Mon compte
    Mort de Vangelis, compositeur de Blade Runner oscarisé pour Les Chariots de feu
    19 mai 2022 à 20:49
    Corentin Palanchini
    Passionné par le cinéma hollywoodien des années 10 à 70, il suit avec intérêt l’évolution actuelle de l’industrie du 7e Art, et regarde tout ce qui lui passe devant les yeux : comédie française, polar des années 90, Palme d’or oubliée ou films du moment. Et avec le temps qu’il lui reste, des séries.

    Le compositeur grec Vangelis est décédé le 17 mai à 79 ans. Oscarisé pour la musique des Chariots de feu en 1982, on lui devait les bandes originales de 1492, Blade Runner ou Alexandre.

    Evángelos Odysséas Papathanassíou dit Vangelis s'est éteint mardi 17 mai, a confirmé le Premier ministre grec. Spécialiste de l'électronique allié à l'orchestral, Vangelis [qui se prononce VanGUElis] était un autodidacte qui composait de la musique à 4 ans, sans rien savoir de la technique musicale.

    Il commence à travailler pour le cinéma dans sa Grèce natale dès 1963, puis assure l'accompagnement musical de plusieurs longs métrages d'Henry Chapier, journaliste français passé à la réalisation.

    La célébrité arrive pour lui lorsqu'il compose la bande originale des Chariots de feu en 1981, l'histoire de deux athlètes britanniques prédisposés pour la course à pied se servant de leur don, l'un pour combattre les préjugés xénophobes, l'autre pour affirmer sa foi religieuse. Vangelis arrive à imposer le thème qu'il a imaginé au réalisateur Hugh Hudson qui voulait tout autre chose. Bien lui en a pris, puisque l'année suivante, il obtient l'Oscar de la Meilleure musique de film.

    On lui confie alors deux projets de taille : Missing - porté disparu de Costa-Gavras (Palme d'or au Festival de Cannes) et Blade Runner de Ridley Scott, pilier de la science-fiction cinématographique. Il met aussi en musique la coproduction internationale Le Bounty avec Anthony Hopkins et Mel Gibson.

    BERTRAND RINDOFF PETROFF
    Vangelis avec Gérard Depardieu et Emmanuelle Seigner

    Il travaille ensuite avec Roman Polanski (Lune de fiel), retrouve Ridley Scott pour 1492, Christophe Colomb, dont le thème sublime et entêtant transcende le film porté par Gérard Depardieu et lui donne un souffle épique et un retentissement immédiatement culte.

    Les années passant, il s'éloigne des écrans et compose rarement et sur des projets très variés : Antartica de Koreyoshi Kurahara, Francesco de Liliana Cavani ou Nosferatu à Venise d'entre autres Augusto Caminito.

    Sa dernière composition majeure reste celle d'Alexandre pour Oliver Stone, là encore une fresque épique autour du célèbre roi de Macédoine, représenté à l'écran par Colin Farrell.

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Commentaires
    Voir les commentaires
    Back to Top