Notez des films
Mon AlloCiné
    Ivan le Terrible
    note moyenne
    3,7
    348 notes dont 40 critiques
    répartition des 40 critiques par note
    18 critiques
    8 critiques
    6 critiques
    6 critiques
    1 critique
    1 critique
    Votre avis sur Ivan le Terrible ?

    40 critiques spectateurs

    Caine78
    Caine78

    Suivre son activité 3126 abonnés Lire ses 7 252 critiques

    5,0
    Publiée le 21 juin 2007
    Une oeuvre démesurée, immense, grandiose... Les adjectifs ne manquent pas pour décrire ce chef d'oeuvre du cinéma, aussi impressionnant dans sa forme que dans la représentation de ses personnages. Nous avons droit à quelques séquences d'anthologie, rendues par des acteurs d'une incroyable expressivité, et des plans plus remarquables les uns que les autres. C'est donc un immense spectacle de 3 heures qui nous est offert, et dont on se lasse pas la moindre seconde. Brillantissime et magistral.
    Benjamin A
    Benjamin A

    Suivre son activité 462 abonnés Lire ses 1 901 critiques

    5,0
    Publiée le 18 mai 2014
    A la demande de Staline, Serguei M. Eisenstein s'attaqua à la vie de Ivan IV de Russie, surnommé Ivan le Terrible qui régna durant une quarantaine d'années au XVIème siècle en Russie et crée la dynastie des Tsar. Eisenstein décide d'en faire une trilogie mais le troisième film ne se fera jamais du à sa mort et le deuxième sera censuré pendant une dizaine d'années car Staline y voyait une critique de son règne. Mais pas pour ce premier volet et c'est compréhensible, vu que Eisenstein met en avant l'autocratie et la dictature de Ivan capable de user de tous pouvoirs au nom et pour le peuple ainsi que pour l'unité de la Russie qui n'est pas une grande puissance à son arrivée au pouvoir. Eisenstein montre dans cette première partie l'arrivée au pouvoir à sa majorité de Ivan à travers une brillante première scène de sacre, déjà révélatrice de la peur des boyards qui ne veulent pas perdre tous leurs privilèges et l'instauration d'un climat de complots face à un Ivan très ambitieux. Et la déroulement du film tourne autour de ca, de la montée en puissance de Ivan malgré quelques péripéties malheureuse pour lui avec cette lutte constante contre les boyards et quelques ambassadeurs étrangers mais Ivan a toujours avec lui quelques fidèles et surtout le peuple. Eisenstein rend son récit passionnant de bout en bout où règne complot, manipulation, trahison plus ou moins intimes ou encre grandeur d'un récit et ce grâce à un excellent scènario et des personnages très bien écrit à commencer par Ivan, son ascension et sa soif du pouvoir (au nom du peuple et de la Russie selon lui) ainsi que d'autres personnages comme les boyards et leurs chefs et les liens que les personnages auront entre eux. De plus, la forme est remarquable, que ce soit par son jeu d'ombres et de lumières rappelant l’expressionnisme ou encore au niveau des (très) gros plan souvent sur les visages des protagonistes et montrant leur réaction et leur pensé à travers de simples regards et/ou gestes. Les interprétations sont très bonnes, parfois proche du sur-jeu mais voulu et jamais ridicule et notamment Nikolaï Tcherkassov qui incarne à merveille le rôle de Ivan. Une très belle œuvre, une première partie tant passionnante sur le fond que la forme.
    Estonius
    Estonius

    Suivre son activité 714 abonnés Lire ses 3 808 critiques

    3,0
    Publiée le 18 mai 2014
    Il faut toujours relativiser les choses. Ce film contient des choses admirables, le montage, la photo, les jeux d'ombres et de lumières, des scènes inoubliables (le couronnement, la fête avec l'apparition de la couleur) des plans de folie (mais pas toujours logiques à l'instar de ces soldats qui zigzaguent pour aller tout droit), la musique sublime de Serge Prokoviev. Mais à côté de ça, il y a la façon de typer les acteurs qui non seulement surjouent jusqu'à l'excès mais sont tous caricaturaux tellement ils ont la gueule de l'emploi  (les méchants ont des tronches de méchants, les traîtres ont des tronches et des posture de traîtres, les gentils des bouilles de bisounours, quand à Ivan, il nous prend des poses genre "attention l'Histoire me regarde". Certes, on comprend rapidement que ces postures résultent d'un parti pris, mais on a le droit de ne pas les trouver judicieux (un film n'est pas un opéra) Tout cela est au service d'une l'histoire qui n'est que moyennement intéressante. Eisenstein est un maître du cinéma, mais n'est pas Shakespeare qui veut pour transcender un tel sujet. L'impression globale est donc mitigé.
    Gumgum Le Fou
    Gumgum Le Fou

    Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 19 critiques

    5,0
    Publiée le 4 septembre 2014
    Un film de Eisenstein rien que ça !En temps que cinéphile du XI é siécle je peut vous dire honnêtement que ce film est aujourd'hui encore plus intéressant, plus satisfaisant que des blockbuster récent.Et ça pour un film en noir et blanc... Fallait le faire !Une histoire Historique avec un grand H pour les accro à la culture générale, une histoire de politique pour ceux qui cherchent les "messages" prônés par des films, et enfin un film de guerre pour ceux qui ont du mal à resté éveillé devant les films "vide" sur le plan de l'action.A partir de là on peut dire (ou au moins je peut le dire) que ce film est l'un des plus grands chef d'oeuvre du siècle dernier !
    tomPSGcinema
    tomPSGcinema

    Suivre son activité 389 abonnés Lire ses 3 323 critiques

    5,0
    Publiée le 8 novembre 2010
    Bien qu'il ait été élu avec le soutien du peuple, le tsar de toutes les Russies devient peu à peu un dictateur... Tourné en deux parties ( la troisième n'ayant jamais pu être terminée ) par Serguei M. Eisenstein au milieu des années 1940, " Ivan le Terrible " se trouve être un opéra visuel absolument magnifique à visionner. Le tout se suit avec grande delectation grâce à une mise en scène ingénieuse et d'une grande élégance de la part du célèbre réalisateur russe qui signe ici sans doute son plus grand film. Au niveau de l'artistique, ce long métrage fait également un sans faute et contribue grandement au fait que ce film soit si réussi. En effet que ce soit les faramineux décors, la superbe photographie en noir et blanc ( et aussi en couleur pour les sublimes trentes dernières minutes de la deuxième partie ), ou encore pour les costumes assez impressionnant, tout cela fait que chaque plan est un véritable régal à visionner et que l'on ne voit pas les trois heures défiler. Coté casting, Nikolai Tcherkassov ( qui interprèta le rôle d'Alexandre Nevski quelques années plus tôt ) nous délivre une performance tellement incroyable, que l'on aurait du mal à imaginé qu'un autre acteur puisse le remplacer. Le tout est emmener par une partition musicale d'anthologie de Serguei Prokofiev qui envoùte littéralement le spectateur tout au long du visionnage. En resumé, cette dernière oeuvre de Serguei M. Eisenstein est à visionner de toute urgence pour ceux qui ne l'aurait jamais vu, car on passe rarement un moment aussi intense et merveilleux devant un film.
    AMCHI
    AMCHI

    Suivre son activité 2116 abonnés Lire ses 5 650 critiques

    3,5
    Publiée le 1 novembre 2010
    On ne regardera pas Ivan le terrible pour son côté historique mais plutôt pour le talent d'Eisenstein et même si j'ai une préférence pour ses films muets (d'ailleurs par moment Ivan le terrible fait songer à un film muet) Ivan le terrible n'en est pas moins un film de toute beauté. Eisenstein filme à merveille en grand plan l'expression de ses acteurs et si ce film est parfois lourd Eisenstein captive par la maîtrise de son art.
    nekourouh
    nekourouh

    Suivre son activité 49 abonnés Lire ses 689 critiques

    5,0
    Publiée le 14 mars 2012
    Emouvant et d'une qualité de mise en scène rare : à voir absolument !
     Kurosawa
    Kurosawa

    Suivre son activité 316 abonnés Lire ses 1 427 critiques

    2,5
    Publiée le 6 septembre 2016
    On pourrait résumer la première partie de « Ivan le Terrible » à sa brillante séquence d’ouverture, une cérémonie qui investit le nouveau tsar russe qui doit faire face à une opposition large et féroce. Le film annonce d’emblée sa logique propagandiste car, au-delà du charisme d’Ivan et de son apparente puissance, ce qui compte c’est la place de la Russie dans l’Europe et la domination de Moscou sur Kazan. Tout est donc ramené à l’intérêt de la patrie qu’il faut servir, tout est explicité par des dialogues solennels déclamés par des acteurs ne l’étant pas moins, un effet d’écrasement de l’individu appuyé par des redondances d’écriture et de mise en scène qui finissent forcément par irriter sur la durée ; pourtant, le film est traversé par de sublimes idées, comme celle de l’ombre du souverain sur un globe qu’il domine ou la multitude de gros plans qui captent l’expressivité troublante des acteurs. Fort d’une mise en scène radicale, qui casse parfois mais qui ne laisse en tout cas jamais indifférent, contenant entre autres un sublime travail sur la lumière qui appuie les contrastes pour dire des rapports entre les personnages, la première partie de ce classique laisse donc un sentiment mitigé, celui d’une lassitude causée par la lourdeur du message et des répétitions qui le dictent et l’admiration devant les trouvailles d’Eisenstein, animé par un réel projet de cinéma.
    chrischambers86
    chrischambers86

    Suivre son activité 5582 abonnés Lire ses 10 547 critiques

    5,0
    Publiée le 21 octobre 2009
    C'est à ce personnage hors du commun et à son èpoque que Sergei Mikhailovich Eisenstein consacre son film "Ivan le terrible", à l'èpoque même ou l'Union soviètique entre dans la seconde guerre mondiale! La rèalisation du film s'èchelonnera sur trois annèes, de 1942 à 1945! Le tournage s'effectuera d'abord dans les studios d'Alma Ata, ville de la frontière chinoise dans laquelle le cinèma soviètique s'ètait retirè pour fuir l'avance allemande, puis à Moscou, dont les studios recommencèrent à fonctionner dès 1944! Conçue comme un triptyque, l'oeuvre ne put être achevèe! La mort subite d'Eisenstein, en 1948, empêcha que soit rèalisèe la troisième partie qui ètait pourtant dèjà prèparèe! Bien qu'incomplète, cette oeuvre n'en constitue pas moins un monument dont la richesse et la complexitè mèriteraient une longue ètude! C'est assurèment l'un des films les plus remarquables que le cinèma ait jamais produits dans le domaine de la reconstitution historique! "Ivan le terrible" est sur le plan formel une oeuvre baroque traitèe selon des mèthodes expressionnistes! Le grand metteur en scène russe a surtout le souci de rendre les images les plus significatives possibles; les èclairages, la scènographie, l'interprètation (admirable Nikolai Tcherkassov dans le rôle d'Ivan), ne visent pas à montrer l'essence des choses, mais plutôt ce qu'elles symbolisent! Quant à la mise en scène, elle est d'une telle rigueur et d'une telle intelligence qu'elle fait d'Eisenstein l'un des crèateurs les plus fèconds que le 7ème art ait connus...
    Tedy
    Tedy

    Suivre son activité 142 abonnés Lire ses 2 480 critiques

    0,5
    Publiée le 20 août 2008
    Après son retour dans l'estime du régime stalinien avec "Alexandre Nevski", Eisenstein continue de sacrifier ses convictions et son exercice de style pour réaliser un pur film de propagande bien gonflant.
    weihnachtsmann
    weihnachtsmann

    Suivre son activité 272 abonnés Lire ses 3 561 critiques

    4,0
    Publiée le 22 avril 2017
    Le film alterne des moments de bravoure formidables, des scènes intimes et de grandes tirades épiques. Le tout avec une façon de filmer qui rappelle Fritz Lang et ses premiers films expressionnistes. Quelques scènes sont puissantes comme celle de procession dans la neige et quelle stature ce Ivan.....
    Ti Nou
    Ti Nou

    Suivre son activité 191 abonnés Lire ses 2 700 critiques

    4,0
    Publiée le 20 mai 2018
    L’histoire d’un tsar Russe qui tente d’unifier le pays en faisant preuve d’autoritarisme, ce qui ne va pas être bien vu par les nobles. Intrigues et complots sont au cœur d’un récit qui n’est pas toujours très explicite et qui se traîne un peu mais magnifiquement mis en image.
    Misoramengasuki
    Misoramengasuki

    Suivre son activité 42 abonnés Lire ses 399 critiques

    4,0
    Publiée le 22 décembre 2009
    Staline a vu dans "Ivan le Terrible" une critique de son pouvoir. Etrange, vu l’apologie que le film fait de l’autocratie (au nom du peuple, bien sûr), le plaidoyer qu’il propose pour l’unité de la Russie, la dénonciation des ingérences étrangères… autant de thèmes qui auraient dû plaire au bon Joseph. D’autant que le film passe allègrement sur les épisodes les plus sanguinaires du règne d’Ivan (massacre de Novgorod, etc.) et se concentre sur sa lutte contre les boyards rebelles à son autorité. La volonté de propagande est évidente : on est en pleine Seconde Guerre mondiale, et Eisenstein n’en est pas à son coup d’essai dans ce domaine. On ne retrouvera pas ici l’urgence et le lyrisme échevelé d’ "Alexandre Nevsky", mais un ton plus méditatif, une angoisse plus prégnante. Il est dommage que la partition de Prokofiev ne soit pas la plus marquante de celles qu’il a écrites pour le cinéma, mais l’art du metteur en scène n’en est pas moins confondant. Effets de perspective poussés à l’extrême, virtuosité des jeux d’ombre et de lumière, somptuosité des décors et des costumes : les images sont d’une beauté vertigineuse. Le jeu des acteurs, proche de la pantomime, s’inscrit parfaitement dans cette esthétique – et on remarquera l’importance des voix, toutes d’une puissance et d’une beauté proche de celles des chanteurs d’opéra. Bien sûr, il faut adhérer à ce cinéma aux effets très appuyés, grandiose et emphatique. Tout cela est daté, mais reste terriblement impressionnant.
    Henri M
    Henri M

    Suivre son activité 31 abonnés Lire ses 151 critiques

    4,0
    Publiée le 17 septembre 2016
    A la demande de Staline, Serguei M. Eisenstein s'attaqua à la vie de Ivan IV de Russie, surnommé Ivan le Terrible qui régna durant une quarantaine d'années au XVIème siècle en Russie et crée la dynastie des Tsar. Eisenstein décide d'en faire une trilogie mais le troisième film ne se fera jamais du à sa mort et le deuxième sera censuré pendant une dizaine d'années car Staline y voyait une critique de son règne. Mais pas pour ce premier volet et c'est compréhensible, vu que Eisenstein met en avant l'autocratie et la dictature de Ivan capable de user de tous pouvoirs au nom et pour le peuple ainsi que pour l'unité de la Russie qui n'est pas une grande puissance à son arrivée au pouvoir. Eisenstein montre dans cette première partie l'arrivée au pouvoir à sa majorité de Ivan à travers une brillante première scène de sacre, déjà révélatrice de la peur des boyards qui ne veulent pas perdre tous leurs privilèges et l'instauration d'un climat de complots face à un Ivan très ambitieux. Et la déroulement du film tourne autour de ca, de la montée en puissance de Ivan malgré quelques péripéties malheureuse pour lui avec cette lutte constante contre les boyards et quelques ambassadeurs étrangers mais Ivan a toujours avec lui quelques fidèles et surtout le peuple. Eisenstein rend son récit passionnant de bout en bout où règne complot, manipulation, trahison plus ou moins intimes ou encre grandeur d'un récit et ce grâce à un excellent scènario et des personnages très bien écrit à commencer par Ivan, son ascension et sa soif du pouvoir (au nom du peuple et de la Russie selon lui) ainsi que d'autres personnages comme les boyards et leurs chefs et les liens que les personnages auront entre eux. De plus, la forme est remarquable, que ce soit par son jeu d'ombres et de lumières rappelant l’expressionnisme ou encore au niveau des (très) gros plan souvent sur les visages des protagonistes et montrant leur réaction et leur pensé à travers de simples regards et/ou gestes. Les interprétations sont très bonnes, parfois proche du sur-jeu mais voulu et jamais ridicule et notamment Nikolaï Tcherkassov qui incarne à merveille le rôle de Ivan. Une très belle œuvre, une première partie tant passionnante sur le fond que la forme.
    🎬 RENGER 📼
    🎬 RENGER 📼

    Suivre son activité 2401 abonnés Lire ses 5 983 critiques

    3,0
    Publiée le 4 décembre 2010
    Sergei Mikhailovich Eisenstein (Le Cuirassé Potemkine - 1925) avait carte blanche pour tourner le film de son choix, suite au succès de son précédent film (Alexandre Nevski - 1938). Il décide alors de dresser le biopic d'Ivan IV de Russie, surnommé Ivan le Terrible (1530/1584). Il réalise alors un film fleuve de 190 minutes (!!) à travers lesquelles on suit son ascension, de son couronnement au cours duquel il devient "Tsar de toutes les Russies" à son revirement où il devient un véritable tyran. Tout est à la démesure ici, digne du personnage, les décors sont gigantesques, les costumes se comptent par centaines, ainsi que les figurants, la qualité photo en noir & blanc restitue à merveille de superbes plans et une mise en scène que seul Sergei Mikhailovich Eisenstein sait faire. Réalisé en deux parties, la première en 1944 et la seconde en 1946, le cinéaste en avait prévu une troisième mais hélas, il n'aura jamais eu le temps de la finir (il est décédé en 1948). Alors que Staline lui avait donné son approbation pour tourner Ivan le Terrible (1945), si la première partie sut le convaincre sans le moindre mal, ce ne sera pas le cas de la seconde, Ivan le Terrible apparaissant non pas comme un héros mais comme un tyran, Staline se vengea en censurant totalement cette version jusqu'en 1958.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top