Mon AlloCiné
Californication
Créée par Tom Kapinos (2007) | U.S.A. | 28 minutes
Terminée
Comédie
Drame
Critiques spectateurs
note moyenne
3,7
22701 notes dont 570 critiques
51% (289 critiques)
26% (150 critiques)
11% (60 critiques)
5% (29 critiques)
3% (15 critiques)
5% (27 critiques)
Votre avis sur Californication ?
Charles V.
Charles V.

Suivre son activité 3 abonnés Lire sa critique

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 02/09/2013 - A propos de Californication - saison 7

Cette série est tout simplement un bijoux, et je fais partie de ceux qui voudrais qu'elle ne se finisse jamais.. De part ces répliques/dialogues/scènes carrément Culte et à mourir de rire je suis totalement devenue accros. Juste ce qu'il faut de scène burlesque, émouvante, folles ... Et en plus du gest staring comme on en vois peut. Je pourrais en venter les mérite des heures tant le personnage de Hank et la série me fascine ! Bref, à voir absolument si vous êtes fan de Rock'n Roll ..

lhomme-grenouille
lhomme-grenouille

Suivre son activité 880 abonnés Lire ses 2 984 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 01/01/2012 - A propos de Californication - saison 3

Ça y est ! Voilà ! Le tournant s'est opéré : "Californication" vient d'accomplir sa mue et me voilà touché par la grâce. A tous ceux qui disent ou qui pensent un peu hasardeusement que cette série est un simple exutoire semi-porno, je tiens à leur dire qu'ils ne se sont pas suffisamment donnés la peine de cerner l'essence véritable de cette série. Oui, "Californication" se vautre dans le sexe, dans les blagues salasses et dans les gravelleuseries de bas étages, mais c'est finalement pour mieux aller y chercher quelque chose de brut et d'incontestablement vivant. Que David Duchovny bénisse Kevin Chapinos de lui avoir écrit et offert un personnage comme Hank Moody, explorateur de l'extrême, explorateur de l'humain, pour qui toute convention et tout confort social est une potentielle tromperie qui le ferait passer à côté des choses essentielles de sa vie. Car si Hank est certes un culbuteur désinvolte, il est également un personnage d'une remarquable verve (à ce sujet, la troisième saison tient la dragée haute aux deux précédentes) mais il est aussi et surtout un homme rongé par un amour dévorant qu'il n’entend jamais édulcorer par la lassitude du conformisme. Et c'est sur ce point là que cette saison 3 fait clairement passer cette série au palier supérieur. A ce sujet, la saison 2 était mignonne mais radotait pas mal, se contentant simplement de surenchérir dans la démarche outrancière qu'elle avait initiée lors de la première saison (ce qui ne m'a pour autant déplu malgré tout, qu'on le sache...) Par contre, elle n'était pas en mesure de rendre la posture de Hank aussi viscérale, coincé entre son mode de vie libertaire presque militant et empathique d'un côté, et le souci de satisfaire ceux qu'il aime de l'autre. Or, je trouve que cette saison 3 a clairement su explorer une facette nouvelle du personnage, densifiant encore plus les relations qu'il entretient avec sa bien-aimée mais surtout sa tendre progéniture (...qui est, je trouve, avec Moody, un personnage savoureusement et remarquablement écrit). Le pire, c'est que cette saison 3 arrive à toucher sans perdre un seul instant son humour corrosif et sa remarquable densité de situations cocasses ô combien délectables. Non, décidément non, je n'ai rien d'autre de plus à dire sur cette série si ce n'est cela : "Californication" s'est désormais imposée dans mon cœur comme une série majeure, d'autant plus jouissive que son format d'une douzaine d'épisodes de 20 minutes en fait l'une des séries les plus nerveuses et du coup les plus jouissives qui soit. Long live to Hank Moody !!!

cylon86
cylon86

Suivre son activité 424 abonnés Lire ses 4 308 critiques

3,0Pas mal
Publiée le 22/04/2013 - A propos de Californication - saison 6

Il faut l'avouer, "Californication" n'est plus la série qu'elle était, l'irrévérence bienvenue de la première saison a laissé place à une routine scénaristique qui consiste à faire un épisode sur deux complètement délirant et un autre épisode sur deux plutôt touchant. La recette marche plutôt bien, les scénaristes sachant faire ce qu'ils font avec talent, donnant lieu à de vrais moments émouvants. Mais on sent que l'ensemble tourne en rond (ça fait quand même six saisons que Hank et Karen ne cessent de se tourner autour !) et le plaisir s'estompe un peu. Un peu mais pas trop de manière à quand même nous faire passer de très bons moments en compagnie de David Duchovny et d'Evan Handler, les deux stars de la série, l'un toujours aussi parfait en homme qui prend de plus en plus conscience du temps et des amours qui passent, l'autre se retrouvant toujours dans des situations délirantes mais s'en sortant avec plus ou moins de dignité. Cette saison est quand même supérieure à la cinquième, mettant les talents de Hank à épreuve et en le confrontant à une nouvelle possibilité de trouver l'amour en la personne de Faith (magnifique Maggie Grace). Mais on espère que la septième saison sera la dernière.

lhomme-grenouille
lhomme-grenouille

Suivre son activité 880 abonnés Lire ses 2 984 critiques

0,5Nul
Publiée le 14/11/2015 - A propos de Californication - saison 7

« Oz », « Dexter », « X-Files », « House »… La liste de ces bonnes séries qui ont vendu leur âme à vouloir trop durer était déjà bien longue. Et pourtant. Maintenant il faudra donc y rajouter le nom de « Californication ». Alors oui – c’est vrai – il n’a pas fallu attendre cette « Saison 7 » pour se rendre compte que les aventures alcoolisées d’Hank Moody commençaient déjà à s’être fortement diluées au soda comme le plus triste des Whisky-Coca : la « Saison 5 » avait déjà donné le ton. Mais bon. Entre la saison 5 et la saison 6, à défaut d’avoir eu de la pure épopée moodyenne, au moins restait-il un petit charme graveleux à voir ces gamins rock n’roll tourner en rond dans leur quotidien. Là, plus rien. La chute. Pourtant il y avait là-dedans une bonne idée. Une seule. Celle du premier épisode (Spoiler: l’existence d’un fils caché de Hank, qui avait en plus le mérite d'être impossible à assumer. ). Un moment j’ai eu espoir. Et puis finalement, dès l’épisode 2, c’est la descente aux enfers. Cette dernière saison n’est juste qu’une accumulation de redites concernant la série, qui plus est très réductrices (Hank ne peut pas s’empêcher de déclencher sans le vouloir d’incontrôlables désirs de jambes en l’air à l’égard de toutes les bombasses qui passent et ça se retourne à chaque fois contre lui ! Ho ! Ho ! Quelle surprise !) associée à des situations clichées propres à toutes les séries sans inspiration (Spoiler: …le pompon étant l’accident de voiture de Karen. Du pur « random event » pour gagner du temps pendant tout un épisode avec du simple trémolo dégoulinant. Personnellement, je trouve que cet épisode est une honte). Franchement, c’est fait sans réel envie ni inspiration. On sent l’envie d’en finir au plus vite. Ça se sent même chez certains acteurs comme par exemple Natasha McElone qui n’arrive même plus à jouer sérieusement (venant d’elle, c’est un signe). Il faut dire que ce n’est pas vraiment bien écrit, que ce soient les intrigues qui conduisent à certaines scènes ridicules (Spoiler: j’ai déjà parlé de l’immonde épisode de l’accident de voiture, mais je pourrais parler aussi des nombreux flash-backs à base de moumoutes absurdes et de textes insignifiants), jusqu’aux lignes de texte du pauvre Hank qui se retrouvent réduites qu’à de simples gimmicks plus que répétitifs et saoulant. Et voilà comment, par un kyste absurde d’une saison et un épisode de conclusion grotesque car sans imagination AUCUNE, une série qui a su être – l’espace de quatre saisons – un monument à sa façon, s’écroule lamentablement dans la mièvrerie et la pauvreté de toutes les séries bas de gamme. C’est triste. C’est scandaleux. C’est un crime. Tom Kapinos, je ne te dis pas merci…

alexkid
alexkid

Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 339 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 17/03/2013

Fan depuis le début. D scènes cultes à chaque épisode. Runkle énorme et Hank moody la classe. BO au top.

Romain G.
Romain G.

Suivre son activité 10 abonnés Lire ses 5 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 28/03/2013

Cette série est tout simplement génial. David Duchovny joue ici un de ses meilleurs rôles qui lui va comme un gant. Cet homme qu'on devrait naturellement détesté arrive à nous émouvoir, à nous fasciné et finalement nous on l'adore. Cette série est bourrée d'humour et nous adorons tous la façon de dire de Hank. On souligne également des seconds rôles parfait comme celui de Evan Handler dans le rôle de Charlie ou encore celui de Natascha McElhone dans le rôle de Karen. Les musiques sont magnifiques et bien appropriées, l'histoire est génial et nous captivent durant plusieurs saisons. Cette série est à voir même si certaines personnes en doute. Et sans doute l'une des meilleures que j'ai vues.

lhomme-grenouille
lhomme-grenouille

Suivre son activité 880 abonnés Lire ses 2 984 critiques

4,0Très bien
Publiée le 01/01/2012 - A propos de Californication - saison 2

Pas évident de reprendre une série aussi borderline et culottée, surtout quand on a l'impression qu'une nouvelle saison risque soit la redite, soit l'escalade dans le mauvais goût. Alors, je le concède, pour cette seconde saison les auteurs de la série n'ont pas eu froid aux yeux et il faudra s'attendre à encore davantage de grivoiseries, notamment de la part des personnages secondaires comme ce bon vieux Runkle et sa femme Marcy. Autant dire que les plus sensibles d'entre vous qui trouvaient déjà que la saison 1 allait trop loin devront sûrement arrêter là leur chemin. Mais j'avoue personnellement que je trouverais ça dommage de ne pas oser se frotter à l'univers acerbe de ce bon vieux Hank, car "Californication saison 2" c'est aussi une belle continuation de la relation qu'entretient notre écrivain adoré avec sa femme, mais c'est surtout l'occasion d'explorer encore davantage l'ambiguïté et le charme de ce personnage principal ô combien attachant. C'est donc pour moi chose dite : cette saison 2 est à la hauteur de son prédécesseur, alors qu'on y vienne et qu'on s'y risque !

gunbuster
gunbuster

Suivre son activité 189 abonnés Lire ses 1 358 critiques

0,5Nul
Publiée le 10/09/2008

Bon bah... C'est l'histoire d'un écrivain raté qui passe le clair de son temps à fumer, boire, se droguer et baiser tout ce qui bouge. Passionnant donc... Sinon, il a une pisseuse qui fait ses caprices d'ado, alors il rapplique et s'essaye à jouer le père "modèle" (faut le dire vraiment super vite). Voilà. End Game. Dommage qu'il n'y pas de scénario, ni de dénonciation de ce type de comportement, d'humour, de psychologie des personnages, ou ne serait-ce qu'un semblant de divertissement. À part être un fondu hardcore de David Duchovny, vous pouvez faire l'impasse sans problème. Avertissons quand même les âmes sensibles, mieux vaux prévoir votre sac à vomi portatif pour regarder ce "show".

espe51
espe51

Suivre son activité Lire sa critique

3,5Bien
Publiée le 17/02/2016 - A propos de Californication - saison 1

Au départ assez sceptique quant à la qualité d'une telle série je me suis finalement "tapé" les 12 épisodes à vitesse grand V. Les dialogues sont certes parfois un peu hardcores et graveleux mais ça le fait et on fini par rester accroché. Le personnage principal bien que complètement paumé, dépressif et pathétique fini par être attachant, touchant et même "inspirant" dirons nous. Mais la série ne tourne pas seulement autour du seul talent de Duchovny (qui nous livre la une sacré prestation il faut le reconnaitre) le casting en lui même est une réussite on fini par adorer détester Mia (aussi belle que tordue) tandis que Runkle nous fait rire de par les situations dans lesquelles il arrive à se mettre. Tout cela est plutôt bien produit et nous donne une saison 1 qui n'a pas le temps de tourner en rond et qui donne vraiment envi de voir la suite. Il faudra maintenant voir si la série tient la distance car cette première saison est certes une réussite mais il faudra voir si la saison 2 est de la même qualité.

lhomme-grenouille
lhomme-grenouille

Suivre son activité 880 abonnés Lire ses 2 984 critiques

2,0Pas terrible
Publiée le 23/05/2015 - A propos de Californication - saison 6

Aïe aîe aîe… Showtime… C’est marrant mais j’ai l’impression de vivre avec ce « Californication » ce que j’ai vécu avec « Dexter » (en moins pire quand même !). Exploration très intéressante dans un premier temps d’un personnage, d’un univers et d’une intrigue et puis, au bout de quelques saisons, puisqu’on a usé toutes les cartes, on reprend le tas et on rebat. Déjà la saison 5 avait un air de déjà vu, mais il a fallu que cette saison 6 galère de la pire des manières à reprendre le fil de ce qu’avait posé son prédécesseur. Non seulement il faut que ça commence comme le plus risible des dramas (à un moment j’ai même cru avoir sauté une saison en amorçant celle-ci), mais en plus il a fallu que certains aspects intéressants de la saison précédente se soient volatilisés (où est passé le copain écrivain de Becca ? L’acteur s’est-il barré en cours de route ?) Alors du coup, on reprend bon-an-mal-an, après un premier épisode absolument catastrophique. Mais bon, pour la suite, la petite routine revient et, à défaut d’être capable de captiver par une exploration plus pointilleuse de son personnage principal, au moins cette saison sait-elle resservir (au bout d'un certain moment) l’esprit sympatouille, gentiment trivial et trash, qui faisait que j’appréciais suivre les péripéties de cette bande de grands enfants qui n’ont pas su sortir de la culture sexe, drogue et rock n’roll... C’est marrant, mais j’ai finalement pris cette saison comme un gigantesque épisode de sitcom, sachant pertinemment que rien ne changerait pour ce bon vieux Hank et me satisfaisant de le voir à nouveau côtoyer mon quotidien, comme un vieux pote, m’amusant simplement parfois de ses traditionnelles emmerdes... Mais bon, même si je ne cache pas certains moments de plaisir (notamment liés aux turpitudes de Charlie et de Marcy, ou bien encore à la présence de Tim Minchin, plutôt rafraichissante), il y a quand même un petit effet d'usure qui n'a clairement pas rendu service à mon implication dans cette saison 6. Il faut dire que les boulets ne sont pas rares non plus : je pourrais par exemple prendre pour exemple ce personnage insipide (et passablement baffable) de Faith, ou bien encore l’aspect un peu artificiel des nouveaux tournants dans la vie de Becca... Bref, voilà une série qui a clairement passé son âge d'or et qui peine à préserver ce qui faisait son sel. Sans être irregardable - loin de là - on sent quand même que le temps est venu de penser à une fin... Dommage...

Sebi Spilbeurg
Sebi Spilbeurg

Suivre son activité 48 abonnés Lire ses 1 042 critiques

3,0Pas mal
Publiée le 08/09/2014

La saison 7 de The X-Files a marqué les esprits de nombreux fans, et pas pour les meilleures raisons : David Duchovny, l’acteur principal du duo Mulder-Scully, quitte la série pour se consacrer à sa famille et au cinéma (entraînant ainsi la déchéance de la série au bout de deux saisons supplémentaires). Mais sa carrière dans le 7ème art ne décollant pas vraiment, le comédien décide de revenir au monde télévisuel en 2007 en tant que tête d’affiche et producteur d’une série intitulée Californication. Un retour qui donne naissance à une aventure volontairement irrévérencieuse ainsi qu’à un nouveau rôle emblématique pour Duchovny (qui lui permet d’obtenir un second Golden Globe du meilleur comédien dans une série). Un rodéo entre délire et tourmente, qui vient tout juste de s’achever cette année même, au bout de sept saisons consécutives. L’occasion rêvée pour fournir un constat général sur cette série qui a perduré pendant près de sept ans sur la chaîne américaine Showtime. S’il vous fallait un descriptif de Californication, il vous suffit juste de regarder le début du tout premier épisode qui se présente de la manière suivante : un rêve dans lequel notre héros arrive à l’église au volant de sa Porsche, jetant au passage son mégot dans le bénitier, et qui se retrouve face à une bonne sœur lui prodiguant une fellation afin d’oublier tous ses malheurs. En à peine 2 minutes, le ton est donné d’office : Californication est une série qui présente un personnage principal bouleversé (ce qui permettra quelques moments émotionnels) qui va vivre des aventures érotiques rocambolesques dans le cadre luxueux et exotique qu’est la côté Est des États-Unis. Dès les premières minutes du pilote, le décor et l’ambiance pleinement assumés de la série sont plantés pour ne jamais s’estomper, et ce jusqu’au clap final. Californication, dans son intégralité, est une savoureuse orgie, une découverte des plus décontractées du milieu du showbiz (cinéma, télévision, musique, littérature…), un divertissement sans prise de tête. Un enchaînement de situations toutes aussi farfelues les unes que les autres, qui mettent en avant des personnages hauts en couleurs (mention spéciale à Charlie Runkle et à ses déboires sexuels), incarnés avec justesse et surtout un grand amusement par leur comédien respectif (David Duchovny en tête et quelques petites perles comme Maggie Grace dans la saison 6). Un délire qui n’a pas peur du too much pour dresser un portrait des plus libertins de la Californie sans pour autant se montrer fade et sans âme aux yeux des spectateurs. Californication, c’est également la descente aux enfers du personnage principal qui, au fur et à mesure des épisodes, va se remettre en question. Réfléchir sur ce qu’il en train de devenir, de ce qu’il a été par le passé, pour tenter d’être le meilleur père et mari possible. Des moments plus intimes qui permettent à Californication de proposer des protagonistes (du moins le principal) assez humains et donc suffisamment attachants, ne faisant ainsi jamais perdre de l’intérêt aux sept saisons proposées. Mais même en appréciant pleinement la série, il faut reconnaitre que Californication aurait été la meilleure série comique de ces dernières années si elle s’était arrêtée dès la saison 2. La faute à un schéma narratif qui va s’installer dès la 3ème et ce jusqu’au grand final : notre héros qui va se retrouver (à nouveau) éloigné de sa femme pour X raison, être embauché dans un autre milieu du showbiz, connaître de nouvelles rencontres amicales et sexuelles déjantées, avec en parallèle les mésaventures de son agent, pour se terminer avec l’espoir furtif de se réconcilier avec Karen. Une monotonie plutôt écrasante, surtout quand elle concerne cinq saisons consécutives. Surtout pour la dernière, qui s’annonce pourtant comme le dénouement à tout cela, et qui s’avère se terminer de la même manière que pour les précédentes : des retrouvailles qui semblent certes plus concrètes mais qui paraissent pourtant encore assez peu solides pour une fin de série, comme s’il fallait attendre une saison 8. Au final, nous avons l’impression d’avoir une série qui tourne un chouïa en rond malgré le plaisir coupable qu’elle nous offre sur un plateau d’argent. Cela n’enlève en rien la jouissance d’avoir vu Fox Mulder se décoincer pour devenir l’exécrable Hank Moody pour sept ans de débilités assumées. La question maintenant est de savoir quel sera l’avenir pour David Duchovny. Va-t-il revenir pour une nouvelle série ? Ou bien retenter sa carrière au cinéma, avec un éventuel The X-Files 3 ? Seul le temps nous le dira !

Caine78
Caine78

Suivre son activité 687 abonnés Lire ses 6 729 critiques

4,0Très bien
Publiée le 17/11/2013 - A propos de Californication - saison 1

Bon, autant le dire tout de suite : si vous cherchez quelque chose de classe, fin, élégant, léger et tout en sobriété, fuyez sans vergogne « Californication », LA série trash et provoc par excellence. En revanche, si cela n'est pas un problème, vous avez toute les chances de prendre votre pied devant un spectacle totalement décomplexé et souvent réjouissant, n'hésitant pas à en faire des caisses niveau dialogues crades et antihéros de chez antihéros. Mais c'est évidemment aussi tout ce qui fait le sel de ce spectacle franchement gonflé, souvent hilarant et à l'univers très personnel, que ce soit à travers des personnages aussi charismatiques qu'inoubliables que des situations totalement délirantes, sans parler d'un scénario allant souvent loin dans la démesure et le politiquement incorrect. Et quand en plus tout cela est joué avec un talent et un plaisir communicatif, d'un phénoménal David Duchovny à la sublime Natascha McElhone (plus canon tu meurs !) en passant par Madeline Zima et Evan Handler, difficile pour moi de résister à l'enivrant parfum se dégageant de cette première saison, pouvant être parfois gênante à regarder avec votre femme ou vos parents (je suis bien placé pour le savoir!), mais dont je suis sorti conquis. Vivement la suite !

flimologue
flimologue

Suivre son activité 1 abonné Lire ses 7 critiques

4,5Excellent
Publiée le 21/05/2013

Excellente série, un personnage principale charismatique, de bons dialogues. Californication nous plonge dans l'enfer de l'esprit d'Hank Moody, célèbre écrivain qui passe sa vie à se détruire lui même qui aimerait fuir cette vie mais qui tourne en rond, tout comme le scénario c'est d'ailleurs celà qui fait la force de cette série!

Saab L.
Saab L.

Suivre son activité 4 abonnés Lire sa critique

3,5Bien
Publiée le 23/03/2013

Ultra tranchant, une autre façon de montrer ce qu'il ne faut pas faire, bourré d'humour et tendre

boscopax
boscopax

Suivre son activité 38 abonnés Lire ses 1 499 critiques

4,5Excellent
Publiée le 13/02/2013

Anti compromission, des dialogues excellents, une bande son de génie, Californiaction est finalement une série érotique intelligente, spirituelle. A déconseiller aux jeunes, aux âmes sensibles et aux coincés...

Back to Top