Mon AlloCiné
    Les Héritières sur Arte : que vaut ce téléfilm social sur les lycées d'exception avec Déborah François et Tracy Gotoas ?
    4 juin 2021 à 08:00
    Jérémie Dunand
    Jérémie Dunand
    -Chef de rubrique télé / Journaliste
    Passionné de séries en tous genres, mais aussi d'horreur et de teen movies, Jérémie Dunand a été biberonné aux séries ados et aux slashers des années 90, de Buffy à Scream, en passant par Dawson. Chef de rubrique télé, il écrit aujourd'hui principalement sur les séries et unitaires français.

    Arte diffuse ce soir "Les Héritières", avec Déborah François, Tracy Gotoas, et Fanta Kebe. Une jolie réussite, touchante et d'une justesse folle, qui suit le parcours d'une adolescente de Seine-Saint-Denis qui intègre le prestigieux lycée Henri-IV.

    De quoi ça parle ?

    Sanou, excellente élève d'un collège de Seine-Saint-Denis classé REP+, fait son entrée en seconde au prestigieux lycée Henri-IV, à Paris. Alors qu'elle éprouve des difficultés à se familiariser avec son nouvel environnement, elle devient la tutrice de Khady, une boule d’énergie et de colère passionnée de breakdance, élève de troisième dans son ancien établissement. Les deux adolescentes vont vivre une année décisive.

    Les Héritières, réalisé par Nolwenn Lemesle et écrit par Laure-Élisabeth Bourdaud et Johanna Goldschmidt.

    Avec Tracy Gotoas, Fanta Kebe, Déborah François, Lucie Fagedet, ...

    Vendredi 4 juin à 20h55 sur Arte et disponible jusqu'au 1er septembre sur arte.tv

    Les Héritières
    Les Héritières
    Sortie le 4 juin 2021 | 1h 20min
    De Nolwenn Lemesle
    Avec Tracy Gotoas, Fanta Kebe, Lucie Fagedet, Sam Chemoul, Augustin Ruhabura
    Presse
    3,8
    louer ou acheter
    Ça vaut le coup d'oeil ?

    Présenté en février dernier au Festival de Luchon, où il est reparti avec le prix de la Meilleure musique originale, Les Héritières nous plonge, toute une année durant, au sein du lycée Henri-IV, un établissement de prestige ayant notamment pour vocation de préparer ses élèves aux grandes écoles qui forment les élites de demain. Et aborde, à travers les parcours différents mais finalement assez proches de Sanou et de Khady, la question de l'égalité des chances et du déterminisme social avec justesse et sobriété.

    Derrière la compétitivité qui fait rage dans ce genre de lycées d'exception ou de classes préparatoires, et qui est ici très bien représentée, le téléfilm de Nolwenn Lemesle (Des Morceaux de moi) s'intéresse avant tout et surtout à la thématique du transfuge de classe.

    Sanou, qui vient d'un collège de Seine-Saint-Denis et est issue d'une famille très modeste, a beaucoup de mal à s'adapter à ce nouvel environnement dont elle ne maîtrise pas les codes. Et choisit de cacher qui elle est vraiment pour mieux se faire accepter par ses camarades bien nés, qui semblent déjà tous issus d'une certaine élite et n'ont pas le même héritage culturel qu'elle.

    EMMANUELLE JACOBSON-ROQUES/Arte

    Les décalages qui existent entre Sanou et le reste de sa promotion sont percutants et interrogent. Masse de travail impressionnante, rythme infernal fait d'incessants allers-retours entre le domicile familial et le lycée (jusqu'à ce qu'une bourse pour devenir la tutrice de sa voisine Khady lui permette de prendre une chambre à deux pas d'Henri-IV)... Sanou se donne à fond pour y arriver.

    Mais un vrai dilemme, qui est certainement le coeur de cet unitaire touchant, apparaît bientôt. Tiraillée entre sa famille qui peine à la voir s'emanciper de ce qu'on attendait d'elle, et qu'elle ne veut pas renier, et son désir de croire en ses rêves de réussite, Sanou fera-t-elle les bons choix ?

    A partir des thèses de Bourdieu et de Passeron, les scénaristes Laure-Élisabeth Bourdaud et Johanna Goldschmidt tissent un très joli téléfilm qui, sans aucun pathos, fait le choix d'une vision un peu plus lumineuse et optimiste, même si le constat dressé sur les inégalités sociales qui persistent est inquiétant.

    Mais la réussite des Héritières tient aussi à son épatante troupe de jeunes comédien.ne.s., emmenée par Tracy Gotoas (Au-dessus des nuages) et Fanta Kebe (Tu préfères ?), les deux révélations du téléfilm, qui semblent déjà promises à un bel avenir. Déborah François, en CPE compréhensive, motivante, et un brin idéaliste, est excellente. Tandis que Lucie Fagedet (Skam France) et Sam Chemoul (Plus belle la vie) confirment tout le bien qu'on pensait d'eux dans la peau des camarades de classe de Sanou.

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    • Maroni sur Arte : que pense la presse de la saison 2 du thriller mystique avec Stéphane Caillard ?
    • Il est Elle, Les Héritières, Je l'aime à mentir... Nos coups de cœur du Festival de Luchon 2021
    Commentaires
    Voir les commentaires
    Back to Top