Mon compte
    Demain ne meurt jamais sur France 3 : d'où vient le titre du film James Bond ?
    10 sept. 2021 à 19:00
    Olivier Pallaruelo
    Olivier Pallaruelo
    -Journaliste cinéma / Responsable éditorial Jeux vidéo
    Biberonné par la VHS et les films de genres, Olivier Pallaruelo délaisse volontiers la fiction pour se plonger dans le réel avec les documentaires et les sujets d'actualité. Amoureux transi du support physique, il passe aussi beaucoup de temps devant les jeux vidéo depuis sa plus tendre enfance.

    Diffusé ce soir sur France 3, "Demain ne meurt jamais", 18e épisode des (més)aventures de James Bond et seconde fois où Pierce Brosnan endosse le costume de 007, trouve l'origine de son titre bien tordu dans une anecdote plutôt insolite.

    United Artists / Eon Productions Ltd. / Danjaq Productions

    Après Goldeneye, France 3 reste sur sa lancée en diffusant ce 10 septembre le 18e épisode des (més)aventures de James Bond, intitulé cette fois-ci Demain ne meurt jamais.

    Dans cet opus où Martin Campbell cède son fauteuil de réalisateur à Roger SpottiswoodePierce Brosnan endosse pour la seconde fois le costume (toujours) impeccable de l'agent 007, aux prises cette fois-ci avec Eliott Carver (Jonathan Pryce), un magnat de la Presse mégalo bien décidé à déclencher la 3e guerre mondiale, si ca peut faire grimper le tirage de son quotidien baptisé Tomorrow...

    Ci-dessous, la bande-annonce du film :

    Demain ne meurt jamais Bande-annonce VO

    C'est peu dire que le titre du film est capillotracté, en tout cas dans sa version française... Au point d'ailleurs de ne strictement rien dire. Car on peut au moins comprendre un vague début de sens dans sa version originale, Tomorrow Never Dies; Tomorrow étant, comme rappelé au-dessus, le nom du quotidien possédé par le méchant de service.

    Toujours est-il que l'origine de ce titre passablement WTF est assez insolite. Il trouverait son origine dans le titre d'une chanson des Beatles, Tomorrow Never Knows, sortie par le groupe en 1966. Une chanson intimement liée aux expériences de John Lennon avec les drogues, en particulier le LSD. L'un des scénaristes du film, Bruce Feirstein, a raconté dans Vanity Fair avoir eu l'idée du titre en écoutant justement la chanson des Beatles qui passait à la radio.

    La suite est cocasse : "lorsque nous sommes entré en production, les producteurs et le réalisateur n'arrivaient pas à se décider entre les mots "Dies" et "Lies". Après pas mal de débats, ils ont finalement retenu le titre Tomorrow Never Lies. Ils ont alors appelé une assistante, lui ont dicté un fax, qu'elle devait envoyer à la MGM. Mais, à cause d'une erreur de typo, c'est "Dies" qui est passé et non pas "Lies". Le reste appartient à l'histoire".

    Une jolie et sympathique histoire. Un peu trop jolie à vrai dire... Car rien n'interdisait de repasser un fax avec cette fois-ci le bon titre...

    Toujours est-il que Demain ne meurt jamais fit sensiblement moins bien au Box Office que son prédécesseur. Là où Goldeneye amassa plus de 352 millions $, la seconde incarnation de l'agent 007 par Brosnan rapporta un peu plus de 333 millions $.

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    • GoldenEye : un placement de produit historique à 75 millions $
    • James Bond : de Spectre à Dr. No, le classement de la saga selon vos notes
    Commentaires
    • tueurnain
      Pareil, le corps commence à demander de ralentir! ;)
    • meiyo
      Par contre à l'intérieur, je fais bien la quarantaine, si ça peut te rassurer ! :)
    • tueurnain
      Quelle chance pour toi, j'ai dépassé les 40 et je les fait! ;)On verra ou on en sera avec 15 ans de plus! :)
    • meiyo
      Le temps fait son oeuvre mais pas de façon égale pour tout le monde et je ne parle de chirurgie esthétique. Tout le monde pense par exemple que j'ai dans les 30 ans alors que j'ai dépassé les 40. :)
    • tueurnain
      C'est sur que 25 ans après, le temps a fait son œuvre (et c'est pareil pour Pierce Brosnan)...Moi je l'avais découvert dans quelque petits rôles dans les années 80, début 90 (avec même la série Loïs et Clark, Mas Gyver par exemple), et ouais, elle faisait sacrément son effet...
    • Le commandant Sean Ramius
      Un de mes James Bond préféré.
    • meiyo
      Ah l'époque où Terri Hatcher était un régal pour les yeux !
    Voir les commentaires
    Back to Top