Mon AlloCiné
    Le Dieu d'osier
    note moyenne
    3,7
    357 notes dont 83 critiques
    23% (19 critiques)
    31% (26 critiques)
    25% (21 critiques)
    13% (11 critiques)
    5% (4 critiques)
    2% (2 critiques)
    Votre avis sur Le Dieu d'osier ?

    83 critiques spectateurs

    Fêtons le cinéma
    Fêtons le cinéma

    Suivre son activité 49 abonnés Lire ses 35 critiques

    4,5
    Parce qu’il ne cesse de désigner l’autre comme infidèle, parce qu’il refuse de s’ouvrir à une foi qui n’est pas sienne mais qui rassemble pourtant toute une communauté de fidèles, le sergent Howie, détenteur de la focalisation, apparaît au spectateur tel un être procédurier et aux qualités humaines plutôt maigres : son statut de personnage principal lui assure une légitimité durant la première heure, jusqu’à ce que le costume du fou ne le rende pleinement suspect. Lui aussi joue un rôle et répand autour de lui sa barbarie, une violence non pas physique (à la différence du sacrifice animal ou humain) mais verbale : il menace Summerisle de revenir en compagnie d’autres agents de l’ordre afin de mettre un terme à ce mode de vie qu’il juge dépravé. Son costume de policier se heurte à la nudité des jeunes femmes réunies en cercle ou se livrant aux chants divins, à la manière des sirènes homériques. C’est néanmoins un même dessin de lièvre que l’enfant et l’adulte, que l’adepte du celtisme et le chrétien, recouvrent de peinture ; la symbolique de cette scène initiale s’avère fondamentale : d’une part se tient une religion neuve, incarnée par la jeunesse, de l’autre une religion usée, dont Howie représente le dernier bastion bientôt renversé, de la même manière qu’il se tache de peinture. Ce que notre héros ne comprend pas, c’est qu’il entretient un rapport à la fiction similaire à celui des hommes, des femmes et des enfants vivant sur cette île ; seulement cette fiction, il l’a suffisamment intériorisée – en témoigne son expérience de la prêtrise – pour la considérer comme une vérité absolue. Il est, en somme, un fanatique incapable de tendre l’oreille vers ce qui, pour lui, dissone. Son séjour écossais le plonge dans un folklore où la voix élève l’âme et éveille les sens : elle envoûte le policier, le raccorde à sa nature première, là où la chair n’est pas un péché mais, au contraire, un cadeau du Ciel. Religion du corps et des désirs qui le fondent, le celtisme ici dépeint sait attiser, chez le spectateur, les peurs enfouies que suscitent des danses incongrues, le port de masques, les cérémonies en apparence libertaires. The Wicker Man donne chair et âme à des formes de croyances ancestrales qui retrouvent, par la caméra de Robin Hardy, leur souffle vital tout en renvoyant dos à dos deux fois religieuses, chacune à un stade différent de son développement. Une œuvre de religions comparées tout à fait pertinente, dont le visionnage féconde l’imagination par ses images et son atmosphère uniques.
    Jérémie C-35
    Jérémie C-35

    Suivre son activité

    3,5
    Le Dieu d’osier ou The wicker man de Robin Hardy, bien que sorti en 1973, ce film a très peu vieilli. Scénario spécial, puissant de par son énigme et son univers décalé. Le dieu d’osier parvient à être à la fois troublant, ambigu et fascinant pour arriver jusqu’à un climat religieux assez terrifiant.
    weihnachtsmann
    weihnachtsmann

    Suivre son activité 74 abonnés Lire ses 189 critiques

    2,5
    Un film où la recherche d’une jeune fille disparue devient sujet d’une farandole hallucinante de déguisements tous aussi ahurissants les uns que les autres. Des rites psychédéliques musico-erotiques où les femmes dansent nues. Avec ça vous avez les cartes en main pour décider ou non de visionner ce film totalement fou.
    Serge K
    Serge K

    Suivre son activité Lire ses 15 critiques

    4,0
    The wicker man est un bon film, très original, tant par son interprétation que par ses décors qui m’ont fait penser par moment à ceux de Fellini, j’ai adoré la petite danse érotique de Britt Ekland , et l’ambiance très "scottish" qui y règne.
    Estonius
    Estonius

    Suivre son activité 222 abonnés Lire ses 1 025 critiques

    5,0
    Un film anglais complètement inclassable et très roublard où l'on voit un policier bigot enquêter sur la disparition d'une jeune fille sur une île écossaise peuplé d'adeptes d'une religion celtique. C'est bien joué, Christopher Lee est très bon et Britt Ekland nous gratifie d'une danse érotique absolument fabuleuse. La musique est géniale, l'ambiance érotico-paillarde est tout à fait réjouissante et le final est superbe ! C'est très habilement fait d'autant que le propos du film est de nous expliquer que toutes les croyances religieuses se valent dans leur absurdités… Quoiqu'en y regardant de plus près le réalisateur dirige nettement notre empathie vers les païens plutôt que vers ce pauvre poulet.
    Roub E.
    Roub E.

    Suivre son activité 71 abonnés Lire ses 1 098 critiques

    3,0
    Dommage que la mise en scène ne soit pas à la hauteur du propos franchement anti religion catholique sans cela The Wicker Man aurait été un grand film. J’ai eu un peu de mal avec le final aussi ainsi que certains passages chantés qui donne un aspect ridicule alors que le comique de la situation fonctionnait très bien sans cela. En revanche quel dommage plaisir de voir Christopher Lee dans le rôle d’une sorte de gourou parfaitement campé et écrit. La photographie n’est pas géniale mais c’est tout de même un film à voir.
    Greg A.
    Greg A.

    Suivre son activité 23 abonnés Lire ses 10 critiques

    3,5
    Etrange film , un mélange de comédie musical et d'enquête policière autour de rites et cultes religieux , le scénario est bien trouvé même si on sait dès le début qu'il y a quelque chose de pas net ..de jolies paysages et une fin très puissante .. c'est pas mal en sachant que le film date tout de même de 1972 ! 15/20
    Rockzz S.
    Rockzz S.

    Suivre son activité Lire sa critique

    4,5
    Charmants païens ! De la pulpeuse femme qui se frotte contre les 4 murs de sa chambre sitôt la nuit tombée, au gourou au look improbable sautillant joyeusement, serpettes en mains, le long du sentier surplombant les falaises de cette île "so British".
    Jean-Sébastien T.
    Jean-Sébastien T.

    Suivre son activité 9 abonnés

    5,0
    Fabuleux, kitch, intelligent, irrespectueux, interprété avec malice, ce film est tout cela à la fois. Inutil de dire que je me suis régalé et que je le reverrai bientôt !
    konika0
    konika0

    Suivre son activité 8 abonnés Lire ses 4 critiques

    4,0
    Jolie petite surprise. Quelque part, sur une île autour de la Grande-Bretagne, des gens vivent isolés et semblent ignorer le reste du monde. Une disparition inquiétante est déclarée et un enquêteur du continent est dépêché sur place. Caricature du bigot à l'esprit étriqué, ce policier, personnage principal du film est bien peu sympathique si on le compare aux autochtones. Car il faut la voir cette société déglinguée se trémousser en voile blanc dans des rites païens ou s'envoyer en l'air sur une musique d'une autre époque. Ce qui frappe, c'est le questionnement que pose le film quant à la vérité, à la foi dogmatique ou aux prétendus bienfaits de nos sociétés dites modernes. A ce titre, la confrontation entre le flic mal embouché et le Land-lord du coin (Christopher Lee, tout en rouflaquettes) est jouissive. Autre moment mémorable, il y a cette danse lascive, dénudée et hypnotique dans la chambre de l'hôtel. Un bijou. Mais le point fort du film est sûrement son ambiance tout à fait étrange et ces plans séquences décalés. Alors oui, ça a vieilli et le rythme s'en ressent mais ce serait dommage de bouder ce petit plaisir inattendu.
    beingmarkovich
    beingmarkovich

    Suivre son activité

    2,5
    Une enquête sur une île coupée de tout, des gens étranges, des cultes païens... J'ai pensé à la série "Le prisonnier" avec Patrick McGoohan.
    overlook2
    overlook2

    Suivre son activité 11 abonnés

    4,0
    Le fond est formidable, la forme un peu trop brouillonne, mais l’ensemble possède un charme transgressif assez réjouissant. Audacieux dans sa narration (la nature anxiogène du récit se mêle à une vraie énergie libertaire dans le quotidien sectaire), radical dans sa démarche (la fin sans concession) et finalement très acéré dans sa dénonciation de tout dogmatisme (qu’il soit sectaire ou social), le film est un beau météore à découvrir.
    DanielOceanAndCo
    DanielOceanAndCo

    Suivre son activité 342 abonnés Lire ses 2 397 critiques

    3,0
    Quel film étrange!! Une œuvre qui a notamment engendré un remake très moqué avec Nicolas Cage. Alors, ce "Wicker Man" de 1973 réalisé par Robin Hardy est un mélange entre horreur et film d'enquête où un policier très pieux se rend dans une île peuplée d'étrange habitant à la recherche d'une petite fille. L'enquête tient en haleine et maintient le suspense jusqu'à la fin mais c'est surtout dans la thématique développée ici que toute la force du film provient. Côté casting, si l'inconnu Edward Woodward en fait des caisses, c'est avec plaisir qu'on retrouve Christopher Lee dans un rôle inquiétant. Bref, si la mise en scène a subi les affres du temps, le sujet de "The Wicker Man" conserve sa force pour continuer de fonctionner encore aujourd'hui, surtout que son final est très intense!!
    Séances Grises
    Séances Grises

    Suivre son activité

    4,5
    Ne vous laissez pas aller au remake, qui est un thriller consensuel et un peu mou -un divertissement un peu coupable, certes-, et préférez l'original de Robin Hardy. Un film aussi profond et malin qui est fantasque et hors-cardes ! Christopher Lee disait qu'il tenait là le plus grand rôle de sa carrière, et je ne me vois pas le contredire.
    Jacques G.
    Jacques G.

    Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 6 critiques

    2,0
    Il n'y a ni horreur ni épouvante dans ce film dont je trouve la réalisation peu inspirée. Le sujet est certes original et intéressant, mais je ne suis absolument pas arrivé à croire à cette histoire filmée platement avec des acteurs souvent peu convaincants. Le policier psychorigide est tellement ridicule spoiler: que l'on a du mal à le plaindre lors de sa fin déplorable . Seul intérêt de ce film : la danse de Britt Ekland nue, et peut-être aussi de belles couleurs spoiler: lors de la parade finale .
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top