Notez des films
Mon AlloCiné
    Ma mère et mon père (Annem ve Babam)
    Anecdotes, potins, actus, voire secrets inavouables autour de "Ma mère et mon père (Annem ve Babam)" et de son tournage !

    Hommage

    Avec Ma mère et mon père (Annem ve Babam)Müret Isitmez a voulu rendre hommage à ses parents, victimes de l'immigration, en les mettant au centre de son documentaire. En effet, outre leur courage, la réalisatrice a voulu mettre en avant que l'immigration, très souvent, est subie et non choisie.

    De la petite à la grande Histoire

    A travers l'histoire personnelle de ses parents, c'est celle de plusieurs générations d'immigrants que la réalisatrice a voulu exposer au public.

    Célébration

    Ma mère et mon père (Annem ve Babam) sort en même temps que le cinquantenaire de la signature de la convention de la main d’œuvre entre la France et la Turquie (1965).

    Témoignage ancien

    En plus de quatre chansons traditionnelles turques, intégrées au film pour lui donner une touche poétique, la réalisatrice Müret Isitmez a décidé de mettre un témoignage de son père fait des années auparavant, qu'il avait enregistré sur une cassette audio pour sa famille restée en Turquie.

    Narration séparée

    A l'image des parents de Müret Isitmez, qui ont vécu les quinze premières années de leur mariage séparés, l'histoire est séparée en deux segments : celui du père et celui de la mère. Les deux seules séquences qui les montrent ensemble sont celles du mariage en Turquie et celle de leurs retrouvailles à Strasbourg.

    Deux points de vue

    Müret Isitmez a utilisé deux caméras pour tourner son film. La première était utilisée par la cinéaste pour capter le témoignage de ses parents tandis que la deuxième caméra la filmer elle et son équipe. Elle explique : "Je voulais d’abord une caméra qui filme l’histoire de Gülperi et Hasan, leur parcours respectif, leur témoignage. Mais je voulais dans le même temps une caméra qui saisisse le contre-champ de cette aventure, celui d’un tournage et, en l’occurrence, d’une réalisatrice accompagnée de son équipe technique, questionnant ses parents. Ainsi, l’utilisation d’une deuxième caméra s’avérait essentielle dans ma volonté d’illustrer le film de ma démarche d’auteure et d’enfant."

    Quête d'origine

    Si avec Ma mère et mon père (Annem ve Babam)Müret Isitmez souhaitait raconter l'histoire de ses parents et plus largement celle de l'immigration, il s'agissait aussi pour elle d'effectuer un voyage dans sa propre histoire et de découvrir la terre de ses ancêtres.

    Tournage sous tension

    Une partie du tournage a eu lieu dans la région "kurde" de Tunceli, anéantie en 1938 et encore aujourd'hui sous contrôle militaire. Mais la jeune réalisatrice n'a heureusement pas eu de mal à collaborer avec les forces militaires turques.

    Festival

    Ma mère et mon père (Annem ve Babam) a été sélectionné au Festival Regards sur le Cinéma du Monde de Rouen.
    Les secrets de tournage des films les plus populaires lors des 30 derniers jours
    • 30 jours max (2019)
    • Adieu Les Cons (2020)
    • Antoinette dans les Cévennes (2020)
    • Parents d'élèves (2020)
    • Drunk (2020)
    • Peninsula (2020)
    • Mon Cousin (2019)
    • Tenet (2020)
    • Les Choses qu’on dit, les choses qu’on fait (2020)
    • Les Apparences (2019)
    • Miss (2019)
    • Poly (2019)
    • Un pays qui se tient sage (2020)
    • Josep (2020)
    • Les Trolls 2 - Tournée mondiale (2020)
    • The Good criminal (2020)
    • Petit Vampire (2019)
    • Blackbird (2020)
    • Mon grand-père et moi (2020)
    • La Daronne (2020)
    Back to Top