Mon compte
    Ultraman : connaissez-vous le super-héros japonais de la série Netflix ?
    1 avr. 2019 à 18:00
    Clément Cusseau
    Clément Cusseau
    -Rédacteur
    Après des études en école de cinéma, Clément Cusseau intègre la rédaction d’AlloCiné en 2011. Il est actuellement spécialisé dans les contenus streaming et l’actualité des plateformes SVOD.

    A l’occasion du lancement de la nouvelle série animée sur Netflix, pleins feux sur le super-héros "Ultraman", véritable mythe au Japon mais peu connu du grand public occidental.

    Netflix

    Peu connu du grand public occidental, Ultraman est pourtant une figure majeure de la pop culture japonaise. Né de l’imagination du scénariste Eiji Tsuburaya (également co-créateur de Godzilla), Ultraman est un super-héros allié à la Patrouille intergalactique, appelé à la rescousse dès qu'un kaiju (ndlr, monstre géant) menace notre planète. Après avoir grièvement blessé Shin Hayata par accident, Ultraman décide de lier son destin à l’humain en lui transférant ses pouvoirs.

    Apprécié du public (majoritairement des enfants) tant pour ses caractéristiques que pour ses valeurs, Ultraman a annoncé la vague des super sentai (ndlr, séries de super-héros nippones) qui ont ensuite vu le jour au Japon à partir des années 70, telles que BiomanKamen Rider et bien évidemment Kyōryū Sentai Zyuranger (adapté aux Etats-Unis sous le nom de Power Rangers).

    Très codifiés, les super sentai voient généralement un ou plusieurs héros affronter des monstres pour la survie de la Terre. Arborant des armures et autre armes high-tech, ils disposent de pouvoirs pouvant être employés individuellement ou collectivement selon si les personnages souhaitent unir leurs forces face à un ennemi commun. Souvent bon marché, ces productions continuent pourtant de séduire un certain public d'initiés pour leur côté kitsch et artisanal.

    D.R.
    Cliché tiré de la première série Ultraman (1966).

    La toute première série Ultraman voit le jour le 17 juillet 1966, suivie l’année suivante par Ultra Seven puis d’un troisième titre, Le Retour d’Ultraman (1971). Une trilogie qui donna ensuite naissance à une prolifique franchise, composée d’une vingtaine de longs métrages (pour la plupart inédits en France), de nombreuses séries animées et live action et d’un nombre incalculable de jeux vidéo.

    Financièrement, grâce notamment à ses produits dérivés (figurines, cartes à collectionner) et aux pachinko (machines de jeux japonaises que l’on pourrait comparer aux flippers), la franchise Ultraman a rapporté plus de 11 milliards de dollars depuis sa création.

    N’ayant jamais vraiment disparu des écrans au cours de ses cinquante années (et quelques) d’existence, la franchise Ultraman est adapté en 2011 en manga par Eiichi Shimizu (scénario) et Tomohiro Shimoguchi (dessin). Ni reboot ni simple hommage à l’Ultraman originel, cette série fait office de suite puisque son héros n’est autre que Shinjiro Hayata, le fils de Shin Hayata !

    Alliant les codes des super sentai d’antant à ceux des blockbusters Marvel d’aujourd’hui, Ultraman se veut à la fois comme un hommage à la série originelle mais aussi une version plus moderne, l’armure du héros rappelant par exemple beaucoup celle d’Iron Man. Une vision en soit plus "internationale" du personnage qui explique peut-être pourquoi la plate-forme Netflix a décidé d’en produire l’adaptation animée, à découvrir dès ce lundi 1er avril ?

    Les nouvelles aventures d'Ultraman sont à découvrir dès à présent sur Netflix :

    Ultraman (2019) - saison 1 Bande-annonce VO
    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    • C’est sur Netflix en avril : le retour de la sorcière Sabrina et la série Huge en France avec Gad Elmaleh
    • Ultraman : une bande-annonce palpitante pour la nouvelle adaptation sur Netflix
    • Les Chevaliers du Zodiaque, Ultraman, Neon Genesis Evangelion : Netflix à l'assaut du marché de l'animation japonaise ?
    Commentaires
    • Olivier J.
      Ce serait bien de ne pas tout confondre. Les super sentai ou escadrons de combat ne désignent que les séries mettant en scène 5 héros (en général) de couleurs différentes.Kamen Rider ou Ultraman en sont très éloignés.Il serait plus logique d'employer le terme tokusatsu pour parler des séries de super héros japonais.
    • Olivier J.
      Il faut arrêter de tout assimiler au Super sentai. Kamen Rider et Ultraman n'en sont absolument pas, ni de près, ni de loin.Quitte à donner un terme générique à ce type de productions, Tokusatsu est quand même bien plus indiqué.
    Voir les commentaires
    Back to Top