Mon compte
    Arte : la fin tragique du dernier Vice-Roi des Indes
    8 août 2022 à 22:00
    Olivier Pallaruelo
    Olivier Pallaruelo
    -Journaliste cinéma / Responsable éditorial Jeux vidéo
    Biberonné par la VHS et les films de genres, il délaisse volontiers la fiction pour se plonger dans le réel avec les documentaires et les sujets d'actualité. Amoureux transi du support physique, il passe aussi beaucoup de temps devant les jeux vidéo depuis sa plus tendre enfance.

    Arte diffuse ce soir "Le Dernier Vice-Roi des Indes", qui relate la partition de l'Inde avec le Pakistan en 1947, sous la tutelle de Lord Mountbatten, dernier représentant de la couronne Britannique en Inde. Qui a connu une fin absolument tragique.

    La Partition des Indes de 1947 a toujours intéressé Gurinder Chadha, réalisatrice du Dernier Vice-Roi des Indes. Bien qu’elle ait grandi à Londres et qu'elle soit née à Nairobi treize ans après la division de l’Inde en deux nations, la réalisatrice a été élevée dans "l’ombre de la partition".

    Ses ancêtres vivaient dans les contreforts de l’Himalaya, dans le Pakistan actuel et ses grands-parents ont été témoins du chaos au cours duquel la violence tribale entre la minorité musulmane – qui aspirait à sa propre patrie – et la majorité hindoue et sikh a engendré le plus vaste exode de réfugiés de l’histoire. On estime qu’environ 14 millions de personnes ont été déplacées au cours de la Partition et qu’un million d’entre elles a trouvé la mort.

    Le Dernier Vice-Roi des Indes
    Le Dernier Vice-Roi des Indes
    Sortie : 1 janvier 2016 | 1h 47min
    De Gurinder Chadha
    Avec Hugh Bonneville, Gillian Anderson, Manish Dayal, Huma Qureshi, Om Puri
    Presse
    2,8
    Spectateurs
    3,8
    louer ou acheter

    Si la cinéaste s'est davantage attardée sur les six mois précédant la Partition plutôt que la Partition elle-même, son film, à la mise en scène très (trop) académique, a aussi des partis pris historiques tout à fait contestables.

    Même si ce n'est évidemment pas le sujet de son œuvre, très concentrée sur une période précise, il est intéressant de se pencher sur la destinée tragique de celui qui fut le dernier Vice-Roi et Gouverneur général des Indes - un titre qui sera aboli en 1950 lorsque l'Inde deviendra une République -, Louis Mountbatten.

    Fait Amiral de la flotte (britannique), titre le plus prestigieux de la Royal Navy, en octobre 1956, il fut le chef d'État-Major des armées du Royaume-Uni de 1959 à 1965, et président du comité militaire de l'OTAN (1960-1961).

    Une fin tragique

    Au matin du 27 août 1979, il embarque sur son Yacht, le Shadow V, amarré dans la baie de Donegal, située dans le comté de Mullaghmore dans le nord de l'Irlande, pour une partie de pêche. Une bombe télécommandée de 23 Kg, placée près du moteur de l'embarcation, pulvérise le navire et tue Louis Mountbatten, âgé de 79 ans.

    Elle tue également l’un de ses petits-fils, Nicholas Knatchbull (14 ans), ainsi qu'un jeune garçon originaire du comté de Fermanagh, Paul Maxwell (15 ans), membre de l'équipage. Les parents du jeune Nicholas - sa mère (Lady Patricia, fille aînée de Lord Mountbatten), son père (John Knatchbull), sa grand-mère paternelle Lady Brabourne, ainsi que son frère jumeau (Timothy) - sont grièvement blessés. Âgée de 83 ans, sa grand-mère meurt le lendemain.

    L'attentat sera revendiqué par l'IRA provisoire, qui voulait frapper un proche de la reine Elilzabeth II. Plus puissante organisation républicaine du conflit nord-irlandais, l'IRA provisoire est soupçonnée d'être responsable de la mort de 1824 personnes entre juillet 1969 et décembre 2001. Un attentat qui portera préjudice à la cause républicaine, et légitimera l'accentuation de la répression contre l'IRA et ses diverses branches armées par le gouvernement de Margaret Thatcher.

    Ci-dessous, les images des funérailles de Lord Mountbatten, le 5 septembre 1979. L'Inde décrétera un deuil national de 7 jours en hommage au dernier représentant de la couronne Britannique.

    L'assassin, répondant au nom de Thomas McMahon, soldat artificier de l'IRA provisoire, fut en fait arrêté deux heures avant l'explosion par la police de la République d'Irlande, qui le soupçonnait de conduire un véhicule volé. La nouvelle de l'attentat arriva pendant l'interrogatoire. La présence d'écailles de peinture verte issues du Shadow V et de traces de nitroglycérine sur ses vêtements ont permis de l'inculper.

    Condamné à la prison à vie en novembre 1979, il fut libéré en 1998 à la suite de l'accord de paix pour l'Irlande du Nord, signé par les principales forces politiques d'Irlande du Nord acceptant une solution politique pour mettre fin aux trente années (de 1969 à 1998) d'une sanglante terreur qui fit près de 3500 morts.

    En 1992, Thomas McMahon annonça avoir quitté l'IRA, mais a toujours refusé de rencontrer les familles des victimes et n'a jamais présenté d'excuses. S'il n'avait aucun remords concernant Lord Mountbatten, il semble en avoir eu concernant les enfants victimes de son attentat. Depuis sa libération, et jusqu'à sa retraite en 2014, il a travaillé comme charpentier, dans le comté de Monaghan.

    Gerry Adams, qui a dirigé jusqu'en 2018 le Sinn Fein, longtemps vitrine politique de l'IRA, s'était toujours refusé à exprimer des excuses pour l'attentat de 1979. Il faudra attendre 2021, au moment des funérailles du Prince Philip, pour que Mary Lou McDonald, qui a succédé à Gerry Adams, exprime des regrets officiels au nom de son mouvement politique, et se dise "désolée".

    "Mon travail, et je suis sûre que le prince Charles et d'autres apprécieraient cela, mon travail est de diriger depuis la première ligne. Je crois qu'il est de notre devoir à tous de veiller à ce qu'aucun enfant, aucune famille, quelle qu'elle soit, ne soit confrontée à ce genre de traumatisme et de déchirement" a-t-elle déclaré.

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    • Pinocchio version 1940 : comment la Première du film Disney a fini dans la violence, l'alcool et les insultes
    • Arte : Le monde selon Xi Jinping, un passionnant et glaçant documentaire sur l'empereur rouge de Chine
    Commentaires
    Voir les commentaires
    Back to Top