Mon compte
    L'Ivresse de l'argent
    note moyenne
    3,1
    363 notes dont 63 critiques En savoir plus sur les notes spectateurs d'AlloCiné
    répartition des 63 critiques par note
    4 critiques
    10 critiques
    20 critiques
    18 critiques
    9 critiques
    2 critiques
    Votre avis sur L'Ivresse de l'argent ?

    63 critiques spectateurs

    tortue64
    tortue64

    Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 179 critiques

    2,5
    Publiée le 6 juin 2013
    Esthétiquement réussi, grâce à de beaux décors, de belles mises en scènes, même si le tout parait très froid et impersonnel, pour le reste assez décevant ; le scénario est vraiment plat tout au long du film, cela manque de rebondissement et d'action..Vraiment moyen..
    soniadidierkmurgia
    soniadidierkmurgia

    Suivre son activité 609 abonnés Lire ses 3 619 critiques

    3,5
    Publiée le 3 juin 2013
    Juste après avoir revisité « La servante », film de Kim Ki-Young (1960) qui décrivait la lente destruction d’une cellule familiale après l’embauche d’une servante névropathe, Im Sang-Soo choisit d’observer la décadence d’une riche famille d’industriels dirigée d’une main de maître par Madame Baek (sublime Youn Yuh-jing). On parle ici des chaebols, conglomérats coréens tenus par une seule famille qui ne semblent se nourrir que de l’argent sale comme le montre la scène d’ouverture dans l’immense coffre-fort rempli de billets de banque. Youngjak, jeune homme ambitieux remplit bien malgré lui le rôle d’homme à tout faire au sein de cette famille complètement désincarnée ou plus personne n’a vraiment conscience de la place qu’il y occupe. Le père rongé par l’humiliation et obsédé par le sexe caresse lascivement la bonne au beau milieu du repas familial, la mère utilise Youngjak comme un objet sexuel pendant que le fils tente difficilement de se faire une place au sein du l'entreprise, seule la fille, Nami, amoureuse de Youngjak semble avoir gardé une once d’humanité. Im Sang-Soo a une vision pour le moins cynique de la classe dirigeante de son pays qui a été contaminée par le capitalisme symbolisé par l’homme d’affaire américain en tractation avec la famille Baek que Sang-Soo a prénommé Robert Altman en hommage au réalisateur tout récemment disparu à l'époque du film . Devant ce goût insatiable pour l’argent, Altman lui-même prédit à la société coréenne des lendemains qui déchantent. Cette thématique de la décadence programmée rappelle funestement « Les Damnés » de Visconti (1969). La machine s’emballe quand le père las de son rôle de pantin décide de s’enfuir avec la servante. C’est sans doute trop demander à Madame Baek habituée à tirer seule les ficelles. Comme chez Visconti la mort rôde tout au long du film dans cette immense demeure high-tech, sublime mais glaciale où l’on déguste les grands crus français dans d’immense verres. Le constat est terrible et si Sang-Soo tente d’adoucir son propos avec une fin en forme de rédemption c’est bien la première partie du métrage qui en fait toute sa force.
    anonyme
    Un visiteur
    2,5
    Publiée le 2 juin 2013
    La bande annonce est vraiment trompeuse, elle vend un film de mafieux coréen dynamique et sensuel… On espère voir un mix de Kitano et Infernal Affairs… Il n’en est rien… Cela m’a gâché mon plaisir, je l’aurai surement plus apprécié un autre jour… C’est un film pratiquement en huis clos au sein d’une famille de pouvoir. Le film a des qualités, la mise en scène, l’esthétique, le sujet est intéressant également, le réalisateur dépeint les relations d’une famille hors norme avec des coutumes particulières…
    Quentin C.
    Quentin C.

    Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 33 critiques

    2,5
    Publiée le 4 juin 2013
    Ceux qui ont vu son précédent film trouveront l'Ivresse de l'argent proche de The Housemaid, mais il est selon moi en dessous. On retrouvera les mêmes décors, certains des mêmes comédiens, pour un sujet proche. Ceux qui chercheront l'érotisme qu'on trouvait dans The Housemaid seront déçus : aucun érotisme ici, ce film est au contraire anti-érotique.
    Le sujet est assez banal, et son traitement coréen n'apporte pas grand chose.
    Un film à voir quand même, mais les amateurs de cinéma coréen risquent d'être déçus.
    Toutou to you
    Toutou to you

    Suivre son activité 25 abonnés Lire ses 599 critiques

    4,5
    Publiée le 30 mai 2013
    Film en compétition à Cannes en 2012 et susceptible de remporter la Palme D'Or, The The Taste Of Money de Sang-soo Im se veut avant tout être une lente description d'un milieu corrompu et nous invite à suivre le parcours d'un homme tiraillé par des principes antithétiques. Réalisateur talentueux et qui ose (The Housemaid, Une Femme Coréenne), Sang-soo Im livre une oeuvre d'une beauté formelle éclatante, lente et appliquée, un peu froide et rigide. Sans doute trop sèche pour le plus grand nombre, L'Ivresse De L'Argent est un drame subtil, à l'apathie troublante, qui préfère la peinture acerbe mais classique à la représentation spectaculaire. On savait de la Corée Du Sud qu'elle abritait nombre de talents, Im en fait partie, cela ne fait aucun doute. Son métrage, d'une douceur qui rompt étrangement avec les faits décris, bénéficie d'une mise en scène qui place les comédiens au centre de l'histoire. Bien dialogué, les personnages de The Taste Of Money sont crédibles, parfaitement en phase avec les thèmes traités.

    Depuis 10 ans, Young-Jak travaille pour une riche famille. Il est aussi fidèle qu'épris de réussite sociale. Mais comme souvent, le pouvoir, le désir de puissance ne font pas bon ménage avec la sensibilité des âmes et Young-Jak se retrouve mêlé à des luttes intestines complexes...

    Évitez ce film si vous aimez les cadences infernales. L'Ivresse De L'Argent joue dans la cour des grands films qui n'ont pas qu'un message vertueux et qui symbolisent autant qu'ils dépeignent. Ainsi, cette Corée qui vit dans l'opulence, cette famille riche comme Crésus et qui corrompt pour asseoir son pouvoir. D'ailleurs, l'oeuvre de Im s'amuse à rendre compte, avec un certain humour, de l'avilissement tout comme des passions fatales. C'est beau, c'est fort, c'est du cinéma distingué et j'en redemande. Filmé dans un scope (2.35 : 1) magnifique, écrit intelligemment et avec une très bonne direction d'acteurs. 4,5/5 (excellent)
    marsenavril
    marsenavril

    Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 36 critiques

    2,0
    Publiée le 23 mai 2013
    Qualifié de thriller érotique, ce n'est pas si thriller que ça, et pas si érotique, même s'il y a un peu de sexe. Mais c'est très joli à regarder. Ouvrez bien vos yeux, c'est des maisons comme vous n'en aurez jamais, des belles femmes et des tas d'argent comme vous n'en aurez jamais non plus. Im Sang-soo nous en met plein la vue avec les décors dans lesquels évoluent cette bande de Coréens riches et corrompus (synonyme). Dans la dynastie des tordus, le grand-père a fait ses preuves, la mama est bien corsée, le fiston a du potentiel, mais la très ravissante fille semble affligée d'un cœur, comme son papa. Tourments et retournements : la vie des riches est pleine de corruption et de coups tordus. Mais la rédemption est possible, ha ha ha. En somme, c'est assez distrayant.
    Kaori92
    Kaori92

    Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 72 critiques

    0,5
    Publiée le 28 avril 2013
    Un film vraiment bidon.
    Un réalisateur qui fait dans la surenchère de sexe et de scandale, mais qui n'a rien à dire.
    Je ne vois pas du tout l'intérêt.
    anonyme
    Un visiteur
    2,0
    Publiée le 12 avril 2013
    Après le très sympathique découverte "The Housemaid", j'attendais beaucoup de ce nouveau Im Sang-soo. Et malheureusement, j'ai été assez déçu.
    Je ne vais pas revenir sur la mise en scène car c'est toujours quelque chose qui me plaît chez ce réalisateur, c'est classe, propre, travaillé, les cadres, les décors, je suis toujours fan de ce qu'il parvient à nous proposer.
    Simplement l'intrigue ne m'a pas enthousiasmé. Je n'ai pas été pris comme dans "The Housemaid", j'ai trouvé ça parfois même ennuyeux, et pour être franc cela fait à peine deux mois que j'ai vu ce film et pourtant je crois avoir oublié complètement l'histoire, c'est dire.
    anonyme
    Un visiteur
    4,0
    Publiée le 3 mars 2013
    Une ambiance très particulière qui permet de captiver le spectateur , une image et un d'acteur excellent , seul le scénario manque un peu de surprise , mais globalement j'ai passé un très bon moment devant L'ivresse de l'argent .
    Jean-françois Passé
    Jean-françois Passé

    Suivre son activité 103 abonnés Lire ses 231 critiques

    2,5
    Publiée le 24 février 2013
    surfant sur l a vague du succès de Housemaid , le réalisateur nous propose aujourd'hui un catalogue des plus belles demeures sud coréennes ainsi que du beau mobilier , des vêtements somptueux , le tout au milieu d'une histoire familiale des plus sordides , comme quoi on peut être blindé de fric et vivre dans une misère totale tant sentimentale que sociale . ça se laisse voir sauf en cas de grosse fatigue ou ça sert de somnifère .
    Yves G.
    Yves G.

    Suivre son activité 673 abonnés Lire ses 2 376 critiques

    2,0
    Publiée le 22 février 2013
    "L'ivresse de l'argent" constitue un exemple quasi-unique d'un film dont le réalisateur est tombé amoureux de ses décors.
    Il faut dire que la maison Baek est extraordinaire.
    Cette richissime famille, dont on imagine sans en trop rien savoir qu'elle est à la tête d'un immense empire industriel, possède en effet la plus luxueuse des demeures : hall en marbre, escaliers à double révolution, piscine souterraine, home cinema, immense bibliothèque ...
    Une domesticité aussi silencieuse qu'affairée s'y déploie pour servir des maîtres tyranniques qui sirotent des grands crus dans d'immenses verres à pied : un grand-père impotent mais toujours lucide, une mère impériale, son mari qui aspire à quitter un milieu qui l'étouffe pour connaître enfin le bonheur auprès de leur bonne philippine, leurs deux grands enfants qui cherchent un peu d'oxygène dans cette famille "toxique".
    Nous pénétrons dans cet univers méphistophélique à travers les yeux du secrétaire de Mme Baek, double masculin de la bonne du précédent film d'Im Sang Soo (The Housemaid).
    Le film est l'histoire de la résistance de cette belle âme aux compromissions de ce milieu putride.
    L'argument au fond n'est pas très élaboré. Et il porte d'autant moins que le réalisateur, à force de sophistication dans ses décors froids et majestueux, a perdu en cours de route l'objectif de son film : critiquer des élites dévoyées.
    zaza123PARIS
    zaza123PARIS

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 106 critiques

    4,0
    Publiée le 19 février 2013
    Très beau film d'un point de vue esthétique et pour son histoire. On rit parfois, on est choqué aussi. Tout est classique mais bien ficelé.
    sophie p.
    sophie p.

    Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 45 critiques

    2,0
    Publiée le 17 février 2013
    Quel dommage que parmi tous les films coréens qui existent, ce soit celui-là qui ai été "choisi" pour être diffusé internationalement. L'intrigue est inintéressante au possible et génère tous les clichés possibles sur la Corée, en extrapolant le tout : argent, sexe, entreprise, pouvoir. L'histoire ne tient pas la route, et ne donne qu'une image erronée du cinéma coréen. Une seule étoile pour les acteurs qui jouent vraiment bien.
    anonyme
    Un visiteur
    4,0
    Publiée le 21 février 2013
    Un bon film sud-coréen sur une richissime famille menée de main de fer par la matriarche, vipère machiavélique héritière d'un empire, et au sein de laquelle évolue Young-Jak, l'homme à tout faire qui va progressivement ouvrir les yeux pour s'apercevoir de la complexité des rapports entre membres de la famille, de la vrai nature des personnes qui la composent ainsi que de l'influence de l'argent et du pouvoir. Très bons acteurs et actrices, décors magnifiques. Belle trouvaille de début 2013.
    anonyme
    Un visiteur
    3,0
    Publiée le 6 février 2013
    Ce film coréen est très intéressant car il n'hésite pas à montrer la corruption qui règne dans son pays et ce de manière très crue. Pour cela, il utilise un protagoniste qui va suivre la politique des films coréens et prendre cher tout au long du film. Le rythme est un peu long vers la fin car elle se fait trop attendre, mais sinon on suit bien toute la vie de ces personnages au bonheur matériel cherchant chez notre protagoniste un réconfort humain. Quand à la photographie du film, il faut en parler car sur ce point on peut dire que le cinéma asiatique est impeccable.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top