Notez des films
Mon AlloCiné
    Jours de France
    note moyenne
    3,1
    161 notes dont 29 critiques
    répartition des 29 critiques par note
    2 critiques
    8 critiques
    9 critiques
    8 critiques
    1 critique
    1 critique
    Votre avis sur Jours de France ?

    29 critiques spectateurs

    mem94mem
    mem94mem

    Suivre son activité 32 abonnés Lire ses 474 critiques

    3,5
    Publiée le 15 mars 2017
    Le film est un double road-movie, qui nous promène au milieu de la France, mais pas forcément dans la France profonde. Le point de départ est une errance en voiture, à la recherche de plans drague aussi inattendus que surprenants, la suite est une poursuite amoureuse, les deux s'entre-mêlent. Les dialogues sont empreints d'une certaine douceur. Nombre des situations sont volontairement cocasses et donnent un ton vraiment singulier au film, un décalage assez savoureux. Le film est plaisamment original et le casting est parfait, Pascal Cervo en tête. Le film est clairement en exergue dans la production française. A noter l'image et le son particulièrement soignés, et les formidables soirs et matins montrés dans les paysages.
    Gentilbordelais
    Gentilbordelais

    Suivre son activité 84 abonnés Lire ses 1 859 critiques

    1,0
    Publiée le 14 juillet 2017
    émaillé de rencontres improbables, jours de france n'est pas sans rappeler drôle de felix (2000). certains dialogues et situations sont assez peu naturelles voire théâtrales. que la route est longue, longue pour satisfaire la curiosité du dénouement tout autant sans intérêt que ce scénario!
    Laurent C.
    Laurent C.

    Suivre son activité 191 abonnés Lire ses 1 084 critiques

    2,0
    Publiée le 22 mars 2017
    Ce sont les jours de France, du moins d'une certaine France, celle du centre et des Alpes. Pierre Thomas quitte pour on se sait quelle raison, le lit conjugal et part dans sa belle Alfa Roméo immatriculée 75, à la conquête de la France et de ses hommes qui pullulent sur les réseaux sociaux. En quelque sorte, "Jours de France" est un énième road-movie dans la France rurale. Le problème de ce type de film demeure souvent la raison de cette errance du héros. Ici, le spectateur l'ignore : besoin de vert ? besoin de mettre de la distance dans sa relation amoureuse ? Toujours est-il qu'il rencontre des personnages sans doute introuvables dans la vraie vie des campagnes françaises. Ces personnages, dérisoires souvent, peu crédibles, parlent le français universitaire de son héros. Car pour rajouter à l'ennui du film, le scénario n'est pas écrit, il est très écrit. On entend à n'en plus finir de véritables tirades philosophico-littéraires, sensées nous éclairer sur l'humanité. En réalité, on s'ennuie beaucoup durant ces longues divagations verbales. Et pire, Paul, le petit ami se met à la poursuite de son amant, mu par une sorte d'intuition formidable qui le conduit sur les mêmes routes. D'ailleurs, si vous aimez les routes à travers les montagnes, les voitures qui roulent, allez-y, vous serez servis ! Jusqu'au tournis parfois !
    Ufuk K
    Ufuk K

    Suivre son activité 218 abonnés Lire ses 925 critiques

    2,0
    Publiée le 20 mars 2017
    "jours de France "road moavie gay m'a franchement déçu. En effet je m'attendais a passer un bon moment je me suis ennuyé, le film n'est qu'une longue série de rencontre d'un homme dans la France sans intérêt et comportant de nombreuses longeurs hormis quelques séquences intéressante c'est dommage car l'idée de départ est originale.
    Gustave Aurèle
    Gustave Aurèle

    Suivre son activité 38 abonnés Lire ses 1 766 critiques

    2,5
    Publiée le 23 juillet 2017
    Un road-movie aux rencontres improbables, l'interprétation est théâtrale tout comme le sont les dialogues.
    Didier L
    Didier L

    Suivre son activité 21 abonnés Lire ses 222 critiques

    4,0
    Publiée le 16 janvier 2018
    Ce film ne fait rien pour être aimable et pourtant il possède un pouvoir hypnotique indéniable. Road movie mélancolique, il surprend par son extraordinaire capacité à capter des lieux, des ambiances, à dessiner non seulement une vraie carte de la France mais aussi une folle carte du tendre par le biais des rencontres cocasses, tendres, folles, décalées, sensuelles du héros qui nous donnent à entendre de magnifiques échanges très écrits mêlant fantaisie et romanesque qui ne sont pas sans rappeler le cinéma de Paul Vecchiali. Il faut peut être savoir garder les yeux ouverts et l'esprit libre pour mieux regarder l'Autre qui passe, là bas mais quand on tombe sur un objet cinématographique aussi troublant, inventif et délicat, on se dit que l'on a bien fait de prendre la route avec lui.
    velocio
    velocio

    Suivre son activité 504 abonnés Lire ses 2 304 critiques

    3,0
    Publiée le 13 mars 2017
    A 47 ans, le réalisateur cannois Jérôme Reybaud propose Jours de France, son premier long métrage, présenté le 3 septembre dernier à la Semaine de la Critique de la Mostra de Venise. A la fois road-movie permettant de visiter quelques belles régions de notre pays et film sur les relations sentimentales à l’heure des réseaux sociaux, film à la fois irritant et passionnant, "Jours de France" marque l’émergence d’un réalisateur s’engageant avec pas mal de bonheur sur les traces d’un Paul Vecchialli. Bien que la relation sentimentale soit celle d'un couple homosexuel masculin, le film nous fait rencontrer davantage de femmes que d'hommes, des rencontres souvent improbables avec des femmes toutes, à leur manière, plus merveilleuses les unes que les autres et qui donnent naissance à des moments de poésie ou de réflexions littéraires. Entre chaque rencontre, qu’elle soit masculine ou féminine, les paysages traversés sont filmés depuis des véhicules en mouvement avec accompagnement de musique, le plus souvent baroque, et un souci du détail particulièrement étonnant, chaque route étant la véritable route évoquée dans les dialogues ou indiquée sur les smartphones. Malgré ses défauts, il parait évident que "Jours de France" n’est pas un film qui s’oubliera rapidement et facilement.
    Yves G.
    Yves G.

    Suivre son activité 560 abonnés Lire ses 2 196 critiques

    2,0
    Publiée le 19 mai 2017
    Un beau matin, Pierre quitte Paul. Pourquoi ? pour quoi ? Il prend la route à bord de son Alfa Roméo avec pour seul guide une application Internet qui lui permet de faire des rencontres d'un soir. Utilisant la même application, son amant part à sa recherche. Dès la première image du film, le doute est levé. "Jours de France" n'a rien à voir avec l'hebdomadaire féminin qu'on feuilletait chez le coiffeur - en un temps où j'allais encore chez le coiffeur. On voit un homme à la fine moustache freddymercurienne dormant nu sur le dos, le sexe turgescent à demi visible à travers le slip en coton blanc. Jours de France est donc un film gay comme Vecchiali ou Ducastel & Martineau aiment en tourner (voir par exemple "Théo & Hugo dans le même bateau"). C'est aussi un film triste. C'est l'histoire d'une séparation et d'une errance. De cette séparation, de ses motifs, on ne saura rien. De cette errance, on décrira les moindres rebondissements. Avec le risque de dilater jusqu'à l'excès un récit qui se construit au fil des rencontres : un adolescent homosexuel qui rêve de monter à Paris, une ancienne professeur de lettres qui s'est encroûtée en province, un VRP qui aime les "belles italiennes", une muse cachée dans les montagnes. La durée inhabituelle de "Jours de France" (deux heures vingt-et-une) lui offre une belle idée de scénario malheureusement laissée en jachère. Ces personnages secondaires ne se contentent pas d'une brève saynète. Tandis que Pierre continue son errance à travers la France, on les suit dans leurs vies parallèles. On se demande si ces ré-apparitions fugaces feront sens. Il n'en est rien. Dommage. Dernier intérêt du film s'il faut à tout prix lui en trouver : un voyage dans la "France périphérique", la France du Centre, de la Limagne, des Hautes Alpes. Une France de l'entre-deux, une France qui n'est ni profonde ni centrale. La France où l'on ne vit ni bien ni mal. La France où l'on s'ennuie.
    anonyme
    Un visiteur
    0,5
    Publiée le 20 mars 2017
    Le premier film de Jérôme Reybaud est une réussite. Je m'attendais à un film convenu sur des rencontres homosexuelles et j'ai découvert un hymne poétique aux paysages de France et à ses habitants
    Sylvain P
    Sylvain P

    Suivre son activité 153 abonnés Lire ses 1 198 critiques

    2,0
    Publiée le 18 mars 2017
    Expurgé d'une bonne heure, Jours de France aurait sûrement acquis le dynamisme qui sied aux road-movie et à ces galeries de personnages décalés. Malheureusement, le rythme manque cruellement à ce Grindr-movie où un homme cherche son amoureux qui a disparu sur les routes de France. Pourtant les personnages sont là, les paysages aussi...
    ffred
    ffred

    Suivre son activité 773 abonnés Lire ses 3 387 critiques

    3,0
    Publiée le 22 mars 2017
    J’en suis d’abord sorti contrarié. Je trouvais le film complètement raté. Mal joué, trop théâtrale, des dialogues ridicules, plein de clichés, pas crédible, etc etc...Avec le recul et contre toute attente, j’en garde un bon souvenir. Les personnages sont finalement plutôt attachants. On ne saura jamais pourquoi Pierre est parti sur les routes mais finalement on s’en fiche un peu. Ses rencontres (et celles de son amoureux qui le recherche) sont drôles, cocasses, émouvantes, déprimantes voir ridicules, mais elles nous portent agréablement avec une...
    weihnachtsmann
    weihnachtsmann

    Suivre son activité 286 abonnés Lire ses 3 637 critiques

    3,5
    Publiée le 29 septembre 2017
    Long cheminement personnel sur le bonheur où l'absence de l'autre est un déchirement mais une occasion propice à la réflexion. Certes ici elle est teintée de noir des deux côtés car la tristesse les accompagne. C'est beau et lent. Les paysages superbes et les personnages rencontrés nous offrent les moments de folie que les hommes ont temporairement oubliés.
    pitch22
    pitch22

    Suivre son activité 116 abonnés Lire ses 654 critiques

    4,0
    Publiée le 23 mars 2017
    Farce mélancolique. Si on sait prendre son temps, aucun ennui n'est à craindre avec ce film, d'un esprit assurément nonchalant voire flâneur mais jamais poussif car cocasse, subtil, absurde, ironique et particulièrement symbolique derrière ses aléas séquentiels. Cet inattendu road movie repose, égaye, interloque, réconforte ou dérange un peu. spoiler: "Vous tombez bien, vous allez Médée... On va l'enterrer un peu plus haut, dans le prêt...";-) / "Au fait, je préfère les chiens / ...Quel con!" Le protagoniste semble cependant trop lisse, trop poli. Avec son faux-air de niais, presque inflexible, désabusé, il fait preuve d'une froide bienveillance, poussé à produire des réparties cérébrales irréalistes. On navigue dans une certaine théâtralité assez incongrue, ponctuée d'humour. Etouffé dans son libre-arbitre ou débarrassé d'une scène trop lourde, en perte d'un soi qu'on imagine démoli et en quête d'un ailleurs inaccessible, Pierre répond à l'absurde par l'absurde, quasi sans attache, sans foi mais loyal, à peine guidé par la piste grinderienne, liberté en trompe-l'oeil, appât à double tranchant. Car il y a Paul (pas de Jacques)... Dans ce couple miné par une sourde querelle, l'un (se) fuit et l'autre cherche, jusqu'aux frontières du pays, comme la démonstration d'un échec de la communication. On parcourt ainsi une série de situations, d'échanges saugrenus néanmoins cohérents, au sens parfois mystérieux, qui amusent et questionnent à la fois. Ce Pierre roule, se dérobe, s'échappe vers nulle part; la signification du tout nous rattrape sur le tard, fonction de l'aptitude au déchiffrement du spectateur.
    WutheringHeights
    WutheringHeights

    Suivre son activité 80 abonnés Lire ses 930 critiques

    4,0
    Publiée le 14 mars 2017
    Un road-trip qui topographie la France des villages avec mélancolie et poésie. Malgré quelques longueurs, ce premier essai séduit par la qualité de sa mise en scène et de son interprétation. LA SUITE :
    traversay1
    traversay1

    Suivre son activité 1199 abonnés Lire ses 3 471 critiques

    3,0
    Publiée le 8 avril 2017
    Déjà, dans un premier temps, enlever à Jours de France cette étiquette de "film gay" qui le confinerait à un genre qu'il surpasse allègrement. Certes, son héros est homo et traverse la France au gré des rencontres mais c'est de son exploration des cartes et du territoire que le film tire son originalité. Dans la redécouverte d'un pays aux périphéries standardisées et laides mais surtout aux paysages ruraux somptueux, d'un château du Loiret à la neige des Alpes. Un road-movie ou une dérive, comme l'on voudra, sans démarche explicative, comme un besoin de se retrouver et de se sentir vivant. Un voyage fait de rencontres, cocasses, émouvantes, sensuelles, absurdes ... Beaucoup d'échanges entre solitaires, de connexions à distance, par le biais ou non des réseaux sociaux. Inutile de prétendre que le film est passionnant pendant les 2 heures et 20 minutes de projection, certaines scènes sont bien longues, l'intérêt n'est pas soutenu. Mais il y a cependant dans ce cinéma de traverse (comme les sentiers du même nom) une liberté et une fraîcheur de ton, pas si éloignée de Guiraudie, dans une exposition qui se veut autant sinon plus littéraire que cinématographique.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top