que les Coen n'hésitent pas à égratigner), ils savent les rendre intéréssant. D'ailleurs, ils proposent plusieurs réflexions subtils à travers cette richesse d'écriture, notamment autour de la pensé humaine ou du cinéma. L'atmosphère est souvent mystérieuse et parfois sombre et fascinante. La maitrise technique des Coen est impeccable et nous offrent notamment de superbes plans. Les interprétations sont excellentes et en premier lieu John Turturro qui donne de la profondeur à son personnage. Un très bon film des frères Coen, à la hauteur de sa réputation et de ses récompenses, fascinant, captivant, intelligent, bien réalisé et interprété.
Léo Mesguich

Suivre son activité 18 abonnés Lire ses 107 critiques

4,5
Publiée le 26/07/2014
Palme d'Or 1986, Barton Fink, le 4ème film des frères Coen, est pétillant d'intelligence. S'inspirant d'une histoire assez simple (un écrivain new yorkais s'essaye à Hollywood mais est confronté au syndrome de la page blanche dans le milieu hollywoodien), Barton Fink est un film complexe, qui fait aller du rire aux larmes avec beaucoup d'efficacité. D'abord, il rejoint cette lignée de films proposant un regard assez critique sur Hollywood (Maps to The Stars, Mulholland Drive, Boulevard du Crépuscule...), avec le personnage du directeur de la scoiété de production, mégalo, ivre de pouvoir et domination sur les autres, qui traitent les émotions du cinéma comme des techniques du vente . Mais c'est loin d'être le seul atout du film ! L'hôtel délabré ,par exemple ,dans lequel loge Barton Fink (John Turturro qui ressemble trait pour trait à Harold Ramis dans SOS Fantômes) est décrit par exemple avec beaucoup de finesse et de détails, tantôt kafkaïen (le papier peint !), tantôt lynchien (les longs plans inquiétants des couloirs). Il semble être responsable du blocage de Barton. De même, le jeu de John Goodman est exceptionnel, passant du gentil copain, affectueux au tueur psychopate. Encore un des éléments qui vient pimenter ce magnifique film Et enfin, la fin, que je ne révèlerai pas, la dernière réplique, qui vient résumer toute la tragique ironie du film. Bref, un film compliqué mais réellement sublime !
Cliff554

Suivre son activité 73 abonnés Lire ses 691 critiques

4,0
Publiée le 26/02/2012
De toute la filmographie des Coen Brothers, "Barton Fink" est certainement le plus atypique du monde décalé des frangins. A sa présence au Festival de Cannes 1991, Roman Polanski lui decerna trois prix (aucun autre film n'en a reçu plus!) à savoir celui de la meilleure mise en scène, du meilleur acteur pour John Turturro et enfin la grande et convoitée Palme d'or. Pourtant, lorsque l'on mentionne "Barton Fink" en société (du moins dans mon entourage), le film divise. D'un côté, ceux qui aiment (en minorité) pour son univers décalé, sombre, son mélange de genres, et de l'autre ceux qui détestent (en suppériorité) pour son rythme lent et sa soit disant histoire qui ne mène à rien de même que pour ses dialogues très peu recherchés. Il semblerait que je fasse parti de la première catégorie, ceux qui aiment. Peut-être parce que j'adore le travail des frères Coen? (mis à part "True Grit" qui m'a déçu par son approche trop conventionelle, enfin, c'est une autre histoire...) Peut-être parce que j'adore John Turturro ainsi que John Goodman? La réponse se trouve dans le travail des deux cinéastes. L'atmosphère calqué est formidable et promulgue une angoisse particulière que l'on ne peut ressentir dans aucun autre film, une ambiance unique mêlant folie, comédie, drame. Jusqu'à ce que le spectateur s'identifie entièrement au héros, il ne suit plus les aventures de Barton Fink, il devient Barton Fink ou du moins il se retrouve aussi perdu que lui dans cet hôtel glauque. Mais le plus intéressant, plus que le côté imagination, c'est l'aspect social traité, ou comment un écrivain embauché par Hollywood se laisse envahir par la peur de la page blanche jusqu'à mettre au détriment de son travail une barrière à son imagination. Un point qui semble être purement personnel vis à vis des Coen. Cette peur, mélangée à une créativité scénaristique conséquente, reflète avec les intentions du producteur. Rien que cette scène fantastique ou Fink clôt son ouvrage et le présente au patron démontre un vértiable pamphlet contre les sociétés cinématographiques qui sont ruinés créativement par l'appât du gain. Plus de place pour les artistes, juste pour les businessmen. A cela, "Barton Fink" est un des films les plus surréalistes des Coen, mais aussi l'un de ses plus engagés, toujours avec une ferveur, une idéologie sombre qui, depuis "Sang pour sang" cohabite dans leurs longs-métrages que ce soit de façon purement humoristique ("The Big Lebowski") ou de manière cruelle ("No Country For Old Men") s'emboitant comme un puzzle, avec une logique propre.
cylon86

Suivre son activité 429 abonnés Lire ses 4 384 critiques

4,0
Publiée le 01/02/2009
Primé trois fois au Festival de Cannes 1991 (Palme d'Or, prix de la Mise en Scène, Prix d'Interprétation Masculine), "Barton Fink" est un des films les plus étranges de la filmographie des frères Coen. S'inspirant du blocage qu'ils ont rencontré lors de l'écriture de "Miller's Crossing", ils nous livrent ici une réflexion sur les affres de la création au cœur de l'Hollywood des années 40 où les studios étaient tout-puissants et où la créativité des auteurs étaient brimés par leurs contrats, menant certains à l'alcoolisme. L'époque n'est pas choisie au hasard et certains personnages sont fortement inspirés par des figures emblématiques du cinéma de ces années-là. Mais au-delà de brimer Hollywood ("jette une pierre ici, elle tombera forcément sur un scénariste" dira un producteur dans le film), le film va plus loin et nous montre un personnage en proie au doute, incapable d'écrire un film de série B sur le monde du catch, tellement coincé par ses idées sur la dramaturgie qu'il oublie d'écouter les autres. C'est dans cette atmosphère étrange et moite (surtout lors des scènes dans l'hôtel) qu'évolue le film qui finit par nous dérouter complètement pour mieux nous intriguer et nous pousser à la réflexion. En effet, "Barton Fink" est un film à plusieurs niveaux de lecture comme en témoigne certains objets (le cadre dans la chambre, le paquet de Charlie) ou le personnage de John Goodman, tour à tour amical, jovial, inquiétant et surtout intriguant. Et au cœur de cet univers, le personnage de Barton Fink se débat du mieux qu'il peut pour s'en sortir, coincé entre son blocage d'écriture et des personnes qui ne font rien pour l'aider (l'écrivain alcoolique inspiré de Faulkner, le producteur qui réclame la touche "Fink" sans pour autant laisser parler son interlocuteur). John Turturro, dans le rôle complexe et torturé de Fink, offre d'ailleurs là une de ses meilleures prestations.
RENGER

Suivre son activité 313 abonnés Lire ses 5 433 critiques

4,0
Publiée le 02/02/2008
Avec seulement quatre films à leur actif, les frères Coen décrochent (enfin) leur première Palme d’Or en 1991 lors du 44ème Festival de Cannes avec Barton Fink, une comédie dramatique baignant dans un soupçon de thriller et frôlant par moment l’expérimental. Les frangins nous livrent une réalisation particulière, à la fois sombre et si drôle, comme ils savent si bien le faire ! On part à la rencontre d’un écrivain qui pendant son heure de gloire à New York est appelé par Hollywood pour devenir scénariste chez une major du cinéma. Mais c’est à son arrivée dans ce nouvel eldorado qu’il va changer du tout au tout. Il va se découvrir, faire la rencontre de personnages tous très atypiques. Un monde étrange et nouveau s’ouvre à lui, alors que ses angoisses font surface. La page blanche pour un écrivain, y a t’il quelque chose de plus terrible que cela ? Avec Barton Fink, le pire reste à venir ! A noter aussi, que ce film est inspiré de la vie du dramaturge américain Clifford Odets, qui connut son heure de gloire dans les années 40 et 50. Dans la peau de ce personnage si particulier, on retrouve l’épatant John Turturro au côté de l’énigmatique mais si hilarant John Goodman. Une réalisation sans faille, à la fois mystérieuse et intrigante et qui s’est vu remettre deux autres prix à Cannes, le Prix du meilleur réalisateur pour Joel Coen ainsi que le Prix d'interprétation masculine pour Turturro.
chrischambers86

Suivre son activité 1033 abonnés Lire ses 10 061 critiques

4,0
Publiée le 26/06/2008
Quelque chose cloche dans l'hôtel rococo d'Hollywood ou Barton Fink installe sa machine à ècrire et sa petite valise d'auteur scrupuleux!Le liftier est muet,les souliers sont alignès devant les portes,mais on ne croise jamais personne et le papier peint se dècolle!Pour leur quatrième film,Palme d'or à Cannes en 1991,les frères Coen mêlent le rationnel à l'absurde dans une intrigue dèroutante!Ce scènario hallucinè sur les affres de la page blanche est campè par un impressionnant John Turturo incarnant un dramaturge timide obsèdè par l'idèe d'un thèâtre de masse,qui ne sait rien de la faune douteuse d'Hollywood et,accessoirement,rien de la vie!Livrè à la chaleur ètouffante d'une chambre d'hôtel sans vue,aux cloisons trop minces qui laissent entendre des gargouillements de lavabos et des sanglots ètouffès,le scènariste est mis à mal dans des pèripèties dont on ne sait si elles sont rèelles ou le fruit de son esprit!Ange gardien de son cauchemar,John Goodman fait basculer le rècit dans la destruction: cadavre de jeune femme dans le lit du hèros,hôtel en flammes et flics assassinès!Tout ce qu'il faut pour dèniaiser un scènariste trop idèaliste!Un huis-clos dèlirant à l'humour dècalè et à la rèalisation virtuose...
Julien D

Suivre son activité 334 abonnés Lire ses 3 454 critiques

5,0
Publiée le 20/12/2007
Cette critique du système hollywoodien est un superbe drame psychologique à travers sont traités de manière très originale, voir abstraite, les thèmes du traumatisme de la page blanche, de l'amour coupable, de l'amitié intéressée, de la mort et de la création. Ce film est à la fois une tragédie d'un pur onirisme et une comédie farfelue. Chaque peut trouver, ou non, une signification symbolique au cœur de ses multiples lignes de lecture. Parmi celles-ci une des plus splendides estla vision de l'hôtel comme étant une métaphore de la psyché de Fink, faisant du voisin psychopathe son coté violent refoulé, du papier peint qui se décolle son angoisse et du tableau son fantasme de la femme sur la plage qu'il rencontre enfin à la fin.
Yannickcinéphile

Suivre son activité 189 abonnés Lire ses 4 005 critiques

3,5
Publiée le 22/11/2017
Je poursuis mon exploration du cinéma des frères Coen avec Barton Fink. Après le mémorable Fargo, le très intéressant Burn After Reading, j’avais envie de m’attaquer à un autre film de réputation des deux réalisateurs : Barton Fink. Bon, c’est bien, mais pour moi inférieur à Fargo, c’est certain. Il y a scénaristiquement de très bonnes choses. La dénonciation du milieu du cinéma est drôle et corrosive, avec une représentation dopée à l’humour noir des pratiques assez foldingues des producteurs, réalisateurs, scénaristes… Cette partie est bonne, par contre j’ai vraiment le sentiment que la partie intégrant Charlie Meadows est inférieure, et s’imbrique moyennement avec le reste. La mise en place de la relation entre Fink et Meadows est bonne, mais par contre la dernière partie, assez abrupte, grandiloquente, attendue au demeurant, m’a franchement moins convaincu. En fait, à partir du moment où le film prend trop une tournure thriller, Barton Fink part un peu en cacahuètes, et oublie pas mal de ses points forts de la première partie. Le casting est bon, avec des habitués des frères Coen. Turturro est idéal dans son rôle, en scénariste un peu perdu qui glisse petit à petit dans la folie. Goodman est idéal dans son rôle à contre-emploi ambigu et difficile à cerner. Autour de ce duo, une galerie de seconds rôles tout à fait fendard, spécialement Michael Lerner complètement déjanté aux côtés de Tony Shalhoub qui en fait des méga-caisse. Buscemi pour sa part est en retrait ici, il apparait peu. A souligner aussi le rôle très excentrique de John Mahoney, écrivain en pleine déchéance qu’il campe fort bien. Formellement Barton Fink est très bien creusé. Les frères Coen livrent des images très réussies, notamment dans l’épilogue qui, tout en étant assez décevant sur le plan de l’histoire, a le mérite, au moins, d’être visuellement très réussi. Barton Fink nous plonge dans un univers assez cradingue qui contraste avec le soleil hollywoodien, et l’ambiance, d’autant plus qu’elle a un charme rétro, à vraiment de l’allure. Plastiquement pas grand-chose à redire donc, avec, comme souvent chez ces réalisateurs, une bande son discrète mais qui se marie bien à l’ensemble. Bon, je ne vais pas mentir, Barton Fink reste pour moi une petite déception vu l’excellent départ, et mon intérêt pour ces réalisateurs. Comme je l’ai dit, la partie thriller fonctionne mal (rien que l’élément déclencheur, que je ne préciserai pas, qui n’est pas crédible si l’on y réfléchit un peu), et le film aurait dû se concentrer sur sa dénonciation du milieu du cinéma, sans chercher à mélanger les genres. Pour moi ça reste la lacune de ce film, ce qui ne remet pas en cause ses qualités formelles et ses numéros d’acteurs délirants. 3.5
Béatrice G.

Suivre son activité 43 abonnés Lire ses 458 critiques

4,0
Publiée le 01/04/2014
Le moins qu'on puisse dire c'est que ce film sait nous emmener là où on ne s'y attend pas: à tout moment quand on pense enfin deviner où ce film veut en venir, PAF il prend une direction totalement inattendue. Ce qui contribue à la richesse du film, déjà pas avare en métaphores et qui dresse également un tableau peu reluisant du monde du showbiz (avec le producteur qui traîte ses subordonnés comme de la merde, Barton Fink qui se croit écrivain proche du peuple mais qui est en fait aussi snob que les autres,...). Un petit bijou d'humour noir, un peu surréaliste, très bien réalisé et interprété. Brillant!
Maitre Kurosawa

Suivre son activité 176 abonnés Lire ses 1 243 critiques

4,5
Publiée le 13/03/2014
"Barton Fink", palme d'or du festival de cannes en 1991, est un film emblématique de la filmographie des Coen, avec une étrangeté singulière, et une combinaison entre un humour grotesque et une noirceur inquiétante. Constamment imprévisible et doté de comédiens au sommet de leur art (avec en point d'orgue John Turturro et John Goodman), le film est absolument génial. Il se partage entre une critique virulente et drôle des producteurs hollywoodiens, et des passages beaucoup plus kafkaïens et donc assez déroutants qui concernent les scènes dans l'hôtel. Aussi audacieux sur la forme que sur le fond, "Barton Fink" construit son écriture et son dispositif formel en fonction d'une réflexion passionnante sur la valeur du système hollywoodien. Un des plus grands films des Coen.
Santu2b

Suivre son activité 96 abonnés Lire ses 1 519 critiques

4,0
Publiée le 01/06/2013
Palme d’or à Cannes en 1991, Barton Fink est assurément le film de la consécration pour nos deux rejetons-trublions du cinéma indépendant américain. S’il n’est à mon sens pas forcément leur meilleur, l’œuvre constitue néanmoins une formidable réflexion sur le processus de création en même temps qu’un vibrant hommage au cinéma noir hollywoodien des années 1940. Portée par un sidérant John Turturro, cette expérience vous garantira un voyage sensoriel inquiétant et barré quelque part entre Billy Wilder et Kafka.
toko29

Suivre son activité 39 abonnés Lire ses 104 critiques

4,0
Publiée le 09/07/2011
Très beau film ! On est aspiré par l'histoire dès le début. John Turturro joue parfaitement ce personnage attachant et étrange qu'est Barton Fink. Voilà un film inclassable mais qui est sans aucun doutes un chef-d'oeuvre du genre. La seule chose que je peux dire, c'est que j'ai bien aimé ce film, et que je le reverrais sans aucunes hésitations.
mr. edward

Suivre son activité 122 abonnés Lire ses 495 critiques

4,0
Publiée le 08/05/2011
Un excellent film des frères Coen. John Turturro est tout simplement génial et charismatique face à un John Goodman étrange et inquiétant, le producteur (joué par Michael Lerner) est lui aussi excellent et bien marrant. Tout est maîtrisé de bout en bout et il n'y a aucun moment de faiblesse, franchement un film à voir.
Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top