Notez des films
Mon AlloCiné
    Augustine
    Bande-annonce Augustine
    7 novembre 2012 / 1h 42min / Drame
    De Alice Winocour
    Avec Vincent Lindon, Soko, Chiara Mastroianni
    Nationalité français
    Bande-annonce Ce film en VOD
    Presse
    3,9 23 critiques
    Spectateurs
    2,7 764 notes dont 148 critiques
    noter :
    0.5
    1
    1.5
    2
    2.5
    3
    3.5
    4
    4.5
    5
    Envie de voir

    Synopsis et détails

    Paris, hiver 1885. A l’hôpital de la Pitié Salpêtrière, le professeur Charcot étudie une maladie mystérieuse : l’hystérie. Augustine, 19 ans, devient son cobaye favori, la vedette de ses démonstrations d’hypnose. D’objet d’étude, elle deviendra peu à peu objet de désir.
    Distributeur ARP Sélection
    Récompenses 1 prix et 10 nominations
    Voir les infos techniques
    Année de production 2012
    Date de sortie DVD 12/03/2013
    Date de sortie Blu-ray 12/03/2013
    Date de sortie VOD 18/03/2017
    Type de film Long-métrage
    Secrets de tournage 9 anecdotes
    Box Office France 107 374 entrées
    Budget -
    Langues Français
    Format production -
    Couleur Couleur
    Format audio -
    Format de projection -
    N° de Visa 119412

    Regarder ce film

    En VOD
    À découvrir sur
    Acheter ou louer sur CANAL VOD
    Location à partir de (2,99 €)
    Location à partir de (2,99 €)
    Location à partir de (2,99 €)
    Voir toutes les offres VOD
    Service proposé par
    En DVD BLU-RAY
    neuf à partir de 10.00 €
    Augustine
    Augustine (DVD)
    neuf à partir de 9.99 €
    Voir toutes les offres DVD BLU-RAY

    Bande-annonce

    Augustine Bande-annonce VF 0:00
    Augustine Bande-annonce VF
    803 729 vues

    Interviews, making-of et extraits

    Soko Interview 2: Augustine 0:00
    Soko Interview 2: Augustine
    31 774 vues
    Portrait d'une jeune actrice : Soko (Stéphanie Sokolinski) 0:00
    Portrait d'une jeune actrice : Soko (Stéphanie Sokolinski)
    6 144 vues
    La Minute N°1164 - Thursday 08 November 2012 0:00
    La Minute N°1164 - Thursday 08 November 2012
    115 024 vues
    5 vidéos

    Acteurs et actrices

    Vincent Lindon
    Rôle : Le Professeur Charcot
    Soko
    Rôle : Augustine
    Chiara Mastroianni
    Rôle : Constance Charcot
    Olivier Rabourdin
    Rôle : Bourneville
    Casting complet et équipe technique

    Critiques Presse

    • Critikat.com
    • Le Nouvel Observateur
    • Les Inrockuptibles
    • L'Humanité
    • Transfuge
    • 20 Minutes
    • Cahiers du Cinéma
    • Ecran Large
    • Le Monde
    • Les Fiches du Cinéma
    • L'Express
    • Libération
    • Marianne
    • Metro
    • Positif
    • Studio Ciné Live
    • TéléCinéObs
    • Elle
    • La Croix
    • Le Journal du Dimanche
    • Première
    • Télérama
    • Chronic'art.com

    Chaque magazine ou journal ayant son propre système de notation, toutes les notes attribuées sont remises au barême de AlloCiné, de 1 à 5 étoiles. Retrouvez plus d'infos sur notre page Revue de presse pour en savoir plus.

    23 articles de presse

    Critiques Spectateurs

    conrad7893
    conrad7893

    Suivre son activité 147 abonnés Lire ses 1 614 critiques

    2,5
    Publiée le 22 novembre 2013
    malgré l'interprétation impeccable de Lindon dans le rôle du professeur CHARCOT, qui gâce à l'hypnose A SU démontrer les traumartismes de l'hystérie , je n'ai pas été totalement convaincu la photo est belle , l'actrice est très jolie et prometteuse. interessant quand même de voir comment la médecine et la science a fait ses avancées malheureusement l'être humain reste un cobaye ce que l'on ressent dans ce film
    Hastur64
    Hastur64

    Suivre son activité 97 abonnés Lire ses 2 289 critiques

    2,0
    Publiée le 20 juin 2013
    Film sur la relation ambiguë fictive du docteur Charcot, spécialiste de l’hystérie et de son traitement, avec une jeune patiente : Augustine, est un film assez plat pour ne pas dire ce que beaucoup considéreraient comme ennuyeux. Il faut vraiment tout le talent de Vincent Lindon en Charcot et la performance habitée de Soko (Augustine) pour donner au film un soupçon de vie à ce long-métrage désespérément neurasthénique. L’histoire ...
    Lire plus
    nicolas t.
    nicolas t.

    Suivre son activité 46 abonnés Lire ses 239 critiques

    0,5
    Publiée le 10 novembre 2012
    Très beau sujet gâché par une mise en scène scolaire et des références écrasantes : Lynch, Cronemberg ou même Venus noir de Kechiche. La reconstitution est très académique et les efforts de mise en scène nous met à distance du sujet. Dommage pour la jeune Soko qui se donne corps et âme. Elle sauve le film.
    brunetol
    brunetol

    Suivre son activité 130 abonnés Lire ses 171 critiques

    0,5
    Publiée le 11 novembre 2012
    Horrible. Encore un film que l'on doit au système des "commissions" (CNC, Régions, Fondations, Emergence, etc...). Prix du scénario et tout et tout, par la grâce du plus petit commun dénominateur. Or c'est affreux. Le scénario, parlons-en : on a toujours une bonne longueur d'avance sur lui. Ennui mortel. Dialogues de téléfilm, ou de série façon "Ainsi soient-ils", ampoulés et prévisibles. Vincent Lindon, charisme d'enclume avec son ...
    Lire plus
    148 Critiques Spectateurs

    Photos

    13 Photos

    Secrets de tournage

    Histoire vraie

    Le film Augustine est tiré d'une histoire vraie : en 1873, la jeune fille entre à l'hôpital de la Salpêtrière et devient l'une des patientes les plus célèbres du professeur Charcot et de l'établissement. Elle s'évadera de l'hôpital en 1885.

    Vers le fantastique

    Dans le film, Alice Winocour a fait le choix de s'éloigner d'un point de vue trop naturaliste sur le thème de la folie pour privilégier un aspect plus fantastique : "L’hystérie, en soi, est tout sauf naturelle. Le corps se met à faire des choses qu’il ne peut pas faire normalement", explique-t-elle. Comme références, elle cite les films de David Cronenberg et de David Lynch.

    Le choix Soko

    Au début du projet, Alice Winocour pensait confier le rôle d'Augustine à une inconnue, et ne désirait donc pas rencontrer Soko. Mais c'était sans compter sur la force de persuasion de la jeune chanteuse, qui désirait vraiment interpréter ce personnage : "(...) j’ai harcelé Grégory [son agent] qui les a harcelées à son tour (...) ça a duré huit longs mois (...) jusqu’à ce qu’elles [la réalisatrice et la productrice] acceptent que je vienne, mais c... Lire plus
    9 Secrets de tournage

    Dernières news

    Presse & spectateurs : quel est le meilleur film de la semaine ?
    NEWS - Box Office
    samedi 10 novembre 2012
    Vous avez prévu de vous faire un (ou plusieurs) ciné(s) ce week-end, mais vous ne savez pas quoi aller voir ? Les tops presse...
    1ères séances : "Argo" en costaud !
    NEWS - Box Office
    mercredi 7 novembre 2012
    Le thriller "Argo", de et avec Ben Affleck, réalise le meilleur démarrage parisien de ce mercredi 7 novembre avec 2479 entrées,...
    10 news sur ce film

    Si vous aimez ce film, vous pourriez aimer ...

    Voir plus de films similaires

    Pour découvrir d'autres films : Les meilleurs films de l'année 2012, Les meilleurs films Drame, Meilleurs films Drame en 2012.

    Commentaires

    • I'm A Rocket Man
      Biopic plutôt intéressant mais qui traine en longueur tout de même ! Heureusement que le casting est excellent ! Vincent LIndon est fidèle à lui-même c'est à dire juste et émouvant et alors que dire de la jeune Soko ? Elle est juste bluffante et impressionnante dans ce film et ces deux magnifiques acteurs sauvent le film de l'ennui mortel.
    • Olif
      Trés bon film, une histoire crédible au balbutiement du vaste territoire de la psychiatrie, un duo d'acteurs en symbiose, une mise en scène solide 3.5/5
    • titicaca120
      j'ai bien aimé cette ambiance glauque le jeu des acteurs et ce manque de savoirde la médecine. belle prestation de la jeune augustine.
    • quetedugraal
      je me suis ennuyé malgré la belle prestation de Vincent Lindon
    • luxe
      Trop ennuyeux.
    • defleppard
      Dès les premières secondes, j'ai senti un ennui qui allait devenir incommensurable au fur et à mesure du film. J'ai arrêté rapidement. 1 demi-étoile.
    • Fragments Immobiles
      J'ai vu ce film pour Lindon qui se trompe peu dans ses choix... dans ce "peu", il y a manifestement celui-là !C'est médiocre, c'est copié, c'est mal joué, on comprend à peine ce qui est dit, l'histoire est totalement fausse.... Et ce culot d'utiliser la musique de Dracula de Coppola en 1ère musique du film....Faudrait qu'on découvre comment cette Winocour a réussit à trouver les financements pour ce canular ! En tout cas, ce n'est pas peu dire sur le fonctionnement du cinéma français !
    • Jean-Pol Cardin
      J'ai découvert un film où la médecine avait beaucoup trop de pouvoir et des fois dépassait les limites d'humanisme, hautin, prétentieux etc., etc., voilà un film basé sur l'étude d'hystérie de l'époque, où l'on mêlait un peu de tout comme patient. Lui Charcot chercheur présomptueux et grand maître devant ses sous-fifres et autres personnels, manière obscène de traiter des patientes, et convoitant la reconnaissance par ses pairs. Je l'ai visionné jusqu'au bout, car les films sur la médecine ancienne et leurs manières de la traiter ou tenter d'en découvrir la cause, mon toujours intrigué, mais ce film m'ont laissé un mal à l'aise dans sa conception des événements et l'indifférence des patientes qui étaient plus des cobayes qu'autres chose. Voilà mon opinion et elle ne vaut surtout pas plus de 3 étoiles sur 5.
    • Nelly M.
      Plus que la lourde introduction (ce crabe, ces verres de vin), c'est le fil entre Charcot et sa patiente, sous l'oeil de lynx de l'épouse (impeccable Chiara Mastroianni) qui captive. L'hypnose émane d'un spécialiste, pas de Charcot. On se croirait dans une arène avec spectateurs gourmands des débordements féminins. Le regard éhonté du médecin alors que la créature se fait applaudir dévoile l'essentiel (la démonstrative Stéphanie Sokolinski s'avère parfaite pour ce rôle). On peut dès lors savourer la mise en scène, éclairages (lumière quasi biblique sur le visage de Vincent Lindon), costumes d'époque (les affriolants dessous de coton blanc !), ne rien perdre des chuchotements ni des changements de place du mal, avancer dans l'intimité encore masquée d'Augustine et son sauveur, quoique de plus en plus copains sans le montrer. Une avancée médicale certaine à l'époque où l'hystérie féminine se diagnostiquait, silence sur le reste. La chute d'escalier a le mérite de relativiser la supposée guérison de la demoiselle. Surprise que l'affaire faite (soi dit en passant drôlement "à la hussarde" pour une cinéaste !), Augustine s'éloigne telle une souris qui aurait volé du gruyère. Les expressions des époux culminent à ce moment-là, dans le style échevelé de leurs...
    • Nelly M.
      Plus que la lourde introduction (ce crabe, ces verres de vin), c'est le fil entre Charcot et sa patiente, sous l'oeil de lynx de l'épouse (impeccable Chiara Mastroianni) qui captive. L'hypnose émane d'un spécialiste, pas de Charcot. On se croirait dans une arène avec spectateurs gourmands des débordements féminins. Le regard éhonté du médecin alors que la créature se fait applaudir dévoile l'essentiel (la démonstrative Stéphanie Sokolinski s'avère parfaite pour ce rôle). On peut dès lors savourer la mise en scène, éclairages (lumière quasi biblique sur le visage de Vincent Lindon), costumes d'époque (les affriolants dessous de coton blanc !), ne rien perdre des chuchotements ni des changements de place du mal, avancer dans l'intimité encore masquée d'Augustine et son sauveur, quoique de plus en plus copains sans le montrer. Une avancée médicale certaine à l'époque où l'hystérie féminine se diagnostiquait, silence sur le reste. La chute d'escalier a le mérite de relativiser la supposée guérison de la demoiselle. Surprise que l'affaire faite (soi dit en passant drôlement "à la hussarde" pour une cinéaste !), Augustine s'éloigne telle une souris qui aurait volé du gruyère. Les expressions des époux culminent à ce moment-là, dans le style échevelé de leurs soirées... Ce qui frappe chez Alice Winocour est le sens du détail.
    • albasiaa
      Tout à fait d'accord avec Veganforanimalrights et j'ajouterai qu'entendre tout le temps la respiration d'Augustine énerve!
    • angelabassompierre
      ça fait presque oh my god en moins drôle. l'hystérie de l'époque de Charcot, parodie, ça allait.
    • M&D
      Soko est incroyable...
    • Christo89
      De même que Cronenberg faisait à ses débuts des films fantastiques qui cartonnaient en vidéoclub chez les teenagers et qui étaient en fait des oeuvres ultra personnelles et géniales, winocour fait semblant de faire un film historique sur Charcot et les débuts de la psychanalyse et livre un grand film d'auteur. Un des meilleurs films français de 2012 selon moi. On en ressort impressionné par des scènes et des images extrêmement fortes dont on sait déjà qu'elle resteront longtemps. A montrer à tout ceux qui pensent qu'on vit dans une époque de création molle (en tout cas en France et dans le jeune cinéma).
    • Christo89
      Magnifique film, très réussi. De même que Cronenberg faisait à ses débuts des films fantastiques qui cartonnaient en vidéoclub chez les teenagers et qui étaient en fait des oeuvres ultra personnelles et géniales, winocour fait semblant de faire un film historique sur Charcot et les débuts de la psychanalyse et livre un grand film d'auteur qui restera. Un des meilleurs films français de 2012 selon moi. On en ressort impressionné par des scènes et des images extrêmement fortes dont on sait déjà qu'elle resteront longtemps. A montrer à tout ceux qui pensent qu'on vit dans une époque de création molle (en tout cas en France et dans le jeune cinéma).
    • Jean-Luc Debord
      Sans oublier la tenace confusion entre les intentions des personnages et celles de l'auteur. Mais on n'en est pas à une contradiction prés...
    • Jean-Luc Debord
      Quand on lit certains commentaires et certaines "critiques", on s'interroge...Animaux "maltraités" (doit-on rappeler aux spectateurs d'où vient la viande qu'ils mangent ?). Cigarette. Sexe. Névrose. Très malsain tout ça. Très cinématographique, surtout, comme critique. Et d'où vient ce mépris envers les petits films subventionnés par le CNC ?
    • Veganforanimalrights
      Le Film Français dans toute sa splendeur : voyeur, malsain, sexiste - sous prétexte évidemment du contraire -, spéciste, mal joué, mal filmé. Et d'abord meurtrier : dame Winocour n'hésite pas à ébouillanter des crabes et décapiter des poules pour les "besoins" dramatiques de son chef-d'oeuvre. Bravo décidément. Et bien sûr, les critiques (français), dès qu'il s'agit de films français, sont à genoux, criant au génie. Vendus !
    • Sarah K.
      En plus, Lindon clope cigarette sur cigarette !!! Y a que le cinéma français pour laisser voir et montrer à l'écran sans aucun complexe l'addiction de ses acteurs. On se croirait dans les années 70's avec un écran enfumé du début jusqu'à la fin du film... A l'image de ce film et de son histoire qui s'évanouissent en fumée.
    • Mr M.
      j'ai dormi pendant le film!! lol soporifique malgré que j'aime Freud!!
    Voir les commentaires
    Back to Top