Mon AlloCiné
Les Frissons de l'angoisse
Les Frissons de l'angoisse
Date de reprise 27 juin 2018 - Version restaurée (2h 06min)
Date de sortie 17 août 1977 (2h 06min)
Avec David Hemmings, Daria Nicolodi, Gabriele Lavia plus
Genres Epouvante-horreur, Thriller
Nationalité italien
Bande-annonce
Spectateurs
3,7613 notes dont 128 critiques
noter :
0.5
1
1.5
2
2.5
3
3.5
4
4.5
5
Envie de voir

Synopsis et détails

Interdit aux moins de 12 ans
Pianiste de jazz américain installé à Turin, Marc Daly assiste un soir au meurtre de Helga Ullman, une célèbre parapsychologue de passage en Italie. Il tente de lui porter secours, mais en vain. Déclaré témoin oculaire et lui-même victime d’une tentative d’assassinat, il décide de mener l’enquête en compagnie d’une journaliste, tandis que les meurtres se multiplient.
Titre original

Profondo rosso

Distributeur Les Films du Camelia
Voir les infos techniques
Année de production 1975
Date de sortie DVD 19/06/2000
Date de sortie Blu-ray 05/12/2012
Date de sortie VOD -
Type de film Long-métrage
Secrets de tournage 5 anecdotes
Budget -
Date de reprise 27/06/2018
Langues Italien
Format production -
Couleur Couleur
Format audio -
Format de projection -
N° de Visa 47354

Regarder ce film

En DVD BLU-RAY
Les Frissons de l'angoisse - Version intégrale
Les Frissons de l'angoisse - Version intégrale (Blu-ray)
neuf à partir de 26.28 €
Voir toutes les offres DVD BLU-RAY

Bande-annonce

Les Frissons de l'angoisse Bande-annonce VO 1:29
Les Frissons de l'angoisse Bande-annonce VO
8 655 vues

Acteurs et actrices

David Hemmings
Rôle : Marcus Daly
Daria Nicolodi
Rôle : Gianna Brezzi
Gabriele Lavia
Rôle : Carlo
Macha Méril
Rôle : Helga Ulmann
Casting complet et équipe technique

Critiques spectateurs

Carlos Stins
Critique positive la plus utile

par Carlos Stins, le 20/07/2018

5,0Chef-d'oeuvre

« Les frissons de l’angoisse », en voilà un film qui porte bien son nom tant celui-ci m’a terrorisé. Dario Argento nous propose... Lire la suite

Cronenbergfansoff
Critique négative la plus utile

par Cronenbergfansoff , le 04/09/2018

3,0Pas mal

Ça commençait bien, mais ça s’est tassé lors de la dernière demie heure. Dario Argento est un grand cinéaste, du vingtième... Lire la suite

Toutes les critiques spectateurs
38% (49 critiques)
23% (30 critiques)
21% (27 critiques)
9% (12 critiques)
7% (9 critiques)
1% (1 critique)
Votre avis sur Les Frissons de l'angoisse ?
128 Critiques Spectateurs

Photos

25 Photos

Secrets de tournage

Inspiré d'Antonioni

Les Frissons de l'angoisse est directement inspiré du classique d'Antonioni, Blow Up. Dans les deux films, le héros est témoin d'un meurtre mais il ne comprend pas ou mal ce qu'il voit. Il n'a qu'une vue partielle des événements et c'est en analysant ses souvenirs qu'il va pouvoir résoudre l'enquête. Ce n'est d'ailleurs pas un hasard si Dario Argento a choisi David Hemmings pour le rôle principal, lui qui portait déjà sur ses épaules le... Lire plus

Quand le rouge profond devient passion

Lors du tournage de ce film, Dario Argento rencontre sa future compagne et égérie, l'actrice Daria Nicolodi, qui interprète ici le rôle de la journaliste qui seconde Marcus dans son enquête. Elle jouera dans tous les films du réalisateur jusqu'à Opera en 1989 et sera à l'origine de la "trilogie des Trois Mères" en co-signant le script de Suspiria en 1977. De cette union naîtront deux filles, dont l'actrice et réalisatrice Asia Argento.

Le nouveau son de l'horreur

Après trois collaborations fructueuses avec Ennio Morricone, Dario Argento souhaite changer de registre musical. Il contacte d'abord le groupe Pink Floyd mais la collaboration n'aboutit pas. Puis, Giorgio Gaslini devient le compositeur attitré avant d'être remplacé par un groupe de rock progressif encore inconnu du grand public : Goblin. Menés par Claudio Simonetti, les Goblin et leurs compositions deviennent indissociables du... Lire plus
5 Secrets de tournage

Dernières news

Sorties cinéma : Sicario et ses cartels dopent les premières séances
NEWS - Box Office
mercredi 27 juin 2018
"Sicario la Guerre des cartels", emmené par Benicio Del Toro, domine les premières séances parisiennes devant "Love, Simon"...
1972-2012 : vos 40 "Mad Movies" préférés
NEWS -
mercredi 13 juin 2012
Mad Movies, magazine incontournable du cinéma fantastique et horrifique, fête ses 40 ans cette semaine. L'occasion de célébrer...
4 news sur ce film
Films recommandés
Ténèbres
Ténèbres
L'Oiseau au plumage de cristal
L'Oiseau au plumage de cristal
L'Invasion des profanateurs de sépultures
L'Invasion des profanateurs de sépultures
Phenomena
Phenomena

Si vous aimez ce film, vous pourriez aimer ...

Voir plus de films similaires

Pour découvrir d'autres films : Les meilleurs films de l'année 1975, Les meilleurs films Epouvante-horreur, Meilleurs films Epouvante-horreur en 1975.

Commentaires

  • dydy-2306
    Je suis pas un expert de David Argento (mon préféré est "Suspiria") mais j'avoue que "Les Frissons de l'angoisse" est un bon film à suspense... Le début est un peu long, le rythme est pas trop régulier mais pourtant on passe un excellent moment devant ce long-métrage, surtout à la fin ! Mais le plus marquant sont certains plans... A voir !
  • Wilyrah
    Pour les analphabètes qui écrivent les synopsis : "... d'une série de crimes inexplicables". http://www.linternaute.com/dic...
  • spartanico83
    Dario Argento le maestro du macabre baroque livre, ici, "Les Frissons de L'angoisse" et sa réalisation très esthétique avec un grand talent, et une musique splendide des Goblin. Toutefois j'ai eu du mal à rester motivé devant cet oeuvre dû à sa lenteur souvent présente dans le film mais qui se rattrape par des décors grandiose, des scenes de meurtres exelente où Argento nous montre que l'horreur peut etre un art avec cette couleur rouge flamboyant en étant accompagné d'une ambiance digne d'un concert d'opéra. Le maitre du macabre marque avec son oeuvre, malgré ses longueure qui m'ont parfois trop fait patienté (mais qui s'est rattrapé avec un final digne de son talent), une date du cinéma d'horreur italien melé au thriller. Un film a conserver, donc, imperativement en dvd dans la collection des Introuvables avec les autres grand films de Dario Argento pour les fans de cette categorie ! 3.5/5
  • Louis Demelo
    un des meilleurs films de suspense que j ai vu
  • Beerforbear
    Le rythme de ce film est assez saccadé, alternant des scènes d'ennuie profond (sur quasiment toute la première partie du film) puis la seconde maintient un peu plus en haleine. Par contre s'il y'a bien une chose qu'il faut reconnaître à Dario Argento globalement et notamment sur ce film c'est la manière au combien virtuose qu'il a de mettre en scène le suspens. Et certaines scènes de meurtres sont filmé d'une manière extraordinairement belle.
  • DarkParadise
    Avec "Les Frissons de l'Angoisse", Dario Argento signe un superbe giallo. Le suspens de celui-ci est omniprésent, et la bande son qui l'accompagne est magistrale. Bien que le rythme est assez irrégulier, très lent sur sa première partie, et un peu moins sur sa deuxième, on reste tout de même scotché du début à la fin face à cette mystérieuse histoire. La mise en scène quant à elle est remarquable! C'est d'ailleurs selon moi la meilleur du maitre. Certains plans frisent la perfection. Il y a de nombreuses magnifiques scènes à retenir comme celle [spoiler]de la salle de bain[/spoiler], où encore de [spoiler]"l'écrasage de la tête par la voiture"[/spoiler]. Ne parlons pas des scènes sanglantes qui sont absolument jouissives (j'ai toujours adoré ce sang "vif et très épais" que Argento utilise dans ses films). J'ajouterais aussi que les acteurs sont très convaincants. Bref, un très bon giallo, un bon suspens! A voir si c'est pas encore fait! 4/5
  • Dominique TOAHIR
    5/5. Dario Argento a réalisé une oeuvre puissante !
  • thyrannique
    devait etre en 75 mais de nos jours beurk meme un amateur fairait mieux
  • JeanVacances
    Avec "Suspiria" et "Ténèbres", "Les frissons de l'angoisse" (dont le titre français est une infamie soit dit en passant ; l'original, "Profondo Rosso" est bien mieux) est sans conteste un des chefs-d’œuvre de Dario Argento. Dans la plus pure tradition des films du cinéaste italien, voici l'histoire d'un pianiste sans histoire qui est témoin malgré lui d'un meurtre alors qu'il regagne tranquillement son appartement. Obsédé et fasciné par cette profusion de violence à laquelle il a assisté, le musicien ne peut s'empêcher de vouloir faire lui-même la lumière sur cette affaire... Comme souvent chez Argento, l'intrigue principale à forte consonance policière n'est qu'un prétexte pour tendre rapidement vers le mystérieux, l'ésotérisme, le fantastique, voire même l'horreur. Comme souvent chez Argento, le personnage principal est un artiste (un écrivain dans "L'oiseau au plumage de cristal" et "Ténèbres", un musicien dans "Quatre mouches de velours gris", une danseuse dans "Suspiria") se retrouvant aux prises avec une situation de meurtres très étranges qui semble littéralement l'ensorceler. Et comme souvent chez Argento, la mise en scène est ultra-colorée et excentrique, jouant beaucoup sur la palette chromatique et les formes baroques. Tout y est quadrillé, géométrique, soigné, mais en même temps surchargé, bariolé, exagéré. A l'image des scènes de meurtres chorégraphiées et mises en scène comme aucun autre réalisateur ne l'a fait, ou encore des séquences sublimes et inquiétantes chez l'assassin ganté de cuir comme toujours (les mains filmées étaient d'ailleurs très souvent celles d'Argento himself). Car même si il peut être décrié par certain par son côté grand-guignol, Argento est avant-tout un esthète revendiquant clairement son aura maniériste. Preuve en est, l'hommage rendu à la magnifique peinture "Nighthawks" d'Edward Hooper. Le maitre du giallo nous livre ici une œuvre absolument fascinante et violente où le spectateur mène l'enquête en même temps que le héros, incarné par le regretté David Hemmings. D'ailleurs, le choix de l'acteur britannique n'est évidemment pas un hasard, Argento étant un fan inconditionnel du "Blow Up" de son compatriote Antonioni auquel il fait un joli clin d’œil. Encore une fois, Hemmings incarne un protagoniste mêlé contre son gré à une histoire de meurtre dont il a la clé juste sous les yeux, mais ne la voit pas car ne fait pas attention aux détails. Comme l'écrivait Gaston Leroux dans "Le mystère de la chambre jaune" : c'est tout ce que l'on ne voit pas qui est immense. Encore une preuve dans ce film aussi ténébreux et jubilatoire que sa révélation finale. Ce grand maitre de la mise en scène, qui jouait beaucoup avec le regard, le point de vue et la focalisation, n'est aujourd'hui plus que l'ombre de lui-même, son reflet dans le miroir des meilleurs cinéastes s'est estompé progressivement depuis la fin des années 90. Mais son travail des années 70-80 influencera par la suite bon nombre de réalisateurs via ses longs-métrages uniques en leur genre, via ses films captivants, bizarres et sanglants restaient comme des musts pour tous les cinéphiles adeptes de frissons et d'angoisse. Retrouvez toutes mes critiques, avis et analyses sur ma page Facebook et mon blog Chronique Mécanique. Merci ! https://www.facebook.com/Chron...
  • Florian Malnoe
    Le moins bon Argento que j'ai vu. Suspiria et Phenomena sont bien meilleurs à mon sens. 2.5/5.
Voir les commentaires
Back to Top