Mon compte
    No Pain No Gain sur Netflix : l'atroce histoire derrière le formidable film de Michael Bay
    17 nov. 2021 à 16:00
    Olivier Pallaruelo
    Olivier Pallaruelo
    -Journaliste cinéma / Responsable éditorial Jeux vidéo
    Biberonné par la VHS et les films de genres, Olivier Pallaruelo délaisse volontiers la fiction pour se plonger dans le réel avec les documentaires et les sujets d'actualité. Amoureux transi du support physique, il passe aussi beaucoup de temps devant les jeux vidéo depuis sa plus tendre enfance.

    "No Pain No Gain" ou l’envers du rêve américain formidablement corrigé par Michael Bay. Comment trois culturistes portés sur les stéroïdes, les "babes" et le cash s’improvisent kidnappeurs… Avant que la situation n'échappe à tout contrôle.

    Paramount Pictures

    À Miami, Daniel Lugo, coach sportif, ferait n’importe quoi pour vivre le rêve américain et profiter, comme sa clientèle fortunée, de ce que la vie offre de meilleur : maisons de luxe, voitures de course et filles de rêve… Pour se donner toutes les chances d’y arriver, il dresse un plan simple et (presque) parfait : enlever un de ses plus riches clients et… lui voler sa vie. Il embarque avec lui deux complices, Paul Doyle et Adrian Doorbal, aussi influençables qu’ambitieux...

    No Pain No Gain
    No Pain No Gain
    Sortie : 11 septembre 2013 | 2h 09min
    De Michael Bay
    Avec Mark Wahlberg, Dwayne Johnson, Ed Harris, Anthony Mackie, Tony Shalhoub
    Presse
    3,1
    Spectateurs
    3,3
    Voir sur Netflix

    Loin des effets pyrotechniques et autres CGI qui sont devenus sa marque de fabrique hollywoodienne, Michael Bay s’offre avec No Pain No Gain une surprenante récréation, une petite production indépendante au modeste budget de 26 millions de dollars. Autant dire une paille pour celui qui est davantage habitué à jongler avec des budgets flirtant allègrement avec les 200 millions $.

    Revoici la bande-annonce...

    No Pain No Gain Bande-annonce VO

     

    Avec pas mal d’auto-dérision et d’humour noir, Bay livre sa version de l’envers du rêve américain. Ou comment trois culturistes portés sur les stéroïdes, les babes et le cash s’improvisent kidnappeurs – amateurs, avant que la situation ne dérape et échappe à tout contrôle. Achevant de faire basculer ce qui aurait au final pu n’être qu’un fait divers parmi d’autres, en une sordide, glaçante et sanglante affaire.

    Quand la réalité dépasse la fiction : découvrez la vraie histoire derrière No Pain No Gain ; l'odyssée sanglante du gang Sun Gym.

    WARNING !!!!! L'article ci-dessous spoile énormément, puisqu'il dévoile toute l'histoire. Donc si vous n'avez pas encore vu le film, on vous suggère de passer votre chemin. Vous êtes prévenus !

    "Mon nom est Daniel Lugo. Mon credo, c'est le Fitness"

    Miami, Floride. Sa légendaire plage, d'une longueur interminable et d'un blanc immaculé ou presque, qui fait notamment la joie des touristes et vendeurs de cartes postales. Son soleil, pas loin de briller 365 jours par an. Plaque tournante aussi pour toutes sortes de traffics et petites combines. Miami, et ses amateurs de culturisme. Car aux Etats-Unis, sans doute plus qu'ailleurs, on a le culte du corps, des muscles saillants, régulièrement dopés aux anabolisants et autres stéroïdes. Comme Daniel Lugo par exemple.

    En 1994, Sun Gym est un club de fitness très prisé par les amateurs. Il offre tout ou presque pour se sculpter un corps parfait. On y trouve même un service de baby-sitting, sans oublier un peu de vente illégale de stéroïdes à l'abri des regards, dans les casiers...

    Manager du club, Daniel Lugo est charismatique et a du bagou. Pourtant, son passé est déjà trouble et lui colle aux semelles. Il a été condamné par la justice en 1991 : il avait alors prétendu exercer le métier de conseiller financier, sous le pseudonyme de Daniel Lowenstein, délestant au passage ses victimes de près de 230,000 $. Plaidant coupable, il est condamné pour pratique frauduleuse, et promet au juge de faire amende honorable. Ce n'est en vérité qu'un mensonge de plus. Mais, pour l'heure, il doit éviter de faire des vagues : la justice l'a notamment condamné à trois ans de mise à l'épreuve.

    Stian Roenning

    Lugo engage à mi-temps au club de gym son ami Noel "Adrian" Doorbal, un immigré originaire de Trinidad. Tout en prodiguant leurs conseils de fitness à leur clientèle, les deux s'associent dans une arnaque à la sécurité sociale par le biais d'une dizaine de — fausses — sociétés de conseils médicaux par téléphone, qui établissent de fausses factures pour des prestations médicales complètement bidons...

    Le vrai Daniel Lugo, incarné par Mark Wahlberg dans le film, et le club de sport, "Sun Gym".

    A l'été 1994, le chemin de Carl Weekes croise celui des deux culturistes véreux. Originaire de La Barbade, Weekes arrive de New York, et souhaite laisser derrière lui un passé criminel saupoudré d'addiction à la drogue. Il a un casier judiciaire lourd : après seulement un an passé dans le Corps des Marines, il a notamment menacé de tuer un sergent.

    Pour se sevrer de la drogue et lutter contre ses démons, il se jette à coeur perdu dans le christianisme. Weekes, en difficultés financières chroniques, se nourrit parfois grâce à des bons alimentaires. Il a un besoin urgent de boulot. N'importe quoi, ou presque. Mais le Sun Gym n'embauche pas ou plus, d'autant que de sales rumeurs de vente du club circulent...

    Le puzzle se met en place...

    En octobre 1994, Lugo passe un coup de fil à Carl Weekes : "J'ai un job pour toi. Passe me voir à mon bureau". Là, Lugo lui demande ainsi qu'à Doorbal s'ils sont intéressés pour se faire 100.000 $ en 48h. Roi de l'embrouille, Lugo leur fait croire qu'un homme d'affaire louche et membre du Sun Gym, Marc Schiller, lui a non seulement volé 100.000 $, mais qu'en plus ce dernier a extorqué pas moins de 200.000 $ à un autre membre du club, un certain Jorge Delgado.

    En fait, ce dernier est en réalité un complice de Lugo, et associé en affaires de Schiller... Le plan est simple : kidnapper cette "ordure" de Schiller et l'emmener dans un endroit sécurisé, le tabasser, lui faire avouer qu'il a volé de l'argent et le forcer à le rendre, prendre tout ce qu'il possède, sa maison comme son argent, ses placements financiers à l'étranger, sa voiture... En un mot comme en cent : tout.

    Effectivement séquestré, torturé à coups de Taser et battu à coups de poings pendant des semaines, Schiller finit par céder et signe tous les documents que lui présentent Lugo et ses complices. Le gang cherche alors à se débarasser de lui en faisant passer son assassinat pour un accident de la route ; Schiller étant forcé à boire de l'alcool mélangé à des médicaments pour être totalement ivre. Mais Schiller survit miraculeusement à ses blessures.

    ©Metro Dade Corrections / Florida Department of Corrections.
    Adrian Doorbal après son arrestation, joué par Anthony Mackie dans le film. A gauche, le même, attendant la peine capitale dans le couloir de la mort.

    En fait, il a la baraka : il échappe même à une seconde tentative d'assassinat du gang, décidé à le retrouver pour terminer le travail inachevé... Vivant caché et se remettant très douloureusement de ses blessures, Schiller engage le détective Ed du Bois (incarné par Ed Harris dans le film) pour retrouver la trace du gang et tenter de récupérer ses biens.

    Schiller jouera un rôle essentiel comme témoin au procès du gang Sun Gym. Mais avant cela, Daniel Lugo profite avec ses complices des quelques 2,1 millions de dollars bien mal acquis. Au voisinage, intrigué par ce nouvel arrivant, Lugo explique qu'il s'appelle Tom, et travaille avec ses camarades dans les forces de sécurité américaines. "Le propriétaire précédent s'est fait pincer pour du business illégal, et la maison est désormais propriété du gouvernement", leur dit-il avec une assurance et un aplomb hallucinants...

    1995, nouveau coup d'éclat

    Mais avoir un train de vie de millionnaire coûte cher. C'est que Daniel Lugo n'a pas envie de retourner à la case départ. Pas plus que ses complices. En 1995, sur un tuyau de son ami Noel "Adrian" Doorbal, Lugo jette son dévolu sur une nouvelle victime : l'homme d'affaire Frank Griga et sa compagne, Krisztina Furton. Immigré hongrois, Griga est le parfait exemple de la réussite du rêve américain. Même si son business, bien que légal, fait grincer quelques dents dans l'Amérique puritaine : il a bâti un empire basé sur le téléphone rose...

    Le vrai Carl Weekes à gauche. Dwayne Johnson lui prête ses traits, bien que son personnage ne porte pas le même nom dans le film.

    En mai 1995, il tombe dans le piège tendu par le cerveau du gang. Lugo lui fait miroiter de juteux placements à l'étranger, et lui propose de conclure un deal chez son ami Adrian Doorbal. Mais là, les choses dérapent... Une dispute éclate entre Lugo et Frank Griga. Ce dernier est tué dans la salle de bain, le crâne fracassé. Sa compagne, découvrant son amant sauvagement battu et surtout mort, se met à hurler. Lugo la drogue avec un tranquilisant normalement utilisé par un vétérinaire pour les chevaux, avant de l'assassiner à son tour. Le malheureux couple finira découpé en morceaux.

    L'étau se resserre

    Tandis que le gang accomplit sa macabre besogne, l'étau se resserre en même temps autour de Daniel Lugo et ses comparses. Ed du Bois, le détective engagé par Marc Schiller, la première victime de Lugo, les traque depuis des mois sans relâche. Huit jours après le meurtre de Frank Griga et sa compagne, désormais signalés comme disparus, Ed du Bois reçoit un coup de fil du Capitaine Al Harper, de la Metro - Dade (la police à Miami), qui l'a aidé dans son enquête sur le kidnapping de Schiller. Il lui explique qu'il a placé sous surveillance certains individus susceptibles d'être impliqués dans l'enlèvement du businessman hongrois.

    Les suspects travaillent au Sun Gym. S'agit-il des mêmes personnes que du Bois a identifié plusieurs mois auparavant ? Il demande à rencontrer le responsable de la brigade criminelle, et confronte ses recherches avec les informations sur l'enlèvement de Frank Griga et sa compagne. Pour lui, aucune doute : il s'agit bien de la même équipe derrière les deux kidnappings.

    Marc Schiller, l'homme qui a tout perdu...A droite, sa maison squattée par le gang.

    Au petit matin du 3 juin 1995, 75 policiers des forces de la Metro - Dade, le SWAT et des négociateurs spécialistes de la prise d'otages s'apprêtent à délivrer un mandat d'arrêt contre Daniel Lugo, Jorge Delgado et Adrian Doorbal. Même le propriétaire du club Sun Gym, John Mese, est sur la liste des personnes à interpeller. Delgado explose de rire à la lecture de son mandat d'arrêt. Cueilli chez lui, Adrian Doorbal n'offre aucune résistance, et se rend au QG de la police volontairement. En fouillant sa maison, la police découvre plein d'objets ramenés de la maison de Marc Schiller, y compris l'album photo de sa lune de miel avec sa femme...

    Mettre la main sur Daniel Lugo fut moins aisé. Sentant l'ombre de l'échaffaud planer au-dessus de lui, il s'est déjà enfui aux Bahamas avec sa compagne. Il pourra ainsi profiter de son pactole mis à l'abri dans ce paradis fiscal ; et la police n'ira quand même pas le chercher jusque-là. Du moins le pense-t-il. Cinq jours après l'arrestation de ses complices, il est arrêté à Nassau, et mis sur un vol commercial à destination de Miami. Sur le tarmac, un solide comité d'accueil l'attend...

    Daniel Lugo, après son interpellation.

    Accusé en juin 1995 de meurtres, extorsion, kidnapping et torture, Daniel Lugo attend avec ses complices de passer en procès, qui se déroule entre 1996 et 1998. En 1998, le cerveau du gang et Noel "Adrian" Doorbal sont condamnés chacun deux fois à la peine de mort ; une fois pour Frank Griga, l'autre pour sa défunte compagne.

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    • Ambulance par Michael Bay : Jake Gyllenhaal braqueur en cavale dans la bande-annonce explosive
    • 6 Underground : pas de suite pour le film de Michael Bay sur Netflix
    Commentaires
    Voir les commentaires
    Back to Top