Notez des films
Mon AlloCiné
    Deauville 2005 : "Edmond"
    9 sept. 2005 à 19:30
    FBwhatsapp facebook Tweet

    Stuart Gordon, spécialisé dans le film d'horreur, change de registre et dévoile avec "Edmond", dernier film de la compétition, sa vision de la descente aux enfers.

    C'ETAIT QUAND ?
    Le vendredi 9 septembre à 15h, en compétition.

    QUI ETAIT LA ?
    Le réalisateur Stuart Gordon était à Deauville pour présenter Edmond à Deauville.

    DE QUOI CA PARLE ?
    La voyante l'avait prévenu : "Vous n'êtes pas à votre place." Cette simple phrase résonne dans l'esprit d'Edmond, quadragénaire sans histoire, comme une terrible prise de conscience : et si c'était vrai ? Et si une vie nouvelle l'attendait loin de son confort bourgeois ? C'est décidé : Edmond fait le grand saut et quitte sa femme en lui déclarant froidement qu'il ne l'aime plus. Se sentant enfin libre, il plonge dans l'inconnu : il erre dans les quartiers mal famés de la ville et découvre le marché du sexe... Mais il n'a pas compris qu'il s'aventurait dans un monde dont il ignore les règles - un monde brutal dont on ne ressort pas indemne. Edmond n'a toujours pas trouvé sa place - si ce n'est une place en enfer...

    QUE RETENIR ?
    Spécialisé dans le cinéma horrifique, Stuart Gordon, réalisateur de Re-animator, Fortress, grand fan de H.P. Lovecraft, clôt la compétition de ce 31e Festival de Deauville avec Edmond, un drame urbain particulièrement sombre et osé, à contre-courant de son oeuvre. Adapté d'une pièce de David Mamet qui défraya la chronique, le long-métrage narre la descente aux enfers d'un homme en pleine crise de la quarantaine (William H. Macy, exceptionnel), très vite confronté à ses propres démons. Avec ce film en forme de fascinant miroir des peurs de la société moderne, Stuart Gordon met en exergue le racisme ambiant, mais l'anti-héros Edmond doit également faire face à sa peur des homosexuels et des femmes. Edmond, voyage initiatique particulièrement dérangeant, non dénué d'une ironie qui le rend encore plus troublant, offre des saynètes particulièrement ambiguës et par là-même des rôles étonnants à Denise Richards, Mena Suvari ou encore Joe Mantegna.

    Clément Cuyer

    L'ESSENTIEL
  • Fiche film
  • Galerie photos

  • Stuart Gordon (réalisateur)
  • William H. Macy
  • Julia Stiles
  • Joe Mantegna
  • Mena Suvari
  • FBwhatsapp facebook Tweet
    Commentaires
    Voir les commentaires
    Back to Top