Mon compte
    Camélia Jordana, Aïssa Maiga, Charlotte Le Bon... Ces actrices deviennent réalisatrices en 2021
    30 janv. 2021 à 11:00
    Brigitte Baronnet
    Brigitte Baronnet
    -Journaliste
    Passionnée par le cinéma français, adorant arpenter les festivals, Brigitte Baronnet est journaliste pour AlloCiné depuis 10 ans. Elle anime le podcast Spotlight.

    Camelia Jordana, Aïssa Maiga, Charlotte Le Bon, Sandrine Kiberlain, Raphael Personnaz, Pierre Niney... Ces actrices et acteurs passent derrière la caméra pour la première fois. On fait le point sur ces projets qui arriveront bientôt sur nos écrans.

    Sonia Sieff

    Coup de projecteur sur quelques projets en cours de tournage ou à la sortie attendue, dont le point commun est d'avoir été réalisé par des acteurs et actrices. 

    Camelia Jordana

    La comédienne et chanteuse (qui vient de sortir son nouvel album, "facile x fragile") travaille sur deux projets en tant que réalisatrice, un en fiction et un en documentaire. Côté fiction, elle écrit actuellement le scénario avec Raphaëlle Desplechin d'un "biopic onirique et l'histoire d'un pays, l'Algérie, à travers une relation entre sa mère et sa fille", comme elle l'a récemment annoncé à nos confrères du Journal du Dimanche. 

    Camélia Jordana travaille également sur son premier doc, un "documentaire féministe qui donne la parole aux hommes", résumait-elle dans les colonnes de L'Obs. "Les courants du féminisme peuvent renfermer plein d'avis différents, mais cette quête d'égalité est ce qui nous rassemble. Pour y parvenir, nous devons interroger le masculin, ce ne peut pas être un combat exclusivement féminin (...) La déconstruction n'aura lieu que si elle est aussi masculine", explique-t-elle.

    Aïssa Maiga

    Pour sa première expérience de réalisation, Aïssa Maiga a elle aussi choisi le format documentaire. Intitulé Marcher sur l'eau, ce doc nous emmènera au Niger, où une fillette d'onze ans posera son regard sur le problème de l'eau en Afrique de l'Ouest. Le film est produit par Bonne Pioche. 

    Pierre Niney

    Pierre Niney a écrit Sans rire, avec Igor Gotesman (Five), son premier long métrage, dont le tournage est prévu au premier trimestre 2021. De quoi parlera le film ? En voici le synopsis : Si l’Etat de Balk a limité les libertés individuelles de ses citoyens, il a surtout la particularité d’avoir banni toute forme d’humour et de comédie depuis 30 ans. Un Etat où chaque fou rire est un motif de garde à vue, chaque maladresse une « tentative d’incitation au rire », chaque jeu de mot un acte de rébellion... Alain, la soixantaine, y mène une existence monotone et solitaire depuis que sa femme a fui cette dictature. Sa vie va être bouleversée par sa rencontre avec Max, jeune homme de 25 ans, qui n’a jamais connu l’émotion d’un éclat de rire mais qui est prêt à tout pour découvrir l’humour…

    Sans rire : Pierre Niney va réaliser son premier film

    Raphael Personnaz

    Depuis quelques temps, l'acteur Raphael Personnaz avait émis son souhait de passer derrière la caméra : la concrétisation de ce projet semble imminente. En Quête, son premier long métrage qu'il écrit en plus de réaliser, devrait entrer en tournage au deuxième trimestre de 2021, selon Le Film Français. Le pitch : Mathieu, 35 ans, décide de tout quitter pour devenir moine. Après avoir annoncé sa décision à son entourage, il part pour le monastère. Sur sa route, il va découvrir le réel sens de sa quête. Il en tiendra le rôle principal. Le film est produit par Atelier de Production.

    Reda Kateb

    6 ans après le court métrage Pitchoune, présenté à la Quinzaine des réalisateurs à Cannes, Reda Kateb prépare un premier long métrage qu'il écrit actuellement avec la scénariste Fadette Drouard. Adapté du livre de Caroline Simonds, fondatrice de l'association le Rire Médecin, le film s'intéressera au parcours d'une jeune femme, artiste de cirque de rue, découvrant le travail des clowns professionnels du Rire Médecin. Vite -peut-être trop vite- entrée dans l'association, elle se retrouve à l'hôpital au contact des enfants, des malades, des soignants et des familles, à qui ces clowns tentent inlassablement d'apporter de la joie à travers le jeu. Au gré de leurs rencontres, elle va se reconnecter aux autres, et à son art, laissant infuser en elle l'humanité et l'empathie que le nez rouge lui apporte.

    Reda Kateb prépare son 1er long métrage sur le Rire médecin : "porter l’éclairage sur ces héros inconnus"

    Charlotte Le Bon

    Après s'être essayée à la réalisation d'un court métrage pour l'opération Talents Adami (Judith Hotel), Charlotte Le Bon passe au long, en adaptant la bande-dessinée de Bastien Vivès, Une soeur (édité chez Casterman), avec la collaboration de François Choquet au scénario. Le tournage du film intitulé Falcon Lake devrait commencer en juillet 2021, produit par Cinéfrance Studios.

    Noémie Merlant

    Noémie Merlant (Portrait de la jeune fille en feu) a réalisé à l'été 2019, en 16 jours, son premier long métrage, Mi Iubita (Mon amour). Ele y tiendra le rôle principal féminin, celui d’une femme qui va se marier et part en Roumanie pour son enterrement de vie de jeune fille quand elle rencontre un gitan. Gimi Covaci (déjà dans le court métrage Shakira) jouera à ses côtés. Pour visionner le court métrage de Noémie Merlant, il est actuellement disponible sur le site d'Arte

    Sandrine Kiberlain

    Sandrine Kiberlain a réalisé dernièrement son premier long métrage, Une jeune fille qui va bien, dont la sortie est prévue courant 2021. L'histoire se pas à Paris, à l'été 1942. Irène (Rebecca Marder) est juive et française. Elle vit l’élan de ses 19 ans. Sa famille aimante la regarde découvrir le monde. Ses amitiés, son nouvel amour, sa passion du théâtre… rien ne laisse imaginer que le temps d’Irène est compté. Autour de Rebecca Marder, le casting est composé d'André Marcon, Ben Attal, India Hair...

    Précisons que Seize Printemps, premier long métrage de sa fille, Suzanne Lindon, est également attendu sur grand écran ces prochaines semaines. Suzanne Lindon y tient le premier rôle avec Arnaud Valois.

    Adieu les cons, Seize Printemps, La Terre des hommes... : nos coups de cœur du festival d'Angoulême 2020

    Arnaud Valois

    Arnaud Valois (120 Battements par minute, Seize Printemps) réalise actuellement son premier court métrage, qu'il a justement écrit avec Suzanne Lindon, comme il vient de l'annoncer sur Instagram. Le court métrage s'appelle Le Nouveau moi et réunit Sofia Lesaffre, Nailia Harzoune, Théo Christine, Antoine Reinartz, et Pascale Arbillot.

    Voir cette publication sur Instagram

    Une publication partagée par Arnaud Valois (@arnaudvalois)

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    • Kao-BB
      Pourvu que Niney fasse un film suffisamment intelligent pour ne pas devenir une figure malgré lui de l'extrême-droite
    • tueurnain
      C'est fort probable...
    • tueurnain
      La déconstruction n'aura lieu que si elle est aussi masculineAh ben ça promet en matière de progressisme...
    • mollet83
      Niney va nous faire un equilibrium non violent?
    • meiyo
      En y réfléchissant, je me dis qu'avec la fermeture des cinémas nous ne sommes pas près de voir ces films. Je vois mal Netflix ou Amazon dépenser du pognon là-dedans en plus.
    • meiyo
      Camelia Jordana, je n'ai été convaincu (mais pas alors pas du tout) ni par sa voix ni par son jeu d'actrice. Alors je ne préfère pas imaginer son travail comme réal.
    • meiyo
      C'est bien parce qu'elle n'a rien d'autre à dire. Ca contribue grandement à ce que je ne puisse pas la blairer.
    • Baby Groot
      Camilla Jordana, c’est une blague ?Elle critique un système mais elle y mange à tout les râteliers.Ton film sera financé par qui ? Par des producteurs blancs.
    • meiyo
      Camelia Jordana va à nouveau démontrer son absence de talent. Vivement qu'elle retourne d'où elle vient : l'anonymat !
    • Ha'Otep
      Ce qui est marrant c'est que si le film de Niney est d'actualité c'est probablement a cause de personne comme Jordana et Maiga.
    • Ha'Otep
      En même temps personne entend parler d'elle le reste de l'année donc quand elle a un album a vendre elle peut pas juste dire j'ai un album a vendre il faut qu'elle créé la polémique.
    • cyril b.
      on parie combien que 90% de ces films y seront??
    • LeMeilleurPseudoDuMonde
      Mouais. Je suis le premier à dire que si j'apprécie une œuvre j'en ai rien à tartiner de qui l'a réalisée et je la consomme. Le problème avec Camélia Jordana c'est qu'on sent que l'opinion politique (assez pitoyable) semble vraiment déborder sur le contenu.Si son projet cinématographique c'est nous présenter une série d'hommes serpillères s'autoflagellant d'être des oppresseurs dans une société hétéronormée patriarcale ce n'est vraiment pas la peine de se faire du mal. Ce sera probablement intéressant en revanche si l'objectif est de vraiment nuancer la question en séparant le féminisme des mouvements radicaux sectaires et parfois misandres ; hautement improbable aux vues des propos proférés dans la presse.Pour ce qui est du reste, bon, on a du bon et du moins bon ce sera aux goûts de chacun de juger.
    • ElGamma
      Je pense qu'on est tous d'accord pour dire que tous ces projets de la grosse #(çé%. Mention spéciale pour Jordana et Maïga.
    • Urb 7
      entierement d'accord!
    • FLORENS P.A.B.
      Pfff... mais vous n'en avez pas marre de ce genre de sujet bobos les spectateurs ? Le seul potable c'est celui de Pierre Niney (terriblement d'actualité), mais les autres, et plus particulièrement la Jordana, mais faut même pas les faire ! On sait très bien comment ça va finir (la colonisation c'est mal, l'homme est mauvais, gaspiller de l'eau c'est pas bien, la Shoa c'est triste, il faut vivre ensemble etc), encore de la daube sociale (parfaite pour Cannes).
    Voir les commentaires
    Back to Top