Mon compte
    Somewhere
    note moyenne
    2,4
    3960 notes dont 793 critiques En savoir plus sur les notes spectateurs d'AlloCiné
    répartition des 793 critiques par note
    51 critiques
    113 critiques
    148 critiques
    134 critiques
    165 critiques
    182 critiques
    Votre avis sur Somewhere ?

    793 critiques spectateurs

    scrabble
    scrabble

    Suivre son activité 28 abonnés Lire ses 467 critiques

    0,5
    Publiée le 6 janvier 2011
    franchement voilà un film plat comme une crèpe. au bout d'1h15 de projection aucun scénario n'en pouvant plus de voir un navet je suis partie. bon courage à ceux et celles qui veulent le voir
    Starwealther
    Starwealther

    Suivre son activité 26 abonnés Lire ses 828 critiques

    4,0
    Publiée le 5 janvier 2011
    C'est le film que j'attendais venant de Sofia Coppola, elle montre la vie d'un acteur en plein succès qui se remet difficilement de sa rupture avec sa femme. Il vit à l'hôtel Chateau-Marmont où il séduit des fans et fait beaucoup la fête. Sa fille arrive et il faut qu'il s'en occupe. Le film est là pour montrer les relations père-fille dans un monde Hollywoodien. La réalisatrice montre que cette vie que tout le monde voudrait où règne richesse, hôtels luxueux, superbes filles, fêtes tous les jours au champagne ne rend pas si heureux que ça! Johnny est d'ailleurs en pleine dépression, il s'ennuie terriblement et ne fait rien de ses journées. Sofia Coppola l'a dit c'est autobiographique, elle s'est inspirée de sa jeunesse qu'elle a passé dans les hôtels avec son père. Je reprocherai seulement au film de n'être pas assez musical. Le titre de Sébastien Tellier et celui de Julian casablancas des Strokes sont superbes mais c'est trop peu! C'est lent mais justement on a le temps de bien visionner les choses, ça fait du bien car c'est maintenant très rare d'avoir le temps de regarder un plan!
    galau7
    galau7

    Suivre son activité 21 abonnés Lire ses 719 critiques

    0,5
    Publiée le 24 janvier 2011
    Pathétique! Comment une réalisatrice de talent peut elle se fourvoyer à ce point, à part pour exorciser des souvenirs personnels? L'ennui et le néant de ce pauvre acteur rejaillit sur le spectateur qui se morfond sans pouvoir compatir. Que c'est dur la vie de star....
    Somewhere, no way....
    LordV
    LordV

    Suivre son activité 20 abonnés Lire ses 706 critiques

    2,0
    Publiée le 20 mars 2011
    Je cherche. Depuis que je suis allé voire Somewhere au cinéma, je cherche. Pourquoi ce malaise avec le nouveau film de Sofia Coppola ? Et bien, aujourd’hui, j’ai trouvé… Deux raisons. La première est le fait d’avoir lu trop de critiques dithyrambiques de film. A ce propos, J’ignore si les critiques négatives et/ou réalistes ont été boycottées mais impossible d’en lire. Quoiqu’il en soit, il est clair que c’est difficile de ne pas être déçu quand je me rends compte que le joli diamant tant promis est en fait un simple strass. Quelle déception ! Et cette déception a généré un malaise persistant depuis la séance. Une idée qui, dans un premier temps, a été impossible à saisir. Jusqu’à maintenant. Raisonnablement, dans notre monde actuel, est-ce que ce n’est pas hors propos de monter ce type, superstar de son état qui s’ennuie dans une vie où il possède tout, où le moindre de ses désirs primaires est satisfait alors que le monde va si mal ? Et, je ne veux pas faire de populisme au premier degré. Au final, et c’est d’ailleurs ce qui sauve le film du naufrage, cette confrontation entre un père en dehors de la réalité et cette ado réaliste et pragmatique est salutaire. Oui ! La vie, ce n’est pas ça. Cela étant, Sofia Coppola témoigne d’un réel talent pour filmer ce qui ne peut ou n’a pas besoin d’être dit sur une B.O. tout aussi excellente. En conclusion, je dirais que ce film est superficiel.
    anonyme
    Un visiteur
    2,0
    Publiée le 2 octobre 2011
    Elle fanning montre au monde tout son potentiel, dommage que ça soit dans un sous lost in translation.
    Dynastar21
    Dynastar21

    Suivre son activité 19 abonnés Lire ses 400 critiques

    3,5
    Publiée le 9 août 2011
    Excellent ! Certaines diront que c'est un film chiant et ennuyeux, j'ai envie de dire que ce débat ressort tout le temps lors de films de ce genre, donc je risque pas de convaincre les irréversibles septiques. En tout cas, moi j'ai bien aimé. L'ambiance est très particulière, l’esthétique est soignée et la mise en scène est vraiment bien. Les acteurs jouent très bien et le film est reposant, il rend zen. Il y a aussi une critique cachée du système Holywoodien : des acteurs assistés à qui l'on doit tout faire et tout donner (cf. la scène ou il se cuisine des pattes, il en fait beaucoup trop et en mets au large XD), des filles faciles, de l'argent facile, une vie soit-disant de rêve et le mec s'ennuie comme un gros plot ... Il lui manque sa fille avec qui il ressent des émotions. C'est une belle histoire d'amour entre un père et sa fille. Bref un bon moment et une très bonne prestation de notre jolie Sofia Coppola. Relativement bien.
    anonyme
    Un visiteur
    3,5
    Publiée le 6 janvier 2011
    Un long metrage tres bien realise, qui nous mene justement un peu nulle part comme le titre voudrait le faire comprendre.
    anonyme
    Un visiteur
    2,0
    Publiée le 15 janvier 2011
    Je pense que Sofia Coppola est la réalisatrice préférée des critiques intellos qui voient plein de choses dans rien du moment que ce rien est fait par elle. Parce que perso, je trouve ce film super vide. Et pourtant le sujet était fait pour que ça me touche. J'ai une petite fille depuis un peu plus d'un an et depuis dès que je vois un film où t'as un daron et un gosse, je pleure ou déprime! Biutiful m'avait fait chié mais m'avait ruiné pendant 4 jours. Même Bébé mode d'emploi, sur certains passages, m'avait fait quelque chose... C'est pour vous dire! Donc là Somewhere, avec un daron et une gamine et une musique de Phoenix (bon en fait t'entends 2 chansons dans le film et rien d'autre!), je me disais que ça allait me foutre le bourdon pendant 2 semaines. Eh bien rien!!! Le personnage principal est donc une star hollywoodienne avec une vie de star hollywoodienne. C'est à dire beaucoup d'ennui, de vacuité et donc de rien! Le truc compliqué c'est d'arriver à aller au-delà du rien. Et franchement, je ne trouve pas qu'elle soit allé au-delà de quoi que ce soit! C'est limite un reportage sur un gars qui se fait chier! Dans l'emission Strip-Tease, ça aurait été bien. Pas dans un film de Sofia Coppola!! Il ne se passe vraiment rien! Dans Lost In Translation aussi vous me direz mais y'avait quand même une tension amoureuse bien foutue et surtout Bill Murray! J'ai rien contre Stefen Dorff qui est vraiment bien dedans (tout comme la petite Fanning) mais quand on a pas écrit un vrai scénario, on fait pas un vrai film!! On ne s'ennuie pas devant ce film bizarrement mais j'ai pas été touché!! ca manquait vraiment de magie et de grâce malgré ce que peuvent dire les critiques!
    tixou0
    tixou0

    Suivre son activité 445 abonnés Lire ses 1 860 critiques

    0,5
    Publiée le 13 janvier 2011
    "Somewhere" ? Nowhere plutôt, à l'image de la vie personnelle (sa vie professionnelle parait mieux remplie) de Johnny Marco. Sofia Coppola prend le parti de traiter de ce "rien" permanent avec une vacuité à l'unisson à l'image. Du coup l'ennui existentiel du "héros" se communique au spectateur qui, entre deux bâillements, se prend quand même à admirer la façon dont la cinéaste (primée ici à Venise ?!) arrive à élever le foutage de gueule au rang d'un des Beaux-Arts. Un zéro pointé pour l'héritière indigne de Francis Ford.
    framboise32
    framboise32

    Suivre son activité 108 abonnés Lire ses 1 284 critiques

    3,0
    Publiée le 19 janvier 2011
    Dès les premières images, Sofia Coppola nous donne le ton du film. Une voiture de luxe, une ferrari, tournant en rond sur un circuit fermé et rien d’autre que l’ennui. La réalisatrice a filmé la vie d’un célèbre acteur qui vit à l’année dans le légendaire Hotel Marmont à Los Angeles. Sofia Coppola a du gagner une suite à vie dans cet hotel !!

    Johnny Marco, interprété par Stephen Dorff, est très entouré, mais seul, paumé, entre alcool, jolies filles à gogo, cigarettes et coups de téléphone de son agent qui lui dicte ce qu’il doit faire. Une existence vide !

    Seules les visites de sa fille, interprétée par la jeune actrice Elle Fanning, semble le rendre « vivant ». Sofia Coppola filme lentement, longuement chaque scène pour marquer l’ennui du personnage principal. Le duo père / fille est touchant. La sensibilité de l’acteur est très joliment filmée. Les images tout au long du film sont très belles.

    Sofia Coppola a filmé sans compassion l’envers du décor et l’existence des acteurs à Los Angeles. Un portrait ironique et mélancolique dans un univers qui ne semble pas avoir de notion du temps.
    Thierry M
    Thierry M

    Suivre son activité 99 abonnés Lire ses 2 435 critiques

    1,0
    Publiée le 6 janvier 2011
    franchement, quand j'ai vu la b .a je m'attendait au moins a une pointe d'emotion.resultat, rien de bien interressant, ce film est d'un ennuit a mourir. hyper deçu.
    Jonathan M
    Jonathan M

    Suivre son activité 87 abonnés Lire ses 1 401 critiques

    3,5
    Publiée le 9 mai 2016
    C'est l'antichambre du star-système hollywoodien qui est visité ici par Sofia Coppola. Très intelligemment, on y voit une vie de promotion, une vie d'acteur vide et qui semble peu alléchante. Moins métaphysique que le Maps to the Stars de Cronenberg, il n'en demeure pas moins plus efficace. C'est un film sur la solitude, la notoriété et la mégalomanie. Bien que d'auteur, on sent le vécu dans un récit que se veut lent et joue l'effet de la répétition. On pourrait n'en avoir rien à faire mais pourtant çà nous suspend.
    Kloden
    Kloden

    Suivre son activité 80 abonnés Lire ses 997 critiques

    3,0
    Publiée le 28 octobre 2013
    Eh bien, moi qui m'attendais à une purge en bonne et due forme, je dois pour une fois aller dans le sens contraire des critiques, ce qui constitue un cas de jurisprudence pour un film de Sofia Coppola, dont je regarde en général les œuvres du même oeil que l'ensemble des cinéphages. Les 20 premières minutes m'ont pourtant fait regretter mon choix de me farcir malgré mes réticences initiales un film qui me semblait tout droit se diriger vers le schéma décrit par à peu près tout le monde : c'est à dire celui d'un film vide, sur le vide. Certes, le tout était amené avec l'habituelle subtilité de Madame Coppola, et la sobriété qu'elle s'impose faisait des premières séquences de Somewhere un morceau de cinéma encore plus vaporeux et éthéré qu'à l'ordinaire, renforçant d'autant l'impression d'inconséquence de la vie de star hollywoodienne. Mais tout de même, supporter une peinture de l'ennui, du vide, de la déresponsabilisation pendant 1h 30 aurait été au-dessus de mes forces. Fort heureusement, l'arrivée de la très juste Elle Fanning en fille d'un Stephen Dorff lui-aussi parfait en homme sans but et à la vie sans substance sauve ce qui semblait se diriger vers une impasse. La relation père-fille qui se dévoile à nous est présentée avec tant de finesse que j'ai vraiment de la peine à sanctionner Coppola pour sa narration si proche de celle de Lost in Translation. La vérité et la solidité de ces rapports est renforcée, comme d'habitude, sans effusions superflues, par la saisie si précise - en opposition - d'un Los Angles irréel, où les heures ne semblent plus exister. A ce titre, la photographie solaire de Somewhere joue un rôle primordial. Tout de même, le talent de la réalisatrice pour saisir l'intimité grâce à l'artificiel, le profond grâce au superficiel, m'impressionne, et son jeu des contrastes est d'une justesse toujours étonnante. Un récit d'autant plus touchant qu'on pourrait bien y voir quelques notes autobiographiques. Certes, quelques plans trop longs ne manquent tout de même pas d'agacer, mais Somewhere demeure une surprise plutôt agréable quand je n'en attendais rien d'autre qu'une quasi-perte de temps. Voilà qui me confortera sans aucun doute dans mes bonnes habitudes de ne pas considérer l'avis général comme vérité établie.
    totoro35
    totoro35

    Suivre son activité 71 abonnés Lire ses 1 787 critiques

    2,0
    Publiée le 7 novembre 2011
    Soffia Coppola s'intéresse une fois de plus à l'ennui et à la superficialité d'un monde qu'elle connait bien et délaisse l'atmosphère planante de ses précédents films pour une mise en scène plus épurée, ce qui ne l'empêche malheureusement pas de tourner en rond (comme son personnage, tiens) et de peiner à procurer la moindre émotion, excepté peut-être lors de quelques échanges complices entre Stephen Dorff et Elle Fanning, tous deux parfaits.
    anonyme
    Un visiteur
    3,5
    Publiée le 3 décembre 2010
    Mise en scène toute en sobriété...
    Lire mon article ici:http://tristanleguillou.blogs.allocine.fr/
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top