Mon AlloCiné
  • Mes amis
  • Mes cinémas
  • Speednoter
  • Ma Collection
  • Mon compte
  • Jeux
  • Forum
  • Déconnexion
Le Dieu d'osier
note moyenne
3,7
365 notes dont 87 critiques
26% (23 critiques)
29% (25 critiques)
24% (21 critiques)
14% (12 critiques)
5% (4 critiques)
2% (2 critiques)
Votre avis sur Le Dieu d'osier ?

87 critiques spectateurs

titusdu59
titusdu59

Suivre son activité 42 abonnés Lire ses 694 critiques

3,5
Publiée le 13/04/2011
C'est une évidence, "The wicker man" est un film très étrange. A mi-chemin entre le thriller inquiétant et la comédie musicale, l'intrigue, sordide histoire à propos d'une enquête dans des milieux de religion exotique, se développe de manière très déroutante, puisque la mise en scène donne un aspect quasi documentaire au film, avec notamment tous ces magnifiques paysages, cette vision de l'Angleterre profonde... Mais finalement, au bout d'une demie heure, une fois mis dans le bain, on se délecte de cette ambiance très glauque. Il faut dire que le personnage de Christopher Lee, encore excellent, est plutôt bien retranscrit, et celui de Edward Woodward d'une profondeur inattendue. Et la fin, malgré son côté prévisible, est tout de même plutôt efficace. Mais ce qui fait en grande partie le charme de ce "Wicker man", c'est sa réflexion sur les conflits de religions, ainsi que la primitivité de certaines d'entre elles (peut-être la notre, à bien y réfléchir), plus aboutie qu'il n'y parait. Une bonne surprise.
Jean-Sébastien T.
Jean-Sébastien T.

Suivre son activité 9 abonnés Lire ses 84 critiques

5,0
Publiée le 11/06/2017
Fabuleux, kitch, intelligent, irrespectueux, interprété avec malice, ce film est tout cela à la fois. Inutil de dire que je me suis régalé et que je le reverrai bientôt !
dahbou
dahbou

Suivre son activité 89 abonnés Lire ses 2 124 critiques

5,0
Publiée le 03/12/2007
Film à la pensée post Hippy des plus sympathique profondement contestataire et transgressif qui fustige toutes les religions, The wicker man est un savoureux brassages des genres passant du film policier à la comedie musicale. Edward Woodward ( The equalizer ) est parfait en flic bigot vraiment coincé alors que Christopher Lee s'amuse beaucoup en châtelain païen ebouriffé. Le film a connu une distribution en salle chaotique ce qui n'a fait que renforcé sa légende à l'image de son final immoral.
Puce6386
Puce6386

Suivre son activité 391 abonnés Lire ses 1 074 critiques

2,5
Publiée le 15/08/2013
Un thriller britannique, aux allures d’épouvante, qui nous entraîne dans une enquête étrange et ésotérique au cœur d’une île lugubre et malsaine. Le film a dans son ensemble bien vieilli ; fantastique et angoissant, il navigue tout du long entre glauque et ironie pour nous amener à un final inattendu. Cependant, à de trop nombreuses reprises, la réalisation s’avère trop fantasque, elle prend au dépourvu, agace et embarrasse par les excentricités de son scénario. Un film simple, sans artifice, qui fait donc figure d’ovni, et qui met en exergue confrontation des croyances et fanatisme religieux. Un film élevé au rang de mythe à voir surtout pour son propos !
Gourmetdefilms
Gourmetdefilms

Suivre son activité 27 abonnés Lire ses 654 critiques

3,0
Publiée le 22/07/2014
Une île peuplée d'habitants d'apparence "normale", qui s'avèrent être des malades en force; les dévots d'un dogme polythéiste célébré à travers des chants (auxquels on n'échappe pas), des danses, un culte de la sexualité etc... mais aussi de crimes. Au départ j'ai aimé la singularité de ce film, l'idée, le décor, l'ambiance et le contexte. L'ambiance est bien là, et l’interprétation des acteurs est correcte malgré une scène extrêmement ringarde où Britt Ekland danse nue dans une chambre avec le policier à côté. Hélas plus le film avance et moins je trouve l'enquête et d'autres aléas crédibles, je ne parle même pas des techniques d'investigations! Puis en arrivant à la fin qui est un poil trop longue mais très surprenante et dure, on peut supposer que l'enquête n'est en faite que secondaire et que le but principal est peut être plus idéologique. L'envie peut être de discréditer les religions et peut être surtout le christianisme (ou plus largement le monothéisme), devant notamment un public de hippies pré acquis à la cause. On se demande alors si paradoxalement ce film n'est pas prosélyte et si le fait que des enfants parlent de sexualité ou qu'il y ait tant de femmes à poil est finalement si anodin. Bref un film atypique plutôt intéressant et plutôt réussi dans la forme, mais hélas il y a un fort arrière gout propagandiste qui explique peut être que des détails du scénario soient bâclés.
Rockzz S.
Rockzz S.

Suivre son activité Lire ses 18 critiques

4,5
Publiée le 14/06/2017
Charmants païens ! De la pulpeuse femme qui se frotte contre les 4 murs de sa chambre sitôt la nuit tombée, au gourou au look improbable sautillant joyeusement, serpettes en mains, le long du sentier surplombant les falaises de cette île "so British".
gmk
gmk

Suivre son activité 1 abonné Lire ses 23 critiques

5,0
Publiée le 24/01/2007
Étrange et drôle, décalé, intelligent avec une atmosphère bien à soi et une bande son enchantée. Une délicieuse surprise. À voir plutôt que le remake version "action-horror" !
robert_ginty
robert_ginty

Suivre son activité 11 abonnés Lire ses 613 critiques

5,0
Publiée le 17/01/2007
Mieux vaut tard que jamais : pratiquement 35 ans après sa sortie anglaise, et sans doute grâce à l'iminence de celle de son remake ricain, The wicker man bénéficie enfin d'un passage (symbolique) dans les salles françaises. Chef d'œuvre impérissable de l'étrange (il est habituellement considéré comme fantastique bien que ne comportant aucun élément surnaturel), le film n'a rien perdu de sa force et son propos reste cruellement d'actualité. Cette exploitation hexagonale, malheureusement confidentielle, ne risque hélas de rameuter que les fans du film qui n'avaient pas attendu la bienveillance des distributeurs pour découvrir cet objet rare et fascinant via ses diffusions chez Dionnet ou les jolis dvds (contenant, cerise sur le gâteau, la version longue), et pourtant, cette inquiétante enquête sur fond de paganisme et d'intolérance religieuse méritait largement d'être vue par le plus grand nombre : le script de Shaffer est brillant, l'interprétation aux petits oignons (Edward Woodward parfait en flic cul-bénit perdu au milieu d'une peuplade de dégénérés, Christopher Lee considère son rôle de gourou aristocrate comme le meilleur d'une carrière qui en a vu d'autres), l'ambiance est palpable à souhait (le métrage est truffé de saynettes délicieusement décalées, conférant un ton unique à l'oeuvre), la bande-son tient du miracle (on passe comme une fleur d'une chanson paillarde à une ritournelle à la gloire de Mère Nature, une suave complainte invitant aux plaisirs de la chair ou une comptine folk dédiée à un arbre aux branchages fort suggestifs), bref, on se régale avant un dernier acte complètement barré multipliant les rituels fascinants et un final en apothéose. Sorte de chant du cygne de l'horror à l'anglaise, The wicker man en est le plus beau représentant, et pourtant désespérément méconnu en dehors des férus de fantastique. Vous savez ce qu'il vous reste à faire...
Alexarod
Alexarod

Suivre son activité 47 abonnés Lire ses 1 500 critiques

1,5
Publiée le 10/11/2016
Un film que je voulais voir : parce Christopher Lee était dedans et qu’il disait y avoir eu son meilleur rôle. Bon en cela je ne suis pas d’accord avec lui mais il est vrai que ça le change du méchant habituel, d’où un registre différent où il se montre assez à l’aise. Puis la polémique... Honnêtement je peux comprendre pourquoi : des tas de nanas à poil dont « Bonne Nuit » de James Bond dans l’Homme au pistolet d’or (oui avec Chris Lee aussi), des danses et des chants dans tous les sens sans explications, une ouverture d’esprit digne des meilleurs smokers des 70’s et une opposition farouche entre christianisme et religion païenne assumée (qui a existé qui plus est). Il est certain que cela abordait trop de choses choquantes à l’époque, tant sur le fond que dans la forme donc, impensable. De plus, le réalisateur ne condamne aucune des deux « religion », ce qui peut horrifier certains. Avec le début j’aurais dit que c’est un OVNI, un film d’auteur déjanté, après la 1ère partie ça se tasse et ça revient plus dans les clous, du coup on comprend mieux le scénario, et ça n’en devient qu’un long métrage barré. D’ailleurs on le classe en fantastique sans qu’il y ait de scènes qui sortent de l’ordinaire, on pourrait le mettre en comédie musicale mais sans le côté comique, l’ambiance des thrillers n’est clairement pas présente, pas de peur donc pas d’horreur… Bref un inclassable, ça peut être bien quand c’est un minimum cadré et intéressant. Nous dirons que le propos est pas mal, la religion a une certaine époque en Angleterre et en Ecosse, était trop prégnante. L’opposer ici à une île qui fonctionne complètement différemment, le tout avec un twist et une fin originale c’est vraiment du bon cinéma. Le seul problème c’est que c’est montré de façon trop fouillis, que les scènes de nu semblent là plus pour faire réagir que pour servir un propos, que les chansons sont affreuses et inutiles (pourquoi celle d’Ekland est si longue ?), de même que la musique est moche et ne colle pas aux situations. Si les coupes semblent être à l’origine du problème (dixit Christopher Lee), la mise en scène n’était pas bonne au départ, desservant une histoire pas des plus passionnantes pour les agnostiques, mais avec une fin osée au moins. Du reste les dialogues en VF sont affreux, c’est mal doublé (pas de jeu dans la voix), le grain de la pellicule se voit trop, les décors sont pas mal, les costumes font très « hand maid », le réalisme demeure douteux, le rythme se barre en sucette fréquemment, notamment à cause des multiples longueurs qui émaillent le visionnage, et les acteurs ne sont vraiment pas inspirés (sauf Lee) ou très mal. Bref un film pas mauvais mais un peu trop raté. Lee change de registre sans que ce soit choquant et ça vaut le coup d’être vu, mais ça a trop vieilli et la qualité n’est pas tant là pour que ce soit un bon produit, ou qu’on veuille le revoir.
Plume231
Plume231

Suivre son activité 544 abonnés Lire ses 4 607 critiques

4,0
Publiée le 14/11/2010
Un OFNI inclassable qui serait du domaine de l'épouvante mais flirterait avec le policier et la comédie musicale, et où l'érotisme (impossible d'oublier la danse très sexy de Britt Ekland et de sa doublure dans l'hôtel!) côtoie le sordide le tout dans des paysages magnifiques. On peut voir venir la fin depuis longtemps cela n'empêche pas cette dernière de très fortement marquer par sa froideur et sa cruauté. Difficile de dire si l'ensemble très ambigu et au climat angoissant très bien entretenu est une condamnation de l'intolérance chrétienne ou de l'atrocité des rites païens, certainement les deux, mais cela pousse de façon remarquable à la réflexion. Christopher Lee est excellent en maître de l'île d'un abord sympathique mais inquiétant, et il ne faudrait pas oublier de mentionner Edward Woodward, parfait dans le rôle d'un policier bigot et frustré. De ce qui aurait pu n'être qu'un film d'épouvante sans envergure, Robin Hardy en a fait une oeuvre unique profonde et intelligente.
btravis1
btravis1

Suivre son activité 59 abonnés Lire ses 574 critiques

4,0
Publiée le 12/03/2007
Atmosphère étrange, on sent le mystère et une certaine tension pendant tout le film, jusqu'au final surprenant et surtout très bien emmené. Un film original à (re)découvrir, bénéficiant d'une très bonne interprétation et d'une réalisation originale.
Fêtons le cinéma
Fêtons le cinéma

Suivre son activité 48 abonnés Lire ses 725 critiques

4,5
Publiée le 09/05/2019
Parce qu’il ne cesse de désigner l’autre comme infidèle, parce qu’il refuse de s’ouvrir à une foi qui n’est pas sienne mais qui rassemble pourtant toute une communauté de fidèles, le sergent Howie, détenteur de la focalisation, apparaît au spectateur tel un être procédurier et aux qualités humaines plutôt maigres : son statut de personnage principal lui assure une légitimité durant la première heure, jusqu’à ce que le costume du fou ne le rende pleinement suspect. Lui aussi joue un rôle et répand autour de lui sa barbarie, une violence non pas physique (à la différence du sacrifice animal ou humain) mais verbale : il menace Summerisle de revenir en compagnie d’autres agents de l’ordre afin de mettre un terme à ce mode de vie qu’il juge dépravé. Son costume de policier se heurte à la nudité des jeunes femmes réunies en cercle ou se livrant aux chants divins, à la manière des sirènes homériques. C’est néanmoins un même dessin de lièvre que l’enfant et l’adulte, que l’adepte du celtisme et le chrétien, recouvrent de peinture ; la symbolique de cette scène initiale s’avère fondamentale : d’une part se tient une religion neuve, incarnée par la jeunesse, de l’autre une religion usée, dont Howie représente le dernier bastion bientôt renversé, de la même manière qu’il se tache de peinture. Ce que notre héros ne comprend pas, c’est qu’il entretient un rapport à la fiction similaire à celui des hommes, des femmes et des enfants vivant sur cette île ; seulement cette fiction, il l’a suffisamment intériorisée – en témoigne son expérience de la prêtrise – pour la considérer comme une vérité absolue. Il est, en somme, un fanatique incapable de tendre l’oreille vers ce qui, pour lui, dissone. Son séjour écossais le plonge dans un folklore où la voix élève l’âme et éveille les sens : elle envoûte le policier, le raccorde à sa nature première, là où la chair n’est pas un péché mais, au contraire, un cadeau du Ciel. Religion du corps et des désirs qui le fondent, le celtisme ici dépeint sait attiser, chez le spectateur, les peurs enfouies que suscitent des danses incongrues, le port de masques, les cérémonies en apparence libertaires. The Wicker Man donne chair et âme à des formes de croyances ancestrales qui retrouvent, par la caméra de Robin Hardy, leur souffle vital tout en renvoyant dos à dos deux fois religieuses, chacune à un stade différent de son développement. Une œuvre de religions comparées tout à fait pertinente, dont le visionnage féconde l’imagination par ses images et son atmosphère uniques.
Estonius
Estonius

Suivre son activité 209 abonnés Lire ses 3 167 critiques

5,0
Publiée le 18/11/2018
Un film anglais complètement inclassable et très roublard où l'on voit un policier bigot enquêter sur la disparition d'une jeune fille sur une île écossaise peuplé d'adeptes d'une religion celtique. C'est bien joué, Christopher Lee est très bon et Britt Ekland nous gratifie d'une danse érotique absolument fabuleuse. La musique est géniale, l'ambiance érotico-paillarde est tout à fait réjouissante et le final est superbe ! C'est très habilement fait d'autant que le propos du film est de nous expliquer que toutes les croyances religieuses se valent dans leur absurdités… Quoiqu'en y regardant de plus près le réalisateur dirige nettement notre empathie vers les païens plutôt que vers ce pauvre poulet.
konika0
konika0

Suivre son activité 7 abonnés Lire ses 411 critiques

4,0
Publiée le 23/12/2016
Jolie petite surprise. Quelque part, sur une île autour de la Grande-Bretagne, des gens vivent isolés et semblent ignorer le reste du monde. Une disparition inquiétante est déclarée et un enquêteur du continent est dépêché sur place. Caricature du bigot à l'esprit étriqué, ce policier, personnage principal du film est bien peu sympathique si on le compare aux autochtones. Car il faut la voir cette société déglinguée se trémousser en voile blanc dans des rites païens ou s'envoyer en l'air sur une musique d'une autre époque. Ce qui frappe, c'est le questionnement que pose le film quant à la vérité, à la foi dogmatique ou aux prétendus bienfaits de nos sociétés dites modernes. A ce titre, la confrontation entre le flic mal embouché et le Land-lord du coin (Christopher Lee, tout en rouflaquettes) est jouissive. Autre moment mémorable, il y a cette danse lascive, dénudée et hypnotique dans la chambre de l'hôtel. Un bijou. Mais le point fort du film est sûrement son ambiance tout à fait étrange et ces plans séquences décalés. Alors oui, ça a vieilli et le rythme s'en ressent mais ce serait dommage de bouder ce petit plaisir inattendu.
DanielOceanAndCo
DanielOceanAndCo

Suivre son activité 326 abonnés Lire ses 3 588 critiques

3,0
Publiée le 20/10/2015
Quel film étrange!! Une œuvre qui a notamment engendré un remake très moqué avec Nicolas Cage. Alors, ce "Wicker Man" de 1973 réalisé par Robin Hardy est un mélange entre horreur et film d'enquête où un policier très pieux se rend dans une île peuplée d'étrange habitant à la recherche d'une petite fille. L'enquête tient en haleine et maintient le suspense jusqu'à la fin mais c'est surtout dans la thématique développée ici que toute la force du film provient. Côté casting, si l'inconnu Edward Woodward en fait des caisses, c'est avec plaisir qu'on retrouve Christopher Lee dans un rôle inquiétant. Bref, si la mise en scène a subi les affres du temps, le sujet de "The Wicker Man" conserve sa force pour continuer de fonctionner encore aujourd'hui, surtout que son final est très intense!!
Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top