Mon AlloCiné
    Mention particulière sur TF1 : que vaut la suite Bienvenue dans l'âge adulte ?
    Par Julia Fernandez — 10 mai 2021 à 09:00

    Ce soir à 21h05, TF1 diffuse le deuxième volet du téléfilm diffusé en 2017 dans lequel Laura, une jeune femme trisomique, décidait de passer son bac. Désormais âgée de 23 ans, elle souhaite prendre son envol et vivre sa vie comme une femme ordinaire.

    De quoi ça parle ?

    Trois ans après avoir obtenu son baccalauréat, Laura rêve d’indépendance et veut vivre comme une jeune femme ordinaire. Mais entre les parents qui s’inquiètent, le monde du travail qu’elle découvre et l’Amour qui vient sonner sans prévenir, pas facile d’être comme les autres quand on est trisomique. Alors qu’elle fond littéralement pour un animateur de la radio dans laquelle elle travaille, Virgile, un ami d’enfance trisomique comme elle, refait surface dans sa vie et vient semer le trouble dans ses certitudes. Bienvenue dans l’âge adulte...

    Mention particulière : Bienvenue dans l'âge adulte, lundi 10 mai à 21h05 sur TF1 et en avant-première sur SALTO

    C'est avec qui ?

    Le casting du téléfilm Mention particulière, diffusé en 2017, rempile au complet pour ce second volet. Bruno Salomone (Fais pas ci, fais pas ça) et Hélène de Fougerolles (Balthazar) incarnent Jérôme et Fanny, les parents de Laura, interprétée par Marie Dal Zotto, actrice trisomique qui faisait ses premiers pas à l'écran dans le premier téléfilm. Sa soeur cadette, est toujours jouée par Maïra Schmitt (Léo Matteï).

    Autour d'eux, on retrouve cette fois-ci Alexis Michalik (10 Jours sans maman) et Shirine Boutella (Lupin) dans le rôle de deux animateurs chargés de superviser Laura pendant son stage dans une radio locale dirigée par Laurent Bateau (Disparue). Anne Charrier (Maman a tort) fait également une apparition dans le rôle d'une ancienne amie de Fanny, également mère d'un garçon autiste, Virgile (Melchior Malki).

    Ça vaut le coup d'oeil ?

    Ecrit par Marie Vinoy et Pauline Eon et réalisé par Cyril Gelblat, ce deuxième volet continue à explorer la vie de Laura, jemme femme trisomique de 23 ans voulant à tout prix mener une vie normale malgré sa différence. Elle va devoir faire face à la dure réalité du monde du travail, mais aussi à ses propres contradictions...

    Inspirée de l'histoire vraie d'une jeune marocaine atteinte de trisomie 21 qui avait réussi à décrocher son baccalauréat avec Mention en 2014, le premier opus montrait le combat de Laura pour parvenir à atteindre son objectif : passer le bac en candidat libre, malgré la défiance de l'acamédie et le regard des autres, souvent peu compréhensifs.

    Dans ce deuxième unitaire, nous retrouvons Laura et sa famille trois ans plus tard. Désormais titulaire d'un BTS en journalisme, celle-ci s'apprête à débuter un stage dans une grande radio toulousaine. Epaulée par une famille au soutien indéfectible, dont son père, Jérôme, à la fois ultra-protecteur et obstiné à l'idée que sa fille apprenne à s'en sortir toute seule, Laura va cette fois-ci aspirer à quitter le nid familial, et, comme le titre l'indique, à devenir indépendante.

    Philippe Le Roux/TF1
    Alexis Michalik et Marie Dal Zotto

    Le téléfilm met en parallèle deux aspects de la vie d'adulte auxquels se retrouve confrontée Laura : le monde du travail d'un côté, où ses ambitions vont se confronter à la complexité des tâches à effectuer et au manque d'empathie de certains collaborateurs, et de l'autre, ses premiers émois amoureux lorsqu'elle se retrouve face à Virgile, un ami d'enfance.

    Avec humour et justesse, Bienvenue dans l'âge adulte brosse le portrait d'une jeune femme aussi déterminée que frustrée par ses propres limites. Marie Dal Zotto impressionne dans le rôle de cette héroïne touchante, servie par un casting de comédiens investis. Le duo Hélène de Fougerolles/Bruno Salomone fonctionne à merveille en parents parfois dépassés, et Alexis Michalik se révèle réjouissant dans le rôle du tuteur de Laura.

    A travers la famille de l'héroïne, ce second opus parvient également à traiter avec subtilité de la place de la petite soeur de Laura, parfois écrasée face aux besoins de son aînée, et aussi du désarroi universel des parents lorsqu'ils doivent accepter l'idée de voir leur progéniture quitter le nid. 

    Un téléfilm sincère et fort qui démonte, l'air de rien, beaucoup d'idées reçues autour de l'autisme, et fait la part belle à de jeunes comédiens talentueux. Une jolie réussite, qui donne envie de voir un troisième volet pour retrouver cette galerie de personnages attachants.

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    Voir les commentaires
    Back to Top