Notez des films
Mon AlloCiné
    Malveillance
    Anecdotes, potins, actus, voire secrets inavouables autour de "Malveillance" et de son tournage !

    Parce que c’est le premier thriller de Jaume Balagueró à qui l’on doit [REC].

    Parce que le film parle d’un vrai méchant dont le seul bonheur est le malheur des autres.

    Pour Luis Tosar, qui est excellent et juste.

    Pour le tour de force de Jaume Balagueró: le spectateur a de l’empathie pour le (méchant) gardien…

    De New York à Barcelone

    Le projet de Malveillance devait être tourné initialement à New York, avec des acteurs américains et anglais. Jaume Balagueró est d'ailleurs un habitué des productions en langue anglaise (Darkness en 2002 et Fragile en 2005). Mais quand l'enfant du réalisateur est né, le départ aux Etats-Unis n'était plus viable et l'histoire a été adaptée à la culture espagnole.

    La peur à domicile

    Le réalisateur Jaume Balagueró a été séduit par le scénario de Malveillance pour le thème de la peur quotidienne et celui de la personne ordinaire dotée d'une personnalité trouble. Cette histoire lui correspondait d'autant plus qu'elle se déroule à l'intérieur des maisons et des immeubles, un décor que le cinéaste est habitué à mettre en scène depuis Darkness (2002), A Louer (2006), [Rec] (2007) et [Rec] 2 (2009). Il explique cette prédilection : "J’ai toujours été terrorisé à l’idée de ce qui peut se passer autour de moi quand je dors. Pas vous ?"

    Pendant que vous dormez

    Alors que le film a été baptisé Malveillance en France, son titre original est Mientras duermes, ou "Pendant que tu dors" en traduction littérale. Aux Etats-Unis, il a reçu le nom très sinistre de Sleep Tight, l'équivalent de "Dors bien".

    Un carton en Espagne

    Malveillance a connu un grand succès en Espagne, récoltant jusqu'à fin novembre 2011 près de 3,5 millions d'euros de recettes, une somme très respectable pour le pays, surtout pour une production nationale. Il figure parmi les dix films les plus regardés en Espagne de l'année 2011.

    Un conte de fées ?

    Jaume Balagueró interprète son film comme une sorte de conte de fées : "Ce qui m’a fasciné dans cette intrigue, c’est qu’elle se rapprochait d’un conte de fée d’une très grande cruauté (un personnage cruel et monstrueux à l’affût de sa victime, pure et innocente), et adapté pour un public adulte".

    Une adaptation littéraire

    Alors que de nombreux films puisent leurs sources dans des romans à succès, Malveillance a suivi le chemin inverse : pendant que le film était en production, le scénariste Alberto Marini a décidé d'écrire un roman de même titre ("Mientras duermes"), en apportant cependant quelques différences à l'histoire centrale du gardien d'immeuble.

    Dans la peau d'un psychopathe

    Une fois que la production a décidé de tourner le film en Espagne, l'acteur Luis Tosar, étoile montante du cinéma espagnol depuis les succès de Cellule 211 (2008) et de Même la pluie (2010), a été le premier choix de Jaume Balagueró pour le rôle principal du gardien de l'immeuble. Etant donné que ce thriller inhabituel ne se place pas du point de vue de la victime, mais plutôt de celui de l'agresseur, le cinéaste cherchait un comédien capable d'être en même temps répulsif et fascinant.

    Une maison entière en studio

    Même si l'action du film se passe essentiellement à l'intérieur de maisons ordinaires, l'équipe a préféré créer une maison entière en studio. Jaume Balagueró explique que les vraies maisons peuvent avoir des problèmes d'espace, obligeant la production à s'adapter aux limitations déjà existantes, alors que le décor en studio peut correspondre exactement aux désirs du réalisateur, s'adaptant aux prises imaginées, surtout pour la conception de la lumière et pour la direction artistique.

    Imprévu

    Bien que le tournage en studio réduise les imprévus, le directeur de la photographie Pablo Rosso nous fait part d'un incident qui s'est passé pendant le tournage : "Un jour, on tournait une scène avec une baignoire, du sang et de l'eau, et nous avons eu une inondation. Le plateau n'a pas tenu comme on le souhaitait et on a failli inonder le studio, mais en une demie-heure tout était réglé."

    "Impertinente et méchante"

    En contournant la plupart des règles du thriller conventionnel, Malveillance met en scène le personnage d'une petite fille de 9 ans, méchante et méprisante, la seule capable de faire face au caractère pervers du protagoniste. Le choix de cette actrice a été long et compliqué, mais le réalisateur était ravi de rencontrer en la petite Iris Almeida une comédienne très à l'aise dans ce rôle sombre, et jamais intimidée face à un acteur confirmé comme Luis Tosar.

    Le duo Balagueró - Marini

    Malveillance représente la quatrième collaboration entre le réalisateur Jaume Balagueró et Alberto Marini, scénariste de A Louer et producteur exécutif de [Rec] et [Rec] 2.

    "Malveillance" dans les festivals

    Malveillance a fait partie de la sélection officielle du Festival de Sitges 2011, où il a reçu un accueil très positif. Le film a également été sélectionné au Fantastic Fest 2011, aux Etats-Unis.

    Tournage à Barcelone

    Le tournage du film s'est déroulé à Barcelone pendant huit semaines, entre les mois de juin et juillet 2010. Les décors ont été créés en studio à l'intérieur du Parc Audiovisuel de Catalunya, dans la région de Terrasa.
    Les secrets de tournage des films les plus populaires lors des 30 derniers jours
    • En Passant Pécho (2021)
    • The Dig (2021)
    • La Mission (2020)
    • Green Book : Sur les routes du sud (2018)
    • Malcolm & Marie (2021)
    • The Lost City of Z (2016)
    • xXx (2002)
    • There Will Be Blood (2007)
    • Godzilla vs Kong (2021)
    • Tarzan (2016)
    • Monster Hunter (2020)
    • Antoinette dans les Cévennes (2020)
    • Les Choses qu’on dit, les choses qu’on fait (2020)
    • Fast & Furious 9 (2021)
    • Mortal Kombat (2021)
    • Avatar 2 (2022)
    • Le Tigre blanc (2021)
    • Wonder Woman 1984 (2020)
    • Le Cas Richard Jewell (2020)
    • La Faille (2007)
    Back to Top