Mon compte
    Blonde sur Netflix : cette scène de viol a profondément marqué Ana de Armas
    1 oct. 2022 à 18:00
    Mégane Choquet
    Mégane Choquet
    -Journaliste
    Journaliste spécialisée dans l'offre ciné et séries sur les plateformes quel que soit le genre. Ce qui ne l'empêche pas de rester fidèle à la petite lucarne et au grand écran.

    Blonde, le faux biopic sur Marilyn Monroe, divise les spectateurs en raison de nombreuses scènes choquantes. L'une d'elle met en scène un viol pour lequel Ana de Armas a dû se préparer émotionnellement. Attention, spoilers.

    Attention, spoilers. Il est conseillé d'avoir vu Blonde avant de poursuivre la lecture de cet article.

    Disponible depuis le 28 septembre sur Netflix, Blonde est une relecture audacieuse et décriée de la vie de Marilyn Monroe. Ce faux biopic d'Andrew Dominik, adapté du best-seller du même nom de Joyce Carol Oates, retrace l'enfance tumultueuse, l'ascension fulgurante et les histoires d’amour complexes de Norma Jeane devenue ensuite Marilyn Monroe, l’une des icônes hollywoodiennes les plus atemporelles.

    Blonde
    Blonde
    Sortie : 28 septembre 2022 | 2h 46min
    De Andrew Dominik
    Avec Ana de Armas, Julianne Nicholson, Bobby Cannavale
    Presse
    3,3
    Spectateurs
    2,9
    Voir sur Netflix

    L'actrice Ana de Armas a la lourde tâche d'incarner la star hollywoodienne dans ce long-métrage, entre réalité et fiction, qui explore l’écart majeur entre sa personnalité publique et la personne qu’elle était dans l’intimité.

    Une scène de viol choquante et éprouvante pour Ana de Armas

    Pour ce film, l'actrice cubaine a dû tourner de nombreuses scènes éprouvantes où son personnage subit violences conjugales, agressions sexuelles et viols. L'une des séquences a profondément choqué le public : celle où Marilyn Monroe rend visite au Président des Etats-Unis, jamais nommé, même si l'on sait qu'il s'agit de John Fitzgerald Kennedy.

    Après avoir été escortée par des agents de sécurité, Marilyn retrouve le Président (incarné par Caspar Phillipson) affalé sur son lit. Il dit qu'il a passé une dure journée et lui demande de le masturber. Pestant sur la manière dont l'actrice le masturbe, il la pousse violemment à lui faire une fellation, contre sa volonté. La caméra est cadrée sur le visage de Marilyn et sur les mouvements de va et vient qu'elle effectue sous la contrainte.

    Netflix

    Cette scène de viol, particulièrement choquante, a traumatisé et dégoûté de nombreux spectateurs, qui s'interrogent sur la pertinence d'une telle scène dans le film. Ana de Armas répond à cette question dans une interview fleuve pour Variety et explique qu'il était nécessaire de présenter les expériences et traumatismes sexuels de Marilyn Monroe d'une manière aussi brutale :

    "Nous racontons son histoire, de son point de vue. Je fais ressentir aux gens ce qu'elle a ressenti. Quand on devait tourner ce genre de scènes, comme celle avec Kennedy, c'était difficile pour tout le monde. Mais en même temps, je savais que je devais y aller pour découvrir la vérité."

    L'actrice évoque la charge émotionnelle de ces séquences qu'elle a travaillées avec le réalisateur Andrew Dominik : "Il m'a mis dans un état émotionnel très, très spécifique. Imaginez une seconde que vous ne pouvez pas exprimer votre colère. Ce que cela vous fait n'est certainement pas sain".

    Très éprouvée par le tournage, Ana de Armas a tout fait pour mettre une distance entre elle et son personnage en dehors des prises : "Quand je me coiffe et me maquille, c'est juste moi, c'est Ana". Mais son esprit était chamboulé et l'actrice décrit son état sur le tournage comme "profondément triste" : "Je me sentais lourde. Je me sentais impuissante de ne pas pouvoir changer ce qui se passait. Je devais juste traverser une histoire dont je connaissais pertinemment la fin".

    Capture d'écran / Netflix

    Cette séquence avec le Président et d'autres scènes violentes ont été la raison pour laquelle Blonde a été soumis à une restriction. Il s'agit du premier film Netflix à être interdit aux moins de 17 ans aux États-Unis (l'équivalent d'une interdiction aux moins de 18 ans en France).

    Dans le podcast ReelBlend de CinemaBlend, Andrew Dominik explique qu'il n'imaginait pas à quel point cette scène pouvait marquer et pense qu'elle a sûrement participer à la classification de Blonde :

    "Probablement. Je veux dire, c'est difficile à dire, parce que [le comité de restriction] est un coffre-fort. Ils ne vous donnent que des indices sur ce qui pourrait être problématique, vous savez ? Alors, oui, peut-être. Je pense que ça a beaucoup à voir avec qui est dans [la scène. Mais d'un autre côté, les gens semblent être bouleversés par le film ou touchés par le film d'une manière ou d'une autre. Alors c'est peut-être plus efficace que je ne le pensais." Depuis que Blonde a été mis en ligne sur Netflix, les réactions des spectateurs ont vite émergé. Le long-métrage d'Andrew Dominik ne laisse pas indifférent et divise. Si certaines personnes crient au "chef d'œuvre" et au "meilleur film de l'année", d'autres pensent que c'est un film "compliqué" et "éprouvant", voire même "un enfer". 

    SPOTLIGHT - Notre podcast "3 Films" sur Marilyn Monroe :

    Blonde est disponible sur Netflix.

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    Voir les commentaires
    Back to Top