Mon AlloCiné
    L'Ivresse de l'argent
    note moyenne
    3,1
    361 notes dont 63 critiques
    répartition des 63 critiques par note
    4 critiques
    10 critiques
    20 critiques
    18 critiques
    9 critiques
    2 critiques
    Votre avis sur L'Ivresse de l'argent ?

    63 critiques spectateurs

    Cecile M
    Cecile M

    Suivre son activité 23 abonnés Lire ses 86 critiques

    1,5
    Publiée le 5 février 2013
    La bande annonce est tellement vendeuse que je suis allée voir ce film sans vraiment me poser de question - Erreur - l’esthétique est travaillée c'est sûr mais pas suffisant, le film est long et clairement chiant, le scénario est mauvais à souhait !
    belle performance de torse toutefois
    Sloughi
    Sloughi

    Suivre son activité 9 abonnés Lire ses 72 critiques

    5,0
    Publiée le 25 janvier 2013
    Après THE PRESIDENT'S LAST BANG et HOUSEMAID, Im Sang Soo revient avec un thriller sulfureux et fascinant: plongée au coeur des compromissions entre politique et économie. Manipulation, chantage, argent, morale et sexe, tout est possible. Porté par une magnifique mise en scène, le film est une claque.
    bsalvert
    bsalvert

    Suivre son activité 149 abonnés Lire ses 3 141 critiques

    2,0
    Publiée le 18 mars 2018
    Plongée dans un monde inconnu méprisant mais pas heureux malgré une richesses démsurée.
    PLV : hors du temps
    lhomme-grenouille
    lhomme-grenouille

    Suivre son activité 2245 abonnés Lire ses 3 153 critiques

    0,5
    Publiée le 28 avril 2013
    Moi qui me plaignais régulièrement que depuis la crise, les distributeurs n'osaient plus nous servir du cinéma sud-coréen, eh bien voilà un film qui m'a bien cloué le bec. Alors certes, comme tout bon film coréen qui se respecte, le soin apporté à l'image dans cette "Ivresse de l’argent" est très poussé... Mais bon... Niveau écriture et narration on atteint vraiment le fond du fond... Franchement, rarement j'ai vu au cinéma un script aussi didactique et inanimé. C'est limite si les personnages ne déballent pas les intentions de l'auteur pour chacun d'entre eux, sans artifice ni effort : « Bonjour madame. Je suis le héros qui entre dans une grande entreprise mais n'entend pas perdre son intégrité. – Ah cela tombe mal. Je suis la vieille sénile qui va vous corrompre tellement qu'au bout de 2h vous aurez retourné votre veste ! – Mais pourquoi faire cela ? – Parce que le capitalisme c'est mal et ça corrompt même les meilleurs ! Et vous pouvez me faire confiance à ce sujet : c'est un personnage binaire qui vous le dit. » Bon, c'est vrai je caricature beaucoup, mais au final, au niveau de mon ressenti, c'est à ça que j'ai eu le droit. Alors après, certains diront que je suis sûrement bien sévère à mettre un zéro pointé à un film qui est juste rigide plutôt que malhonnête. Certes, c’est peut-être vrai. C’est d'ailleurs ce que je me suis dis durant les vingt premières minutes. Mais bon, après plus d'une heure à ce régime, j'avais déjà dépassé de loin mon seuil de tolérance. Franchement, un tel niveau de fadeur, c'est juste insupportable. Alors peut-être y en aura-t-il encore quelques uns qui sauront se satisfaire d'un film qui parle coréen et qui présente de belles images, mais pour ceux qui veulent autre choses à l'écran que des acteurs indigents qui récitent des textes de manière monocorde le tout filmé par une mise en scène totalement désincarnée, alors "l'ivresse de l’argent" risque de vous refiler une sacrée gueule de bois.
    Julien D
    Julien D

    Suivre son activité 789 abonnés Lire ses 3 461 critiques

    1,5
    Publiée le 27 janvier 2013
    Comme dans ses premiers films où il dénonçait déjà avec cynisme les abus de la classe dirigeante, Im Sang-Soo parvient à créer un malaise chez son spectateur. Mais là où son discours social se faisait, dans The housmaid notamment, à travers une mise en scène intimiste, ici tout est filmé à travers un regard froid et aseptisé qui donne davantage de place à la beauté plastique des décors qu’aux personnages eux-même. L’inhumanité de ces individus est bien dérangeante mais leur manque de profondeur, peut-être lié à leurs interprétations désincarnées, et la mise en suspens continuelle du conflit sous-jacent font perdre son mordant à cette étude des dérives du capitalisme coréen.
    Toutou to you
    Toutou to you

    Suivre son activité 24 abonnés Lire ses 599 critiques

    4,5
    Publiée le 30 mai 2013
    Film en compétition à Cannes en 2012 et susceptible de remporter la Palme D'Or, The The Taste Of Money de Sang-soo Im se veut avant tout être une lente description d'un milieu corrompu et nous invite à suivre le parcours d'un homme tiraillé par des principes antithétiques. Réalisateur talentueux et qui ose (The Housemaid, Une Femme Coréenne), Sang-soo Im livre une oeuvre d'une beauté formelle éclatante, lente et appliquée, un peu froide et rigide. Sans doute trop sèche pour le plus grand nombre, L'Ivresse De L'Argent est un drame subtil, à l'apathie troublante, qui préfère la peinture acerbe mais classique à la représentation spectaculaire. On savait de la Corée Du Sud qu'elle abritait nombre de talents, Im en fait partie, cela ne fait aucun doute. Son métrage, d'une douceur qui rompt étrangement avec les faits décris, bénéficie d'une mise en scène qui place les comédiens au centre de l'histoire. Bien dialogué, les personnages de The Taste Of Money sont crédibles, parfaitement en phase avec les thèmes traités.

    Depuis 10 ans, Young-Jak travaille pour une riche famille. Il est aussi fidèle qu'épris de réussite sociale. Mais comme souvent, le pouvoir, le désir de puissance ne font pas bon ménage avec la sensibilité des âmes et Young-Jak se retrouve mêlé à des luttes intestines complexes...

    Évitez ce film si vous aimez les cadences infernales. L'Ivresse De L'Argent joue dans la cour des grands films qui n'ont pas qu'un message vertueux et qui symbolisent autant qu'ils dépeignent. Ainsi, cette Corée qui vit dans l'opulence, cette famille riche comme Crésus et qui corrompt pour asseoir son pouvoir. D'ailleurs, l'oeuvre de Im s'amuse à rendre compte, avec un certain humour, de l'avilissement tout comme des passions fatales. C'est beau, c'est fort, c'est du cinéma distingué et j'en redemande. Filmé dans un scope (2.35 : 1) magnifique, écrit intelligemment et avec une très bonne direction d'acteurs. 4,5/5 (excellent)
    anonyme
    Un visiteur
    2,0
    Publiée le 12 avril 2013
    Après le très sympathique découverte "The Housemaid", j'attendais beaucoup de ce nouveau Im Sang-soo. Et malheureusement, j'ai été assez déçu.
    Je ne vais pas revenir sur la mise en scène car c'est toujours quelque chose qui me plaît chez ce réalisateur, c'est classe, propre, travaillé, les cadres, les décors, je suis toujours fan de ce qu'il parvient à nous proposer.
    Simplement l'intrigue ne m'a pas enthousiasmé. Je n'ai pas été pris comme dans "The Housemaid", j'ai trouvé ça parfois même ennuyeux, et pour être franc cela fait à peine deux mois que j'ai vu ce film et pourtant je crois avoir oublié complètement l'histoire, c'est dire.
    Schwann
    Schwann

    Suivre son activité 8 abonnés Lire ses 261 critiques

    1,0
    Publiée le 23 janvier 2013
    Un film cannois raté de plus cette année ! C'est assez effarant de constater l'absence totale de sens ou de rythme dans un scénario comme celui-ci, qui aurait pu faire preuve d'originalité ou d'inventivité. C'est long et rébarbatif, et que dire du formel tant vanté de ce film : le formel non esthétique, ce n'est pas très intéressant, à l'image du film donc.
    soniadidierkmurgia
    soniadidierkmurgia

    Suivre son activité 571 abonnés Lire ses 3 557 critiques

    3,5
    Publiée le 3 juin 2013
    Juste après avoir revisité « La servante », film de Kim Ki-Young (1960) qui décrivait la lente destruction d’une cellule familiale après l’embauche d’une servante névropathe, Im Sang-Soo choisit d’observer la décadence d’une riche famille d’industriels dirigée d’une main de maître par Madame Baek (sublime Youn Yuh-jing). On parle ici des chaebols, conglomérats coréens tenus par une seule famille qui ne semblent se nourrir que de l’argent sale comme le montre la scène d’ouverture dans l’immense coffre-fort rempli de billets de banque. Youngjak, jeune homme ambitieux remplit bien malgré lui le rôle d’homme à tout faire au sein de cette famille complètement désincarnée ou plus personne n’a vraiment conscience de la place qu’il y occupe. Le père rongé par l’humiliation et obsédé par le sexe caresse lascivement la bonne au beau milieu du repas familial, la mère utilise Youngjak comme un objet sexuel pendant que le fils tente difficilement de se faire une place au sein du l'entreprise, seule la fille, Nami, amoureuse de Youngjak semble avoir gardé une once d’humanité. Im Sang-Soo a une vision pour le moins cynique de la classe dirigeante de son pays qui a été contaminée par le capitalisme symbolisé par l’homme d’affaire américain en tractation avec la famille Baek que Sang-Soo a prénommé Robert Altman en hommage au réalisateur tout récemment disparu à l'époque du film . Devant ce goût insatiable pour l’argent, Altman lui-même prédit à la société coréenne des lendemains qui déchantent. Cette thématique de la décadence programmée rappelle funestement « Les Damnés » de Visconti (1969). La machine s’emballe quand le père las de son rôle de pantin décide de s’enfuir avec la servante. C’est sans doute trop demander à Madame Baek habituée à tirer seule les ficelles. Comme chez Visconti la mort rôde tout au long du film dans cette immense demeure high-tech, sublime mais glaciale où l’on déguste les grands crus français dans d’immense verres. Le constat est terrible et si Sang-Soo tente d’adoucir son propos avec une fin en forme de rédemption c’est bien la première partie du métrage qui en fait toute sa force.
    deaq25
    deaq25

    Suivre son activité 6 abonnés Lire ses 441 critiques

    2,0
    Publiée le 16 juillet 2013
    "L'ivresse de l'argent" ne pèche pas par sa mise en scène sobre et froide dans un décor de richesse morbide. Là, ou le bat blesse et peut-être, c'est une mauvaise interprétation c'est dans la performance des acteurs. Non spécialiste des films asiatiques et que "L'ivresse de l'argent" est un film sud-coréen, j'ai trouvé que les acteurs ne dégageaient aucune émotions et leurs jeu d'acteurs ne sont pas des exemples. On connait les asiatiques, en général, pour le manque d'expression sur leurs visages mais dans un film cela reste assez handicapant. Mis à part cela, "L'ivresse de l'argent" montre assez bien les dérives et les péchés d'une richissime famille qui par le pouvoir de l'argent se croie sans limites et intouchables dans un univers impitoyable qu'est le monde des affaires. On ressent le contraste entre l'amour réel et l'amour de l'argent et qui se situe au milieu de ce film.
    A déconseiller tout de même malgrè une belle photographie du film !!
    Plog_Le Comte
    Plog_Le Comte

    Suivre son activité 12 abonnés Lire ses 224 critiques

    3,5
    Publiée le 20 janvier 2013
    Tout comme "The Housemaid", "L'Ivresse de l'argent" possède une ambiance froide et métallique, témoin de la maniaquerie de Sang-Soo, qui livre un film très réussi tant au niveau visuel qu'à celui du scénario, qui tend cependant à être un peu poussif dans sa dernière demi-heure.
    Sang-Soo plonge son spectateur dans le cynisme et les mensonges de l'aristocratie coréenne, ne manquant pas de spoiler: La suite sur Plog Magazine, les Critiques des Ours: http://lescritiquesdesours.blogspot.fr/2013/01/livresse-de-largent.html
    Kaori92
    Kaori92

    Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 69 critiques

    0,5
    Publiée le 28 avril 2013
    Un film vraiment bidon.
    Un réalisateur qui fait dans la surenchère de sexe et de scandale, mais qui n'a rien à dire.
    Je ne vois pas du tout l'intérêt.
    Florent F.
    Florent F.

    Suivre son activité 18 abonnés Lire sa critique

    1,0
    Publiée le 1 février 2013
    Une bande annonce prometteuse pour un film soporifique, horriblement mal joué, qui n'en finit plus de ne plus finir...
    Un amoncellement de clichés en une pyramide chancelante, du début à la fin, qui finit par s'écrouler de manière magistrale, au summum du mauvais goût ruisselant de "bons sentiments" mal amenés et peu crédibles. Une vraie déception, en somme...
    flashblack75
    flashblack75

    Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 14 critiques

    1,5
    Publiée le 24 janvier 2013
    je ne le conseille pas du tout ...des dialogues trop longs et un scénario vide...je m'attendais à une petite merveille vu le titre mais sorti de la salle vachement déçu ....!!! des personnes sont même partis avant la fin...c'est dire...
    ffred
    ffred

    Suivre son activité 834 abonnés Lire ses 3 464 critiques

    3,0
    Publiée le 28 janvier 2013
    Après son chef d'oeuvre Le vieux jardin (2007) et l'étrange The housemaid (2010), Im Sang-soo nous revient avec ce nouveau film encore une fois en compétition cannoise l'an passé. Il reste dans la même veine que le précédent, tant sur le plan de la mise en scène (toujours impeccable) et de l'esthétisme (luxueux, beau mais froid) que du scénario (l'argent et les rapports patrons/employés). On frise une fois encore l'exercice de style. Les personnages sont toujours aussi peu sympathiques...
    La suite sur : http://lecinedefred2.over-blog.fr/article-l-ivresse-de-l-argent-114810091.html
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top