Mon AlloCiné
Tout est illuminé
Tout est illuminé
Date de sortie 14 décembre 2005 (1h 42min)
Avec Elijah Wood, Eugene Hutz, Boris Leskin plus
Genre Comédie dramatique
Nationalité américain
Bande-annonce Ce film en VOD
Presse
3,9 19 critiques
Spectateurs
3,5527 notes dont 88 critiques
noter :
0.5
1
1.5
2
2.5
3
3.5
4
4.5
5
Envie de voir

Synopsis et détails

Jonathan, un jeune Juif américain, se rend en Ukraine pour retrouver la femme qui sauva son grand-père durant l'invasion nazie.
Ce voyage, entamé dans des circonstances les plus absurdes, avec le fol espoir de recomposer l'histoire d'une famille, sera marqué par une étonnante série de révélations - sur le devoir de mémoire, le poids et les périls des secrets, le legs de l'Holocauste, le sens de l'amitié et, plus encore, de l'amour.
Titre original

Everything Is Illuminated

Distributeur Warner Bros. France
Récompense 1 nomination
Voir les infos techniques
Année de production 2005
Date de sortie DVD -
Date de sortie Blu-ray -
Date de sortie VOD 18/03/2017
Type de film Long-métrage
Secrets de tournage 8 anecdotes
Budget 7 000 000 $
Langues Anglais
Format production 35 mm
Couleur Couleur
Format audio Dolby, DTS, SDDS
Format de projection 1.85 : 1
N° de Visa -

Regarder ce film

En VOD
à partir de (2.99 €)
Voir toutes les offres VOD
Service proposé par

Bande-annonce

Tout est illuminé Bande-annonce VO 2:20
Tout est illuminé Bande-annonce VO
30 977 vues

Acteurs et actrices

Elijah Wood
Rôle : Jonathan
Eugene Hutz
Rôle : Alex
Boris Leskin
Rôle : le grand-père d'Alex
Laryssa Lauret
Rôle : Lista
Casting complet et équipe technique

Critiques Presse

  • aVoir-aLire.com
  • Brazil
  • Ciné Live
  • Elle
  • Le Nouvel Observateur
  • Paris Match
  • Le Figaro
  • MCinéma.com
  • Studio Magazine
  • Télé 7 Jours
  • TéléCinéObs
  • Télérama
  • Zurban
  • Le Monde
  • L'Humanité
  • Positif
  • Première
  • Les Inrockuptibles
  • Score
19 articles de presse

Critiques spectateurs

hdfreferfr
Critique positive la plus utile

par hdfreferfr, le 27/02/2014

4,5Excellent

ATTENTION QUELQUES SPOILERS !! Pour commencer, je parie mon coffret Jean-Luc Godard que personne ici n'a vu le film de Liev... Lire la suite

eldarkstone
Critique négative la plus utile

par eldarkstone, le 27/01/2014

3,0Pas mal

Dépaysement total pour cette comédie originale,légèrement dramatique, bien qu'un peu longue sur la fin, Elijah Wood est magique,... Lire la suite

Toutes les critiques spectateurs
53% (47 critiques)
24% (21 critiques)
11% (10 critiques)
8% (7 critiques)
3% (3 critiques)
0% (0 critique)
Votre avis sur Tout est illuminé ?
88 Critiques Spectateurs

Photos

65 Photos

Secrets de tournage

L'adaptation d'un roman

Tout est illuminé est l'adaptation cinématographique du roman homonyme de Jonathan Safran Foer, qui fait d'ailleurs une petite apparition au début du film.

Liev Schreiber ému

Liev Schreiber raconte pourquoi il a tellement apprécié le texte de Jonathan Safran Foer : "Ce texte m'a ému, tout en m'apparaissant comme l'un des plus drôles que j'avais lus depuis longtemps. Il y est question de la nécessité du dialogue et de la communication. On y suit deux personnages de cultures fondamentalement distinctes, qui n'ont à priori rien en commun, mais qui vont découvrir qu'il existe entre eux un lien spirituel et émotionnel... Lire plus

Liev Schreiber sur les traces de son passé

Avant de lire le roman de Jonathan Safran Foer (sous la forme d'un extrait de quinze pages intitulé A very rigid search, paru dans le magazine New Yorker), Liev Schreiber, tenté depuis longtemps par l'écriture, rédigeait un scénario inspiré par l'histoire de son grand-père ukrainien. "Lorsqu'il est mort, j'ai eu envie d'en savoir plus sur lui, avec l'espoir que cela m'éclairerait sur mes racines et ma propre histoire", explique-t-il. &q... Lire plus
8 Secrets de tournage

Dernières news

Les coups de coeur 2005 de la rédac'
NEWS - Festivals
mardi 20 décembre 2005
"Tout est illuminé" : 3 questions à Liev Schreiber
NEWS - Interviews
jeudi 15 décembre 2005
A l'occasion de la sortie de "Tout est illuminé", AlloCiné a rencontré l'acteur Liev Schreiber, qui fait ses débuts à la...
1ères séances : gorille dans la brume
NEWS - Box Office
mercredi 14 décembre 2005
"King Kong" réalise des débuts timides dans les salles parisiennes à 14 heures, avec près de 5 000 entrées, contre plus de...
4 news sur ce film
Films recommandés
Long Island Expressway (L.I.E.)
Long Island Expressway (L.I.E.)
Les Crimes de Snowtown
Les Crimes de Snowtown
As I Lay Dying
As I Lay Dying
Borgman
Borgman

Si vous aimez ce film, vous pourriez aimer ...

Voir plus de films similaires

Pour découvrir d'autres films : Les meilleurs films de l'année 2005, Les meilleurs films Comédie dramatique, Meilleurs films Comédie dramatique en 2005.

Commentaires

  • crane_david
    Bonne adaptation.
  • mayvie
    Je n'arrive pas à trouver ce film.. :(
  • Bewleys
    Un film touchant, les personnages sont attachants, l'humour subtil, les paysages sont grandioses et l'histoire passionnante. Je suis étonné que ce film n'est pas eu plus de succès. Et en grande admiratrice d'Elijah Wood, je n'ai pu qu'adorer ce film. A voir vraiment.
  • Dimitri Tubiermont
    Je n'arrive pas non plus à trouver ce film en français. Si quelqu'un peut m'aider ... Merci.
  • Bewleys
    Le film n'a pas été doublé en français. La version française est donc en sous-titré. :)Mais le V.O est tellement mieux, on y comprend toutes les petites subtilités du language.
  • thedarksmile
    OUAH ce film est vraiment magnifique , un chef d'oeuvre , et je pèse mes mots
  • clmclm
    Film sublime!
  • Arwennie
    Très bon film ! Très intéressant et chargé d'émotion !
  • hdfreferfr
    80e fan de ce film prodigieux, fin, pudique et où Elijah Wood est parfait en personnage touchant, plein de phobies et de manies. Un film indispensable, l'une des meilleures fictions jamais faites sur le sujet ! Un grand bravo et merci pour ce film inoubliable. 19/20
  • eldarkstone
    Dépaysement total pour cette comédie originale,légèrement dramatique, bien qu'un peu longue sur la fin, Elijah Wood est magique, tout comme tous les autres personnages !
  • hdfreferfr
    La critique d'hdef : Pour commencer, je parie mon coffret Jean-Luc Godard que personne ici n'a vu le film de Liev Schreiber dont je vais tout de suite vous dire ce qu'il vaut. Mais dans une minute tout de même... Bon parce que c'est vrai, quoi, un film avec Elijah Wood réalisé par le Cotton Weary de Scream 1,2&3 qui ne reste à l'affiche que une semaine en France et qui est méprisé par le public, vous trouvez ça normal ? En tout cas moi non, d'autant plus que le film en question est un petit chef d'oeuvre d'une tendresse qui fait chaud au coeur. Comme vous avez pu le constater en lisant le synopsis, le film parle d'un jeune juif qui part à la recherche d'un dame qu'il ne connait pas. Ce jeune homme a une particularité : il est plein de phobies et de manies. Il ne supporte pas la vue d'un chien et conserve tout ce qu'il trouve dans des sachets en plastique. Ce qui peut sembler comique à dire comme ça bascule dans un sérieux tout à fait de mise dans ce film lorsque l'on comprend le pourquoi du comment de cette étrange habitude, lorsque le chauffeur de Jonathan (chauffeur qui le conduit à travers l'Ukraine en compagnie de son grand-père à la recherche d'Augustine) lui demande "Pourquoi faites-vous ça ?" et que Jonathan répond "Parce que parfois j'ai peur d'oublier"... À n'en pas douter, Tout est Illuminé est un film sur la mémoire. Et un beau. Se référant à Boltanski lors de la découverte d'Augustine qui conserve tout ce qui reste de la communauté juive de Trachimbrod (endroit rasé de la carte de l'Ukraine lors d'un massacre perpétré par les allemands) dont elle faisait parti dans des boîtes en carton empilées les unes sur les autres, contre un mur, de telle façon que la moitié des murs de la maison est recouverte de ces boîtes, sans arrêt là pour rappeler à cette vieille femme émouvante aux larmes le passé et le massacre des siens. La mémoire de l'horreur nazie apparaît dans le quotidien de cette femme, dans sa belle maison au milieu d'un champ de coquelicots, et ne peut pas être niée car ces cartons sont partout le long des murs. Mais le but de Schreiber n'est pas de montrer que la mémoire est gênante ou envahissante. Son but, au contraire, est de montrer que la mémoire de la Shoah n'empêche pas de vivre, que les nazis ne nous empêcheront pas, nous, ukrainiens ou américains, de continuer à savourer ce que la vie peut offrir de drôle et de dépaysant. Ce qu'elle peut avoir d'exhaltant. Et ce au-delà de la culture et des peuples. Pour autant, le message de Liev Schreiber n'est ni lourd ni simpliste. Il n'est même pas simple. Et c'est bien parce que à l'oral cela peut paraître peut subtil qu'il couche ses pensées à l'écran, avec une grâce immense. La première partie du film est comme un Kusturica à la Arizona Dream, avec le voyage, la recherche de Trachimbrod que personne ne connaît, puisque l'endroit n'existe plus. On assiste au choc des cultures entre Jonathan (Elijah Wood, parfait, tout en retenue) et son chauffeur, Alex (Eugene Hutz, déluré et délirant). Le choc en question est symbolisé par certaines répliques tout bonnement hilarantes, mais qui provoquent une hilarité non pas ephémère et burlesque mais carrément euphorique. (exemple : lors du passage de Jonathan et de Alex devant un immeuble délabré, Jonathan demande : "Que s'est-il passé ici ?" et Alex de répondre "L'indépendance..."). Tout est Illuminé donne vraiment envie de vivre, et c'est la raison pour laquelle il ne verse pas dans le pathos. Car il ne s'apitoie pas. Tout est Illuminé n'est pas un film larmoyant, loin de là. Et c'est en cela que la première partie humoristique (je ne vais pas tout vous raconter, mais il y a aussi le passage à l'auberge qui est extrêmement cocasse !!) le distingue avec audace de toute la production empreinte de lourdeurs et de pathos qui subsiste aux USA de nos jours, sur l'holocauste. The Reaber par exemple... Mais tout comme Kusturica sait si bien le faire, Liev Schreiber est très bien capable de passer du rire aux pleurs (car j'ai pleuré en voyant Tout est Illuminé, et la juxtaposition des émotions conrtaires y est pour beaucoup). Alors que Kusturica utilisait ce procédé par exemple dans la scène du zoo au début de l'inénarrable Underground (qui mériterait un 21/20 si je le chroniquais !), c'est lors de la scène du chantier que le tragique survient dans Tout est Illuminé. Le grand père d'Alex se fait passer pour quelqu'un de bourru et de dur et d'antisémite pour cacher son traumatisme sucité par le massacre de Trachimbrod (SPOILERS car nous découvrirons qu'il y a assisté FIN DES SPOILERS). Du coup, il multiplie les injures antisémites en ukrainien dans la voiture, en s'adressant à son petit-fils. Mais Jonathan n'est pas stupide, et finit par comprendre les propos du grand-père. Lorsqu'il le lui signifie, ce dernier ne dit rien, comme figé par le remord mais surtout par une forme de pudeur visant à ne pas révèler la vraie raison de son comportement, c'est à dire sa présence à Trachimbrod. La scène suivante, nous le voyons frapper son petit-fils lorsque celui-ci tentait de lui soutirer la raison de son caractère face à Jonathan. En cela, ce personnage du grand-père, qui est sans aucun doute le meilleur personnage du film renvoie assez au Mischka de Stévenin. Parcourant des champs déserts où des engins allemands de guerre n'ont pas encore été enlevés, Liev Schreiber fait revivre dans les yeux du grand-père la nuit de la Shoah. Ce passage en caméra à l'épaule où nous suivons les déambulations du vieil homme au milieu des reliques nazies est comme un retour dans le temps suggéré et prodigieux, qui doit aussi beaucoup aux mouvements de caméra très bien choisis qui justifient et montrent l'isolement irrémédiable du grand-père, et surtout l'incompréhension de ses proches. Lorsqu'il aura pu ouvrir son coeur à Augustine, le vieil homme se suicidra. Il est assez intéressant de savoir que le grand-père se fait passer pour un aveugle, probablement pour nier son monde actuel, et rester avec ses souvenirs de cauchemars. Le conseil du réalisateur est opposé : la Schoah ne nous empêchera pas de rire. De rire entre nous. Mais pas de rire de la Shoah. Une sorte d'anti La Vie est Belle dont la réussite est incontestablement magistrale. Puis nous en arrivons à la découverte de Trachimbrod, et c'est là, après 1h10 de perfection de tout instant, que le film devient maladroit et... conventionnel. La faute à des fondus enchaînés complètements inutiles et clichés qui ternissent horriblement la subtilité de l'heure qui a précédé. Alors évidemment, ce n'est pas cela qui gâche le film, mais disons que c'est en tout cas ces passages complètement idiots (oui, je crois que c'est le mot) qui font que je ne mets pas 20/20 à ce très grand film. Parlons un peu du titre maintenant : Tout est Illuminé. En fait, ce titre est celui d'un best-seller de Jonathan Sfoer dont le film est l'adaptation. L'illumination vient pour Alex, qui découvre que maintenant, alors que tout les opposait (comme le dit Jonathan en lui faisant remarquer que sa chemise est à l'evers : "l'extérieur est à l'intérieur et l'intérieur est à l'extérieur") , Jonathan et Alex seront pour toujours liés non pas uniquement par l'amitié mais par une mémoire commune. Bref, un chef d'oeuvre. Note : 19/20
Voir les commentaires
Back to Top