Mon AlloCiné
    Les Voisins de Dieu
    note moyenne
    3,3
    127 notes dont 24 critiques
    répartition des 24 critiques par note
    2 critiques
    8 critiques
    6 critiques
    7 critiques
    1 critique
    0 critique
    Votre avis sur Les Voisins de Dieu ?

    24 critiques spectateurs

    Claire undefined.
    Claire undefined.

    Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 47 critiques

    3,5
    Publiée le 19 mai 2013
    Ce long métrage nous plonge à Bat Yam, Israël, dans le quotidien d'Avi, Kobi et Yaniv. La vingtaine belliqueuse, ils se sont autoproclamés gardiens de leur quartier et se conduisent à ce titre comme les garants de leur vision du Talmud. Ils font respecter de façon musclée le shabbat, surveillent les tenues des filles et s’assurent que les jeunes de Jaffa, la voisine arabe, n’entrent pas dans le quartier avec leurs voitures, toute musique hurlante. L’équilibre de la bande vacille le jour où Avi, le chef du groupe, rencontre Miri, une jeune israélienne non pratiquante.
    Réalisé par Meni Yaesh, compagnon de Keren Yedaya (dont j’ai beaucoup aimé « Mon trésor » et « Jaffa »), ce long-métrage est filmé de manière masculine, nerveuse et m’a rappelé l’univers de jeux-vidéo dans certains raccords brusques en musique.

    J’ai apprécié la performance des deux acteurs principaux, Roy Assaf et Rotem Ziesman-Cohen.

    Ce film n’échappe pas à l’écueil d’un certain manichéisme, mais j’ai été sensible à sa visible bonne volonté de réconcilier par la rencontre de deux jeunes deux visions des choses, en l’occurrence celle d’une jeune femme ouverte à la foi, respectueuse de certaines traditions religieuses, mais ne souhaitant pas être enfermée de manière arbitraire dans un carcan bien trop étroit pour elle, et celle d’un jeune homme portant un passé difficile et rassuré par des propos et pratiques religieuses donnant une direction à sa vie, même s’ils entraînent une violence injustifiable.

    Encore une fois, comme dans ‘Inch’Allah’, nous sont montrées les limites d’un mode de pensée avec ‘œillères’, où la loi du talion apparaît comme l’unique possibilité de ne pas subir son sort, même si elle se retourne sans fin contre soi.

    D'autres critiques sur:
    Thierry M
    Thierry M

    Suivre son activité 96 abonnés Lire ses 2 435 critiques

    3,5
    Publiée le 4 avril 2013
    passionnant du début à la fin, cette histoire ne laissera personne indifférent.
    il y a là dedans des comediens à surveiller.
    velocio
    velocio

    Suivre son activité 520 abonnés Lire ses 2 353 critiques

    3,5
    Publiée le 27 mars 2013
    Bien servi par une mise en scène percutante, ce premier film d'un jeune réalisateur israélien s'avère très intéressant d'un point de vue documentaire en nous permettant de faire connaissance avec un courant religieux bien implanté en Israël mais peu connu dans notre pays. Il permet aussi de constater les dérives qu'engendre, malheureusement trop souvent, une foi mal digérée.
    Patrick Braganti
    Patrick Braganti

    Suivre son activité 75 abonnés Lire ses 375 critiques

    1,0
    Publiée le 30 mars 2013
    En soi, le sujet aurait pu être passionnant : montrer pour mieux la dénoncer l’orthodoxie de trois jeunes juifs dans un quartier de Bat Yam, dans la banlieue sud de Tel Aviv, qui se sont octroyé la latitude de faire régner l’ordre et de réprimer dans la violence ou la menace le moindre manquement aux préceptes de la Torah. Encore aurait-il fallu que Les Voisins de Dieu assume davantage de parti pris et ne se cantonne pas à mettre en scène, avec complaisance et des effets sonores douteux, des séquences d’une rare violence. Par amour, Avi, qui vit seul avec son père depuis le décès de sa mère, entreprend de s’interroger sur sa foi et sur les conséquences de ses actions. Le drame qui couve depuis le début, inexorable et stupide, a pour seul effet de le faire revenir à la case départ. Pire, d’y associer celle qu’il pense aimer, celle-là même qu’il harcelait pour ses tenues légères et irrespectueuses, celle-là même qui rentre dans le rang avec docilité. Si le film a probablement le mérite de nous exposer à une réalité peu glorieuse, qui vient en quelque sorte en contrechamp des comportements des grands frères musulmans tels que nous nous les représentons la majeure partie du temps : autoritaires et intrusifs, menaçants et violents, on est néanmoins terriblement gênés par son traitement outrancier. Il est difficile de clarifier le regard que porte le réalisateur Meni Yaesh sur ces trois forts en gueule, qui n’ont que le mot Dieu à la bouche, ânonnent des psaumes et des injonctions sans manifestement en saisir le sens, fument et trafiquent sans vergogne. Un film au final détestable qui calque son esthétique discutable sur les agissements de trois abrutis antipathiques.
    Attila de Blois
    Attila de Blois

    Suivre son activité 331 abonnés Lire ses 3 223 critiques

    4,0
    Publiée le 9 juin 2014
    Le cinéma israëlien s'avère un des plus intéressants de ces dernières années avec des films comme "Beaufort", "Lebanon", "Rock The Casbah", "Sümo", "Valse avec Bachir", .... "Les Voisins de Dieu" ne déroge pas à la règle avec ce drame social exposant les difficultés d'une jeunesse hétérogène tiraillée entre la tradition, la religion et leurs origines diverses. Avec un jeu d'acteurs solide et une réalisation qui l'est tout autant, Meni Yaesh signe ici une oeuvre poignante et intelligente.
    PhilippeToile
    PhilippeToile

    Suivre son activité 29 abonnés Lire ses 740 critiques

    2,5
    Publiée le 27 mars 2013
    Un titre qui interpelle, une bande annonce prometteuse et finalement une déception. Le scénario nous offre une chronique des quartiers populaires de Tel-Aviv où prolifèrent un racisme ordinaire et surtout une intolérance religieuse que l’on croyait l’apanage exclusif de pays islamiques. Cette dérive d’une partie de la société israélienne nous est révélée dans toute sa violence et son obscurantisme. Ce sujet brûlant aurait mérité un traitement plus nuancé et plus approfondi, mais les personnages caricaturaux et les situations prévisibles affaiblissent les intentions du réalisateur. Tout en livrant des prestations irréprochables, les excellents acteurs d’un casting homogène ne parviennent pas à nous faire oublier les faiblesses de la réalisation. Pour mieux comprendre le nouveau phénomène religieux qui embrase une partie d’Israël, on revisionnera plutôt le remarquable et subtil “Dan et Aaron” d’Igaal Niddam.
    Mondocine
    Mondocine

    Suivre son activité 61 abonnés Lire ses 293 critiques

    3,5
    Publiée le 31 mars 2013
    Un film passionnant sur un sujet très sensible, traité avec respect et courage malgré un auto-frein qui en limite l'impact.
    vidalger
    vidalger

    Suivre son activité 151 abonnés Lire ses 1 057 critiques

    2,0
    Publiée le 9 avril 2013
    En partant d'un sujet peu original dans le paysage cinématographique israélien, sur la place de la religion dans le quotidien d'une jeunesse passablement décervelée, le réalisateur nous propose un film percutant et dérangeant. Il nous fait partager l'ambivalence de son sentiment, entre tendresse et compréhension d'un côté, pour ces bons copains toujours prêts à s'entraider, et la dénonciation de la haine, du racisme et de la bêtise permanents qui les animent. Les scènes d'action sont assez mal filmées et brouillonnes à la différence des moments d'intimité. Casting de grande qualité. Réalisateur à suivre.
    scrabble
    scrabble

    Suivre son activité 28 abonnés Lire ses 467 critiques

    3,0
    Publiée le 3 avril 2013
    un très bon film où l'extrémisme est très bien vu.
    les acteurs sont extrêmement naturels. à voir et admettre que la tolérance doit survivre.
    Cinéphiles 44
    Cinéphiles 44

    Suivre son activité 537 abonnés Lire ses 3 291 critiques

    2,5
    Publiée le 21 février 2015
    Si Les Voisins de Dieu possède un grand cœur, le tout est gâché par un cadrage amateur, un montage fait à la va vite et un casting prétentieux. Roy Assaf joue en effet trop de sa belle gueule et ses mimiques finissent largement par agacer. Heureusement cette collaboration franco-israélienne aborde un thème trop rare dans le paysage français. Ainsi, Les Voisins de Dieu présente sans ennui la dévotion de Juifs pour leur Dieu et la difficulté de ne plus correspondre aux codes interprétés du Livre.
    D'autres critiques sur ma page Facebook : Cinéphiles 44
    Jmartine
    Jmartine

    Suivre son activité 91 abonnés Lire ses 516 critiques

    2,0
    Publiée le 21 novembre 2013
    Film déroutant...les trois caïds de banlieue, défenseurs autoproclamés d’un respect hardcore des principes religieux. Tu laisses ton salon de coiffure allumé pendant shabbat ? On te bastonne. Tu es une fille et tu te promènes en jupe ? Pas bien du tout, ça. Avec un réalisme cauchemardesque et une intelligence glaçante, le film balance une telle charge dénonciatrice qu’il en semble lui-même terrifié. Que veut démontrer le réalisateur ? ces jeunes hommes tout religieux qu'ils soient sont des petites frappes qui ne recueillent que ce qu'ils sèment...la haine. Le film devient insupportable...et ce n'est pas le rétropédalage de dernière minute, dont le happy end semble peu crédible qui modifie notre impression.... On est pas du tout emballé par la rédemption finale d'Avi, très convenue. Et franchement embarrassé par la « mo­rale » de la dernière scène, qui sem­ble donner raison au machisme religieux du héros face à la seule figure féminine du film, Miri, qui va y perdre sa liberté et sa fraicheur.
    Cinematraque
    Cinematraque

    Suivre son activité 73 abonnés Lire ses 29 critiques

    4,5
    Publiée le 20 mars 2013
    Ce que le réalisateur parvient à montrer c’est cette descente aux enfers vers la violence qui révèle les propres failles et la fragilité de nos personnages. Un peu à la façon de personnage joué par Al Pacino dans Scarface ou celui joué par Robert De Niro dans Raging Bull. Avi est pris de sentiments partagés pour Miri. D’un coté il tombe amoureux mais sa pratique religieuse lui interdit de l’embrasser ou de la toucher et de l’autre coté il voudrait qu’elle soit comme lui qu’elle respecte le chabbath et qu’elle s’habille avec un peu plus de pudeur.

    Ces deux personnages apprennent finalement à s’aimer,chacun acceptant la différence portée par l’autre. Elle l’accéptant comme religieux et lui l’acceptant comme non religieuse. Et c’est ce qui sauve Avi de la spirale infernale dans laquelle il est entré.

    Ce film est particulièrement juste car il parvient à montrer à quel point la violence envers les autres peut être dirigée contre soi.

    Les personnages sont persuadés que cette violence c’est le bien, qu’elle est nécéssaire pour préserver un mode de vie devenu pour eux un modèle de vie. mais ils ne se rendent pas compte que s’il n’y parviennent pas c’est à cause d’eux-mêmes et pas à cause d’éléments exterieurs. Seul Avi sera sauvé et ce grâce à Miri le personnage féminin qui parvient à la fois à lui dire non et à l’apprécier tel qu’il est.

    Si le film est aussi réussi c’est aussi parce que le réalisateur parle de ce qu’il connait il est né et vit dans le quartier qu’il décrit. Il est resté relativement pratiquant et il a connu ces bagarres urbaines qui font que certains quartiers d’Israel font penser parfois au film » il était une fois le bronx » sans la mafia. Il est tellement facile d’écrire des histoires et de faire des films sur ce que l’on rejette. Cependant la justesse ne s’obtient selon moi que si l’on arrive à comprendre le conflit qu’il soit interieur ou exterieur.
    Loïck G.
    Loïck G.

    Suivre son activité 163 abonnés Lire ses 1 195 critiques

    2,5
    Publiée le 16 août 2013
    Le prêche du rabbin qui se termine par une danse collective, un rien fofolle, c’est drôle mais ça ne fait pas un film qui est à l’image de cette séquence, mi-sérieuse, mi-bouffonne. Les intentions du cinéastes se diluent dans une mise en scène assez conformiste, qui a beau échapper au traditionnel affrontement entre israéliens et palestiniens, sans offrir une alternative nouvelle au courant cinématographique.Ç’est un film qui se répète beaucoup, qui peine à avancer : au milieu du film on n’en sait guère plus que dans les dix premières minutes
    Pour en savoir plus
    giovpic
    giovpic

    Suivre son activité 21 abonnés Lire ses 7 critiques

    4,0
    Publiée le 2 septembre 2013
    Enfin un beau film sur les excès de la religion. Très touchant !!
    En tant que catholique, j'étais interessé à en apprendre plus sur la plus ancienne des religions monotheistes, la religion hébraïque. Je ne peux pas me permettre de donner un jugement sur la religion cependant, car je ne la connais
    pas...
    anonyme
    Un visiteur
    4,5
    Publiée le 2 avril 2013
    Une histoire d'amour totalement bouleversante... La tendresse d'Avi, la bienveillance de son père, le Rabbin, la vitalité des gens, la capacité de Miri à elle-même "bouger" de sa position initiale, tout ceci m'a ému aux larmes (ah la scène face à la mer !)
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top