Californication
  • Episodes
  • Casting
  • Diffusion TV
  • Vidéos
  • Photos
  • Audiences
  • News
  • Critiques
  • VOD, DVD
  • Musique
  • Récompenses
  • Secrets de tournage
Forum
Toutes les notes de 0,5 à 5
  • Toutes les notes de 0,5 à 5
  • 285 critiques   53%
  • 135 critiques   25%
  • 52 critiques   10%
  • 24 critiques   4%
  • 13 critiques   2%
  • 27 critiques   5%
Toutes les saisons (saison 1 à 7)
  • Toutes les saisons (saison 1 à 7)
  • Uniquement la saison 1 (7)
  • Uniquement la saison 2 (4)
  • Uniquement la saison 3 (4)
  • Uniquement la saison 4 (9)
  • Uniquement la saison 5 (5)
  • Uniquement la saison 6 (5)
  • Uniquement la saison 7 (5)
Note moyenne de la série :   4,2 basée sur 536 notes

536 critiques spectateurs pour cette série TV

Trier par 
Critiques les plus utiles
  • Les plus récentes
  • Les membres ayant fait le plus de critiques
  • Membres ayant le plus d'abonnés
Charles V.

3 abonnés | Lire sa critique |

   5 - Chef d'oeuvre

Cette série est tout simplement un bijoux, et je fais partie de ceux qui voudrais qu'elle ne se finisse jamais.. De part ces répliques/dialogues/scènes carrément Culte et à mourir de rire je suis totalement devenue accros. Juste ce qu'il faut de scène burlesque, émouvante, folles ... Et en plus du gest staring comme on en vois peut. Je pourrais en venter les mérite des heures tant le personnage de Hank et la série me fascine ! Bref, à voir absolument si vous êtes fan de Rock'n Roll ..

wolfwood_je

0 abonné | Lire sa critique |

   0.5 - Nul

Pour commencer cette critique ne s'adresse pas à la série mais aux personnes qui l'ont critiquées. Ce qui revient le plus c'est que cette série semble être une succession de scènes et que le scénario est inexistant. Je n'ai pas grand chose à vous dire si ce n'est: Oh les gars! Quand vous regarder un film, une série ou je ne sais pas trop quoi d'autre, faut ouvrir les yeux et les oreilles! Faut lever la merde que vous avez partout et arreter de dire des conneries plus grosses que vous. Tout le monde parle du scénario inexistant, mais bande de truffes vous ne savez même pas ce que c'est un scénario! Il n'existe peut être aucune autre série aussi bien écrite et jouée. Sans déconner l'interet de la série n'est pas de voir des mecs se mettre sur la gueule ou de s'envoyer des boules de feu ou je ne sais pas trop quelles conneries. Lachez un peu le fantastique les gars, ici c'est la vraie vie. Voyez un homme déprimé d'avoir raté sa vie amoureuse et qui est en train de se la faire voler par une espece de quille ringarde. Il essaye de ne pas y penser sans pour autant abandonner l'idée d'un retour possible à la normal. Le sujet de la série est qu'on ne peut pas toujours avoir ce que l'on veut mais que parfois ça arrive. Les activités du personnage principales sont effectivement le sex la drogue et l'alcool mais pourquoi? Parce qu'il est comme ça! Et pour les plus jeunes ou les ames sensibles, apres 3 episodes on ne voit plus vraiment de scenes de cul et le comportement auto-destructeur de Hank commence à toucher ses amis et sa famille. Il fait du mal autour de lui et il le sait. Il essaye de changer mais les choses ne sont pas si faciles. Bref, je suis d'accord sur le fait que la serie pourrait en choquer certain mais soyez objectif avant d'écrire de la merde sur ce site. Vous ne pouvez pas dire ce cette série tout simplement tout ce que vous avez dit . ( voir apres )


schtroumpf98

20 abonnés | Lire ses 26 critiques |

   5 - Chef d'oeuvre

Hank est un génie des lettres, il a eu du succès et décroché sa place à Hollywood. Il possède absolument tout ce qu'il veut et n'a donc pas eu besoin de se prendre en main et pu se détruire à petit feu avec l'alcool, la drogue et le sexe. Mais Hank va tomber amoureux et avoir une fille. Il n'est jamais devenu un adulte, mais avoir une famille l'y oblige et il ne va pas y renoncer car c'est avec eux qu'il a atteint le bonheur. Seulement, il aura toujours des penchants pour ses vices qui vont l'éloigner de Karen. Cette série nous montre la tentative de reconquête de Karen par Hank et ses multiples bourdes qui feront qu'il la perdra de multiples fois. Hank s'apercevra de la gravité de ces erreurs, qu'il juge acceptables, lorsque il empêchera sa fille de faire les mêmes, ou lorsqu'elle le surprendra, notamment lorsqu'il couchera avec Mia, la fille du nouvel amant de Karen, âgée de 16 ans qui fera chanter Hank par la suite ; ce qui fera souffrir sa fille, Karen et donc Hank. Avoir une famille lui montrera ces erreurs, mais cela ne changera pas sa tendance naturelle à tout foirer. « Noble dans les pensées, misérable dans les actions », comme il le dira lui-même. Californication nous dépeint aussi le vrai visage de Los Angeles et plus précisément d'Hollywood, cette terre qui fait rêver, montrée au monde comme la capitale du glamour, de l'argent et de l'envie. Californication nous montre la vie de ceux qui ont atteint ce rêve populaire, vivants avec tellement d'argent, à ne plus savoir qu'en faire. La vie de ces femmes qui se marient ou entament des relations uniquement pour l'argent de leur partenaire ou pour se sentir victorieuses d'être avec un homme qui a réussi. Hank n'est plus un homme matérialiste, il ne se soucie que de sa famille. Voilà pourquoi cette série est si crue, si vulgaire pour pouvoir toucher plus profondément le spectateur sur la décadence d'Hollywood. L'excellente bande-son rock de la série correspond du coup parfaitement à cette vie californienne, pleine d'excès. Californication dévoile comment on peut réussir à Hollywood :soit on est un génie, comme Hank, soit on se prostitue, comme Mia ! Pratiquement toutes les conquêtes de Runkle, l'agent de Hank, sont dues au fait qu'il soit agent et donc qu'il pourra éventuellement aider sa partenaire à percer dans le milieu. On voit donc un grand lot de situations grivoises et de corps dénudés car c'est probablement ce qu'ont du faire ces femmes pour décrocher leur rôle dans cette série et sûrement d'autres... et ces scènes sont tellement grotesques qu'elle deviennent drôles. C'est aussi un monde sauvage où des gens tenteront de capitaliser les malheurs des autres en les rendant publics. Cette série est en fait une énorme critique d'Hollywood. Hank a donc compris que le véritable bonheur, ce n'est pas Hollywood mais la famille. Cependant il veut pouvoir jouir des avantages de ses deux statuts, de père de famille et d'écrivain reconnu en même temps, ce qui entraînera quelques « dysfonctionnements », il continuera à voir d'autres femmes, à boire, à se droguer, mais lorsque sa fille sera confrontée aux bêtises de son père, les rôles vont s'échanger, c'est à lui qu'elle va faire la morale, c'est lui qui ce sentira gêné, idiot... Hank n'a pas fini comme le Loup de Wall Street dont le seul but est l'argent, car il a trouvé l'amour, auprès de sa femme, de sa fille, et même si elles se sont éloignées, il ne cherche qu'à les rendre heureuses, c'est le véritable but de sa vie. Et contrairement à un héros « scorsesien », Hank assume tout ce qu'il fait, il ne ment jamais ou presque. Californication, c'est en réalité un monde plein d'amour et de morale derrière tout ce sexe, tout cet argent. Ca me semble rare pour une série américaine.

alexkid

2 abonnés | Lire ses 339 critiques |

   5 - Chef d'oeuvre

Fan depuis le début. D scènes cultes à chaque épisode. Runkle énorme et Hank moody la classe. BO au top.

cylon86

164 abonnés | Lire ses 2991 critiques |

   3 - Pas mal

Il faut l'avouer, "Californication" n'est plus la série qu'elle était, l'irrévérence bienvenue de la première saison a laissé place à une routine scénaristique qui consiste à faire un épisode sur deux complètement délirant et un autre épisode sur deux plutôt touchant. La recette marche plutôt bien, les scénaristes sachant faire ce qu'ils font avec talent, donnant lieu à de vrais moments émouvants. Mais on sent que l'ensemble tourne en rond (ça fait quand même six saisons que Hank et Karen ne cessent de se tourner autour !) et le plaisir s'estompe un peu. Un peu mais pas trop de manière à quand même nous faire passer de très bons moments en compagnie de David Duchovny et d'Evan Handler, les deux stars de la série, l'un toujours aussi parfait en homme qui prend de plus en plus conscience du temps et des amours qui passent, l'autre se retrouvant toujours dans des situations délirantes mais s'en sortant avec plus ou moins de dignité. Cette saison est quand même supérieure à la cinquième, mettant les talents de Hank à épreuve et en le confrontant à une nouvelle possibilité de trouver l'amour en la personne de Faith (magnifique Maggie Grace). Mais on espère que la septième saison sera la dernière.

wolfwood_je1

0 abonné | Lire sa critique |

   0.5 - Nul

(Cette critique continue) Je parle aussi pour celui qui a dit que cette série était pour les beaufs: retourne regarder tes films avec des super pouvoir et des explosions partout et ne vient pas raconter des conneries sur une série qui a raflée tous les golden globes lors de sa sortie. Je suis sûr que vous êtes le genres de personnes à dire "No contry for old men il est un peu chiant, il se passe pas grand chose et c'est un peu lent". Je vous donne un conseil, activez votre cerveau et reflechissez un peu sur ce que vous voyez ou entendez.

Romain G.

10 abonnés | Lire ses 5 critiques |

   5 - Chef d'oeuvre

Cette série est tout simplement génial. David Duchovny joue ici un de ses meilleurs rôles qui lui va comme un gant. Cet homme qu'on devrait naturellement détesté arrive à nous émouvoir, à nous fasciné et finalement nous on l'adore. Cette série est bourrée d'humour et nous adorons tous la façon de dire de Hank. On souligne également des seconds rôles parfait comme celui de Evan Handler dans le rôle de Charlie ou encore celui de Natascha McElhone dans le rôle de Karen. Les musiques sont magnifiques et bien appropriées, l'histoire est génial et nous captivent durant plusieurs saisons. Cette série est à voir même si certaines personnes en doute. Et sans doute l'une des meilleures que j'ai vues.

lhomme-grenouille

293 abonnés | Lire ses 2507 critiques |

   4 - Très bien

Pas évident de reprendre une série aussi borderline et culottée, surtout quand on a l'impression qu'une nouvelle saison risque soit la redite, soit l'escalade dans le mauvais goût. Alors, je le concède, pour cette seconde saison les auteurs de la série n'ont pas eu froid aux yeux et il faudra s'attendre à encore davantage de grivoiseries, notamment de la part des personnages secondaires comme ce bon vieux Runkle et sa femme Marcy. Autant dire que les plus sensibles d'entre vous qui trouvaient déjà que la saison 1 allait trop loin devront sûrement arrêter là leur chemin. Mais j'avoue personnellement que je trouverais ça dommage de ne pas oser se frotter à l'univers acerbe de ce bon vieux Hank, car "Californication saison 2" c'est aussi une belle continuation de la relation qu'entretient notre écrivain adoré avec sa femme, mais c'est surtout l'occasion d'explorer encore davantage l'ambiguïté et le charme de ce personnage principal ô combien attachant. C'est donc pour moi chose dite : cette saison 2 est à la hauteur de son prédécesseur, alors qu'on y vienne et qu'on s'y risque !

gunbuster

119 abonnés | Lire ses 1168 critiques |

   0.5 - Nul

Bon bah... C'est l'histoire d'un écrivain raté qui passe le clair de son temps à fumer, boire, se droguer et baiser tout ce qui bouge. Passionnant donc... Sinon, il a une pisseuse qui fait ses caprices d'ado, alors il rapplique et s'essaye à jouer le père "modèle" (faut le dire vraiment super vite). Voilà. End Game. Dommage qu'il n'y pas de scénario, ni de dénonciation de ce type de comportement, d'humour, de psychologie des personnages, ou ne serait-ce qu'un semblant de divertissement. À part être un fondu hardcore de David Duchovny, vous pouvez faire l'impasse sans problème. Avertissons quand même les âmes sensibles, mieux vaux prévoir votre sac à vomi portatif pour regarder ce "show".

Sebi Spilbeurg

41 abonnés | Lire ses 988 critiques |

   3 - Pas mal

La saison 7 de The X-Files a marqué les esprits de nombreux fans, et pas pour les meilleures raisons : David Duchovny, l’acteur principal du duo Mulder-Scully, quitte la série pour se consacrer à sa famille et au cinéma (entraînant ainsi la déchéance de la série au bout de deux saisons supplémentaires). Mais sa carrière dans le 7ème art ne décollant pas vraiment, le comédien décide de revenir au monde télévisuel en 2007 en tant que tête d’affiche et producteur d’une série intitulée Californication. Un retour qui donne naissance à une aventure volontairement irrévérencieuse ainsi qu’à un nouveau rôle emblématique pour Duchovny (qui lui permet d’obtenir un second Golden Globe du meilleur comédien dans une série). Un rodéo entre délire et tourmente, qui vient tout juste de s’achever cette année même, au bout de sept saisons consécutives. L’occasion rêvée pour fournir un constat général sur cette série qui a perduré pendant près de sept ans sur la chaîne américaine Showtime. S’il vous fallait un descriptif de Californication, il vous suffit juste de regarder le début du tout premier épisode qui se présente de la manière suivante : un rêve dans lequel notre héros arrive à l’église au volant de sa Porsche, jetant au passage son mégot dans le bénitier, et qui se retrouve face à une bonne sœur lui prodiguant une fellation afin d’oublier tous ses malheurs. En à peine 2 minutes, le ton est donné d’office : Californication est une série qui présente un personnage principal bouleversé (ce qui permettra quelques moments émotionnels) qui va vivre des aventures érotiques rocambolesques dans le cadre luxueux et exotique qu’est la côté Est des États-Unis. Dès les premières minutes du pilote, le décor et l’ambiance pleinement assumés de la série sont plantés pour ne jamais s’estomper, et ce jusqu’au clap final. Californication, dans son intégralité, est une savoureuse orgie, une découverte des plus décontractées du milieu du showbiz (cinéma, télévision, musique, littérature…), un divertissement sans prise de tête. Un enchaînement de situations toutes aussi farfelues les unes que les autres, qui mettent en avant des personnages hauts en couleurs (mention spéciale à Charlie Runkle et à ses déboires sexuels), incarnés avec justesse et surtout un grand amusement par leur comédien respectif (David Duchovny en tête et quelques petites perles comme Maggie Grace dans la saison 6). Un délire qui n’a pas peur du too much pour dresser un portrait des plus libertins de la Californie sans pour autant se montrer fade et sans âme aux yeux des spectateurs. Californication, c’est également la descente aux enfers du personnage principal qui, au fur et à mesure des épisodes, va se remettre en question. Réfléchir sur ce qu’il en train de devenir, de ce qu’il a été par le passé, pour tenter d’être le meilleur père et mari possible. Des moments plus intimes qui permettent à Californication de proposer des protagonistes (du moins le principal) assez humains et donc suffisamment attachants, ne faisant ainsi jamais perdre de l’intérêt aux sept saisons proposées. Mais même en appréciant pleinement la série, il faut reconnaitre que Californication aurait été la meilleure série comique de ces dernières années si elle s’était arrêtée dès la saison 2. La faute à un schéma narratif qui va s’installer dès la 3ème et ce jusqu’au grand final : notre héros qui va se retrouver (à nouveau) éloigné de sa femme pour X raison, être embauché dans un autre milieu du showbiz, connaître de nouvelles rencontres amicales et sexuelles déjantées, avec en parallèle les mésaventures de son agent, pour se terminer avec l’espoir furtif de se réconcilier avec Karen. Une monotonie plutôt écrasante, surtout quand elle concerne cinq saisons consécutives. Surtout pour la dernière, qui s’annonce pourtant comme le dénouement à tout cela, et qui s’avère se terminer de la même manière que pour les précédentes : des retrouvailles qui semblent certes plus concrètes mais qui paraissent pourtant encore assez peu solides pour une fin de série, comme s’il fallait attendre une saison 8. Au final, nous avons l’impression d’avoir une série qui tourne un chouïa en rond malgré le plaisir coupable qu’elle nous offre sur un plateau d’argent. Cela n’enlève en rien la jouissance d’avoir vu Fox Mulder se décoincer pour devenir l’exécrable Hank Moody pour sept ans de débilités assumées. La question maintenant est de savoir quel sera l’avenir pour David Duchovny. Va-t-il revenir pour une nouvelle série ? Ou bien retenter sa carrière au cinéma, avec un éventuel The X-Files 3 ? Seul le temps nous le dira !

http://www.cineseries-mag.fr/californication-sa...

Précédente Suivante
Retrouvez-nous sur Facebook
Vidéos de webseries
Dr.JOY Episode 04 - Yvonne
Episode 4, Si vous n'aimez pas la montagne, Revenez !
952 vues
RANDOM Épisode 03
293 vues
Analyse philosophique d'Inception
1 831 vues
S01E04 - La Chute
480 vues
Vidéos webseries
Fans de cette série
Vos séries préférées
Photo : The Last Ship

De Hank Steinberg, Steven Kane

Avec Eric Dane, Rhona Mitra

Photos | Diffusion TV

Photo : The Walking Dead

De Frank Darabont

Avec Andrew Lincoln, Steven Yeun

Photos | Diffusion TV

Photo : Game of Thrones

De D.B. Weiss, David Benioff

Avec Peter Dinklage, Emilia Clarke

Photos

 Toutes les Séries
Meilleurs films au ciné
  4,5

De Xavier Dolan
Avec Antoine-Olivier Pilon, Anne Dorval
Drame
Bande-annonce

  4,5

De Christopher Nolan
Avec Matthew McConaughey, Anne Hathaway
Science fiction
Bande-annonce

  4,4

De Wim Wenders, Juliano Ribeiro Salgado
Avec Sebastião Salgado, Wim Wenders
Documentaire
Bande-annonce

Tous les meilleurs films au ciné