Mon compte
    Gérardmer 2016 : la créature de Frankenstein en ouverture du festival
    28 janv. 2016 à 05:00
    Corentin Palanchini
    Corentin Palanchini
    -Chef de rubrique Infotainment
    Passionné par le cinéma hollywoodien des années 10 à 70, il suit avec intérêt l’évolution actuelle de l’industrie du 7e Art, et regarde tout ce qui lui passe devant les yeux : comédie française, polar des années 90, Palme d’or oubliée ou films du moment. Et avec le temps qu’il lui reste, des séries.

    Le 23e festival international du film fantastique de Gérardmer s'est ouvert hier soir avec une nouvelle version du mythe de la créature de Frankenstein, interprétée par Xavier Samuel (Twilight 3, The Loved Ones).

    Hier soir s'ouvrait le 23e festival international du film de Gérardmer, sous la présidence du cinéaste Claude Lelouch. Ce dernier a émis le souhait de remettre avec son jury "un palmarès qui fera plaisir au public" et que les films seront encore "meilleurs que ce que j'espère, afin d'être un président heureux.

    Son jury, celui des films en compétition, est composé entre autres de Mathilde Seigner, Guillaume Gouix, Elsa Zylberstein ou de Jonathan Lambert.

    Puis la cérémonie a continué avec le film d'ouverture, le long métrage choc du britannique Bernard Rose (Candyman) avec Xavier Samuel. Rose était présent devant les festivaliers, et dans un français hésitant mais correct, a raconté avoir voulu faire un film "du point de vue du monstre". Il a ajouté avoir présenté un héros "innocent dans un monde hostile".


    Le film d'ouverture : Frankenstein de Bernard Rose (en compétition)

    Le début de l'histoire : Le monstre se réveille dans un laboratoire scientifique, il ne sait pas qui il est, ce qu’il est. C’est encore un enfant dans un corps d’adulte. Il est innocent, mais la violence qu’on lui inflige lors de tests médicaux va lui faire découvrir l’existence d’un monde très différent, à la fois sombre et cruel. Blessé et abandonné, il parcourt la ville, suscitant la crainte et l’effroi chez ses habitants...

    3 bonnes raisons de le voir :

    • Samuel Xavier et son incarnation tendre et touchante du "monstre".
    • Un propos et un regard neuf sur le roman de Mary Shelley, qui permet de connaître la pensée et les sentiments de la créature.
    • Si vous êtes amateurs de gore, de sang et d'Elephant Man, vous ne serez pas déçus : le film est extrêmement violent.

    Ca sort quand ? Prochainement.

    Et demain, trois films sont présentés en compétition, rendez-vous régulièrement sur cette page pour en savoir plus sur le déroulé du festival de Gérardmer.

    Frankenstein Bande-annonce VO

     

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Commentaires
    Voir les commentaires
    Back to Top