Mon compte
    Somewhere
    note moyenne
    2,4
    3965 notes dont 793 critiques En savoir plus sur les notes spectateurs d'AlloCiné
    répartition des 793 critiques par note
    50 critiques
    114 critiques
    148 critiques
    134 critiques
    165 critiques
    182 critiques
    Votre avis sur Somewhere ?

    793 critiques spectateurs

    Grandet C.
    Grandet C.

    Suivre son activité Lire ses 102 critiques

    2,5
    Publiée le 5 mai 2014
    Derriere le façade glamour hollywoodienne, la solitude de l'acteur, toujours en représentation, la vacuité du show-business, les chambres d’hôtel, les groupies. Le personnage tente de s'occuper de sa fille et l’emmène dans cette errance. Sofia Coppola sait surement de quoi elle parle, du coup on a la son film le plus personnel. Je n'ai pas trouvé
    Dorff crédible dans son rôle d'acteur: Il est censé être très connu mais n'a aucune aura. La mise en scène est adaptée au sujet du coup on s’embête un peu ! quelques belles scènes: les jumelles en pole danse, la télé italienne, mais dans l'ensemble ça se traine.
    lgmorand
    lgmorand

    Suivre son activité 8 abonnés Lire ses 758 critiques

    1,0
    Publiée le 26 avril 2014
    Ennuyeux du début à la fin...Sauf pendant la page de publicité
    JimBo Lebowski
    JimBo Lebowski

    Suivre son activité 299 abonnés Lire ses 1 080 critiques

    1,5
    Publiée le 14 avril 2014
    "Somewhere" n'est que le quatrième film de Sofia Coppola mais il marque déjà la rupture avec son cinéma, son "Virgin Suicides" était excellent, "Lost in Translation" un peu moins et "Marie-Antoinette" plutôt déroutant, mais alors celui là c'est la chute vertigineuse ... Au bout de 10 petites minutes je savais que ça n'allait pas me plaire, la réalisatrice part dans de longues séquences contemplatives, filmant le vide, en plus, mettre en scène des gens qui s'emmerdent ça m'a toujours intrigué, elle espérait qu'on trouve ça d'un quelquonque intérêt ? (Ou alors que tout reste maîtrisé, coucou Gus Van Sant !). Ses autres films étaient plus ou moins rythmés et créatifs, je ne sais vraiment pas ce qui a pu se passer la concernant ... Au final le film ne commence jamais vraiment, les scènes s'enchaînent sans véritable trame thématique, on alterne des passages de vie de famille père-fille, le tout filmé avec une paresse assez insupportable. Autant filmer une salle d'attente d'hôpital, au moins on verra une palette de personnages, même si ils restent plantés sur leur chaise à se regarder en chiens de faïence. Au bout d'une heure j'étais à deux doigts d'arrêter le film, mais je me suis dis "Non, reste discipliné, il va peut être se passer un truc" ... mon œil, ça ne s'arrête jamais, on a bien compris que Mademoiselle Coppola voulait montrer la complexité du lien paternel, raconte t-elle sa propre vie ? S'adresse t-elle a son père ? Quel est le public visé ? Moi ça ne m'a pas vraiment parlé et ça ne m'a pas du tout ému. Par contre si il y a bien une chose que j'ai en commun avec la réalisatrice depuis le début ce sont les goûts musicaux (Phoenix, Air, Sébastien Tellier ...), heureusement qu'à ce niveau je suis bien servis, et encore c'est plutôt discret dans ce film, mais bon c'est déjà ça. Et puis je dois reconnaître que la mise en scène est souvent bonne, la jeune Elle Fanning s'en sort très bien, mais ça ne sauve pas la lenteur monstrueuse du film, qui a un mal de chien à se terminer (genre le mec fait ses pâtes et bouffe tout seul, putain sérieux ...) et la dernière séquence est complètement cliché avec son message de pseudo quête existentielle, pfff. "Somewhere" aurait finalement dû s'appeler "Nowhere" ça aurait été plus cohérent tellement ce long métrage ne va nulle part ...
    olaola22
    olaola22

    Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 73 critiques

    3,0
    Publiée le 7 mars 2014
    Des longueurs, peu de dialogues mais pas inintéressant. Nettement moins bien que les premiers films (Virgin suicides et Lost in translation) de la miss Coppola. On sent un manque d'inspiration.
    georges_spielberg
    georges_spielberg

    Suivre son activité Lire ses 3 critiques

    5,0
    Publiée le 6 mars 2014
    Un chef d'oeuvre ! Sofia Coppola ! Elle nous entraine une fois de plus dans son univers de l'ennui mais elle le filme si bien ! Les personnages sont attachants mais c'est le château qui est la véritable star du film. Un bijou !!!
    romano31
    romano31

    Suivre son activité 207 abonnés Lire ses 1 543 critiques

    3,0
    Publiée le 8 janvier 2014
    Après Marie-Antoinette, Sofia Coppola revient avec son quatrième film, Somewhere, où un acteur américain, qui s'ennuie ferme dans sa vie, voit un matin débarquer sa fille de 11 ans, Cleo. Somewhere est sans aucun doute le film le plus calme et le plus posé de Sofia Coppola. Alors certes, vous allez me rétorquer (à juste titre d'ailleurs) que les films de Sofia Coppola le sont toujours mais celui-là l'est plus que les autres. La réalisation est, comme toujours, très soignée et Coppola utilise de long plans fixes, sans musique et sans dialogue. Les dialogues justement, Somewhere est le film le moins bavard de la réalisatrice privilégiant l'image et le cadre. Si en soit cela ne m'a pas posé problème, cela pourrait être le cas pour certaines personnes. Pour ce qui est des acteurs, le duo que forment Stephen Dorff et Elle Fanning fonctionne très bien et est très touchant. Ceci étant, le film souffre d'un scénario un peu vide et n'explore pas suffisamment la relation père/fille. C'est dommage car Somewhere est un film plutôt intéressant et est loin d'être aussi mauvais comme le prétendent certaines critiques. Pas le meilleur film de la réalisatrice mais il est très bien exécuté et plaisant à suivre.
    Stéphane D
    Stéphane D

    Suivre son activité 60 abonnés Lire ses 1 684 critiques

    1,5
    Publiée le 27 mars 2016
    Le néant absolu, des plans à rallonge pour montrer l'ennui du personnage principal... ça marche aussi sur le spectateur (dommage pour le duo d'acteur dont Elle Fanning touchante par son naturel)
    Kloden
    Kloden

    Suivre son activité 82 abonnés Lire ses 997 critiques

    3,0
    Publiée le 28 octobre 2013
    Eh bien, moi qui m'attendais à une purge en bonne et due forme, je dois pour une fois aller dans le sens contraire des critiques, ce qui constitue un cas de jurisprudence pour un film de Sofia Coppola, dont je regarde en général les œuvres du même oeil que l'ensemble des cinéphages. Les 20 premières minutes m'ont pourtant fait regretter mon choix de me farcir malgré mes réticences initiales un film qui me semblait tout droit se diriger vers le schéma décrit par à peu près tout le monde : c'est à dire celui d'un film vide, sur le vide. Certes, le tout était amené avec l'habituelle subtilité de Madame Coppola, et la sobriété qu'elle s'impose faisait des premières séquences de Somewhere un morceau de cinéma encore plus vaporeux et éthéré qu'à l'ordinaire, renforçant d'autant l'impression d'inconséquence de la vie de star hollywoodienne. Mais tout de même, supporter une peinture de l'ennui, du vide, de la déresponsabilisation pendant 1h 30 aurait été au-dessus de mes forces. Fort heureusement, l'arrivée de la très juste Elle Fanning en fille d'un Stephen Dorff lui-aussi parfait en homme sans but et à la vie sans substance sauve ce qui semblait se diriger vers une impasse. La relation père-fille qui se dévoile à nous est présentée avec tant de finesse que j'ai vraiment de la peine à sanctionner Coppola pour sa narration si proche de celle de Lost in Translation. La vérité et la solidité de ces rapports est renforcée, comme d'habitude, sans effusions superflues, par la saisie si précise - en opposition - d'un Los Angles irréel, où les heures ne semblent plus exister. A ce titre, la photographie solaire de Somewhere joue un rôle primordial. Tout de même, le talent de la réalisatrice pour saisir l'intimité grâce à l'artificiel, le profond grâce au superficiel, m'impressionne, et son jeu des contrastes est d'une justesse toujours étonnante. Un récit d'autant plus touchant qu'on pourrait bien y voir quelques notes autobiographiques. Certes, quelques plans trop longs ne manquent tout de même pas d'agacer, mais Somewhere demeure une surprise plutôt agréable quand je n'en attendais rien d'autre qu'une quasi-perte de temps. Voilà qui me confortera sans aucun doute dans mes bonnes habitudes de ne pas considérer l'avis général comme vérité établie.
    QuelquesFilms.fr
    QuelquesFilms.fr

    Suivre son activité 142 abonnés Lire ses 1 408 critiques

    3,0
    Publiée le 19 septembre 2013
    Luxe, vide et volupté. Sofia Coppola égrène les petits riens d'une vie de star de cinéma, pour en saisir la futilité, la superficialité. Une existence qui tourne en rond (symbolisée par les tours de circuit effectués par le personnage principal, à bord de son bolide, au début du film) et qui s'avère dépourvue de sens. Certaines scènes confinent ainsi à l'absurde (le moulage de la tête de l'acteur, le show promotionnel en Italie...). Entre ironie sur le monde du cinéma, drôlerie douce et mélancolie lancinante, la réalisatrice dresse le portrait d'un homme atone, sans personnalité marquée. Une présence-absence. Un père vaguement titillé par un sentiment de paternité au contact de sa fille, laquelle le renvoie finalement à sa solitude et à son vide existentiel.
    On retrouve dans ce quatrième long-métrage de Sofia Coppola sa finesse d'observation, sa sensibilité et un style bien à elle, évanescent, gracieux par moments. Il manque cependant à ce voyage au bout de l'ennui un traitement dramatique plus étoffé et approfondi (notamment de la relation père/fille) pour empêcher que l'ennui ne gagne aussi, parfois, le spectateur, pour dépasser le seuil de la captation répétitive du vide, et pour que naisse une vraie émotion. Par ailleurs, la fin, passe-partout, est un peu décevante. Comme si la réalisatrice n'avait pas su comment conclure...
    anonyme
    Un visiteur
    2,5
    Publiée le 14 septembre 2013
    Trop long à démarrer, Somewhere s'avère plus inégal qu'autre chose car, bien que certains passages soient réussis, le reste demeure assez ennuyeux et lassant. Sofia Coppola nous livre un drame à moitié réussi, qui est sauvé par la prestation flamboyante d'Elle Fanning.
    anonyme
    Un visiteur
    4,5
    Publiée le 20 août 2013
    Sofia Coppola a tout pour agacer. Un père cinéaste, internationalement reconnu, un frère producteur qui a d’ailleurs participé au film, une filmographie courte de quatre long-métrages déjà saluée par la critique, et un ex petit-ami (Quentin Tarantino) qui, en 2010, lui a décerné le 67ème Lion d’or de la Mostra de Venise en tant que président de jury... La suite sur Vivons curieux !
    anonyme
    Un visiteur
    2,5
    Publiée le 8 août 2013
    Nous découvrons dans ce film le naturel délicieux de Elle Fanning , actrice prometteuse , douée et dotée d'une fraicheur exquise. Le style de mise en scène de Coppola est , comme toujours , admirable :
    Des scènes travaillées , soignées, dans le décor de Los Angeles, et des plans de vues et cadrages stupéfiants. Malgré tout , le film piétine : peu de dialogues , fréquentes longueurs que ni la présence des deux talentueux acteurs que sont Elle Fanning et Stepen Dorff et l'incroyable bande-son de Phoenix n'arrivent à redresser.
    CARTER Mike
    CARTER Mike

    Suivre son activité 6 abonnés Lire ses 63 critiques

    1,0
    Publiée le 23 juillet 2013
    Film vide, à chaque scène on a l’impression que le réalisateur veut ralentir le rythme du film ( c'est assez fréquent de cassé le rythme d'un film après une bonne scène d'action, sauf que là il n'y a aucune scène d'action ) : bref le film est d'une lenteur incommensurable ... et je ne vous parles pas des scènes qui sont plus inutiles les unes que les autres, j'ai vraiment eu une impression de néant. A noté aussi que le film est vachement dramatique : un acteur qui fait la gueule et qui lâche 2 ou 3 sanglot à la fin du film.
    Conclusion : merci Canal + de m' avoir fait découvrir ce beau navet.
    hpjvswzm5
    hpjvswzm5

    Suivre son activité 32 abonnés Lire ses 459 critiques

    1,0
    Publiée le 25 juillet 2013
    Eh bien... Je n'avais déjà pas aimé Virgin Suicides que j'avais trouvé superficiel, mais là on tient quelque chose qui tient du navet. La petite Coppola, elle est bien gentille mais elle ne me dit rien, elle ne me revient pas. Et si je conçoit qu'on puisse trouver quelques trucs intéressant dans V.S., là... Enfin, dans un moment de faiblesse je lance Somewhere. Dans mon ordi, la télé est indisponible pour le moment. Je me cale bien dans mon lit, comme ça je pourrais faire dodo au cas où. L'ordi fait un bruit pourri toutes les 4 minutes avec un disque dedans, mais on fait avec. Pourquoi je raconte ça? Parce que ceci est plus palpitant que le film entier. Alors je sais que c'est cliché et un peu con con de dire qu'il ne se passe rien dans un film, c'est banal, mais bon je ne vois pas comment on peut décrire le film autrement. Parce que le film commence par le mec qui fait 6 tours de circuit dans sa bagnole en plan fixe. C'est long, chiant. Au cas où on aurait pas pigé que le mec s'emmerde et tourne en rond. Merci Captain Obvious. Et le début du film est comme ça : atroce. J'ai rarement vu quelque chose d'aussi vain, vide, pas intéressant. Si la réalisatrice s'était donné le défi de faire les séquences les plus chiantes et vides jamais vues, je crois qu'elle a plutôt réussie son coup. Une vraie purge quoi, parce que ça se veut profond, mais au secours, c'est rien. Et puis Elle Fanning arrive, et heureusement qu'elle est là, c'est le seul élément du film qui sauve un tout petit peu les meubles. Mais la pauvre a beau être une très bonne actrice, elle ne peut pâs faire grand chose si on ne lui donne rien à faire. C'est du gâchis d'avoir une si bonne actrice et de lui demander de ne rien faire pendant des mois de tournage. Et je ne suis pas du tout contre les films montrant des personnages qui s'emmerdent profondément, seulement ça c'est la moins bonne des manières de le montrer. Parce que traduire l'ennui d'un personnage en faisant un film ennuyeux je ne vois pas l'intérêt. Enfin, Coppola s'est sans doute fait son film dans sa tête, elle s'est dit que ça ferait un film d'auteur trop génial. Ba non, désolé. Filmer du rien pendant une heure et demi, c'est plus de la fainéantise intellectuelle qu'autre chose. Il ne faudrait surtout pas qu'il se passe quelque chose. Mais bon, si c'était assumé... Le film se veut une critique d'Hollywood, de la vie superficielle des stars, mais ça ne marche pas, le sujet du film n'était pas mauvais à la base, mais elle n'en fait rien du tout. Pour moi c'est rien, je ne peux pas écrire des pages et des pages sur ce film parce qu'il n'est rien. Il n'y a rien à en dire, rien à sauver, rien d'intéressant, enfin rien quoi. Alors elle, doit trouver son travail génial. Non, de l'emmerdement à l'état brut. Et dire que ce film a eu le lion d'or... Je commence à remettre en cause la fiabilité du festival de Venise. Et la mise en scène, j'ai déjà vu mieux. Je ne la trouve pas mauvaise, je trouve juste ça plat, comme tout le film. Même les scènes de tendresse Père/fille ne marchent pas, et Dieu sait qu'avec une actrice comme Elle Fanning ça pourrait être génial. L'archétype même du film prétentieux complètement vain. Car en revenant à la critique d'hollywood, c'est assez mal foutu. Tout n'est qu'après tout prétexte à montrer comment ce milieu idiot perverti les gens et les rend superficiels. Sauf que si on regarde bien, c'est exactement ce qu'est le film : une fille née à L.A. qui vit encore dans sa bulle et qui ne sort jamais dans la rue. C'est ça Sofia Coppola. Et dire que Coppola père envie sa fille pour la carrière qu'elle a eu et qu'il n'a jamais eu. Il faut qu'il se rende compte que'il a eu de la chance. Contrairement à Only God Forgives et Refn qui offre des films expérimentaux et "d'auteurs" finalement assez généreux avec son spectateur malgré les apparences, petite Coppola reste dans sa bulle, dans son trip chiant et nous y invite alors que clairement on en à rien à foutre. Du coup en ressort un film presque complètement méprisable de prétention. Je suis désolé mais à part la présence de Fanning (qui n'est malgré tout pas mauvaise, même si on ne lui donne rien à jouer) il n'y a rien à sauver, il n'y a rien. Détestable. Et le début est atroce, j'insiste.
    nicolasandre123
    nicolasandre123

    Suivre son activité 8 abonnés Lire ses 5 critiques

    0,5
    Publiée le 18 juillet 2013
    En regardant la bande annonce je me disais : "Voilà un Coppola-fille qui va être Magique !" Déçu. Si ce n'est la musique qui reste la seule chose qui ne me fasse dormir, ce film est assez ennuyeux. Certaines scènes, comme la scène, sur plan fixe, de Johnny (Stephen Dorff) qui porte son masque est longue et inutile, sont totalement inutile et ajoute une longueur cuivrante au film.-1h30 est pourtant un film très court mais ce film dure et dure...-. Les acteurs sont pourtant merveilleux, j'adore Elle Fanning, dans Super 8 ou encore, Twixt -Bien que peut connu aussi-, et Elle reste magnifique et touchante dans le film mais, le problème est le film non les acteurs, ni le fond, ni la musique.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top