Mon compte
    Somewhere
    note moyenne
    2,4
    3977 notes En savoir plus sur les notes spectateurs d'AlloCiné
    Votre avis sur Somewhere ?

    793 critiques spectateurs

    5
    50 critiques
    4
    114 critiques
    3
    148 critiques
    2
    134 critiques
    1
    165 critiques
    0
    182 critiques
    anonyme
    Un visiteur
    0,5
    Publiée le 17 février 2011
    Somewhere... pendant l'espace de quelques dizaines de minutes j'ai plutôt eu l'impression que c'était "Nowhere". Un film sans scénario, sans émotions, et sans prise de risques. Et on cherche en plus à nous faire nous apitoyer sur le sort des stars riches et célèbres en nous faisant passer le message: "les stars que vous (les gens du peuple) vous idéalisez ont aussi des problèmes et des états d'âmes, et parfois c'est pas facile quoi!". C'est détestable. Un ennui total doublé d'un sentiment d'énervement par le mépris et le manque de respect que ce film dégage.
    Un très mauvais moment.... hélas.
    elicatearmile
    elicatearmile

    Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 6 critiques

    0,5
    Publiée le 17 février 2011
    ennuyeux, ennuyant pas du tout mon style mais j'ai tenu jusqu'à la fin contrairement à de nombreuses personnes dans la salle.
    DarioFulci
    DarioFulci

    Suivre son activité 62 abonnés Lire sa critique

    3,5
    Publiée le 17 février 2011
    Ce n'est pas "Lost in Translation". Le film n'a pas la même puissance et la même poésie sur des thèmes un peu communs. Certaines scènes se ressemblent d'ailleurs: le passage à la télévision étrangère en plein décalage culturel par exemple. Même si le charme agit moins, si les personnages sont moins attachants, il n'en demeure pas moins que Sofia Coppola sait filmer son histoire. Les plans sont tous magnifiques, soulignés par une B.O à tomber. C'est grâce à sa mise en scène que le sens du film prend vie: l'ennui et la vacuité de l'existence d'une star sur le retour. La première scène met en exergue tout le propos: une voiture de luxe qui tourne en rond. Que faire d'autre ? Une fois encore Sofia Coppola fascine avec très peu.
    allobonhomme
    allobonhomme

    Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 166 critiques

    1,0
    Publiée le 15 février 2011
    Comment faire rien avec rien ?? Certains réalisateurs arrivent à faire un beau film avec pas grand chose...Sofia Coppola, non...en tout cas pas sur ce film creux, sans émotion aucune. Une grande déception...
    Rosenthab
    Rosenthab

    Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 24 critiques

    1,0
    Publiée le 15 février 2011
    Cette réalisatrice n'a manifestement pas grand-chose à dire, même si elle aimerait nous persuader du contraire avec ses artifices de mise en scène. Absolument sans intérêt.
    pitch22
    pitch22

    Suivre son activité 121 abonnés Lire ses 659 critiques

    0,5
    Publiée le 14 février 2011
    Une perte de temps. Tranches de vie d'un acteur riche et adulé qu'on ne voit que tourner en rond, un peu achevé, paumé et lisse. Il ne se passe rien, rien d'émouvant en tous cas si ce n'est dans l'ultime final, mais c'est déjà trop tard. Malgré la fraîcheur d'Elle Fanning, le scénar n'offre absolument rien de croustillant et Stephen Dorff n'arrive même pas à la cheville de Bill Murray. Un ratage prétentieux, d'un minimalisme creux.
    anonyme
    Un visiteur
    2,5
    Publiée le 16 février 2011
    Somewhere
    Un film de Sofia Coppola

    Pour son quatrième long-métrage, Sofia Coppola s’est intéressée au destin d’un acteur désœuvré, qui subit son existence avec une inertie phénoménale. Elle nous livre un résultat en demi teinte, oscillant quelque part entre profondeur insondable et vacuité absolue.

    Cette dernière phrase pourra sembler un peu sévère, mais c’est bel et bien la meilleure manière de résumer le film, car c’est ce que le spectateur ressentira à la vision de Somewhere. Le film est à la fois pétri de bonnes intentions et plein de petites trouvailles, et creux à un point tel que son déroulement se confond parfois avec la non-existence de son personnage principal. A travers son film peut-être le plus personnel, la réalisatrice emmène son public au cœur d’une ballade hésitante, au rythme de l’apathie et des rares réveils de Johnny Marco, un être comme elle les affectionne particulièrement. Un être qui trimballe son vague à l’âme jour après jour, semaine après semaine.
    Johnny Marco est un acteur dont le statut n’atteint pas les hautes sphères hollywoodiennes, mais dont les succès raisonnables au box-office permettent de mener un train de vie confortable, sans réel souci du lendemain. Le train de vie est certes confortable, il n’empêche que les premières images sont révélatrices du vide qui l’habite. Une piste de circuit privée, sur laquelle une voiture de sport fait des tours, inlassablement, pour toujours revenir au même point. Pas de concurrents, juste des tours répétés les uns après les autres. Nous n’avons pas besoin de chronomètre pour comprendre qu’ils sont effectués au même rythme, que les virages sont tous négociés de la même manière, et qu’au final, rien de tout cela n’a réellement d’importance, puisqu’il s’agit de passer le temps, et rien d’autre. Voilà les premières images du film, qui pourraient presque à elles seules résumer tout le film. Fascinant, on se demande alors où on a bien pu mettre les pieds.
    Il faut passer le temps, le meubler, faire en sorte qu’il s’écoule avec fluidité, sans à-coups, et en évitant si possible les temps morts. Dans sa suite du mythique hôtel Château Marmont, Johnny Marco tente de passer au travers du temps, de manière insignifiante. Individu désabusé, qui n’en finit pas de s’ennuyer, le comédien erre dehors, à l’intérieur, tout au long de la journée. C’est la raison pour laquelle il meuble sa vie d’instants éphémères, futiles, pas désagréables, mais pas vraiment agréables non plus. Sa manière de passer le temps ne répond à aucune logique particulière, les événements peuplant ses journées semblant aléatoires. Lorsque Johnny reçoit la visite de sa fille, Cleo, les choses vont peu à peu changer, le cours de son existence donnant l’impression de dévier.
    Le père qui sommeille en Johnny se réveille peu à peu au contact de sa fille. Il est alors intéressant de devenir les témoins de son évolution, alors qu’il se voit contraint à passer plus de temps avec Cleo, que sa mère a laissée en plan. Sa fille lui ouvrira de nouveaux horizons, il en a bien conscience. Elle ne lui fournira peut-être pas une raison de vivre, mais elle lui donnera au moins l’impression d’être vivant, une chose qu’il ne ressentait plus depuis longtemps.
    Filmé un peu à la manière d’un documentaire (la technique est basique, les images ne cherchent pas à impressionner), Somewhere s’immerge au plus profond de ses personnages. Sofia Coppola a cherché à traduire un certain immobilisme, à exprimer l’état contemplatif d’un individu que l’on croyait au départ sans attaches. La réalisatrice est passée maître dans cet art délicat (il suffit de se rappeler le personnage brillamment interprété par Bill Murray dans Lost in translation), où comment magnifier le vague à l’âme d’êtres ne souffrant pas de névroses apparentes. De plaisantes rencontres viennent agrémenter le voyage, que ce soit l’acteur français Aurélien Wiik, ou encore le comédien Benicio del Toro. Peut-être afin de réveiller une léthargie envahissante ?
    Sofia Coppola a choisi de clore le film d’une manière un peu brutale, qui laissera un souvenir mitigé. On ne sait si cette fin répond à un choix, celui -peut-être trop évident- de la solution de facilité, ou si elle marque un changement, une réelle ouverture dans l’existence à venir de Johnny Marco. Peut-être une renaissance, qui ne fait que renforcer l’impression de vacuité de ce qui a précédé…
    anonyme
    Un visiteur
    0,5
    Publiée le 13 février 2011
    Un ennui! Ce film est une imposture! Au prix des places de ciné c'est juste une honte de proposer un non film comme celui ci!
    soliloo
    soliloo

    Suivre son activité 6 abonnés Lire ses 588 critiques

    3,5
    Publiée le 12 février 2011
    Le grand problème de ce film est l'ennui. Car on s'ennuie souvent. Pas longtemps, mais souvent. Il y a quelques scènes par-ci, par-là, qui sont réussies et nous font rentrer dans le film. Le reste du temps, on assiste à un néant absolu, sans rythme, sans action, sans intensité, une platitude déconcertante qui pousse à se poser la question maudite : c'est bientôt fini ? C'est dommage car dans le fond, le film n'est pas si mal, l'ambiance est plutôt plaisante et les deux acteurs Stephen Dorff et Elle Fanning sont éblouissants. Malheureusement, l'ambiance ne fait pas tout, et le manque d'une histoire, de quelque chose qui se passe, se fait lourdement sentir.
    nadia22
    nadia22

    Suivre son activité 6 abonnés Lire ses 86 critiques

    3,0
    Publiée le 19 mars 2011
    Belles images à la Sofia Coppola et personages qui pourraient être attachants, si le film n'était
    pas si ennuyeux!
    tarmokeuf
    tarmokeuf

    Suivre son activité 6 abonnés Lire ses 106 critiques

    4,0
    Publiée le 11 février 2011
    Une fois de plus, Sophia Coppola réussit par son génie (quelle famille !) juste avec quelques traits de caméra, des plans sortis de nulle part et qui n'appartiennent qu'à elle, une bande-son et des dialogues évidents, à poser une ambiance dans laquelle nous nous immergeons inexorablement. Sâcrée cinéaste et vivement le prochain opus.
    anonyme
    Un visiteur
    2,5
    Publiée le 11 février 2011
    mais où est donc Sofia Coppola??? somewhere but not here...
    anonyme
    Un visiteur
    4,5
    Publiée le 10 février 2011
    Voila bien un film qui n'a pas été compris. La critique ne l'a pas tellement apprécié (voir le masque et la plume) et c'est pour de mauvaises raisons. Quand on entend que SC ferait mieux de retourner à son shopping de gamine riche, on ne peut se demander que : qu'est ce qui passe par la tête de nos pseudos-critiques ? Se serait-il permis ça avec le père ? Non, cela est certain. Bref, si le masque doit être misogyne, il vaut mieux qu'il se taise.
    J'ai fini ce coup de gueule envers l'emblématique masque et la plume, passons au film. Il est bon, même très bon. Cela fait bien longtemps que je n'ai pas vu une photographie de telle qualité. Chaque image fait sens, et est remarquablement travaillé, ce film est juste beau. La question du scénario doit être mise au second plan, ce qui compte c'est bien de voir.
    marieboudin
    marieboudin

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 11 critiques

    4,0
    Publiée le 9 février 2011
    C'est clair qu'il y a des longueurs, mais malgré cela, je ne me suis pas ennuyée. Le film reste agréable à voir, j'ai adoré l'atmosphère de morosité, cette ambiance de grandes vacances (cette même sensation lorsqu'on est petit, qu'il fait chaud, et qu'on traîne sans avoir de réelles activités, la galère en fait). Le film est beau esthétiquement, et je pense que c'est la seule réalisatrice qui filme aussi bien l'ennui.
    Djoth
    Djoth

    Suivre son activité 14 abonnés Lire ses 30 critiques

    0,5
    Publiée le 8 février 2011
    un film... Que dis-je ? Une somme d'image mis bout à bout et étiré au possible pour donner un diaporama sans grand interet.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Meilleurs films
    • Meilleurs films selon la presse
    Back to Top